Nuit Debout : de nouveaux petits Pol Pot

Dépavage par les Kévin de la place de la République rénovée en 2013 pour 24 millions d'euros...
Dépavage par les Kévin de la place de la République rénovée en 2013 pour 24 millions d’euros…

Le fameux potager creusé place de la République par les gauchistes de ‘‘Nuit Debout’‘ a fait beaucoup parler de lui.

Ce potager construit en pleine ville (et quelle ville !) est, selon moi, le symbole du spectre d’un communisme (pour paraphraser Marx) qui n’ est pas sans rappeler le communisme intégral (basé sur le socialisme agraire ) des Khmers Rouges pour qui le retour à la nature représentait «la création d’une société sans lutte des classes ».

Souvenons-nous du message des Khmers Rouges : Ruraliser les villes .

Lorsque les fidèles de Pol Pot ont  vidé de force en 24 heures la capitale du Cambodge Phnom Penh et ses 2 millions d’habitants en avril 1975,  le monstrueux chef des Khmers Rouges et ses camarades décidèrent de détruire des pans entiers d’un Phnom Penh devenu ville fantôme, pour y faire pousser des fruits et des légumes. Le responsable de la propagande des Khmers Rouges Suong Sikœun expliqua dans un excellent documentaire de Philippe Tourancheau et Richard Poisson (1) : « On a essayé de ruraliser les villes(…). Dans Phnom Penh on va planter des cocotiers au marché central et puis on a enlevé les dalles des trottoirs pour planter des arbres fruitiers .» Cela ne vous rappelle rien ?

Cet « idéal » à un retour « à la nature » n’est pas seulement une lubie issue ex-nihilo  du cerveau gravement dérangé des criminels rouges du Cambodge.

En effet, comme l’explique encore Suong Sikœun (ancien proche du Parti communiste français comme Pol Pot ! ) : « On était nourri par toute la littérature révolutionnaire française (…) : Robespierre et Saint-Just, c’est la pureté ».

Et qui Robespierre considérait-il comme son père spirituel ? Rousseau bien sûr ! Jean-Jacques et ses fameuses théories sur l’état de nature, Jean-Jacques et son rejet des villes, Jean-Jacques, l’amoureux des campagnes (voir l’article de Frédéric Sroussi publié sur Riposte Laïque le 6 avril dernier et intitulé : Les socialistes immigrationnistes sont les enfants de Rousseau ).

Nous affirmons donc que le movement  »Nuit Debout » est le nouveau symptôme révélateur d’une idéologie qu’ il va falloir apprendre à craindre (et donc à combattre), idéologie qui englobe l’altermondialisme, le communisme, l’écologisme et l’ immigrationisme : je veux parler  du

néo-primitivisme.

Frédéric Sroussi

Source :

(1) Documentaire diffusé dur France 5 , intitulé :  »17 avril 1975, les Khmers Rouges ont vidé Phnom Penh ».

 

image_pdf
0
0

10 Commentaires

  1. Bon OK, ces jeunes rêvent un peu trop, ils aspirent à reconstruire un monde auquel ils ne connaissent rien sans avoir aucune base des préréquisites nécessaires pour en faire fonctionner un modèle quelconque. Et ils cassent tout et ils ont l’air un peu con con, niais, puérils, naïfs etc ….

    N’empêche qu’au niveau symbolique, oui on est focalisés ici sur l’indispensable lutte contre l’islam qui est une menace terriblissime, sauf que non, ce n’est pas la seule, car pendant ce temps là, la nature part en vrille à toute vitesse, et qu’on fasse partie de ceux qui lui attribuent une valeur intrinsèque ou de ceux qui ne la considèrent que comme un contexte à protéger parce que nous en dépendons, on est tous dans la même barque et elle prend l’eau comme une éponge.

    Alors ces jeunes sont paumés, csûr, et ils ne referont pas la face du monde de demain avec des graines germées mais on peut aussi essayer de voir un message plus urgent qui crierait : hé les aînés, vous nous laissez dans quoi là ?

    • Vous rêvez.
      Ils ont le cerveau mangé par des années de « désintruction annationale ».
      Ils portent en eux le virus terrible du socialo-communisme, de la liberté d’expression réservée aux bons penseurs formatés.
      Ils aspirent majoritairement à une vie de fonctionnaire.
      Ils veulent abolir le profit sans comprendre ce qui les nourrit.
      Depuis 1968 l’entreprise de destruction de la liberté de penser fonctionne à pleins tubes, le résultat est là devant nous.

      • @ Drakkar

        Oui, bien sûr, nous sommes d’accord. Moi, je parle seulement du symbole du potager sous le béton.

        Mais n’oubliez pas que dans vos propres mots apparaît sous-jacente l’idée qu’ils sont d’abord des victimes et des instruments avant d’être des coupables ( « Ils ont le cerveau mangé » ; « sans comprendre ce qui » ; « le résultat est là » ).

        Mais comprendre ce qui les nourrit, en réalité, dans toute sa finesse, dans toute son étendue, sans oublier ce qui pourrait les nourrir encore mieux peut-être, demande une expertise d’un niveau qu’aucun homme n’atteint sans doute aujourd’hui. Il faudrait pour cela avoir une érudition extrême tant en économie qu’en écologie et maîtriser toutes les interactions et interdépendances entre tous les différents acteurs du monde entier et être en mesure de tout simuler.

        Comme ce monde est un monde de merde – c’est mon avis – il lui faudrait pouvoir fixer non seulement des horizons viables et en équilibre mais aussi des chemins pour les atteindre. Dur²..

  2. Pendant ce temps le valseur fait arrêter les veilleurs debout…

  3. sur une échelle plus réduite, mais semblable , pendant la révolution, les jacobins avaient planté des patates sur le tapis vert de Versailles, ils avaient descellé les pierres du grand canal pour faire la même chose et avaient planté des pommiers dans le parc…tout cela pour nourrir le peuple qu’ils avaient affamé !!! Quant à St Just…les khmers ne le connaissaient pas bien…à 18 ans, ce trou du cul « feignant » comme une couleuvre, a fui de chez lui, en piquant les bijoux et l »argent de sa brave femme de mère ! Vous parlez d’une pureté !!!!

  4. J’ai lu tout de Jean Jacques Rousseau, c’était un hyper individualiste, c’est frappant dans ses confessions. Il vivait pour lui-même, mais n’avait pas l’intention de forcer les autres à adopter ses valeurs. Le reste, dès que je vois : les Socialauds, les Kevin, les bobos, je fuis. Ces tics de langage, c’est comme : Fhaine, ça ne dit rien de personnel, c’est du prêt à penser. Le terme collabo est aussi inapproprié. Ce sont des croyants, qui croient que la mixité des cultures est toujours souhaitable, pas des gens qui ont décidé en conscience de détruire la France. Ils ne voient pas qu’ils encouragent des conflits.

  5. Petite pelle, un seau, quelques pâtés de terre, faut bien qu’ils s’occupent nos gogols de la préhistoire. Faut les laisser s’amuser et mettre une grille autours de la place, je suis sûr qu’on peut gagner du fric avec un nouveau genre de Zoo humain.

    • Mais enfin, de quoi vivent tous ces parasites qui détruisent Paris déjà bien sale et bien amochée par les migrants qui traînent partout ?
      Ils n’ont pas de parents qui les menacent de leur couper les vivres ?
      Ils n’ont pas d’employeur qui menace de les virer ?
      Qu’est-ce que c’est que cette jeunesse qui ne voit pas qu’elle est manipulée par des syndicats et divers mouvements ? Ils s’expriment plutôt bien ces jeunes, lorsqu’ils sont interviewés, on peut donc penser qu’ils viennent de milieux où des parents responsables devraient leur poser des ultimatums et leur botter le cul !

    • Ylorb
      Si vous mettez tout le monde dans le même sac sur un réseau, si vous n’apportez pas quelques nuances à vos affirmations … vous faites partie du Zoo !

Les commentaires sont fermés.