Ô Tarek, qui êtes-vous ?

Publié le 10 novembre 2017 - par - 20 commentaires - 1 353 vues
Share

 

Les prénoms arabes sont riches en symboles. Târek, l’un des prénoms les plus prisés par les Arabes et les musulmans, n’échappe pas à la tradition.

Les dictionnaires et les encyclopédies arabes sont là pour nous  éclairer  sur ce qui se cache derrière ce prénom porté par des célébrités de l’islam autant dans l’histoire ancienne qu’actuellement.

Târek, stricto sensu, est « celui qui frappe ». C’est un substantif dérivé du verbe taraka : « frapper ». Quant à l’outil, dans ce radical, qui doit servir à frapper, il est variable : il peut être un marteau, un bâton, les mains, les pieds, etc. Tous les moyens sont bons pour frapper. Tout bonnement, un târek est un frappant, un battant, un tapant. Il frappe, il bat, il tape, mais quoi ? mais qui ? Il peut frapper le fer, son chameau. Les hommes, c’est possible, et c’est plus dur, mais il peut frapper aussi les femmes, c’est plus facile, et c’est moins audacieux. Et c’est l’affaire des lâches.

Le dictionnaire nous apprend aussi que le târek est celui qui frappe de nuit, à la porte de la maison. C’est un visiteur inattendu qui s’impose, dans le désert, aux familles endormies. Il n’a pas à frapper de jour car dans les pays arabes les portes sont toujours ouvertes.

Que les féministes se rassurent : le prénom Târek restera à jamais masculin. En effet, d’une part, une femme musulmane ne frappe jamais à la porte la nuit, c’est impensable, et d’autre part, si Samir a sa Samira, Djamil sa Djamila, Zaki sa Zakyya, Târek n’a pas de « Târeka » : la femme ne saurait frapper et le nom commun târika signifie « calamité ». Qui porterait un prénom de malheur ?

On dit que celui qui porte le prénom de Târek, est un dur, un inflexible, un calleux, mais qu’en réalité, il cache en lui de nombreux sentiments qu’il n’avoue pas. Il peut donner une impression de froideur mais ce n’est qu’une arme pour cacher sa timidité et son désarroi. Ce qui caractérise le porteur de ce prénom est sa faculté à maîtriser ses sentiments, à refouler ses décisions et ses avis et à prendre garde en attendant de connaître la nature et l’identité de la personne qui lui fait face avant d’étaler ses cartes … C’est en quelque sorte un adepte du double langage. Ne pensez à personne en particulier… Un Târek n’aime pas le travail dans l’administration publique ni la routine, il préfère un travail indépendant.

Par ailleurs, Târek est aussi l’étoile du matin ou Vénus, déesse de la beauté et de l’amour. Y a-t-il un lien avec les rondes des Târek noctambules qui, comme le faisait le prophète, leur référence majeure, rendent visite à leurs femmes, même contraintes et forcées, pour explorer de plus près leur mont de Vénus ? (1)

PS : Toute ressemblance avec le comportement d’une personnalité musulmane passée, présente ou à venir est tout à fait fortuite. Riposte Laïque et l’auteur de l’article ne se sentent en aucune façon responsables des interprétations des lecteurs.

Bernard Dick

(1) Le mont de Vénus désigne le pubis féminin ou plus précisément le pénil, la saillie arrondie et couverte de poils qui est située au-devant du pubis.

Au 07/11/2017 : nombre d’attaques terroristes islamiques mortelles :

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
P.Hillout

M. Dick, pourriez-vous me donner les références de votre dictionnaire? Malgré tous mes efforts je n’ai pas trouvé « Tarek » traduit par « frapper ». Merci.

Bernard DICK

Cher P. Hilout,
Tarek (un point ou tiret sous T et k pour respecter la transcription) : selon al-Mawrid, 2e édition (p 1095, mai 2004) : Tarek = visiteur de nuit, aussi Tarek من يطرق, ضارب « qui frappe, qui tape, qui bat, qui martèle etc …

P.Hillout

Merci.

EVA

Dans les séries télévisées où les dialogues sont en arabe classique, vous entendez souvent une personne devant sa porte demander:
« Mann el târeq ? » (qui a frappé ?)
Sous-entendu: « qui a frappé à ma porte ? »

dufaitrez

Tarek ? ;;;Recta ! Dehors !
Suisse ? Amateur de;;; Cuisse !
Ramadan ? Amateur de … jeûnes !
Voilées, violées ? Question;;; d’ortho !
Nous, les Croisés, n’aimons pas ses maux !
Comprenne qui voudra !

patphil

tariq ramadan qui a été exclu de l’université d’oxford a vu le baton se retourner en boomerang contre lui; c’est une nouvelle forme de l’habéas porcus si cher aux britanniques

;belphegor

Tricky Dicky Ramadan cela sonne bien. L’étoile est devenu un trou noir. Espérons qu’il y sera englouti à jamais et qu’il ne nous bassinera plus avec son double langage à la mord moi le noeud.

che

Le comble des combles, c’est que Târik le noctambule, l’obsédé par le Mont de Vénus, impose le sixième pilier de l’islam. En même temps, il s’érige en homme infaillible, pendant la journée, et en professeur d’éthique ou de morale musulmane.

che

Le comble des combles, c’est que Târik le noctambule, l’obsédé par le Mont de Vénus, impose le sixième pilier de l’islam. En même temps, il s’érige en homme infaillible, pendant la journée, et en professeur d’éthique ou de morale musulmane. Vive le caméléon de la République des collabos et des complices.

pluton

Donner un prénom à un môme n’est jamais anodin ! Après les attentats du 11 septembre, le prénom « oussama » a connu un pic sans précédent dans les chaumières musulmanes ! Inutile d’expliquer la raison de ce succès ! Les muzz pratiquant toujours la ruse et le double langage (takiya) disaient que cela n’avait rien à voir avec Ben Laden ! Tu parles Charles !

katastrov

Bon et l’intérêt de savoir ça ?
J’attends sans impatience exagérée la signification du calendrier des saints de cette bande de dégénérés ! Ah, la joie de connaître qui était mouloud du temps du pédo-chamelier…

EVA

« Mouloud » est une déformation maghrébine du mot arabe « Mawlid », qui veut dire « naissance », mais en l’occurence il ne s’agit pas n’importe quelle naissance, car il s’agit de la naissance du prophète Momo le pédophile du désert.
C’est un peu comme les hommes chrétiens qui s’appellent « Noël » en Français, ou « Natale » en italien.

jannot lapin

Très bons articles à RL !
Oui, c’est Tariq avec un CUL à la fin !

EVA

Je crois qu’il vaut mieux transcrire ce prénom avec un Q à la fin plutôt qu’un K, car en arabe il y a deux sons correspondant à la lettre K, et dans le cas de Târeq, c’est la lettre Q qui s’impose, même si nous voyons souvent « Târek » écrit avec un K à la fin. Ensuite, Târeq veut aussi dire « urgent ». Dans les hôpitaux des pays arabes, on lit « tawâreq » (tareq au pluriel) à l’entrée du services des urgences. Quand à la duplicité signalée chez les porteurs de ce prénom, elle est exigée de tout musulman croyant et pratiquant, dans… lire la suite

Bernard DICK

Bonjour Eva, Il existe 5 méthodes de transcription de l’arabe : la translittération DIN-31635 ; la « transcription Arabica », du nom d’une revue française d’études arabes ; la translittération pratiquée par la revue Afriques ; la norme de translittération adoptée par l’Encyclopédie de Islam (EI) ; la norme internationale ISO 233-2 (1993). J’utilise la norme de l’Encyclopédie de l’islam où طارق se transcrit Tarek (avec un point sous le T et sous le k). Quant à votre remarque sur « târeq »= urgence et son pluriel « tawâreq » vous faite une grande erreur. Vous prenez l’ « alif maqsoura » pour un « q » du… lire la suite

Marcel Lefebvre

Et Tariq ? Frappé de désir ?

pluton

Haaa ! Plutôt frappé de délire !

Germain Deferre

Oui, mais voilà, Tarik n’est pas Tarek ! lol !

EVA

C’est Târeq qui est juste. Tarik, c’est faux.

Charles Djéno

Chère Eva

Comme tu le sais, le E n’existe pas en arabe classique Il n’ y a que trois voyelles: A, I, OU. Donc je préfère Tariq , oui avec un  » q ». Tu n’ignores pas que Gibraltar ( ville et détroit) vient du mot arabe Jabal Tariq : Jabal la montagne et Tariq le prénom ou nom du chef arabo/berbère qui a traversé le détroit pour islamiser l’Europe, fin du 7ème début du 8ème siècle, et qui a donné son nom à Gibraltar à cause de la montagne.