1

Obama profite de ses quatre ans de haine contre Donald Trump

Obama pensait qu’il était le meilleur candidat et qu’il aurait gagné contre Trump, en lieu et place de l’alcoolique Hillary Clinton. Pendant quatre ans, la haine de l’afro-américain contre Donald Trump, le défenseur de l’Amérique blanche, a tout fait pour empêcher que le mandat de Donald Trump se déroule normalement.

Il a agi avec les GAFA pour entraver la liberté du débat politique et pour censurer le président avec l’aide des médias dominants. Jean-Yves Le Gallou : « C’est un coup d’État mondial de Facebook et Twitter ! »

Le coup d’État de Biden-Obama a été la fraude organisée contre la réélection de Donald Trump.

Les États-Unis ont subi les assauts des Démocrates avec leur fraude contre la démocratie !

L’assaut contre la démocratie mené par la fraude des Démocrates a créé un véritable choc aux États-Unis. C’est pourquoi Donald Trump avait assuré que les conditions de la fraude étaient patentes et qu’il ne reconnaîtrait pas la défaite dans de telles conditions scandaleuses. L’assaut contre la démocratie mené par la fraude des Démocrates a constitué une énième violation du droit électoral après les quatre ans de haine des Démocrates soutenus par Obama. Les Démocrates, et Obama en tête, se sont ligués contre Donald Trump et contre le concept central de primauté du droit (Rule of Law) et contre les normes, tant écrites (Constitution et lois) que non écrites. C’est ce que l’on a constaté pour contrer Donald Trump pendant tout son mandat !

Les leaders politiques, tous les Démocrates et aussi certains républicains avec les coalitions en place soutenus par tous les médias, ont joué un rôle important pour déstabiliser le mandat de Donald Trump.

Les règles du Rule of Law ou de primauté du droit ne s’appliquent pas à la gauche démocrate qui ne cesse de mentir jusqu’à organiser une fraude massive contre la démocratie. On voit ici que le principe de primauté du droit a été foulé au pied par les Démocrates et Obama. Ils sont la négation même du concept central de la primauté du droit qui est au cœur du système américain. Il s’agit de l’égalité de tous devant la loi, de l’assujettissement du pouvoir politique aux lois du pays et de l’idée que personne, Démocrates compris, n’est au-dessus des lois et du droit. L’élaboration des lois et leur application sont gouvernées par le droit foulé au pied par les fraudeurs Démocrates contre Trump et un gouvernement démocratiquement élu.

Les Démocrates et Obama ne sont pas soumis aux lois existantes tout comme les autres citoyens : c’est essentiel pour qu’il n’y ait pas égalité de tous devant le vote et la loi. C’est pourquoi Obama ne peut jouir de privilèges pour déstabiliser le mandat de Donald Trump et continuer à se croire à l’abri des sanctions qui doivent s’appliquer sans considération de classe, de statut ou des pouvoirs respectifs des autres justiciables.

Le principe fondamental au cœur de la Rule of Law est nié ouvertement par Obama contre Trump. Le droit a pour mission de lutter contre l’arbitraire des Démocrates anti-Trump manipulés par Obama, contre la fraude organisée et contre la violence de la gauche contre la démocratie. Il s’agit de préserver les Américains contre les tentations oppressives des Démocrates manipulés par Obama pour fragiliser le mandat de Donald Trump élu au pouvoir par une divine surprise, malgré tous les sondages toujours en faveur de la Clinton.

Les républicains pensaient que Donald Trump serait battu et ils espéraient en tirer profit par la suite.

Le silence des Démocrates sur la fraude est grave car il indique à l’opinion publique que ce type de fraude est devenu acceptable et même justifié contre le Président Trump et contre la démocratie. C’est ainsi que la fraude des Démocrates rappelle que les méfaits les plus tragiques de la politique de la gauche aux États-Unis, comme en France, vont pouvoir continuer ! Le respect des règles est la colonne vertébrale du droit de vote d’une démocratie. Le silence des Démocrates sur la fraude contribue à l’érosion de la confiance dans les Démocrates fraudeurs, ces politiciens corrompus qui font preuve de moins de moralité et de sens de leur responsabilité que les électeurs américains qui ont voté en masse pour renouveler le mandat de Donald Trump. Lequel a agi en Président avec pragmatisme en tenant compte de la conscience du peuple américain.

Les Démocrates et Obama en tête ignorent que deux prescriptions sont essentielles à la démocratie : à savoir la tolérance mutuelle et la bienveillance qui ont été remplacées par l’intolérance et la haine d’Obama.

La tolérance, c’est le fait d’accepter les idées différentes du Président Trump et de reconnaître que le Président Donald Trump n’est pas l’ennemi. Mais, bien au contraire, le premier ou même le seul vrai défenseur du peuple américain contre la gauche libertaire immigrationniste mondialiste anti-nationale. La bienveillance est un mélange de réserve et de modération, ce dont ont été totalement incapables les Démocrates, et surtout Obama le haineux, dont devraient faire preuve les politiciens lorsqu’ils font usage de leurs prérogatives dans l’opposition. Ces principes, qui ont sous-tendu la démocratie américaine pendant la majeure partie du XXème siècle, ont été érodés par l’abus des fraudes et les pratiques détournées de leur fonction démocratique.

Ce qui explique que l’obstruction des Démocrates, désireux de mettre fin prématurément au mandat de Donald Trump, ait modifié les règles à seule fin de réaliser la fraude massive de novembre 2020.

En privilégiant le court terme pour couler le Président Trump, les Démocrates ont permis à Biden de passer en force contre les règles de la démocratie américaine. C’est pourquoi le mandat de Biden ne se déroulera pas sans blocage quand la confirmation de son incapacité à gouverner provoquera la contestation populaire pour avoir bafoué les principes démocratiques. Et il ne pourra pas jouir de sa présidence usurpée.

Obama : quatre ans de haine contre le Président Donald Trump ! La Conspiration des Démocrates et d’Obama contre le Président Donald Trump, et des Républicains qui en font partie, est la honte de l’Amérique.

Selon QAnon qui vénère Donald Trump, Trump a répondu à un appel du peuple américain par amour pour son pays et il a accepté de devenir le président des Américains pour mener une lutte acharnée contre le gouvernement mondial occulte des pédophiles LGBT satanistes qui contrôlent l’État profond des États-Unis.

La Conspiration inclut tous les opposants politiques à Donald Trump, de Barack Obama et sa femme Michelle aux mouvements Black Lives Matter et Antifas, en passant par les haineuses Nancy Pelosi et Hillary Clinton, la milliardaire alcoolique sous médocs. La Conspiration inclut aussi George Soros et Bill Gates pour qui la pédophilie est un simple handicap. Un acharnement spécial anti-Trump est réservé à un lieu branché, le Comet Ping Pong, une pizzeria de Washington DC très populaire dans la ville et point de repère de la contre-culture LGBTQ+ qui est décrit par QAnon comme un repaire de pédophiles pervers et satanistes !

Le Comet Ping Pong aurait donc subi un raid armé en décembre 2016, et une tentative d’incendie en janvier 2019, et son propriétaire James Alefantis, homosexuel, recevrait des menaces de mort.

RTL : « Présidentielle américaine : Obama appelle au vote contre Trump qui ment « tous les jours » ! À une dizaine de jours de l’élection présidentielle américaine, Barack Obama renforce son discours en faveur du candidat démocrate Joe Biden. L’ancien président des États-Unis appelle à la mobilisation de l’électorat, et avertit contre un relâchement de la mobilisation devant des sondages favorables au ticket Biden-Harris ».

L’explication de la fraude ! Obama : « Nous ne pouvons faire preuve de complaisance ! » Il a rappelé que les chiffres étaient favorables à Hillary Clinton en 2016. Mais la fraude a été insuffisante et l’alcoolique a été finalement battue. « Beaucoup de gens sont restés chez eux, ils ont été flemmards et complaisants ». « Pas cette fois ! Pas lors de cette élection ! » « Nous avons 13 jours jusqu’à l’élection (pour la fraude des votes par correspondance) la plus importante de notre vie », cela avant un réquisitoire virulent contre Donald Trump.

Obama est passé à la vitesse supérieure et n’a plus eu de retenue au moment de dénoncer le mandat de Donald Trump : Trump « ment tous les jours ». « Ce n’est pas la télé-réalité, c’est la réalité ! » « Avec Joe Biden (dans le coma) et Kamala Harris (l’activiste indigéniste), vous n’aurez pas à vous inquiéter de votre avenir !

Avec Joe Biden, « ce ne sera pas aussi épuisant ». Pour le troisième jour consécutif, Joe Biden n’avait rien dans son programme public, tandis que le président Trump continuait de sillonner les États-Unis !

Michel Janva, Le Salon beige : Éric Zemmour : « Il y a une volonté de s’acharner contre Trump, de l’humilier car il a voulu s’opposer au système. Cela montre à quel point la Gauche en avait peur« .

Moralité : Joe Biden a fraudé, le jour où la terreur contre la démocratie est arrivée au pouvoir. Biden a tenté un coup d’État : il doit être renvoyé ! Une mise en accusation rapide de Joe Biden est impérative mais les fraudeurs le protégeront ! Biden n’a pas agi seul ! Mais quand le candidat Biden encourage ouvertement la fraude, à franchir toutes les limites et à menacer la démocratie pour parvenir au pouvoir, on appelle cela une tentative de coup d’État anti-Trump, avant un coup d’État réussi. Que le coup d’État ait réussi ne devrait pas nous aveugler sur sa signification complotiste et sur la honte qu’Obama et les siens ont imposée à l’Amérique.

Ni sur l’importance de tenir pour responsables de la Conspiration, les Démocrates et Obama, eux qui en sont pleinement responsables. La culpabilité dans la fraude des Démocrates et d’Obama est incontestable.

Il ne fait aucun doute que les Démocrates ont organisé la fraude et qu’Obama a incité les fraudeurs à agir contre la loi. Il a allumé la mèche pour la fraude des Démocrates. Joe Biden doit être mis en accusation, condamné avant sa prise de fonction immédiatement. Laisser Joe Biden accéder à sa présidence signifierait que la fraude électorale et le coup d’État font partie du système américain aux mains des Démocrates.

Joe Biden doit comprendre que ses actions frauduleuses sont le problème de son élection, mais pas la solution ! La honteuse complicité des Démocrates doit hanter à jamais leur réputation et leur conscience.

Tous sont complices ! Twitter, Facebook et YouTube, ont agi comme les ennemis de la démocratie américaine avec la complicité des Démocrates. Ils doivent donc en subir toutes les conséquences !

Rollingstone de la gauche libertaire : « Obama condamne officiellement Donald Trump« . Traduction : L’ancien Président afro-américain a tenu un discours cinglant sur la politique climatique mondialiste absurde d’Obama visant les autorités en poste. Depuis la passation de pouvoir en janvier 2017, Obama s’éloignait de toute retenue, pris par sa haine farouche de Donald Trump, le défenseur des petits Blancs américains !

La fraude nationale afin de soutenir les candidats Démocrates aux élections évoque de façon claire les menaces qui planent sur la démocratie, et la responsabilité des Démocrates quant à la préservation des fraudeurs ! Depuis des décennies, les Démocrates ont fait la politique de la division, du rejet des petits Blancs américains, et développé ensuite la paranoïa anti-Trump qui a malheureusement trouvé des alliés au sein du Parti républicain ! Obama a refusé de dénoncer notamment la façon frauduleuse dont a été élu Joe Biden qui a exploité outrageusement la fraude électorale dont il a fait l’aveu publiquement, tellement il est dément !

Invoquer publiquement la fraude électorale, opposer un groupe de fraudeurs à un groupe de contrôle, donner des ordres pour établir un cordon de sécurité contre les groupes de contrôle, cela a confirmé que la sincérité de l’élection était menacée par ceux des Démocrates qui ne ressemblent pas aux vrais Américains !

La fraude des Démocrates, c’est une vieille rengaine ! Une rengaine vieille comme la gauche contre une démocratie saine ! Dire que tout ira bien parce qu’il y a des gens à la Maison Blanche qui ne suivront pas le Président Biden dément, c’est loin d’être rassurant et ce ne sera sûrement pas suffisant !

Les Démocrates engagent à nouveau une procédure de destitution contre Donald Trump. Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants pétrie de haine Anti-Trump, imagine une procédure de destitution soutenue par une majorité des Démocrates fraudeurs de la Chambre des représentants, pour faire de Trump le président dans le collimateur de la haine des Démocrates pour des tentatives destitution… à deux reprises ! Nancy Pelosi a déclaré que la Chambre procédera à une mise en accusation. Les Démocrates fraudeurs accusent Trump de réitérer ses affirmations sur les résultats frauduleux de l’élection incitant le rassemblement violent du peuple américain ! David Cicilline (D-R.I.), l’un des auteurs de l’article sur la destitution, a déclaré à CNN qu’il pensait que certains républicains pourraient voter la destitution ! Il est urgent que le président Trump soit destitué immédiatement. Pour obtenir une condamnation de Trump au Sénat, les Démocrates ont besoin d’une majorité des 2/3, ce qui nécessitera le vote de 16 sénateurs républicains…

Et en même temps, Apple et Google bannissent l’application conservatrice Parler ! Un jour après que Google ait banni de son Store l’application Parler, une plate-forme largement plébiscitée par les partisans de Trump, Apple a suivi. CNN a dit qu’Amazon prévoyait de suspendre le compte de Parler sur leurs services web. Sans hôte sur le web, l’application sera mise hors ligne jusqu’à ce qu’elle en trouve un nouveau.

Moralité : C’est le plan de bannissement de la liberté d’expression par la gauche, comme toujours !

Thierry Michaud-Nérard