Olivier Roy : naïf, incompétent ou agent de l’islam ?

OlivierRoyPour Olivier Roy (1), « le djihadisme est une révolte générationnelle et nihiliste » (2) !

Eh bien non ! Le djihadisme n’est pas une « révolte » : c’est une déclaration de guerre.

Cette soi-disant « révolte » n’est pas « générationnelle », mais historique. Ceux qui font le djihad s’inscrivent dans l’histoire de l’islam, dont la finalité est l’islamisation de la planète, car la planète, créée par Allah, doit revenir intégralement à Allah.

Cette soi-disant « révolte » est encore moins « nihiliste ». Elle en est même la négation, le nihiliste affirmant que « rien n’existe d’absolu » (3), alors que le djihadiste affirme l’absolu de la parole d’Allah, et par suite l’absolue vérité de la morale islamique et des valeurs qu’elle enseigne.

Le djihad, c’est la guerre sainte. Voilà pourquoi sont saintes les tueries perpétrées par les djihadistes ! Comment un spécialiste de l’islam peut-il ne pas le savoir ? Les djihadistes ne font-ils pas de la guerre contre l’infidèle une priorité ? L’Occident ne doit-il pas devenir « dar al-Islam », c’est-à-dire « la demeure de l’Islam » ? Olivier Roy ignore-t-il que l’État islamique publie un magazine (en français, s’il vous plaît !) dont le titre est précisément « Dar al-Islam » ? Que souligne, entre autres, ce magazine, sinon l’« immense bienfait de vivre sous la loi d’Allah, au milieu des croyants » (4) ?  Et que rappelle-t-il « à ceux qui n’ont pas accompli l’obligation d’émigrer de la terre de mécréance et de guerre vers celle de l’Islam », sinon « qu’ils sont en immense danger dans ce monde et dans l’autre » (4) ? Et malgré cela, Olivier Roy considère que nous n’avons affaire qu’à de simples révoltés ?

La révolte estudiantine de Mai 68 appelait-elle au meurtre de ceux qui n’en partageaient point les idéaux ? Les djihadistes n’ont-ils pas, au contraire, la ferme volonté de tuer toute personne qui refuse leur profession de foi ? Comment une profession de foi aussi évidente peut-elle faire croire que les djihadistes tuent pour tuer ou pour se prouver qu’ils existent ? Les djihadistes tuent sur ordre d’Allah ! Ils tuent d’autant plus aisément qu’en agissant ainsi, le paradis leur est acquis : tous les musulmans, même ceux qui condamnent de tels actes, en sont persuadés !

Le djihadisme ne relève donc ni de « la radicalisation de l’islam », ni de « l’islamisation de la radicalité » : il relève de l’islam, et uniquement de l’islam, puisque l’islam ne peut s’affirmer que dans la radicalité, comme l’ont prouvé par le passé les conquêtes musulmanes, et comme le prouvent aujourd’hui l’Etat islamique, Boko Haram, les talibans, les djihadistes de quelque pays que ce soit, sans parler de tous ces « jeunes » dits « français » qui n’ont pas respecté la minute de silence après l’attentat de Charlie Hebdo, ou qui ont applaudi au soir du 13 novembre 2015, suite aux horreurs que l’on sait !

Et qu’on ne dise pas ici que ces « jeunes » sont les laissés-pour-compte de notre société. Ce sont eux qui, par leur culture d’origine, refusent notre société. Ce qu’ils veulent, c’est une société où l’islam domine. Tous ces « jeunes » se reconnaissent dans un islam conquérant : faire le djihad, c’est accomplir un acte héroïque, se revêtir de gloire, et sauver l’honneur familial surtout si la famille les contredit sur ce point !

Les djihadistes sont fiers d’être ce qu’ils sont, et ne sont pas près de changer. Prétendre les dé-radicaliser est utopique. C’est dommage qu’Olivier Roy ne l’ait pas compris… à moins qu’il l’ait compris, mais qu’il ait préféré le taire, comme tant d’autres en haut lieu !

Maurice Vidal

  1. Politologue, spécialiste de l’islam.

  2. Le Monde, 24-11-2015.

  3. Le Petit Robert (1983).

  4. Editorial du premier numéro (4-01-2014).

image_pdf
0
0

8 Commentaires

  1. Encore un « spécialiste » de mes deux qui ramène le terrorisme islamique à un conflit de générations ? Il prend les français pour des bulots !

  2. À tout prendre, dans leur même jihad contre l’ Occident, et toutes nocivité confondues, mieux vaut avoir une tête de faux derch’ que de vrai da’ech, c ‘est moins risqué.

  3. L’article en question en dit plus sur Le Monde que sur Olivier Roy. C’est un article sans le moindre intérêt dont le but unique est d’expliquer les motivations des islamistes pour mieux les disculper. Mais l’explication,comme le montre bien Maurice Vidal n’est pas convaincante et,donc,la disculpation n’a pas lieu d’être. Le Monde,en compagnie du Guardian,du Süddeutsche Zeitung et de quelques autres journaux de cette mouvance est totalement déconnecté du monde réel. Et la justification de l’islamisme,même s’il s’en défend,devient une obsession pour lui.

  4. Un crétin de plus sur les listes noires de la collaboration. Que Monsieur Roy, le mal nommé aille étudier un peu l’islam. Car en ces lieux, le djihad est un ds 5 pilliers.

  5. La révolte identitaire est saluée partout par nos marxistes décérébrés sauf quand c’est le peuple de France qui l’exprime, bizarre

  6. Depuis le temps qu’il macère dans l’islamologie -et l’islam-, m’étonnerait pas qu’il en soit totalement imbibé au point d’ en être devenu adepte, comme tant d’autres orientalistes épris d’ exotisme musulman mythifié avant lui. Un converti plus ou moins crypto, histoire de rester crédible aux yeux des infidèles à conquérir par l’ enfumage. Et puis, la concurrence s’est progressivement faite âpre dans le domaine de l’ islamologie devenue plus réaliste depuis les années 80 où Roy était un roi dans ce domaine ; alors il faut bien surnager, donc surfer sur la vague du politiquement correct, pour continuer à exister.

  7. Olivier Roy est de mauvaise foi, de cette mauvaise foi incarnée qui rend intellectuellement insuffisant et occulte la réalité.

Les commentaires sont fermés.