1

Omicron réservé aux seuls vaccinés : fin de partie pour le vaccin ?

Ce titre peut paraître très optimiste… ou pessimiste, c’est selon votre niveau d’attachement aux vaccins!  Les premières données, qui nous arrivent du Botswana et d’Afrique du sud de patients infectés par ce nouveau variant Covid, Omicron, sont assez surprenantes. Ce virus n’a été décelé que sur des sujets vaccinés. Il faut rester prudent mais certains s’interrogent déjà sur cette mutation qui permet à ce variant Omicron de contourner la barrière d’anticorps des vaccins.

Or certains spécialistes comme Jean-Marc Sabatier, directeur de recherches au CNRS et docteur en biologie cellulaire et microbiologie, avait pointé du doigt l’ambiguïté des anticorps, certains d’entre eux, les facilitants,  peuvent se révéler dangereux, ils accueillent le virus et développent la maladie, le sujet vacciné fait donc une forme grave du Covid ! La multiplication des doses du vaccin pourrait les développer au détriment des anticorps bloquants. Mais, ajoute-t-il, les anticorps ont une action limitée contre la Covid, ce sont davantage les lymphocytes T qui combattent ce virus, et ces lymphocytes sont produites par notre système immunitaire, sous l’effet de la vitamine D… Il conseille donc une exposition au soleil d’au moins 20 minutes ou un complément vitaminé associé au zinc, l’hiver, pour garantir une protection optimale contre le virus.

Dans le très mainstream  Australian Financial Reviews, nous pouvons lire que ce nouveau variant rend beaucoup moins efficace le vaccin et met en péril la campagne de vaccination. Et pourquoi?  Parce que ce virus aurait muté chez un patient immunodéprimé, atteint d’un  sida non traité, selon les analyses de François Balloux, directeur du UCL, Genetics Institute in London… Ce variant aurait acquis des caractéristiques qui rendent inopérants les vaccins ARN.

Comme le rappelait en décembre 2020 Christian Velot , généticien moléculaire et président du Conseil Scientifique du CRIIGEN, la vaccination de masse entraîne des mutations rapides du virus qui rendent plus difficiles la fabrication du  vaccin. Il faut rappeler que c’est la vaccination de masse en Inde ( et non en Angleterre, comme je l’ai lu dans le Figaro,) qui a engendré l’apparition du variant Delta. Sa contagiosité a rendu nulle la barrière du vaccin comme le montre les flambées épidémiques en Europe ( 72000 cas en Allemagne hier et 374 morts, comme en avril 2020!). Et c’est certainement chez un sujet vacciné que ce variant Omicron a pu se former en Afrique du Sud, pendant une période de rappel du vaccin . Va-t-on assister à  une course absurde et sans fin entre des mutations provoquées par la vaccination de masse et la fabrication tardive et inutile de vaccins pour y répondre ?

La vaccination actuelle serait donc inefficace  face à ce nouveau variant, comme elle est inutile  à la lueur des chiffres de contaminations qui explosent partout en Europe. Les nombreux mensonges de Macron et de Véran ne pourront pas grand chose contre ce virus Omicron, certes l’exécutif pourra  surjouer un temps la politique de la terreur et de l’affolement, mais leur propagande se fracassera devant une réalité scientifique, les vaccins deviennent inefficaces contre les mutations.

Déjà certains milieux d’affaires australiens appellent à la fin de partie du virus  qui tue l’industrie de l’aviation, du tourisme et de tous les secteurs économiques en général. Et ce variant devient un allié pour combattre les fanatiques du vaccin à la lueur des premières données. Sur le conseil de ces milieux d’affaires, le premier ministre du NSW, Dominic Perrotet, a annoncé la fin de toutes les restrictions pour les non vaccinés le 15 décembre, y compris la suppression des QR codes! « La vie doit reprendre », affirme-t-il  !

Il serait temps de passer à autre chose également en France, notamment d’autoriser les soins, qui permettent à des pays  comme l’Inde et le Japon d’avoir rangé la pandémie dans la boîte des mauvais souvenirs.

Omicron, virus antimacron ? On le souhaite !

Marquis de Dreslincourt