On ne combat pas la menace de l’islamisme par des demi-mesures

Les tragiques tueries de Montauban et de Toulouse ont choqué la France entière. Mais les Français semblent encore étonnés. N’abritons-nous pas d’autres  Mohammed Merah ? Comment en sommes-nous arrivés là ? La classe politique cherche encore les causes de cet échec de l’intégration. Les dirigeants s’évertuent à vouloir nettoyer les prisons des radicaux islamistes prêts à endoctriner les nouvelles recrues de l’univers carcéral, se focalisent sur internet et ses réseaux jihadistes. Mais ce n’est pas uniquement dans les prisons qu’il faut chercher les racines du mal, c’est ailleurs, et elles sont visibles à l’œil nu sauf par ceux qui portent des œillères et qui sont légion sur notre planète France. « Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt » disait Lao-Tseu, un sage de la Chine ancienne.

Depuis la crise du sang contaminé, nous suivons tous le « principe de précaution » aussi aveuglément que possible et dans des situations qui frôlent souvent le ridicule. Si ce principe est indispensable quand il s’agit de veiller sur notre santé, pourquoi ne pas l’appliquer à la santé et à la sécurité de notre République « indivisible, laïque, démocratique et sociale » comme le dit notre Constitution. La République n’est-elle pas respectable ? Ne devons-nous pas la défendre contre ses agresseurs patentés ou potentiels ?

Le conseil que nous devrions suivre vient de la culture arabe elle-même. A chaque chute de dictateur, à chaque coup d’État, les médias arabes prodiguent cette maxime : « Ne te contente pas de trancher la queue de la vipère avant de la lâcher. Si tu es courageux, tranche-lui aussi la tête ». Ô combien son application en France nous permettrait de protéger notre avenir et celui des générations futures ! Les imbéciles utiles qui nous gouvernent préfèrent ne pas voir la tête de la vipère et se contentent de frapper mollement des sous-fifres.

Quelle est cette vipère qui empoisonne notre République, nos institutions, notre nation ? Tous les contributeurs de Riposte Laïque, depuis cinq ans, focalisent leurs projecteurs sur le mal qui ronge notre société, à savoir son islamisation. Faut-il « exécuter ceux qui disent la vérité » ou plutôt leur tresser des couronnes ? Reformulons nos critiques à l’égard de l’islam et de tous ceux qui veulent changer nos valeurs fondamentales.

Commençons par l’endoctrinement classique. Il se fait d’abord par l’apprentissage du Coran et sa mémorisation par les enfants, à un âge où se forme la personnalité,  dans les écoles coraniques appelées madrasas qui sont inséparables de la mosquée. A cette période fragile de l’enfance, éduquer c’est graver quelque chose dans la pierre et c’est, pour l’islam, à jamais. Vient ensuite la pratique religieuse que l’on impose à tout jeune. Les jeunes sont gavés de livres religieux distribués gratuitement par les mosquées et diffusés par l’Arabie Saoudite. Ces livres enseignent la haine des impies (kouffars), chrétiens, juifs et même chiites,  et incitent au jihad contre les pays des incroyants, asservissent la femme, bafouent les droits de l’homme en matière de liberté de conscience, d’expression  …

Passons ensuite aux relais plus modernes de l’endoctrinement : les associations islamiques. En France, la principale est l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France), progéniture des Frères Musulmans, qui n’apparaît jamais sous cette étiquette, takiyya oblige.  Elle se sert de la loi de 1901, sape la base de notre système libéral en diffusant l’obscurantisme islamique avec, pour ultime but, l’application de la charia musulmane et l’instauration d’un califat  mondial (1). Surtout, ne riez pas, regardez autour de vous, projetez-vous dans l’avenir pour comprendre la gravité de la menace. Les Frères Musulmans, que nos médias complices tendent à qualifier de modérés, pratiquent déjà en Égypte le nettoyage religieux en poussant les Coptes à émigrer au Canada, imposent la charia dans la Constitution comme source unique des lois. D’autres associations ou sectes sont en majorité rattachées à la création de l’islam bédouin d’Arabie, le wahhabisme : le salafisme, tant jihâdiste que « propagandiste » (‘ilmi), les courants takfiris et le Tabligh dont le rôle est d’empêcher toute intégration des immigrés musulmans à la société occidentale et de jeter l’anathème sur tous les « déviants » qui s’éloignent de la ligne divine. Toutes ces sectes poussent à imposer l’islam comme un fait accompli, en France et en Occident et refusent toute réforme qui devrait un jour ou l’autre s’imposer à l’islam en Occident.

Tout en menant une guerre médiatique contre l’Occident « croisé »,  les canaux satellitaires et les télé-prêcheurs distribuent leurs fatwas en se considérant comme les portiers du paradis d’Allah. Ils prodiguent leurs indulgences et promettent le paradis à ceux qui tuent les Khadafi et les Assad. Ce sont des explosifs sociaux  que manipulent les Qardawi, al-Hidân, al-‘Arifi qui justifient le jihad et l’encouragent. Al-Qardawi vient d’être déclaré indésirable en France. Enfin ! Mais pourquoi notre président s’est-il justifié auprès de l’Émir du Qatar pour avoir pris cette décision ? La même sentence n’a pas été appliquée à Tarek Ramadan ni à son frère Hani qui continuent pourtant à « honorer » de leur présence les rassemblements de l’UOIF à Paris et en province et à vendre leurs livres et leurs cassettes.

En présence de ce phénomène d’islamisation galopante qui gangrène notre société, ce n’est pas seulement la tête de la vipère qu’il faut trancher mais les têtes de l’hydre islamique (2). Il faut en fait prendre des mesures suivantes, sévères mais nécessaires à la survie de notre pays et de nos lois :

Dans une première étape d’urgence : 

–                  Interdiction du mouvement salafiste

–                  Fermeture de toutes les mosquées gérées par le mouvement salafiste

–                  Expulsion de tous les imams salafistes étrangers

–                  Recherches d’armes (3) dans les mosquées et dans les caves des 750 zones de non-droit qu’on a laissé proliférer en autarcies comme des émirats hors des lois de la République (4)  

–                  Retrait de la nationalité française à tous les imams salafistes binationaux et expulsion de ces imams vers leur pays d’origine ou vers le Qatar ou l’Arabie Saoudite où ils peuvent vivre leur foi hors d’atteinte de nos lois et de notre laïcité

–                  Retrait de la nationalité française aux jihadistes à leur retour du Pakistan ou d’Afghanistan et aux jihadistes qui sont actuellement sous surveillance

–                  Contrôle de toutes les publications distribuées par les mosquées, toutes obédiences confondues, avec l’exigence que ces livres reçoivent l’approbation du Ministère de l’Éducation Nationale  et soient imprimés en France

–                  Contrôle des finances des mosquées et des associations caritatives islamiques et vigilance accrue contre l’économie souterraine

–                  Interdiction des prêches en langues étrangères et enseignement de toute religion en français 

–                  Suppression de la fonction d’aumônier dans les prisons.

Dans une deuxième étape :

–          Dissolution du CFCM et des CRCM en vue d’une refonte de ces conseils

–          Dissolution de l’UOIF et mise sous séquestre de ses biens. (mesure que nous avions déjà préconisée le 29/11/2010 (N° 173), le 20/02/2011 (N°186) et le 26/03/2011 (N° 190)

Logo des Frères Musulmans

Le Coran, deux glaives et le premier mot du verset coranique (Le butin, al-Anfal 8-60) :

« Et préparez contre eux [pour lutter] tout ce que vous pouvez comme force »

Le vert est la couleur de l’islam

–          Dissolution des associations dites antiracistes qui pratiquent un antiracisme sélectif et à sens unique et qui sont financées par le contribuable

–          Expulsion de tous les sans-papiers  et autres clandestins

–          Application sans faille de la loi relative au travail des clandestins

–          Arrêt de l’application des lois d’aides sociales aux clandestins

–          Interdiction des inscriptions scolaires des enfants de clandestins

–          Application stricte de la loi contre la polygamie, y compris à Mayotte, contre les mariages au pays d’origine et les mariages « blancs », pompes  aspirantes de l’immigration

–          Arrêt de l’immigration islamique

–          Arrêt du regroupement familial.

Dans une troisième étape :

–          Révision de tous les dossiers de naturalisation des 30 dernières années avec  retrait de la nationalité française à tous ceux qui n’ont pas fait preuve d’intégration (amender notre arsenal juridique à cet effet)

–          Aucune naturalisation d’une personne qui se déclare musulmane car l’adepte de cette religion est déjà membre de la Oumma, entité politique incompatible avec les fondamentaux de la République. Entre la République et la Oumma, il faut choisir. Faire une réflexion sur le droit du sol et le droit du sang

–          Naturalisation accordée seulement après une enquête approfondie qui doit confirmer l’intégration réelle du candidat. En cas de naturalisation, adoption d’un nom de famille et d’un prénom à consonance européenne.

–          Retrait de la nationalité en cas de service militaire, d’activité politique ou de  participation à un vote dans le pays d’origine. Une double allégeance pose de graves problèmes à toute citoyenneté

–          Suppression de toute mesure publique accordée à la pratique religieuse : garantir la liberté religieuse ne signifie pas mise à disposition de lieux de culte. Donc pas de financement public des lieux de culte sous quelle forme que ce soit 

–          Fin de tout accommodement avec les religions

–          Refus de toute mesure favorisant le communautarisme et la ségrégation : cimetières et carrés musulmans et juifs, centres culturels islamiques, écoles islamiques, partis politiques fondés sur une religion …

–          Garantie de la libre expression : abrogation des lois Pleven et Gayssot (ne pas céder aux recommandations du Conseil des Droits de l’homme de l’ONU qui est dominé par les 57 États musulmans de l’OCI qui  criminalisent la critique de l’islam avant tout et des autres religions (5)

–          Établissement, comme aux États-Unis, d’une liste des associations et des personnalités non-musulmanes qui jouent le rôle de porteurs de valises des islamistes et font avancer leur objectifs (6)

–          Interdiction de tout signe religieux ostentatoire : voile islamique, kipa, turban …

–          Interdiction de tout abattage rituel, car les religions doivent faire évoluer leurs rites et leurs coutumes.

Les défaitistes, les lénifiants ou les adeptes des Droits de l’homme trouveront ces mesures drastiques et irréalistes mais l’avenir de la  République impose de telles mesures. Qu’attendons-nous ? Que 15.000 salafistes fanatisés par leur Coran et autant de membres de cellules dormantes d’al-Qaeda ou de membres d’associations fondamentalistes islamiques déclenchent un « printemps musulman » concerté dans les banlieues mecquoises de la République et dans nos grandes villes qui mettraient le pays à feu et à sang ? La France et tout l’Occident sont en état de guerre larvée. En sont-ils conscients ? La France, l’Occident  et l’OTAN sont déjà responsables d’avoir favorisé l’installation de l’islamisme en Tunisie, en Libye, au Maroc, en Égypte. La Syrie résiste toujours. Qu’en sera-t-il de l’Algérie en mai 2012 ? L’islamisme a conforté ses positions au nord de la Méditerranée, à nos portes. Il les confortera dans nos murs si nous persistons dans notre passivité et notre laxisme.

Laissons la conclusion à Lao-Tseu de nouveau : « Arrêtez  le mal avant qu’il n’existe ; calmez le désordre avant qu’il n’éclate ».

Bernard Dick

 

(1) http://ripostelaique.com/Le-Memorandum-explicatif-des.html

(2) http://ripostelaique.com/la-vipere-islamique-aux-nombreuses-tetes.html

(3) http://ripostelaique.com/les-fusils-manquants-de-kadhafi.html

(4) http://ripostelaique.com/les-zones-interdites-aux-non-musulmans-proliferent-une-occupation-sans-tanks-ni-soldats.html

(5) http://ripostelaique.com/loci-fait-pression-pour-que-la-diffamation-dune-religion-devienne-un-crime.html

(6) http://www.investigativeproject.org/3500islamist-fellow-travelers-an-ipt-series

(*) لا تقطعن ذنب الأفعى و ترسلها … إن كنت شهما فاتبع رأسها الذنبا

 

 

 

 

 

 

image_pdfimage_print