Nuvaxovid : un pis-aller pour les non-vaccinés en cas d’obligation vaccinale ?

Ci-dessous un article libre de droits publié le 29 décembre dernier par le blog d’informations générales La Sélection du Jour, sous la signature de Peter Bannister. Les produits commercialisés par Pfizer et Moderna (ARN messager) ou par AstraZeneca et Janssen (ADN-adénovirus) sont faussement présentés par les médias mainstream comme des vaccins. Ces produits utilisent en fait une ingénierie génétique fondée sur la protéine Spike pour stimuler la production d’anticorps. Or la toxicité de cette protéine n’est plus à démontrer. La perspective de rappels sans fin, et à des intervalles de temps de plus en plus courts, constitue donc à terme un gigantesque problème de santé publique. Le produit élaboré par la firme américaine Novavax (dénomination commerciale pour l’Europe : Nuvaxovid) utilise en revanche une version modifiée de cette protéine, sans mécanisme de réplication, et à très faible dose. Il ne s’agit donc pas d’un vaccin au sens propre du terme, mais d’une thérapie génique qu’on peut qualifier de « maîtrisée ». Alors que les effets secondaires des actuels « vaccins » anti-covid inquiètent à juste titre les populations, le produit développé par Novavax pourrait, comme l’écrit Peter Bannister, « offrir une porte de sortie aux non-vaccinés qui pourraient bientôt se trouver dans l’illégalité », dans le cas où les autorités sanitaires mondiales décrèteraient une obligation vaccinale. Signalons néanmoins que, pas plus que pour les Pfizer, Moderna, AstraZeneca et autres Janssen, nous ne disposons de la moindre donnée sur les effets à long terme du Nuvaxovid… On peut simplement espérer que la non-réplication de la protéine Spike, et sa présence à très faible dose, font du Nuvaxovid un produit nettement moins dangereux. Enfin, il n’est pas inutile de rappeler que la pathogénicité d’un virus décroît avec le temps (une réalité vieille comme le monde du vivant), et qu’en termes d’efficacité et de longévité, l’immunité naturelle est de loin préférable à l’immunité vaccinale

HD

***

« Avec l’autorisation récente par l’Agence européenne des médicaments du Nuvaxovid du fabricant américain Novavax, l’Union Européenne vient d’ajouter un 5ème vaccin anti-covid à ceux déjà en utilisation (Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen). Tout comme celui de Valneva (en attente d’autorisation), le produit de Novavax a déjà suscité un grand intérêt, notamment chez ceux qui ne se décrivent pas comme « anti-vax » mais qui se méfient de vaccins à base de matériel génétique (ARN messager pour Pfizer/Moderna, ADN/adénovirus chez AstraZeneca ou Janssen) ».

« Dans le contexte actuel, où la vaccination obligatoire devient ou pourrait vite devenir une réalité (AutricheAllemagneGrèceFrance), Novavax pourrait offrir une porte de sortie aux non-vaccinés qui pourraient bientôt se trouver dans l’illégalité : selon une enquête récente en Allemagne, 56% d’entre eux sont méfiants vis-à-vis de la nouvelle technologie ARN et seraient plus ouverts à un produit plus traditionnel. Mais qu’en est-il du Nuvaxovid en termes de sécurité et efficacité ? »

« Vaccin « sous-unitaire » basé sur une technique connue depuis des décennies (par exemple contre l’hépatite B ou le papillomavirus), le Nuvaxovid se distingue des autres « vaccins » disponibles actuellement. Si ces derniers envoient tous une instruction génétique au corps humain de fabriquer la fameuse protéine Spike pour stimuler la production d’anticorps, le Nuvaxovid injecte dans le corps une dose de 5 microgrammes d’une pseudo-protéine Spike (légèrement modifiée et assemblée), ainsi que 50µg de Matrix-M, un adjuvant basé sur le saponin (écorce de Quillaja). Sans mécanisme de réplication, la quantité de la protéine Spike (considérée comme étant cytotoxique en elle-même par certains chercheurs) dans le corps suite à l’injection du Nuvaxovid est clairement délimitée. Ce qui pourrait aussi rassurer des personnes déjà vaccinées mais inquiètes face à la perspective de « boosters » répétés (et donc d’injections régulières de matière génétique avec l’accumulation possible de Spike dans le corps), quasi-obligatoires pour maintenir une protection vaccinale de plus en plus éphémère contre les nouveaux variants comme l’Omicron« .

« Pour l’instant, comme le soulignent des spécialistes comme le Dr Peter McCullough, très critique vers les vaccins actuels en raison de leurs effets délétères, il n’y a eu aucun signal alarmant lors des études cliniques sur le Nuvaxovid : on n’a pas repéré les effets indésirables graves (myocardites…) notés avec les autres vaccins, même si l’administration du Nuvaxovid à grande échelle peut toujours nous réserver des surprises, le suivi des données de la pharmacovigilance restant indispensable« .

« Son efficacité est potentiellement meilleure aussi : les essais sur les macaques soulèvent l’espoir que le Nuvaxovid pourrait non seulement empêcher les formes graves du Covid mais aussi éliminer le virus des voies respiratoires supérieuresconférant alors l’immunité stérilisante qui constitue le Graal de la recherche actuelle. Par contre, même si les résultats des essais contre les variants Alpha et Beta du SARS-CoV2 étaient encourageants, l’efficacité du Nuvaxovid contre les variants plus récents reste à démontrer, le vaccin étant basé sur la souche initiale du virus. Il pourrait par ailleurs rencontrer la même difficulté que tout autre vaccin ciblant la protéine Spike dans le cas d’une évolution hypothétique du virus qui changerait son mécanisme d’entrée dans les cellules humaines (scénario radical récemment évoqué par le virologue belge Geert vanden Bossche) ».

« L’UE a commandé 200 millions de doses du Nuvaxovid, qui est déjà administré en Indonésie et aux Philippines sous le nom de CovovaxLe Japon en a également précommandé 150 millions de doses. En France, on attend l’avis de la Haute Autorité de Santé : pour sa part, Olivier Véran ne semble pas être très pressé, disant à BFMTV : « on privilégie l’ARN Messager, c’est le plus sûr » (certains se demanderont s’il s’agit d’une déclaration médicale ou politique/commerciale…) ».

« Il faut souligner que, si l’arrivée de Novavax représente un événement majeur en Europe, d’autres produits sont en développement ailleurs qui, sans avoir le même retentissement médiatique, pourraient s’avérer plus signifiants à long terme. On peut notamment citer plusieurs vaccins cubains (Abdala, Souberana 01 et 02) dans la même catégorie (sous-unité protéique) que le Nuvaxovid, qui ont attiré l’attention de la presse spécialisée grâce à des performances comparables à celles des vaccins américains ou européens. Ayant déjà vendu des doses au Viêtnam, à l’Iran, au Venezuela et à l’Argentine à des prix très compétitifsles Cubains seraient sur le point de sortir un produit contre l’omicron, donc avec plusieurs mois d’avance sur les fabricants de « vaccins » à ARN messager. Et si c’était finalement La Havane plutôt que Novavax qui changeait la donne au niveau mondial en 2022 ?… »

image_pdfimage_print
11
2

15 Commentaires

    • C’est la luuuuutte finaaaaaale !!!
      Allez coco, vas y a fond on sort le popcorn

  1. Bonsoir,
    Rappelons juste comme cela que vous citez des pays qui n’ont pas ratifié la convention d’Oviedo contrairement à la France, cette dernière étant tenue par sa propre Constitution Nationale de respecter cet engagement ( art.55 du Titre VI).
    Voilà sans doute pourquoi nos psychopathes temporairement au pouvoir ne peuvent pas prendre une telle mesure contrairement à la majorité des pays européens qui n’ont pas ratifié ce texte fondamental. A bon entendeur, bonne nuit.

  2. Pourquoi s’acharner à trouver encore des vaccins pour une maladie non immunisante et qui paraît évoluer vers une forme aussi bénigne qu’un simple rhume. Cette protéine spike modifiée ne serait pas dangereuse, vraiment ? On en saura plus dans 10 ou 15 ans … A se faire injecter tous les 3 mois … c’est non, il ne faut pas céder, jamais, parceque leur but de contrôler et certainement réduire la population ne va pas disparaître avec nuvaxovid ou autre pilule miracle sortie de labos cupides et corrompus. Les traitements y compris préventifs existe depuis le début et ils ne coûtent que quelques euros.

  3. Effectivement Nuvaxovid a beaucoup d´avantages si comparé avec les vaccins
    déjà sur le marché. Personnellement c´est le vaccin que j´attendais depuis
    1an et demi. L´adjuvent a été développé chez Novavax AB à Uppsala Suède.
    Anciennement Isconova AB, racheté par Novavax USA en 2013.La Suède a acheté
    2,2 millions de doses à livrer en 2022 et 2023.

  4. Aucun produit injecté dans MON corps en ce qui me concerne ! Je n’appartient pas aux labo ni aux corromps politique.
    Vous voulez éviter les maladies , Alors mangez sainement, prenez des produits locaux, plus de charcuterie, et surtout: ne prenez PLUS de sucres industriels qui est la première cause de cancer ……
    Et pratiquez une activité physique.
    Vous verrez, votre santé va s’améliorer grandement, et vous n’enrichirez plus big pharma !

  5. Le Nuvaxovid est un pré-vaccin, donc en phase expérimentale. Il est hors de question que je me fasse injecter une substance expérimentale, quelle que soit la technologie utilisée ! Soit la phase expérimentale est terminée avec succès et ce produit a, a priori, le droit de se trouver dans les pharmacies, soit il est au stade expérimental et PERSONNE N’A LE DROIT D’OBLIGER QUI QUE CE SOIT A SE LE FAIRE INJECTER ! Injecter n’importe quel produit thérapeutique en phase expérimentale, c’est prendre les injectés pour des cobayes et cela relève du crime contre l’humanité pour lequel il n’y a pas de prescription ! Point !

  6. Pourquoi ne pas purement simplement boycotter systématiquement tout « vaccin » anti-Sars-Cov-2, juste pour empêcher de dormir le Véran, criminel de guerre et criminel contre l’humanité ? Il va s’épuiser et tout le monde sait que l’épuisement chronique est très néfaste pour la santé !

    • Il y a longtemps qu’ il est épuisé. Quand nous sommes épuisés, nous disons des conneries.

  7. Novavax : mais bien sur!
    Vive les protéines recombinantes dans un liquide rempli de squalène : ainsi vive les maladies auto -immunes à moyen terme (genre scléroses en plaques) que l’on a vu se développer avec le vaccin anti hépatite B (fabriquée selon le même procédé)!

    Ils veulent véritablement nous achever!

    Ah! N’oublions pas que sanofi, inventeur de ce chouette vaccin sans ARN messager, en a plein ses placards de cet ARNm, puisque c’est lui qui fabrique le vaccin Pfizer pour la France…

  8. Tout cela est saloperie intolérable. Il faut refuser toute pseudo vaccination et toute obligation de s’y soumettre alors que cette maladie n’est guère plus dangereuse qu’une grippe.
    Il n’y a aucun compromis possible avec les mafieux, sous peine de mort sociale éternelle.

  9. Allez, le Deuxième Bovaxnov est aussi parti.
    Comme des moutons à l’abattoir.
    Suivant.

Les commentaires sont fermés.