Nymphomanie et satyriasis : le couple de notre désespoir

Je ne voudrais pas jouer les nouveaux docteurs Freud mais quand même, quand on approfondit un peu la situation dans nos pays d’Europe de l’Ouest, il y a des analogies qui sautent aux yeux ! Car le sexe, ce n’est pas rien dans l’ordre du monde. Mais commençons par les précisions suivantes. Toutes les femmes ont, je dirais, une sexualité médiane, c’est-à-dire une sexualité s’analysant en pulsions « normales ». Et puis, il y a les marginales. La première est la prostituée. La prostituée est une femme qui « baise » en vue d’une rémunération. Elle est une commerçante ou, plutôt, s’inscrivant dans l’économie de marché, elle est, la plupart du temps, la salariée d’un capitaliste, le proxénète. Comme la boulangère qui vend son pain, la charcutière ses rillettes, elle, elle vend, ou plus exactement, elle loue son sexe. Elle est finalement une sorte de propriétaire bailleur, son sexe faisant office d’appartement mais dans un temps beaucoup plus court évidemment, vous l’aurez compris bien sûr.

Tout autre est la nymphomane. Elle ? C’est une affamée de phallus. Ce n’est pas le pognon qui l’intéresse. C’est une pure, une dure. Pour les mâles, elle est une sorte de Saint-Vincent-de-Paul : elle est altruisme pour eux. Sa fièvre est bienfaitrice. Toujours insatisfaite et donc toujours en souffrance, elle s’offre, ou plutôt, elle s’ouvre au tout-venant, et avec constance par-dessus le marché. Son « exacerbation pathologique de désir sexuel » n’a pas de frontières ; n’a pas non plus de fierté. Sa féminité fait fi de toute personnalité. Ses neurones sont tout pleins de ce désir qui la tourmente et qui la réduit à n’être qu’une bête. Bref, elle est ce que les hommes, toujours épris de vulgarité primaire et triviale, appellent une salope.

Eh bien ! La France – notre pays ! – comme toutes ses copines de l’ Ouest, c’est cette salope qui ouvre ses cuisses sans pudeur, sans vergogne, jusqu’au dégoût eu égard à ce qu’elle avait été jusqu’alors : une femme dont la personnalité était enviée dans le monde jusqu’à être copiée ; une femme admirée, donc, une femme-symbole. Elle était la féminité faite nation, un modèle de civilisation. Elle incarnait notre grandeur. Et nous étions fiers, jusqu’à l’excès d’ailleurs.

Aujourd’hui, elle est malade, profondément malade et à cause d’elle, on n’ose plus dire à l’étranger que nous sommes ses enfants… parce qu’elle nous fait honte. Tout le monde connaît l’expression insultante « fils de pute ». À cause de sa déviance, dont nous ne portons aucunement la responsabilité, nous sommes tous, nous Français, des « fils de salope ». Et le pire, oui le pire, c’est qu’elle n’ouvre pas ses cuisses à des mâles qui nous ressemblent, à nous les souchiens, comme elle les avait déjà ouvertes aux nazis, mais à ces autres malades atteints (par un texte satanique) de satyriasis, ces musulmans qui violent, ces musulmans qui défigurent la féminité, ces musulmans à qui, dès tout petits, on a appris à n’être que des bêtes immondes.

Ils auraient bien tort de se priver, ces monstres, de satisfaire leur libido de malades, d’en profiter comme des bêtes, puisque c’est cette grande salope, notre France, qui implore elle-même leurs pénétrations violentes.

Un enfant devient toujours ce qu’ont bien voulu faire de lui ses parents. Et si la France est aujourd’hui malade, la grande nymphomane des temps modernes, c’est parce que ses parents, depuis plusieurs générations, ne sont eux-mêmes que de vulgaires et pitoyables malades. Quand on est chargé de l’éducation d’une grande nation, on a le devoir de rester dans la normalité. Et en plus, tous ces dirigeants-parents n’auront même pas été foutus d’être de petits proxénètes minables, tout simplement parce que dans cette histoire, la France ne gagne rien, bien au contraire : à chercher à s’ouvrir à l’islam, elle perd un argent fou qui se retourne contre elle.

C’est désespérant, abominablement désespérant. Au secours ! Il faut trouver à la France des parents sains.

Philippe Arnon

image_pdf
0
0

50 Commentaires

  1. Faut-il vraiment que Riposte Laïque accueille ces fientes produites par un désaxé haineux, manifestement décérébré par le marxisme ?

  2. Moi je verrais cette analyse de la femme plutôt pour celles des pzys nordiques ou du royaume uni cela leur irait bien

  3. Allez, Alice, pas de fausse pudeur. Il faut appeler un chat un chat … Et une chatte une chatte. Oui, la France est maintenant, à notre grande honte, une pute que les désaxés du monde entier peuvent entuber. La faute à qui ? Â nos dirigeants et aux imbéciles – en faites vous partie ? – qui les ont élus. Mais une élection n’est pas éternelle, et les dirigeants traîtres, ça peut être conduits devant les tribunaux du peuple. Ça viendra, croyez moi.

  4. Métaphore douteuse qui ajoute de la confusion à la confusion. Article abject.

    • Comparaison n’est pas raison mais la métaphore est de bonne facture avec une maîtrise parfaite de la langue française.

  5. Vous plagiez la célèbre déclaration attribuée à Villepin par FOG « La France a envie qu’on la prenne. Ça la démange dans le bassin. Celui qui l’emportera à la prochaine élection, ce ne sera pas un permanent de la politique mais un saisonnier, un chenapan, un maraudeur »… » La France a l’air à la ramasse. Mais observez-là de près. Elle a les jambes écartées. Elle attend désespérément qu’on la baise : ça fait trop longtemps que personne ne l’a honorée ».

  6. Pas d’accord avec votre article, qui est vulgaire et mal ciblé. Pour quelques nymphomanes vous généralisez en comparant ces cinglées à la France qui souffre depuis des décennies par la faute de ses dirigeants corrompus et vendus au mondialisme, nous Français de bon sens, sommes victimes de cette invasion, les passeurs et collabos sont largement minoritaires, alors n’insultez pas les Français qui subissent bien malgré eux.

    • comment appelez vous une femme qui baise pour l’argent ? une pute on est bien daccord. et une femme qu ise fait mettre enceinte juste pour avoir droit aux allocations et avoir un revenu sans travailler et en faisant pleureur mirza a droit a tout appartement EDF et eau payé et j’en passe. et bien savez vous combien de femmes sans aucun partenaire fixe existe en France ? beaucoup des milliers de Salope que la France rémunère et font des émules car le téléphone arabe fonctionne bien pour ce genre

  7. La France a toujours eu, après la guerre des proxénètes qui l’ont vendu aux plus offrant en prenant , ce qu’ils considéraient comme leur juste part pour la protection de la salope. Je peux vous citer quelques noms mais vous les connaissez puisque ce sont eux qui géraient leur petit commerce au sommet de la pyramide.

  8. Hou la la quel délire, faut se calmer. Laissez la France tranquille au lieu de faire des raccourcis tordus.

  9. Commence à y en avoir marre de ces articles « antisalopes » rédigés par des frustrés qui doivent rêver tous les soirs de pouvoir tondre un jour l’inaccessible et jolie voisine.

    J’attends avec impatience l’article sur les « salauds » et autres « érotomanes de la bitte » que je croise aux bras de jeunes beautés exotiques.

    Mais je crois que je vais devoir attendre longtemps l’auteur de ce billet est visiblement hémiplégique. Un avc peut être ?

  10. Ca me fait mal de lire que c’est la France la nymphomane… Je trouve plus juste de dire que ce sont les présidents républicains qui sont des putes. La France est la victime de ceux qui la gouvernent, qui « nous » gouvernent…

  11. Je me souviens de gainsbarre insultant une Chanteuse car ancienne actrice porno, aujourd’hui c’est sa fille charlotte qui tourne des scènes de cul …

    • Je me souviens très bien de cette interview de Serge Gainsbourg — mais ne
      saisis guère de rapport avec le contenu du présent article…

      • @Ivan
        Il n’y a aucun rapport avec le contenu de l’article. Le rapport c’est la photo qui illustre cet article; Il s’agit de Charlotte Gainsbourg. Si je ne dis pas de bêtise cette photo est tirée d’un film pornographique dans lequel elle a tourné.

        Il me semble que c’est Catherine Ringer des Rita Mitsuko que Gainsbourg insultait, non ?

        • Oui, c’est exact. Il y a un rapport pas si lointain,relisez l’article.

    • d’aprés une ministre dont vous aurez compris le nom, si elle n’avale pas c’est une fille bien mdr donc pas de soucis gainsbourg déjà impossible pour elle de faire une branlette espagnole ayant la poitrine de sa mère enfin absence totale de seins donc a la fin elle fait quoi ? sodomie mais la france aime la sodomie a voir les bateaux qui arrivent de negres juste pas pour nous pourrir la vie et vider nos caisses allocations et autre

  12. Et la reine mère de cette “salope » est sans conteste la mère Schiappa!

  13. On pourra en sortir quand on aura réussi dans ce pays, à en finir pour de bon et totalement avec Mai 68. Quand on voit l’activisme de Cohn-Bendit et de ses copines vaginsoumises complètement fêlées comme Caroline de Haas, Clémentine Autin, Caroline Fourest, Obono, Diallo et compagnie, en effet, c’est pas gagné. C’est même pas commencé. On ne peut même pas dire avec certitude que c’est le début du commencement.

  14. Philippe Arnon, je trouve votre comparaison de la France avec une  » salope » un peu exagérée. Je vois plutôt notre pays comme une vielle dame sénile, qui fut jadis jeune et belle et forte aussi, mais qui a perdu la raison. Elle habite une riche demeure ouverte à tous les vents. Les rôdeurs, les pillards y ont pénétré. Ils l’assaillent, lui volent ses bijoux, s’installent comme chez eux. Ils la violent, elle sourit. Elle en redemande. Sa fin est proche…Les envahisseurs ont gagné !

    • Vous avez tout dit Jacques : « elle en redemande »; c’ est là la définition même de la nymphomane … et la nymphomanie est une pathologie. Nous devons soigner la France mais vite, très vite !
      Amicalement,
      Philippe ARNON

    • Ajoutons lui vident son frigo, s’installent dans ses meubles, vivent de ses impôts. Bientôt accélèreront sa fin pour voler le futur qu’elle avait préparé consciencieusement.

  15. la race blanche va perdre ,la meilleur prevue est donnee par les femmes,qui s’ouvrent a l’immigration ce qui aurait ete inimaginable il y a quelques dizaines d’annees..Celles ci par nature ont besoin d’hommes forts,ce que n’offren tplus les males blancs.Regardez les animaux;le male dominant est toujours le male le plus vigoureux,et toutes les femelles accepte.nt l’acouplement avec lui. C’est les lois de la nature!

    • non,,,,,les femmes francaises « ne s’ouvrent pas aux emigrants  » elles sont attaquees et violees dans les rues en france! et le gouvernement « tourne la tete » enlevez ce gouvernement!

  16. @l’auteur

    pour moi, vous êtes un gros malade… obsédé du Q… et misogyne !

    -toutes des putes sauf ta mère et ta soeur ?… c’est ça ?…

    comme les muZ, quoi ! pfffff !

    • Si tu avais compris l’article, La Mécréante, tu n’aurais pas réagi comme ça.

      • @Marc – Parfaitement bien répondu : « La Mécréante » ne semble pas avoir un cerveau fort agile.

      • salut Marc,

        j’ai parfaitement compris l’article. certains, ici, le qualifient de métaphorique alors qu’il n’en est rien ! ce n’est pas ça une métaphore !

        je maintiens ma diatribe d’autant que l’auteur illustre son article par une « suggestion »… à vomir ! car elle lui ressemble : un dé-geu-lasse qui méprise la femme !

    • Sauf votre respect, ce texte est juste une « métaphore » (je ne sais si ce terme est le juste en rhétorique) et n’a rien à voir avec le respect des femmes.

      • @Bernard – C’est en effet une métaphore, — au reste assez bien trouvée !

      • On peut rédiger des métaphores comme ça sur les hommes si tu veux…et je ne pense pas que tu vas apprécier !

        La Mécréante a raison entre un barbu qui veut me bâcher et un dérangé comme l’auteur de cet article je n’ai qu’un seul intérêt c’est qu’ils dégagent tous les deux !

    • Je crois que vous n’avez rien compris cet article dit la vérité ne le prenez pas pour vous car c’est vrai de plus en plus on voit des blanches avec des noirs ou des arabes et malheureusement il y en aura de plus en plus et ce sont pas ces putes de femens qui changeront cet état de fait.

    • 100 % d’accord ! si c’est ça la nouvelle ligne de riposte laique ce sera sans moi désormais…

  17. Votre métaphore est criante de vérité…
    Autrefois symbole du raffinement et du bon-goût la France est devenue un immense boui-boui.
    Après un long séjour a l’étranger, « Quand au hasard des jours, je m’en vais faire un tour a mon ancienne adresse, je ne reconnais plus, ni les murs, ni les rues, qui ont vu ma jeunesse ».
    La ville où j’ai grandi ressemble désormais à un taudis à ciel ouvert, et ce qui me fait encore davantage de peine, c’est qu’aucun endroit en France ne sera epargné.

  18. Non,la France n’est pas une salope.Comme beaucoup de femmes, elle est naïve et crois aux bons sentiments.Elle ignorait jusqu’à présent l’existence des pervers narcissiques,cette engeance qui vous emmène au 7 ème ciel en paroles et actes au début d’une relation pour ensuite vous détruire en vous faisant croire que tout est de votre faute.La France doit reconnaître qu’elle s’est faite baiser par des salauds mais qu’elle est innocente et pure.Elle doit maintenant ne plus tomber dans les pièges!!

    • « La France doit reconnaître qu’elle s’est faite baiser par des salauds mais qu’elle est innocente et pure. »
      Ses dirigeants, je ne sais pas…

    • Les salauds qui ont sali la France pour en faire une prostituée nymphomane ce sont les islamo gauchistes soumis à une idéologie altermondialiste et opposée ou contraire à toutes nos valeurs demi siècle des lumières. Ils ont fait de ce monde un enfer LGBT.

  19. qu elle honte on en voit de plus en plus soit habillées en sac poubelle soit de belle filles avec le négro

  20. Je sais,

    Nous sommes sur Riposte Laïque… mais aussi le 15 aout….

    L’occasion de visiter l’Histoire, et jusqu’au Gaulois, avec Marion Sigault :

    https://www.youtube.com/watch?v=RwLubaNr2Wg

    Il serait élégant de la part de RL d’intégré son image dans ce « commentaire ».

    Merci pour elle.

    • Vous savez… chercher les gens sur leurs « fréquentations »… Il n’y a pas si longtemps, on pouvait nous voir, ici, en Bretagne, en compagnie de Breiz-Atao…

      Breiz-Atao !… que nous n’aurions jamais imaginé ni connaître, ni côtoyer un jour ! Vu le nom sulfureux gagné dans l’Histoire dans les années 1940 par ces petites salopes bretonnes collabos…

Les commentaires sont fermés.