Omarosa, la Benalla de Trump ?

Dans ce monde ultra-sophistiqué en matière d’électronique et d’informatique, rien n’échappe à la hargne de ceux ou celles qui veulent frapper une personnalité en plein cœur. Il suffit d’une caméra miniature et d’un magnétophone caché pour enregistrer les faits et gestes de celui que l’on est censé servir avec zèle et fidélité. Mais si ce personnage, déjà suspect au départ, emmagasine suffisamment de preuves pour faire chanter son patron ou, du moins, l’obliger à le couvrir (parfois à le payer en bonus et compensations) en cas de négligence ou de faute grave, le politique est pris au piège.

Deux cas qui, au premier abord, ne se ressemblent pas mais tombent dans cette catégorie et créent un immense casse-tête au sommet de l’État.

En France, nous avons le cas de Benalla mais aux États-Unis surgit le problème Omarosa Manigault-Newman, ces derniers jours.

Un point commun apparaît pour ces deux énergumènes : ils (lui, Benalla et elle, Omarosa) sont prêts à manger à tous les râteliers tellement ils sont ambitieux et pervers à la fois.

Benalla, à suivre son parcours, a goûté à tous les plats : le socialisme, avec Hollande et Aubry, comme garde du corps et homme à tout faire. Il a changé de poissonnerie souvent comme de chemise : à droite, à gauche, il a tellement louvoyé dans le milieu politique que personne n’est capable de dire de quel bord il est.

Quant à Omarosa, elle aussi est la reine du zigzag politique : elle a débuté par la célèbre émission de Donald Trump, « The Apprentice », pendant laquelle les candidat(e)s essaient de mettre en valeur leurs qualités d’entrepreneur et de prise de décisions. C’est une lutte au niveau argumentaire, commercial, économique et celui qui gagne la session est celui qui réussit à vendre des réfrigérateurs aux Esquimaux ! Omarosa y a participé et a été à deux doigts de remporter son tournoi. Cependant, par sa verve et son élégance, cette belle Afro-Américaine s’est fait remarquer par le « grand Master ». Elle l’a ensuite revu et, au moment de  l’élection de Trump, elle est apparue avec les larmes aux yeux, jouant un rôle de diva désespérée, et s’est fait embaucher à la Maison Blanche. Elle servait de lien entre la communauté noire qui la connaissait bien et le pouvoir du président blanc. Ce que le président ignorait, c’est qu’il avait fait entrer le loup dans la bergerie.

En effet, elle faisait partie de la campagne d’Hillary Clinton et, lorsque cette dernière a été battue, Omarosa chercha un autre sponsor. Elle obtint, en usant de toute sa féminité (ce qui fonctionne bien avec Trump), de tenir un poste important à la White House : « Director of Communication, Office of Public Liaison », donc chargée de toutes les communications de la Maison Blanche avec le public. Elle avait donc accès aux réunions confidentielles, aux entretiens privés, en un mot, un peu comme Benalla, à la vie politique mais aussi personnelle de Trump.

La comparaison entre Benalla et Omarosa ne s’arrête pas là puisque tous les deux ont été limogés pour des raisons semblables, faute grave, mais tous les deux (surtout  Omarosa) avaient eu amplement le temps de se constituer un pactole de secrets confidentiels, filmés et enregistrés. Omarasa le déclare publiquement, ce qui tient Trump à distance, et elle révèle, fragment par fragment (moyennant finances) aux médias hostiles à Trump, les dessous de la vie à Washington. Benalla, et c’est une question, a-t-il eu les mêmes leviers pour maintenir Macron sous sa coupe et obtenir des avantages certains : légère punition au début mai ? Salaire qui a continué d’être versé ? Aucunes poursuites judiciaires conséquentes jusqu’à maintenant ? Poste important qui lui a été donné à la suite de sa rupture avec Macron ? A-t-il, dans ce fameux coffre qui a disparu et que la police refuse de rechercher, des copies d’enregistrement pris à l’insu de Brigitte et d’Emmanuel ? Secrets d’alcôve ? Secrets de diplomatie ? Secrets d’état ? A-t-il aussi des photos ou films compromettants qui, s’ils étaient diffusés, feraient chuter Macron ?

Omarosa n’hésite pas : dans un livre qui va sortir la semaine prochaine intitulé « Unhinged » (Libérée), elle va débiter tout ce qu’elle sait des manigances et des fantaisies de Trump. D’ailleurs, elle ne se fait aucune illusion tant elle est férocement attaquée par les alliés de Trump et une partie de la presse qui crie au scandale parce qu’elle vient d’ouvrir une boîte de Pandore en jetant en pâture aux journaux des secrets de la Maison Blanche, ce qui, aux yeux de beaucoup, la condamne pour haute trahison.

Elle a déclaré sur NBC News : « Meet the Press », émission suivie par des millions d’Américains le dimanche matin, chaîne d’ailleurs très hostile à Trump : « There’s a lot of corrupt things happening in the White House and I am going to Blow the whistle on a lot of them. » (Il y a tellement de corruptions à la Maison Blanche que je vais toutes les dénoncer). D’où la riposte brutale du gouvernement de Trump : elle sera poursuivie pour haute trahison et certainement traînée devant un  tribunal.

« She’s certainely violating national security regulations », dit Rudy Giulany, avocat de la Maison Blanche.

Mais Omarosa ne semble pas être, pour l’instant, impressionnée puisqu’elle clame : « If I didn’t have these recordings, no one in America would believe me » (Si je n’avais pas ces enregistrements, personne en Amérique ne me croirait !)

Ses supérieurs à la Maison Blanchje avaient essayé de la raisonner et de lui offrir une belle « porte de sortie », ce qu’a fait le Palais de l’Élysée, pour s’ôter cette terrible épine du pied. Mais Omarosa est d’abord « Democrat », quoiqu’elle l’ait dissimulé pendant son séjour à Washington, et elle a piégé Trump qu’elle veut voir tomber de son piédestal. Pour elle, tous les moyens sont bons et le personnel de l’équipe Trump n’a jamais vu le piège se fermer sur lui.

Si l’affaire Benalla s’est terminée en eau de boudin, c’est que l’Élysée a été plus subtil, plus discret, plus manipulateur. Macron a donc, malgré le scandale qu’a suscité cette affaire, réussi à mieux s’en tirer. Jusqu’à maintenant !

André Girod

https://money.cnn.com/video/news/2018/08/12/should-the-press-take-omarosas-book-seriously.cnnmoney

image_pdfimage_print

11 Commentaires

  1. Cette nana est donc la preuve qu’il ne faut pas embaucher dans la diversité.

    • A chaque fois que nous l’avons fait dans le service comptable d’un grand groupe industriel, nous n’avons eu que des ennuis et, je reste polie.
      Je passe sur la zizanie créée entre les gens, des histoires stupides. Des :
      « elle m’a dit.. alors je lui ai dit.. Et pis ça se passera pas comme ça !  »
      A n’en plus finir. Si, ça finissait en arrêt de travail ! On préférait travailler plus que d’avoir à traîner ces engeances !!!!

  2. Si Macron s’en tire mieux que Trump c’est que le système français permet ces dérives !

  3. sous Kennedy (le Démocrate) il lui serait arrivé « un regrettable accident » avant même qu’elle ait fini de débarrasser son bureau… pas besoin de la lourder…

    PS : les limiers de Trump sont-ils à ce point dramatiquement crétins et naïfs ?

  4. Elle est noire , embauchée à la Maison Blanche et va essayer de démontrer que Trump est raciste alors que c’est lui qui l’a engagé ; elle a dû enregistrer des propos de comptoir comme tout le monde peut en dire …c’est pas Benalla mais Rachida Dati plutôt qui lui correspond le mieux ;

  5. Maintenant qu’elle en a bien profité, elle accuse TRUMP d’être raciste. Encore une qui n’a rien trouvé d’autre. Enregistrer des propos de comptoir comme l’écrit Franck, voilà qui montre bien son niveau. Dati, était un peu plus intelligente puisqu’elle a réussi à « mouiller » tellement d’hommes qu’elle continue sa petite carrière comme maire du 7 arrt. de Paris.
    Omarosa a enregistré et divulgué des propos confidentiels. Qui va l’embaucher maintenant ? Donc, une solution : Trump est raciste !

  6. à part en europe et usa où  » les Blancs sont soidisant obligés de recruter du divers », quels sont les autres pays où cette exigence est appliquée ?

  7. « Unhinged » est déjà sorti et vous pouvez l’obtenir sur amazon. Le prix est déjà réduit…
    Omarosa a été un bon coup de communication pour Trump après son élection, pour tenter de dissiper les accusations de racisme dont il était victime. Dont il est toujours victime d’ailleurs, comme le sont tous les conservateurs qui réussissent. Le mot « racisme » seul suffit à jeter un certain discrédit sur quelqu’un sans avoir à prouver quoi que ce soit.
    Mais il a fait entrer un loup dans la bergerie…

  8. Enregistrer à la maison blanche sans autorisation sera forcément traité comme un crime et c’est normal, secret d’état oblige.
    Omarosa a tenté de manger à tous les râteliers. Trump lui a donné une chance unique dans sa vie et dont elle aurait du profiter et être éternellement reconnaissante.
    Elle a préféré la traitrise, c’est sa nature semble-t-il, tant pis pour elle. Sa beauté lui a trop offert sans avoir à se battre. Ce dernier détail va changer maintenant!

  9. Macron aurait mieux réussi que Trump? Laissez moi rire! Macron dispose en France d’une presse unanimement à ses ordres. Elle a eu le droit d’aboyer un peu dans l’affaire Benalla, puis on lui a dit de se taire et l’affaire Benalla se termine.
    Macron a été élu grâce à la propagande de ces médias à la botte du candidat décidé par le système, il a raconté ce que les français voulaient entendre, comme le fera son successeur d’ailleurs et ainsi tout se termine bien pour Macron…

Les commentaires sont fermés.