1

Offres d’emploi au palais de l’Élysée : priorité à la diversité

Inutile de vous apprendre que sur Emmanuel Macron quantité de rumeurs plus incroyables les unes que les autres courent jusqu’à en perdre haleine tellement elles courent vite sans jamais s’arrêter. Et dernièrement, l’une d’entre elles a tout particulièrement attiré mon attention : « Le chef de l’État rechercherait de nouveaux conseillers. »
Tiens, tiens, tiens… Voilà l’occasion d’avoir un petit peu d’ambition, me suis-je aussitôt dit.

Alors, bien évidemment, j’ai immédiatement pensé à faire le con en postulant à l’Élysée comme futur conseiller d’Emmanuel Macron !
Car le constat, aussi tragique qu’inquiétant, était aussi simple que sans appel : entouré de brillants énarques lui donnant de brillants conseils, ou encerclé de formidables conseillers estampillés Mckinsey l’abreuvant en permanence de sages recommandations pour, bien évidemment, défendre avec acharnement les intérêts de notre pays, Emmanuel Macron gouverne la France comme un manche !
Mais tout ça, c’est du passé, me suis-je encore dit, car grâce à ma future présence bénéfique et salvatrice à ses côtés, et surtout grâce à ma connerie abyssale d’auteur humoristique unique en son genre, enfin un subtil rééquilibrage s’opérera instantanément afin de remettre notre beau pays dans le droit chemin.

Sur ces réflexions pleines de bon sens, de clairvoyance et d’intelligence, et sans perdre une seule seconde de plus pour sauver la France d’un désastre annoncé, je me suis avec hardiesse précipité sur le site Internet officiel du gouvernement s’occupant du recrutement pour l’Élysée.

https://place-emploi-public.gouv.fr/employeurs/presidence-de-la-republique/

Ne trouvant pas le poste de conseiller du Président directement, je me rabattais au hasard sur un autre un poste qui attira également mon attention : « Assistant au bureau du cabinet auprès d’une autorité ».
Ça veut tout dire et rien dire à la fois. Néanmoins, le « rien » ça me parle ! Alors, j’ai foncé. Eh puis, grâce à la présence officielle du joli logo Présidence de la république sur leur site Internet, voir ci-dessous, indiscutablement ça vous met en confiance.

Pour ne rien vous cacher… à l’Élysée, je m’y voyais déjà, tout en haut des marches !
Alors, bouillonnant d’impatience, je découvrais avec une joie sans faille mes futures missions. Mais, lorsque plein d’emballement je cliquais tout en bas de la page sur « INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES » au sujet du poste à pourvoir, à ce moment-là, ce fut le drame…
Car en découvrant toutes les offres d’emploi proposées au palais présidentiel, quelle ne fut pas ma terrible déception lorsque je découvris aussi abasourdi que déconfit, que malheureusement je n’avais pas le profil requis, puisque, en effet : j’étais un homme blanc !
Voir capture d’écran ci-dessous :

« Nous regarderons avec la plus grande attention les candidatures qui s’inscrivent dans le cadre de notre politique privilégiant la diversité, la parité et l’accueil de personnes en situation de handicap. »
Pour l’homme blanc, la messe est dite.
Et je ne pouvais que froidement constater avec amertume cette triste réalité : je suis, hélas, un homme blanc.
Et je m’avance peut-être un peu vite sur ce que je subodore avec inquiétude, mais je ne pense pas être le seul homme blanc en France ! En tout cas je crois… Donc tous les autres sont tout autant dans la mouise que votre serviteur pour être embauchés à l’Élysée.

Eh oui ! mesdames et messieurs, apparemment, après la « transition démographique » dans nos campagnes trop blanches et trop franchouillardes, Emmanuel Macron souhaite dorénavant mettre en place la « transition démographique » dans le palais présidentiel.
Youpi ! le progrès est en marche là-bas aussi.
Que de bonnes nouvelles…

Mon petit côté taquin mal élevé voyant le mal partout (pour ne pas dire Gaulois réfractaire à moitié illettré ravagé par la lèpre populiste) me laisse penser qu’aux yeux de notre merveilleux Président, il n’y a pas assez de beaux blacks musclés à l’Élysée, alors il passe commande ! pour en avoir plein sous la main en permanence.
Que va-t-il faire avec eux ? Mystère, mystère…

Aussi dépêchez-vous tous, « membres de la diversité », d’accourir au plus vite au palais présidentiel : là-bas, on a urgemment besoin de vous !
En effet, sur place, on croise malheureusement bien trop de mâles blancs dans tous les couloirs ! Sinistre réalité d’une trop grande blanchité désormais plus désirée dans le palais doré de notre Emmanuel Macron adoré.
Il veut de la diversité ? Eh bien, diable, qu’on lui en offre à profusion !!! Grâce à lui, 450.000 immigrés arrivent déjà chaque année en France.

Cet homme, notre Président, me fait quand même peur… en effet, de sa part… quel appétit vorace ! pour tous ces hommes à la peau mate.
Sur le sujet j’espère que Brigitte lui donne un coup de main et l’aide un peu… pour le recrutement du nouveau personnel du palais de l’Élysée, bien sûr…

Étant personnellement toujours aussi con (poursuivant son chemin progressiste, l’évolution d’homo sapiens-sapiens m’ayant impitoyablement abandonné sur le bas-côté de la route) je me suis alors posé la question de savoir si tout ceci n’était pas un résidu du « en même temps macronien » : à la fois on viole la loi et à la fois on fait semblant de la respecter tout en affichant fièrement sa détermination à la violer.
Car, ma bonne dame, cela ne serait t’y pas… de la discrimination à l’embauche par hasard ?
Je ne suis pas juriste. Je n’y connais strictement rien en matière de droit. Cependant, comme tous les Français, je fais entièrement confiance au gouvernement. Alors, pour savoir de quoi était faite la loi, je me suis encore rendu sur un autre site gouvernemental. Officiel lui aussi.

https://travail-emploi.gouv.fr/droit-du-travail/egalite-professionnelle-discrimination-et-harcelement/article/discriminations-a-l-embauche-de-quoi-parle-t-on

Ce site du gouvernement est drôlement bien fait, il nous explique tout bien comme il faut la discrimination à l’embauche. Même des cons comme nous peuvent comprendre, c’est dire…
Extraits :

« Discriminations à l’embauche, de quoi parle-t-on ?
Une discrimination est une inégalité de traitement fondée sur un critère interdit par la loi (sexe, âge, état de santé…) et dans un domaine cité par la loi, par exemple l’embauche. À ce jour, 20 critères de discrimination sont fixés par la loi.
Ainsi, défavoriser une personne en raison de l’un de ces 20 critères est formellement interdit par la loi et les conventions internationales approuvées par la France.

Ce que la loi prévoit s’agissant de l’embauche
Tout salarié, tout candidat à un emploi, un stage ou une période de formation en entreprise est protégé par la loi contre les discriminations à l’embauche et au travail. Le Code du Travail (art. L.1132-1) interdit toute distinction entre salariés fondée notamment sur :
⦁ l’origine ;
⦁ le sexe ;
⦁ les mœurs ;
⦁ l’orientation ;
⦁ l’identité sexuelle ;
⦁ l’âge ;
⦁ la situation de famille ;
⦁ la grossesse ;
⦁ les caractéristiques génétiques ;
⦁ l’appartenance ou la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race ;
⦁ les opinions politiques ;
⦁ les activités syndicales ou mutualistes ;
⦁ les convictions religieuses ;
⦁ l’apparence physique ;
⦁ le nom de famille ;
⦁ le lieu de résidence ;
⦁ l’état de santé ;
⦁ le handicap.

Dès lors, aucun de ces motifs ne peut être retenu pour écarter une personne d’une procédure de recrutement (ou de l’accès à un stage ou à une formation) ou pour sanctionner, licencier ou décider d’une mesure discriminatoire contre un salarié. »

Origine, sexe, handicap ? Bingo ! Tiercé gagnant. À la Direction des Ressources humaines s’occupant du recrutement au palais de l’Élysée, ils semblent avoir eu la bonne idée de cocher plein de cases de la discrimination à l’embauche en violant ainsi l’article L.1132-1 du Code du Travail. Et ils « semblent » volontairement violer la loi tout en le clamant haut et fort, en étant même fiers de leurs actes délictueux puisqu’ils le précisent et le mentionnent dans leur offre d’emploi : « Nous regarderons avec la plus grande attention les candidatures qui s’inscrivent dans le cadre de notre politique privilégiant la diversité, la parité et l’accueil de personnes en situation de handicap. »

Ils le proclament fièrement : ils privilégient. Donc ils discriminent.
La diversité ? C’est la couleur de peau, voire la race, donc l’origine. La parité ? C’est le sexe homme/femme. Et le handicap ? Il figure bien dans la liste des discriminations à l’embauche. Dans celle des annonces du palais présidentiel, par antagonisme, c’est de la discrimination sur les personnes en bonne santé.

Pour le recrutement au palais présidentiel, dont le fonctionnement au quotidien dépend directement des impôts des Français, je leur conseillerais plutôt de mettre en toutes lettres dans leurs annonces d’offres d’emploi : « Postes interdits aux chiens et aux Français de souche », comme ça les choses seraient plus claires.
Et j’exagère à peine, car pour l’Élysée, si vous êtes un homme ? C’est pas bien. Blanc ? C’est encore plus moins bien. Et si en plus vous avez la mauvaise idée de ne pas être handicapé, alors là… vous êtes mal barré pour être embauché.
Par contre, si vous êtes une femme, noire, et qu’en plus vous êtes handicapée, alors là, foncez à l’Élysée. Vous passerez en priorité devant tout le monde !

Petite mise en garde importante à l’encontre de certains lecteurs. Car je vous vois venir, bande de petits malotrus malpolis mal élevés ! N’allez pas me sortir : « Une femme ? Noire ? Handicapée ? Pour ne pas dire handicapée mentale,  puisqu’elle reconnaissait elle-même ne pas savoir comment mettre un masque lors de la période de la Covid-19, ils en ont déjà embauché une : Sibeth Ndiaye ! Qui porte d’ailleurs si bien son prénom. ». Non, je vous interdis de dire ou de penser une telle monstruosité, méchants racistes d’sstrêême drouoite.

Ah, qu’est devenu le palais de l’Élysée sous Emmanuel Macron…
Emmanuel Macron : Faux Mozart de la Finance, mais vrai Beethoven de la connerie ! Chaque jour il nous éblouit. Il faut dire qu’il brille tellement aussi… qu’il nous éblouit par son extraordinaire capacité volontaire à ne jamais défendre les intérêts de la France ou ceux de ses sales Français blancs pauvres : êtres abjects, laids et vils, indignes de son mépris pour être au plus près de sa libre pensée. Par contre, pour les autres… les autres… les Français qui ont dans notre société actuelle l’immense chance de ne pas être « blancs »… alors là c’est tout un festival d’idées plus belles, plus innovantes et plus brillantes les unes que les autres qui jaillissent de son cerveau pour les protéger, les caresser dans le sens du poil et surtout… surtout… pour les privilégier et les discriminer au détriment des blancs ; laissant justement tous ces veaux de citoyens blancs pauvres dans le caniveau des laissés-pour-compte. Caniveau sordide d’où ne peut, à ses jolis yeux bleus présidentiels, que bien évidemment s’écouler puanteur, laideur, aigreur, racisme, complotisme, etc., etc., inutile de continuer, vous connaissez déjà la suite couramment usitée, puisqu’on pourrait aisément écrire tout un dictionnaire des insultes à l’égard des Français blancs pauvres, qui comporterait des centaines et des centaines de pages au minimum…
Alors, continuons.

Connaissez-vous le site internet www.elysee.fr ?
Non ? Même si c’est avec une admirable constance que ce site nous informe avec élégance et sobriété que notre Président jupitérien n’est pas le dernier des crétins, mais bel et bien un homme aussi brillant que merveilleux que le monde entier nous envie avec jalousie, car partout attendu comme le messie, si je vous en parle ce n’est pas pour ça, mais pour vous informer que elysee.fr nous rappelle judicieusement qu’en 2021 Emmanuel Macron avait pris la sage décision… de lutter contre les discriminations ! Voir lien ci-dessous :

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2021/02/12/face-aux-discriminations-nous-repondons-par-laction

Amusez-vous à cliquer sur la vidéo de notre chef de l’État nous faisant part de sa décision de lutter contre les discriminations avec la même emphase qu’un lycéen théâtreux voulant bien faire et surjouant son rôle sous les yeux énamourés de sa maîtresse adorée. La gravité, le sens du rythme, les silences délibérés, etc. Tout y est. Mais sans le bon dosage. Comme d’habitude. Dommage…

Le Président parle. Il décide. Seul. Car il a réfléchi. Ça lui arrive, paraît-il !

Et pour lutter contre les discriminations… il a bien évidemment créé une sorte de numéro vert :
3928. Prix d’un appel local. Du lundi au vendredi de 9h30 à 19h.
Une spécialité de nos élites françaises. Dès qu’un problème surgit, elles créent aussitôt un numéro vert ! Bientôt on sortira un bottin téléphonique de tous les numéros verts existants. Il fera des milliers de pages. C’est dire si la France est sûre de s’en sortir…
« Que vous soyez victime ou témoin d’une discrimination, appelez-nous. » C’est le site également créé pour l’occasion : www.antidiscrimination.fr qui nous y encourage.

Merde ! Que dois-je faire ai-je aussitôt pensé, puisque je suis moi-même, et comme vous-mêmes maintenant, témoin non pas d’une mais de plusieurs discriminations à l’embauche sur les offres d’emploi au palais de l’Élysée !
Car, ne pas alerter et dénoncer équivaudrait, bien évidemment, à approuver ces insupportables actes discriminatoires. Impensable ! Pour ne pas dire totalement inimaginable pour les belles âmes que nous sommes !
Je vais donc appeler le 3928 pour les en informer. Après tout c’est mon devoir de citoyen nom d’un chien ! ai-je encore pensé.

Pour les contacter, des propos simples et directs s’imposaient d’eux-mêmes. « Allo ? Je vous appelle parce que je suis tout bouleversé… et même effrayé par ce que je viens de constater avec horreur… Je viens d’être témoin de discriminations à l’embauche… Et même de discriminations multiples en plus ! Cela m’a mis dans un état catastrophique… Cette terrible découverte m’a polytraumatisé… Je n’en dors plus la nuit… C’est un appel au secours que je vous lance !! Je vous en supplie, aidez-moi, que dois-je faire pour stopper et faire immédiatement cesser cette horreur discriminatoire nous rappelant douloureusement les heures les plus sombres de notre histoire ?

Car, tout comme Emmanuel Macron l’avait promis dans son allocution du 12 février 2021, moi aussi je souhaite que des poursuites administratives et judiciaires soient mises en place contre les auteurs de ces discriminations, en appliquant à la lettre ce que notre chef de l’État proposait avec intelligence et sagesse.»

Mais j’ai raccroché mon téléphone à la dernière minute, car pour être franc avec vous, si je ne les pas encore appelé c’est tout simplement parce que j’avais une crainte, bien réelle et bien légitime celle-là : que suite à mon appel ils rectifient leurs offres d’emploi sur le site gouvernemental, et qu’après vous ne puissiez plus constater de visu ces discriminations sur les offres d’emploi officielles du palais de l’Élysée. Les preuves à charge s’étant définitivement envolées.
Mais si tout comme moi vous aimez jouer au con, dès à présent libre à vous de le faire sans bouder votre bon plaisir à foutre le bordel, pour parler vulgairement.

Je pense pour finir que, bien évidemment, c’est moi qui ai tout mal compris. Je ne suis pas assez intelligent, et dans leurs offres d’emploi officielles au palais de l’Élysée, nos élites ont été une fois de plus trop subtiles pour votre serviteur. Comme pour vous d’ailleurs… Aussi, comme d’habitude, ils nous répondront très sagement : « Circulez braves gens, il n’y a rien à voir. » Fin de l’histoire…
Fin de l’histoire ? Quoique… Emmanuel Macron serait bien capable de venir clamer haut et fort qu’il est fier de faire de la discrimination positive ! Et donc fier de violer ouvertement devant tout le monde les lois de la France. C’est son style, à notre Président, d’assumer avec jactance, arrogance et suffisance toutes ses saloperies devant le monde entier. L’air de dire… « Je fais ce que je veux et je vous emmerde ! Vous, vos sales lois, votre sale culture française qui n’existe pas, et votre sale pays, la France ! »

Chaque pays a le Président qu’il mérite…

Stéphane Fatrov