1

On ne naît pas homosexuel, on le devient, n’en déplaise aux LGBT

Quand la propagande libertaire LGBT, la pédopornographie et la pédophilie faisaient bon ménage…

La débauche pour tous, voilà le résultat ! Notre société sous influence LREM-LGBT passe son temps à inciter les jeunes à se débaucher, via la propagande LGBT, et voilà ce que cela donne : le prosélytisme est devenu un terme normatif désignant une attitude LGBT qui utilise la faiblesse psychologique et matérielle des jeunes en cours de maturation, avec des moyens de propagande disproportionnés. Le prosélytisme ne faisant pas appel à l’intelligence ni à la liberté de l’individu, le prosélytisme est sûrement une idéologie de domination.

On ne naît pas homosexuel, on le devient ! La preuve définitive en a été apportée par Judith Butler et la théorie du Gender ! Judith Butler, dans son livre « Gender Trouble« , met en question les « confusions des identités« , reprenant à son compte la formule de Simone de Beauvoir, « On ne naît pas femme, on le devient« .

C’est pourquoi on ne peut accepter la mystification de la propagande LGBT à propos des « enfants homosexuels« . Michel Janva, le Salon beige : « Un mythe LGBT s’effondre« . Une étude souligne que les marqueurs génétiques ne peuvent pas être utilisés pour prédire une orientation sexuelle : elle conclut qu’il n’y a pas de « gène gay ». Il est de facto impossible de prédire l’orientation sexuelle d’une personne d’après son génome, déclare Ben Neale, chef de l’équipe qui a conduit une gigantesque étude sur un demi-million de profils ADN, par la prestigieuse revue Science. Cette étude enterre l’idée née dans les années 1990 qu’il existerait un soi-disant « gène gay » aussi prévisible que ce qui existe pour la couleur des yeux. »

Laurent Valdiguié : « De la pédopornographie à la pédophilie : un phénomène insoutenable ! » Avec Internet, la pédopornographie a explosé. La Gaystapo GOF-LREM, c’est la Dictature GOF-LGBT beaucoup plus près de nous. Avec une exigence : des corps jeunes et sains soumis à la Gaystapo GOF-LREM en place et gangrénée par la nature perverse et malsaine de tous les éléments indésirables de la société LREM-LGBT qui veulent nuire à la jeunesse et la souiller. Une société LREM-LGBT corrompue et maudite qui ne respecte rien, ni la famille ni la beauté de la jeunesse, puisqu’elle n’a pour seul horizon que son bon plaisir ! Elle veut corrompre la jeunesse et toute forme de pensée hétérosexuelle normale. C’est pourquoi on doit identifier la Propagande et la Dictature LREM-LGBT au pouvoir pour qu’elle soit enfin combattue efficacement.

La propagande libertaire LREM-LGBT : cet embrigadement vers la dictature porno-gay heureuse !

La Gaystapo GOF-LREM : Une forme d’embrigadement des enfants pouvant mener vers la dictature porno-gay heureuse pour tous. Au nom de la lutte contre l’homophobie, la Gaystapo GOF-LREM propose des formes de colonies de vacances pour adultes et enfants où l’on vient se renseigner et se former pour la lutte contre l’homophobie. Les enfants ne sont pas oubliés. Ils sont au centre des préoccupations. Ils sont conviés à des jeux éducatifs LGBT qui en feront un jour des combattants hystérisés pour la cause des LGBT.

Au départ, de joyeuses assemblées LGBT où l’on se confortait mutuellement dans l’idée de la lutte contre l’homophobie et où l’on s’auto-congratulait de figurer parmi les initiés LGBT et parmi ceux qui sont du bon côté LREM. Puis le phénomène a pris de l’ampleur. Les derniers moments ont changé de tournure.

En particulier en France, sous la mainmise GOF-LGBT, une association d’activistes LGBT qui connaît très bien les méthodes de subversion des initiés GOF-LGBT ! Il fallait déconstruire le discours matrimonial et familialiste pour que les homosexuels puissent tenir le haut du pavé. Sauf dans les tribunes populaires des matchs de foot, la virilité ne doit plus jamais régner sur les esprits. Et la contre-société de l’Anti-France GOF-LGBT en rajoute, ce qui fait voir l’homosexualité comme un signe éclatant de décadence socialo-bourgeoise.

C’est pourquoi les plus grands propagandistes GOF-LGBT n’hésitent pas à promouvoir les premières expériences homosexuelles qu’ils veulent fièrement installer comme le type du progrès dans les évolutions juvéniles. La Gaystapo GOF-LREM pour la Propagande et la Dictature LGBT doit promouvoir la laïcité pour déconstruire les imprécations des religions monothéistes lancées contre la PMA-GPA et l’homosexualité.

Éric Zemmour, Le suicide français : « L’émergence de l’homosexualité triomphante est d’abord liée à une évolution décisive du capitalisme. Du XIXème siècle jusqu’à la reconstruction d’après 1945, le capitalisme avait privilégié l’épargne et l’investissement, prônant les tempéraments austères et économes. La frustration sexuelle était une vertu et la débauche, un gaspillage. À partir des années 1970, le capitalisme en Occident a un besoin insatiable de consommateurs pour améliorer ses marges rognées par la hausse des salaires et l’inflation. Il favorise, à travers ses canaux publicitaires et médiatiques, les comportements hédonistes.

« Le « Jouissons sans entrave » des rebelles de Mai 68 deviendra un slogan publicitaire. Le patriarche est peu consommateur. Il faut détruire la virilité en l’homme pour faire prospérer sa pulsion consommatrice.

« L’univers homosexuel, surtout masculin, incarne aujourd’hui le temple de la jouissance débridée, de la sexualité sans contrainte, de l’hédonisme sans limite. La glorification de l’homosexualité par la machine publicitaire est l’autre face d’une même médaille qui dénigre et délégitime la famille patriarcale traditionnelle.

« À l’époque, les homosexuels se moquent encore du mariage bourgeois, de ses contraintes de fidélité et de tempérance sexuelle. L’amour est brocardé comme une chaîne inutile. Dès la fin du XIXème, Oscar Wilde, prince des ténèbres homosexuelles londoniennes, avait défini l’amour comme une grotesque romance où on « commence par se tromper soi-même, et où on finit par tromper l’autre ».

« Les homosexuels vont peu à peu être transformés en modèles. La marginalité s’apprête à devenir le modèle. Les homosexuels ne se contentent pas de sortir de la marge : ils sont la pointe avancée de la norme à venir. La norme commerciale. Ils sont, chez les hommes, les meilleurs et plus actifs consommateurs. Ils sont, à l’instar des femmes, un marché de prédilection. Les publicitaires ne tarderont pas à s’en apercevoir.

« Les Double Income No Kids (DINKS) sont leurs chéris. La mise en pleine lumière de l’homosexualité et plus généralement de l’ambiguïté sexuelle, de l’androgynie, de la féminisation des manières, des modes et des mœurs, est d’abord et avant tout une grande affaire commerciale.

« Pour ces libertaires, l’homosexualité est une arme de guerre contre la famille patriarcale, symbole de la répression réactionnaire. Ces militants homosexuels, comme les féministes, multiplient les actions médiatiques, maniant avec une rare habileté l’art de la provoc’ et de la formule lapidaire.

« Ils deviendront souvent d’excellents publicitaires. À l’époque, ils se veulent encore en symbiose avec le peuple asservi par les bourgeois, mais découvriront bientôt que la classe ouvrière est rétive à la « pédale », comme on dit alors dans les usines. Ils ne tarderont pas à s’éloigner du peuple enfermé dans une caricature dédaigneuse du « macho homophobe, misogyne et xénophobe ».

Le mépris de classe et la « prolophobie » (de Macron gay-friendly) affleurent sans cesse dans le combat des bien-pensants contre la prétendue « homophobie ». La méthode des militants homosexuels ne changera plus : elle repose sur le rejet de l’autorité, assimilée au fascisme, et une stratégie permanente de victimisation pour susciter la compassion comme la haine du prétendu oppresseur « homophobe ». (Éric Zemmour)

Thierry Michaud-Nérard