On assiste à la résurgence en France du judéocide musulman

Je suis le premier à dénoncer et combattre la haine d’où qu’elle vienne et quel que soit son visage, « je hais la haine » comme le dit à juste titre mon ami Pierre Cassen.

Mais allez expliquer à un jeune nord-africain des cités qu’il est antisémite, il ne va rien y comprendre car dans sa tête il ne peut pas détester ses propres racines sémites ou supposées telles alors que paradoxalement il vit dans le déni de sa véritable identité amazigh et l’ignorance de son histoire. En se proclamant sémite il marque sa filiation ethnique avec Mahomet.

En revanche, si on lui dit clairement qu’il n’est pas en droit de haïr les juifs parce qu’ils sont juifs, je pense qu’il comprendra mieux le sens du message, mais là aussi on s’expose à un écueil de taille celui de la haine dogmatique du juif prônée par le Coran même s’il n’y a pas que le juif qui est son seul objet d’exécration.

Que le concept de l’antisémitisme né au XIXe siècle en Allemagne concerne à l’origine les seuls juifs européens cela n’est pas sujet à discussion, mais le message est difficile à faire passer auprès d’un public qui s’imagine qu’il est lui-même sémite et qu’il serait même autant sémite que les juifs eux-mêmes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Antis%C3%A9mitisme

Qui est sémite?

Nous sommes en présence d’un antisémitisme d’un nouveau genre, pervers et pernicieux, où les antisémites venus de surcroît d’ailleurs et qui n’incarnent aucunement une quelconque résurgence du vieil antisémitisme français, seraient des sémites authentiques.

On ne peut donc de leur point de vue les accuser de nourrir des inimitiés envers ce qu’ils sont eux-mêmes.

Il serait ainsi plus approprié de  qualifier leurs attitudes, comportements, hostilités et crimes ayant pour cible des juifs autrement que d’antisémites pour les distinguer de l’antisémitisme européen.  Il n’est pas mû et nourri par des préjugés « racialistes » voire même « ethnicistes »,  il puise ses sources dans le dogme musulman lui-même qui légitime et encourage les représailles et les châtiments des juifs en tant que transgresseurs de la loi de dieu.

Forts d’une sorte d’impunité théologique, les auteurs des meurtres des juifs n’ont aucun sentiment de culpabilité, ils sont en cohérence avec les commandements d’Allah et ne font que lui rendre justice jusqu’à l’extermination du dernier juif.

http://lessakele.over-blog.fr/article-al-qaradawi-guide-de-l-uoif-qui-prone-l-extermination-des-juifs-refuse-d-en-cotoyer-117310676.html

Ni antisémitisme, ni antijudaïsme, ce serait plutôt « judéocide », initié par Mahomet et qui continue à planer sur les juifs mais pas seulement.

Salem Ben Ammar

image_pdf
0
0

11 Commentaires

  1. Tous ces mots commençant ou finissant par « Anti, Phile, Phobe, Cide, etc » tournent la tête ! Les nombreux substantifs associés aussi !
    Le Monde se divise entre Anti et Pro !
    Pour ma part, je ne retiens que « Anti France ». C’est déjà beaucoup !

  2. a l instant le giro italia a jerusalem avec jp ollivier pour mettre en valeur israel l equipe 21

  3. 96 fois le verbe tuer dans le coran
    tuer des juifs, des chrétiens, des renégats!
    et la femme qui n’est qu’un champs à labourer à l’envie!
    même si elle a 87 ans! religion de paix éternelle et d’amour débridé!

  4. En France, si on fait le compte depuis 1995 (khaled kelkal) on surtout eu des chrétiens et des athées assassinés meme s’Il y a bien sûr eu des israélites (tueries de mehra)…

  5. Je n’ai jalais entendu de propos aussi anti juifs et remplis de haine viscérale que ceux d’un musulman qui pensait que « Hitler savait ce qu’il faisait » et qu’il prenait pour un quasi prophète.
    Oui une profonde vague de haine antisemite se leve en France et elle trouve sa source dans l’islam et elle n’a rien à vour avec ce vieil anti sémitisme franchouillard reposant sur des clichés mais qui fait que ces antisemites frequentent cependant des juifs mais qu’ils trouvent comme des gens bien.

    • Suivez mon regard, tous les communistes qui ont saboté l’armee francaise… Ils etaient nazis? non, juste communistes… On en retrouve certains ici qui se plaignent des nazis desormais. Foutage de gueule planetaire!!!

      • Oui, parce que les communistes ne sont pas des patriotes.

        « La proximité intellectuelle entre les mouvements totalitaires – nazisme, communisme, fascisme – est aussi ancienne que documentée.
        L’épisode de la Seconde Guerre Mondiale est important parce que la thèse de la résistance au nazisme est centrale dans l’argumentation des communistes (et par EXTENSION de TOUTE LA GAUCHE) pour démontrer, par sa haine du nazisme, le fossé censé séparer les deux idéologies.
        En réalité, il n’en fut rien. Des documents d’époque établissent clairement que le Parti Communiste français ne rentra en résistance qu’en 1941, lors de la rupture du pacte germano-soviétique et l’ouverture du Front de l’Est. Si les communistes français prirent officiellement les armes contre les nazis, ce fut sur ordre de Moscou. »

      • « l’ambiance fut excellente entre les communistes et les nazis aux premières heures de l’occupation, le tout au nom de la lutte contre la bourgeoisie :
        Il est particulièrement réconfortant en ces temps de malheur de voir de nombreux travailleurs parisiens s’entretenir avec les soldats allemands, soit dans la rue, soit au bistro du coin. Bravo camarades, continuez même si cela ne plaît pas à certains bourgeois aussi stupides que malfaisants ! La fraternité des peuples ne sera pas toujours une espérance, elle deviendra une réalité vivante. (L’Humanité, 4 juillet 1940) »
        « Le communisme c’est la guerre des classes, et la guerre des classes implique de liquider une partie de la population. Pour restructurer la société, il faut d’abord tuer non seulement les opposants, mais aussi…

      • …les intellectuels, les meilleurs travailleurs, les ingénieurs, etc. Des groupes entiers de la société. C’est le genre d’ingénierie sociale qu’ont mis en œuvre Lénine et Staline, Mao et Pol Pot, pour ne citer que les plus sanguinaires. Cette ingénierie sociale forcée répond aussi à des critères ethniques lorsque des peuples sont considérés comme trop réactionnaires. Karl Marx et Friedrich Engels prônaient eux-mêmes « l’extermination des Serbes et autres peuplades slaves, ainsi que des Basques, des Bretons et des Highlanders d’Écosse », tous des peuples trop peu évolués pour la révolution communiste et faisant ainsi obstacle à l’inéluctable « progrès » de l’humanité.
        Les communistes furent donc non seulement aussi racistes que les nazis mais ajoutèrent l’épuration de classe à…

      • … l’inventaire de leurs massacres. Marx écrivit dans son journal que « les classes et les races trop faibles pour maîtriser les nouvelles conditions de vie… » devaient « périr dans l’holocauste révolutionnaire ».
        De septembre 1939 à juin 1941, les Soviétiques [livrèrent] aux Allemands des groupes entiers de Juifs qui avaient fui l’occupant allemand. Le NKVD communiste [aida] à former la Gestapo nazie. Soviétiques et Allemands [discutèrent] ensemble de la manière dont il fallait résoudre la « question juive » en Pologne occupée.
        https://www.contrepoints.org/2014/07/15/172469-quand-les-communistes-aimaient-les-nazis

        • Bravo Fifi, il est bien de rappeler de temps à autre ce qu’est le communisme et les horreurs commises au nom de cette idéologie mortifère.

          On n’attend plus que la réaction de merluchon qui devrait botter en touche, comme d’habitude, en accusant l’ « extrême drooooaaate »…

Les commentaires sont fermés.