On peut prendre le pouvoir en dehors des urnes sans faire couler de sang

Publié le 10 octobre 2018 - par - 23 commentaires - 1 570 vues
Share

Pas de panique, de grâce chers amis, pas de panique. Personne ici n’a parlé de faire couler le sang, ni de prendre le pouvoir en rangers et en treillis, casque lourd et armes à la main. Personne, surtout pas moi qui dans un récent article méchamment controversé depuis, me suis méticuleusement appliqué à ne citer que des références historiques justement exemptes de bain de sang.

https://ripostelaique.com/renverser-le-pouvoir-hors-du-champ-legal-projet-ou-utopie.html

Alors, si vous le voulez bien, reprenons :

PÉTAIN a-t-il fait couler le sang pour prendre le pouvoir ? NON. C’est même strictement l’inverse, on est venu le chercher en voiture officielle pour le lui confier. Et qu’a-t-il fait ? Il a immédiatement arrêté le bain de sang en signant un armistice. Que pouvait-il faire d’autre d’ailleurs ? RIEN. Bien évidemment, les choses se sont gâtées par la suite : collaboration, rafles, déportations, mais ça, c’est une autre histoire et ça n’a strictement rien à voir avec les conditions de son accession au pouvoir.
Merci de ne pas me taxer de pétainisme ni de nostalgie de Vichy. Dans ma famille on a fait le nécessaire en son temps, mon père a débarqué en Provence avec l’armée d’Afrique. Il a participé à la libération de la France jusqu’au Rhin et ensuite à celle du camp nazi du Struthof. Merci donc de m’épargner ça.

DE GAULLE a-t-il fait couler le sang en s’emparant du pouvoir quasi vacant en 58 ? NON. C’est même strictement l’inverse, il a évité un bain de sang en empêchant les parachutistes séditieux de sauter sur Paris.

Les soixante-huitards ont-ils fait couler le sang pour conduire DE GAULLE à la fuite ? NON.

D’autres exemples par ordre chronologique ?

Au Portugal lors de la révolution des Œillets, qui libéra le pays de la dictature SALAZAR, les militaires qui se sont emparés du pouvoir ont-ils fait couler le sang ? NON. C’est strictement l’inverse, ils ont évité un bain de sang et immédiatement remis le pouvoir aux civils.

ELTSINE a-t-il pris le pouvoir les armes à la main ? NON. Il a surgi dans le chaos, en costard cravate, tout juste armé d’un mégaphone quand il est monté sur le char T 72. C’est lui qui a arrêté le bain de sang.

Le sang a-t-il coulé en ex-RDA au moment de l’effondrement du mur. NON. Le mur s’est effondré dans un souffle, sans un coup de feu, sans une goutte de sang.

En Tunisie, lorsqu’au moment de la révolution de Jasmin le peuple tunisien a chassé le dictateur BENALI, y a-t-on vu couler le sang ? NON. Cela s’est passé sans aucune violence.

Que faut-il donc comme autres preuves historiques ? Donc OUI, l’expérience historique le démontre, en cas de crise majeure, il est tout à fait possible de reprendre le pouvoir sans violence, et même de manière tout à fait salutaire en arrêtant net un bain de sang comme ce fut souvent le cas dans l’Histoire récente.

Au passage, ici le bain de sang a déjà commencé. Faut-il rappeler à mon contradicteur les centaines de victimes d’attentats ? Faut-il lui rappeler la valse quotidienne des couteaux ? Donc OUI, à un moment donné, il va bien falloir mettre un terme au bain de sang déjà largement engagé. Je ne sais pas vous, mais moi, à la différence de mon contradicteur qui a tout son temps, je suis très pressé d’en finir.

Dans l’hypothèse que je développe : conflit inter-ethnique, chaos généralisé, lorsque le pouvoir se sera effondré laissant le pays en déshérence, il faudra bien que des gens s’emparent du pouvoir pour rétablir la paix civile.

Il faudra qu’une équipe de gens raisonnables, matures, capables et déterminés s’empare du pouvoir pour arrêter net le bain de sang déjà largement engagé, rétablir la paix civile et remettre le pays en ordre.

Comme je l’ai dit, ce sera alors l’occasion de faire le nécessaire par ailleurs pour rétablir la France.

Cette équipe devra s’être constituée à l’avance et avoir également préparé les conditions de son intervention. Comme la Résistance l’a fait en son temps, elle devra pouvoir s‘appuyer sur un appareil solide à même de canaliser la poussée finale et de constituer l’ossature du nouvel État.

Merci de me relire avec attention, je n’ai rien dit d’autre.

Alors quoi ? Pourquoi ce mauvais procès d’intention et ce confusionnisme dans la controverse qui m’a été opposée ? N’y a-t-il pas assez de police politique, de tribunaux politiques, d’ASKOLOVITCH pour traquer les résistants, pour que certains joignent leurs cris d’orfraie à ceux de la volaille gauchiste et libérale ?

Jean-Michel Darque

Print Friendly, PDF & Email
Share

23 réponses à “On peut prendre le pouvoir en dehors des urnes sans faire couler de sang”

  1. Yves ESSYLU dit :

    Le collabo-muz Darqu(i)e(r), du petit village de Pellepoix, nous sert sa soupe de bon garçon. Il va bientôt faire la propagande des Komsomols. Rien n’arrête la bêtise quand elle est lancée.

  2. Flupke dit :

    HITLER aussi a pris le pouvoir sans faire couler le sang.

  3. Clamp dit :

    Jean-Michel Darque, votre contradicteur ne vous a pas spécialement attaqué sur le fond d’une certaine manière, mais essentiellement sur la forme. Pas la grammaire, la syntaxe ou le style, mais sur la légèreté, les yakafocons à l’emporte pièce sans jamais le moindre détail sur qui fait quoi quand comment et avec quels moyens, en faisant totalement fi des circonstances. Comme ici l’exemple de Pétain, comme s’il valait reprise du pouvoir sur leur sort par les français, quelle plaisanterie ! Il n’y a que les urnes, la bagarre et la partition et toute combinaison des 3 qui décrivent notre avenir, sauf si l’armée s’en mêlait, mais ses effectifs appartiennent de plus en plus à l’ennemi et son inertie phénoménale fait que pour qu’elle intervienne en dehors des directives du pouvoir, il faudrait atteindre un niveau de désordre tel qu’il inscrit de toute façon la situation dans le vocable de guerre intérieure.

  4. Loupgaulois dit :

    @jean Michel. Mon grand père aussi légion d’honneur était un héros. Vous êtes un imbécile ! Dans le contexte actuel le sang surtout musulman doit abreuver nos sillons. La France ne retrouvera sa liberté que lorsque le dernier musulman aura la tête tranchée ne vous en déplaise.

  5. Braque dit :

    Bonjour Monsieur Darque, de quelle unité faisait partie votre père ? Le mien à également débarqué en Provence avec la 1ère Armée Française, au sein de la 1ère DB.
    Cordialement

  6. Charles DALGER dit :

    Ce qu’oublie JM DARQUE dans sa démonstration, c’est l’essentiel : – d’une part, la mobilisation massive, même si elle reste minoritaire, de la population, d’autre part, l’appui d’une partie de la police et de l’armée au soulèvement populaire…

    Jusqu’à présent, la population ne bouge pas massivement et ni la police, ni encore moins l’armée, ne montrent des signes de rejet du pouvoir politique…

    Sinon, parler de paras « séditieux » qui auraient sauté sur Paris en 1958, c’est un langage de « collabo » et surtout, c’est très loin de la réalité… En 1958, le coup d’état de 2gol était soigneusement préparé. Et les malheureux Pieds-Noirs sont tombés dans le panneau.

  7. Parlervrai dit :

    Monsieur Darque, vous croyez que les muz vont venir vous chercher en limousine pour vous confier le pouvoir ? Ou peut-être que des divisions entière d’une armée étrangère vous confiera ce pouvoir après nous avoir libéré des dits muz ?

  8. lafronde dit :

    Il est sage qu’en cas d’effondrement du régime, des cercles patriotes se préparent à assurer l’intérim. Le pb est qu’il y aura concurrence : les islamistes et les révolutionnaires s’y préparent aussi. Quelle sera la légitimité de ceux qui prétendront au pouvoir d’Etat ? Seront-ils d’accord ? Qui leur obéira ? C’est insoluble ! Quelle solution ? Au niveau national, parisien, je n’en vois aucune, tant le pouvoir a compromis l’Etat dans le socialisme et le clientélisme qui va avec. Notre système étatique a oublié le sens des responsabilités, à cause de la centralisation qui reporte les dettes, et qui empêche le citoyen de faire jouer la concurrence entre les gouvernements locaux, ce que font nos amis suisses et américains !
    Une crise de l’Etat central est l’occasion pour les Provinces françaises de reprendre leur droit naturel de self-government, confisqué par l’Assemblée nationale en 1789 ! Rappelons-nous que l’Ancien Régime était une fédération royale d’Etats, dont certains étaient auto-gérés : Languedoc, Lorraine…
    Il est bien plus facile, démocratique et pacifique de trouver un consensus local par subsidiarité : exemple historique la Constitution des Etats-unis d’Amérique, qu’un consensus sur l’Etat centralisé en situation de crise : Révolution française.
    Miser sur les circuits courts est d’actualité dans l’agro-alimentaire, élargissons ce débat aux flux fiscaux, à l’élaboration de la loi, à la désignation des juges ! C’est un travail de militantisme de proximité qui peut déjà commencer ! Tout le monde peut participer !

  9. Elliot dit :

    Bonjour ! Je pense Mr Darque, qu’il faut éviter la « fumette » ! Ou alors prendre RDV en urgence chez votre ophtalmologiste ! C’est vous (et vos amis), qui allez prendre le pouvoir sans faire couler le sang ? Le sang a déjà coulé, il coule malheureusement tous les jours sous les « lames islamistes », oui pas des déséquilibrés hein ! Ensuite en face c’est plus de 10 millions de muzz que vous avez….Donc si je vous comprends, vous allez empêcher les muzz de prendre le pouvoir comme ça, juste en leur disant de rester à bouffer leur couscous tranquillement entre eux ! Vous vivez chez les Bisounours, comme tous les bobos et compagnie….Car c’est la guerre qui est en cours…Vous l’appelez comme vous voulez, mais oui la guerre a été déclarée par les muzz depuis longtemps, encore « invisible » pour beaucoup, mais elle est là, sous vos yeux….Donc oui le réveil des Patriotes sera terrible et ce sont des rivières de sang qui couleront….Les muzz appliquent le coran à la lettre « égorgez les infidèles là où ils sont »….nous serons obligé de répondre par le sang. Bonne journée.

  10. Jean-Louis Chollet dit :

    PS : Je ne peux m’empêcher de relever le titre rassurant de votre réponse : « On peut prendre le pouvoir en dehors des urnes sans faire couler de sang… » et, dans le texte, cette déclaration : « Il faudra qu’une équipe de gens raisonnables, matures, capables et déterminés s’empare du pouvoir pour arrêter net le bain de sang déjà largement engagé… » N’écriviez-vous pas « sans faire couler le sang » dans votre titre ?

  11. Hardy daniel dit :

    Mais qui diable mettre à la tête de ce pauvre pays…… Mes yeux cherchent en vain un brave au cœur puissant….. Victor Hugo

    • Jean-Louis Chollet dit :

      Il y a un tel nombre de groupements, conseils, formations et de groupuscules sans base réelle qui se constituent dans l’ombre, aujourd’hui, sans conjuguer leurs efforts, que nous aurions de quoi former une bonne vingtaine de gouvernement au complet s’il advenait que celui d’aujourd’hui soit renversé…
      Sans penser à Marine Le Pen spécialement, on pourrait également ajouter « une Brave » au vers de Victor Hugo cité dans votre commentaire…

  12. Jean-Louis Chollet dit :

    A l’attention de Jean-Michel Darqué
    Bonjour,
    Je vous ai lu et relu, puis relu encore avec attention ; je ne vais pas épiloguer, j’ai déjà dit l’essentiel. Mais pour répondre à votre droit de réponse qui n’en est pas vraiment un (vous auriez pu me citer, je ne m’en serais pas offusqué), j’aimerais préciser cela : tous les événements que vous citez – mis à part ceux de Tunisie – « se sont déroulés dans des pays unis du point de vue ethnique, culturel, historique et moral. » comme le souligne fort justement Mathieu dans son commentaire et n’ont rien à voir avec ce qui se passe en France aujourd’hui.
    Quand à la Tunisie, où j’étais présent entre 2010 et 2014, les tentatives de prise du pouvoir par les islamistes – que vous ne citez jamais dans vos articles, c’est curieux, – ont fait en tout plus de 100 morts et plus d’une cinquantaine de blessés entre 2011 et 2015 (je tiens la liste à votre disposition), tous liés à l’éviction de Benali et à la tentative de prise du pouvoir par les islamistes sous le couvert d’une démocratie dévoyée (Ennahdha)…
    Bonne journée.

  13. rudi dit :

    en Tunisie, c’est l’immolation d’un jeune qui a tout déclencher, donc mort d’homme il y a bien eu

  14. Mathieu dit :

    Tous les exemples que vous avancez se sont déroulés dans des pays unis du point de vue ethnique, culturel, historique et moral.
    Rien à voir avec la situation apocalyptique présente, donc.

  15. Colonel de Guerlasse dit :

    Vous avez tout à fait raison, toutes les prises de pouvoir que vous citez étaient imprévisibles et sans violences. Vu les tensions et la déclaration de guerre de Belattar, l’ami de Jupiter, un basculement par les urnes d’ici 2022 est improbable. L’option vacance du pouvoir est à prendre en compte. Or, on est en plein dedans, il n’y a de facto plus de gouvernement depuis 15 jours. Incroyable. Ils n’ont pas encore fuit à l’étranger, mais ça va pas tarder à cette allure.

  16. Emile ROUX dit :

    Dans les exemples que vous citez les magistrats formatés par le marxisme ne s’opposaient pas à la légitime défense face aux envahisseurs importés par les partis marxistes qui agressent quotidiennement les français
    alors vos propos sont une manipulation anti France de plus

  17. Allonzenfan dit :

    Cela dit, si c’est vraiment nécessaire…