Officiel : les « vaccins » anti-Covid affaiblissent l’immunité !

Deux énormes pierres dans le jardin de la dictature sanitaire ambiante. Deux pierres qui vont sacrément « emmerder » les thuriféraires du « sanitairement correct »

Source : https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-01-11/repeat-booster-shots-risk-overloading-immune-system-ema-says

***

Le mardi 11 janvier dernier, l’Agence européenne du médicament (AEM) avertissait que les injections répétées de rappel de « vaccins » anti-Covid-19 (appelées en franglais les « boosters ») pourraient dégrader l’immunité des patients.

Les rappels « peuvent être effectués une ou peut-être deux fois, mais ce n’est pas quelque chose qui, selon nous, devrait être répété constamment », a déclaré ce mardi lors d’un point de presse Marco Cavaleri, responsable de la stratégie des menaces biologiques pour la santé et des vaccins à l’AEM. Une « révélation » qui ne date d’ailleurs pas d’hier…  Ce qui est nouveau est que cette vérité sorte enfin de la bouche de l’un des principaux responsables européens de la gestion de la « crise sanitaire »

***

Deuxième révélation : « Nous devons réfléchir à la manière dont nous pouvons passer du cadre pandémique actuel à un cadre plus endémique » a ajouté M. Cavaleri. L’Agence européenne est donc sur le point de cesser de considérer le Covid-19 (et son dernier variant, Omicron, désormais largement majoritaire, plus transmissible mais beaucoup moins pathogène que les précédents) comme une pandémie, mais comme une endémie, laquelle rend caduque tout programme de vaccination de masse, volontaire ou imposée. Il est fort probable que les autorités sanitaires européennes commencent à prendre peur face au prévisible raz-de-marée d’effets secondaires liés aux vaccins à ARNm, massivement utilisés dans l’espace européen :

« Vaccination » anti-covid : la catastrophe sanitaire en chiffres

Dans les semaines ou les mois qui viennent, les gouvernements européens devraient emboîter le pas aux Anglais (ne pas confondre Anglais, Gallois, Ecossais, etc.), lesquels ont décidé de « laisser filer le variant omicron » et de desserrer peu à peu l’étau sanitaire

***

Marco Cavaleri n’oublie cependant pas ses « amis », Pfizer et Gilead. Il ajoute en effet que « les antiviraux oraux et intraveineux, tels que Paxlovid   et Remdesivir,  maintiennent leur efficacité contre Omicron ». On relèvera que le Paxlovid est produit par Pfizer et le Remdesivir par Gilead

***

Concernant le Paxlovid, ce n’est qu’en février 2021 – donc il y a à peine un an – que Pfizer a commencé son premier essai de phase I. Un peu court pourra-t-on objecter… Mais il est vrai que ce médicament est un inhibiteur de protéase, mécanisme sur lequel les pharmacologues ont un recul certain (contrairement à la technologie de l’ARNm) puisque c’est ce mécanisme qu’utilisent de nombreux médicaments antiviraux pour traiter le VIH/sida et l’hépatite C.  On remarquera néanmoins que, l’Union européenne entend troquer le juteux – pour son fabriquant – mais calamiteux – pour la populace transformée en troupeau de cobayes – « vaccin » Tozinameran, coproduit par Pfizer et BioNTech, et simplement connu sous le nom de « vaccin Pfizer », par un autre produit, le Paxlovid, également fabriqué par Pfizer, administré cette fois-ci par voie orale, et donc de manière plus souple que le Tozinameran. Dans ce troc, on peut parier que Pfizer est loin d’être perdant…

***

Quant au Remdesivir, on ne s’étonnera pas de le voir mentionné par l’un des responsables de l’AEM : le 8 octobre 2020, la Commission de Bruxelles a en effet signé un contrat-cadre de passation de marché avec le laboratoire Gilead pour l’achat de 500 000 doses de Remdesivir, à plus de 2000 euros la dose intraveineuse, soit 1,035 milliard d’euros au total. Ces doses sont restées sur les bras de l’UE, depuis la publication d’études montrant le caractère totalement inapproprié de ce « vaccin »  contre – à l’époque – la pandémie de Covid 19. L’UE entend naturellement écouler ces doses auprès de la populace, en en redécouvrant subitement les mérites dans la lutte contre Omicron, un variant du Covid qui n’existait pas à l’époque où elle a passé la commande auprès de Gilead… Vous avez dit bizarre ?

***

Rappelons que l’étude totalement bidonnée du Lancet « prouvant » les dangers de l’hydroxychoroquine (voir LancetGate) a probablement été commanditée par Gilead auprès de « scientifiques » peu scrupuleux. Le professeur Raoult a parlé du LancetGate comme de « la plus grande escroquerie scientifique de tous les temps » :

***

L’AEM a déclaré qu’il faudrait encore « trois à quatre mois » pour « valider » le Paxlovid. Son AMM (autorisation – temporaire ? – de mise sur le marché) serait donc délivrée courant avril au plus tôt.

***

Bonus : la dernière vidéo du Pr Raoult, qui constate que le variant Omicron occasionne peu d’hospitalisations et aucun mort. Une donnée qui rend totalement surréaliste tout le ramdam gouvernemental sur la vaccination. « C’est difficile de protéger contre la mort si on ne meure plus du tout », ironise l’infectiologue. Une phrase qui devrait devenir culte…

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni 

 

image_pdfimage_print
19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


18 Commentaires

  1. Pfizer : Albert Bourla avoue que son vaccin ne sert à rien !
    Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, vient de réaliser une vidéo assez extraordinaire dans laquelle il avoue que les 2 doses de vaccin ne servent strictement à rien question protection contre le Covid-19. La 3e dose de rappel est à peine utile, il va falloir attendre la nouvelle formule qui arrivera au mois de mars contre le variant Omicron. Du coup, il faut comprendre que les rats de laboratoires qui sont en train de se faire piquer avec la 3e dose aujourd’hui serons obligés au mois de mars prochain d’en faire une nouvelle, une 4e… et ainsi de suite. Bonne chance.
    https://cdn.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2022/01/13120234/Bourla-vaccin-pfizer-inefficace.mp4

  2. Difficile de comprendre pourquoi le Coronavac, bien qu’avalisé par l’OMS, ne l’est toujours pas par l’AEM. Alors qu’il s’agit d’un VRAI vaccin, à base de virus désactivé, et dont les effets secondaires avérés se résument dans le pire des cas à une très légère fièvre passagère. Largement utilisé au Brésil, qui, en proportion, voit maintenant moins de malades mourir qu’en France, il serait de nature à rassurer quelques réfractaires.

  3. Dès que vous parlez de vaccin à propos de l’immunisation contre le (ou la) covid-19, vous avez perdu la partie ; il s’agit d’injections géniques expérimentales, certains même parlent d’anti-vaccins.
    Quand on veut combattre quelque chose il faut d’abord la désigner correctement
    Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. Disait Albert Camus…

  4. Il y a tellement de phrases cultes que l’on peut attribuer à Raoult comme « fin de partie pour le Covid ! » qui était devenue « fin de partie pour le Covid ? ». Et au fait Raoult parle toujours de HCQ ? :-))

    • Si nos gouvernants avaient laissé propager le virus en isolant les plus faibles et s’ ils avaient laissé soigner , la phrase de Raoult aurait été vrai. Et au fait un petit commentaire sur la dernière phrase de Marty ? (eh oui on a des milliers d’années de recul sur les vaccins en additionnant tous les vaccinés lol). Aller va faire ta dixième dose mais profite car la fin de partie elle pour toi.

  5. Après m’avoir mis en boîte avec un certain esprit je dois le dire, je vois que mes commentaires sur le Paxlovid (que j’avais d’ailleurs mal orthographié) ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd. En plus d’être « complotisse » comme dirait PLP, vous ne seriez pas un peu plagiaire ? :-)))

  6. Est-ce que les véritables médecins FRANCAIS vont se désolidariser de la propagande du tueur macron pour asséner des vérités sur ces piqûres de la MORT !!!!
    leur silence les désigne comme complices …..

  7. Ah !
    Ça fait plaisir de lire Dubost quand il prend pour référence une agence qui est favorable à la vaccination !
    Il devient enfin raisonnable !
    Bravo !

  8. Dans toutes les boîtes de médicaments sans exception on trouve une notice décrivant par le menu tous les effets indésirables.
    Les flacons ARNm ne comportent aucun document d’aucune sorte, et ils prétendent évoquer le consentement éclairé.
    Quelle bande de crapules.