On tue dans les lycées, mais chut !

Le 6 mars 1995, un drame survient plongeant la France dans un état de choc. Dans un collège de la banlieue nancéienne, une adolescente de 13 ans est assassinée par une autre élève de sa classe dans des toilettes de l’établissement. Officiellement, elle a eu la gorge serrée par une cordelette en nylon. La France entière est consternée. Pour la première fois, on a tué au sein d’une enceinte scolaire. Ce que les Français voyaient jusque-là comme un sanctuaire, préservé des troubles de la société n’est plus préservé de la violence en pleine progression depuis les années 80, dans les cités déjà en déshérence. L’école, havre de protection depuis sa fondation, ne l’est plus.

L’homicide fait les gros titres et occupe le début des journaux de longues minutes pendant plusieurs jours. Après l’affaire des foulards de Creil en 1989, les Français découvrent pour ceux qui ne le savaient pas encore que l’école n’est plus cet espace sacré qui protégeait leurs enfants des querelles confessionnelles et politiques des adultes ou de la délinquance. C’est une indignation générale, même pour ceux qui cherchent tout de suite à minorer la gravité du drame, en le présentant comme une exception qui ne se renouvellera pas.

Pourtant la violence ordinaire est déjà présente dans les écoles : c’est le racket, le vol, les dégradations, les bagarres et déjà les premières agressions contre les professeurs. Même si ces méfaits ne sont pas aussi nombreux que maintenant, le manque de réponse très ferme de l’Etat a permis la mise en route de l’engrenage.

A l’époque, les journalistes ne sont pas encore dans la langue de bois. Les noms des agresseurs sont à chaque fois communiqués dans la presse. Si ce sont des mineurs, c’est le prénom qui est révélé. On apprend ainsi que la meurtrière se prénomme Leïla et qu’elle est d’origine kurde. Son passé d’élève rebelle, avec 104 sanctions disciplinaires (!!!??) pourrait s’expliquer, lit-on, par le fait d’être « déchirée entre deux cultures », présentant la culture traditionnelle comme un carcan.

Cependant les premiers indices de l’autocensure pointent discrètement leur nez. Ainsi le président d’une association communautaire turque de l’agglomération nancéienne (comptant 5000 personnes !) lance déjà une formule, très peu utilisée alors, mais promise à un grand succès : pas d’amalgame. « Tous les responsables doivent faire attention aux paroles qu’ils lancent ». Une rumeur peu répandue néanmoins, circule, affirmant que le mode opératoire du meurtre est beaucoup plus horrible et ne se serait pas limité à la « simple » strangulation évoquée dans les médias. La presse aurait agi ainsi pour ne pas favoriser des exaspérations …

12 septembre 2016 : un élève assassine une lycéenne de 15 ans dans un lycée près de Villefranche-sur-Saône, en la poignardant de plusieurs coups de couteau dans le dos. Elle décédera quelques jours plus tard. Les médias ne se bousculent pas pour évoquer le fait. Quelques-uns l’évoquent dans leurs titres, mais par sur toutes les ondes et chaînes. Et le traitement de cette tragédie ne dépasse pas les 2 minutes. Circulez, braves gens, il y a plus grave, nous ferait-on croire ainsi.

lycee-lyceen-bagarre-violence-bande-delinquance

Les gens se sont malheureusement habitués. L’indignation de 1995 n’est plus de mise. Les gens sont passifs et s’accommodent de la violence inhérente à la société, violence qui a pénétré le domaine scolaire. Les plus favorisés s’accommodent en plaçant leurs enfants dans une école privée ou dans les rares écoles publiques encore en partie préservées, bénéficiant d’un contournement de la carte scolaire. Les plus défavorisés n’auront pas ce privilège et ne pourront pas faire autrement que de voir leurs enfants confrontés à ces risques de violence, espérant que leurs enfants, tels des chats face à un danger feront le dos rond.

Où est l’indignation des professionnels de l’indignation ? Où sont les partisans des Indignados ? Rien, c’est le silence. On s’accommode de cette situation, comme les Français résignés s’accommodaient de la tragédie de l’occupation nazie. Les journalistes ne parlent même plus de ces agressions si elles ne s’achèvent pas par un drame. En 2013, un lycéen de 17 ans avait poignardé mortellement un autre de 15 ans au cours d’un atelier de plomberie dans un lycée professionnel de Gironde.

Les médias n’en parlent plus. Sauf que la répétition des agressions a été telle, ces derniers jours, qu’ils n’ont pu omettre de l’évoquer cette fois-ci. Le Figaro et le Monde n’ont pas pu faire l’impasse sur cette accumulation de violence dans un délai aussi resserré. Des racailles qui lancent des cocktails Molotov à l’intérieur d’un lycée, qui molestent une proviseure ou ailleurs des enseignants. Des élèves agressés. C’est aussi un instituteur qui, réprimandant une élève dans une rue, se fait agresser par 2 adultes, sortant de leur voiture, le traitant de raciste. Alors que le pauvre se justifie en précisant qu’il est le maître d’école, les 2 bœufs islamistes lui assènent un stupéfiant « le seul maître c’est Allah ».

En tout une dizaine d’agressions nécessitant des soins hospitaliers, sur plusieurs points du territoire et en moins d’une semaine. La racaille, tout à sa haine de la France se lâche devant l’inertie de l’Etat umps. Jusque-là orientée vers les seuls forces de sécurité et pompiers, elle se défoule sur les autres agents de l’Etat comme les enseignants.

Il a fallu de nombreuses années pour voir, comme cette semaine, les policiers se rebeller contre les responsables politiques et hauts fonctionnaires qui les envoient au casse-pipe. Combien de temps faudra-t-il pour voir les enseignants abandonnés se révolter contre la langue de bois Vallaud-Belkacem et autres insignifiants du ministère de la rue de Grenelle, dont les décisions sont catastrophiques et l’absence de réaction aux violences tout autant ?

Théophraste Lagazette

image_pdfimage_print

25 Commentaires

    • Les professeurs sont effectivement en majorité de gauche, incapables de faire un pas sans le mot d’ordre de leur syndicat.
      Je suis horrifiée par tout ce qu’on veut leur faire enseigner et notamment en histoire et j’attends leur mobilisation hors syndicats, comme les policiers.
      En fait, il faudrait la mobilisation de tous les corps de métier

    • Les enseignants sont englués dans une idéologie gauchiste pour la plupart, des bobos gauchos syndiqués et naïfs à en crever. Ils deviennent peu à peu plus lucides mais c’est long de changer cette mentalité.

      • En plus de la naïveté il y a aussi souvent de la condescendance par rapport aux élèves musulmans desquels on se doit de moins exiger car on est secrètement persuadés qu’ils sont en fait des incapables.
        Quant à la lucidité dont vous dites qu’ils semblent à présent vouloir se doter, j’ai des doutes. Certains de mes collègues m’ont dit récemment se rendre compte de la situation, aux prochaines élections, ils voteront Juppé pour bouder la gauche.

        • Surtout pas Juppé ! il faut prévenir vos collègues. Il est tellement pro-islam qu’il est fort probable qu’il nomme comme Premier ministre son meilleur ami, un musulman, maître dans l’art de la manipulation et du mensonge (takkya).

    • Athé Tanné,
      Les enseignants sont , pour la plupart, des socialistes, souvent sans cervelle, ce qui explique que nos jeunes ne savent pas lire, même à la fac.
      Les journalistes sont, à peu près , dans le même cas (ils ne crachent pas dans la soupe), vu que l’état subventionne les médias.Le journaliste est d’accord avec son patron, qui lui est d’accord avec son patron (l’état).
      Il y a belle lurette que je n’achète pas de journaux (certains en achètent des dizaines tous les jours 5on se demande pourquoi, sinon pour avoir l’air de …. souvent l’air de pas en avoir). J’enregistre les émissions de télé, pour, le cas échéant, les effacer si nullité.
      Cordialement.

    • ceci est une contre-vérité ; il y a DES enseignants soumis, mais tous ne le sont pas, loin de là!

  1. Ça pas dû être facile d’écrire votre prénom lors de vos premières années d’école…..Theophraste.

  2. Vous avez oublié Killian le breton de 13 ans, étranglé par une clé de bras devant d’autres élèves. Mort quelques jours après.
    L’assassin était un mineur de 16 ans (encore au collège), tchétchène au prénom évocateur.
    On a jamais su quelle peine lui avait été infligée..

  3. Les fds devraient s’organiser dans les établissements scolaires pour former des groupes soudés qui ne se lâchent pas d’une semelle pour pouvoir être en mesure d’opérer des gestes défensifs de protection d’urgence en cas d’attaque. Quitte à s’accompagner les uns les autres jusqu’aux toilettes s’il le faut.

    Mais bien sûr, il faudrait aussi écarter les élèves violents à la première alerte, ce qui est très loin d’être le cas aujourd’hui.

    Oui, même les médias de réinformation ont fini par s’y habituer et à plier sous le poids de la routine, et c’est ainsi qu’avance l’islamisation du pays, par petite poussées successives. Il ne faudrait jamais y céder. Reculer d’un pouce, c’est accepter l’abîme.

  4. Il faut se rappeler cette campagne de propagande « TousUnisContrelaHaine » qui était venue suite aux attentats islamistes pour prendre pour des imbéciles les français alors que les actes de violences répétés sont commises par ce qu’on appelle « les jeunes » en politiquement correct, traduire des adolescents ou des majeurs d’origine maghrébine ou africaine de cités dites « sensibles », « sensibles » qui est encore un autre mot politiquement correct pour ne pas dire que ce sont des cités gangrénées par la délinquance. Et aujourd’hui les délinquants sont de plus en plus violents. Ce n’est pas en payant avec l’argent des français des campagnes de propagande pour les enfumer que cette violence s’arrêtera

    • Tout le monde aura compris mais j’ai oublié une petite précision sur la traduction de « jeunes » qui veut dire surtout : délinquants.

    • Cette « pub » je l’ai regardé une fois. A aucun moment elle n’aborde le racisme anti blanc. A bondir sur son canapé.
      De fait, à chaque fois que j’entendais le début de cette merde je zappais ou sortais de la pièce..si si je suis allée jusque là boycott total.
      Et pis, quand je l’ai fait remarqué sur le site d’un autre journal couic censuré…

  5. Cette violence grandissante ne pourra diminuer qu’en construisant des prisons et en punissant sévèrement les délinquants concentrés dans ces cités sinon, ça ne fera que s’empirer, bien que leur violence a déjà atteint un niveau dont il est difficile d’aller plus haut, tout du moins par le nombre de ces délinquants qui vont venir grossir les rangs à force de les laisser en liberté même multirécidivistes.

    • Je constate que vous n’avez pas encore réalisé que le Traité de Lisbonne, signé en 1973 entre pays européens, dont la France, et les pays arabes pétroliers a été mis en route depuis cette date. Renforcé par le Traité de Strasbourg signé en 1975. Ces Traités en fait, a mis en place un projet de remplacement de la population blanche européenne par des arabo-musulmans et musulmans africains. C’est monstrueux, diabolique, cauchemardesque, mais avéré. La mort de notre France et des Français est programmée depuis presque un demi-siècle et a été mise en route lentement mais sûrement et s’accélère depuis Hollande au pouvoir. (suite)

    • (Suite 1.)

      Ce « secret » a été bien gardé par les dirigeants français successifs. Si je ne me trompe pas, en 1973 et 1975, Pompidou était au pouvoir, suivi par Giscard. Ce n’est pas innocent, c’est bien lui qui a créé le « regroupement familial » pour les musulmans. Et jamais aucun média n’a évoqué cette monstruosité. Comment décider de la mort d’une nation qui existe depuis 20 siècles, avec son Histoire de France, ses Rois, etc. Le fait de mettre en route à l’école l’apprentissage de la langue arabe, et remplacer des pans entiers de l’Histoire de France par celle de l’Islam n’est pas innocent non plus et découle naturellement du « Plan » élaboré lors des deux Traités. (voir également EURABIA).

  6. On a deja tue des gendarmesttes et personne n a bougé comme personne n a bougé 1962 en Algerie…depuis 55 ans personne n a bougé …aujourd hui les polutichiens ont deja vendu la France sa partition est prevue deja…et vous allez elire ces politichiens…donc la guerre civile est inevitable… il faudra bien s occuper des politichiens collabos et dhimmis

    • Mais qu’est devenue la France rayonnant partout dans le monde ? Hollande, collabo et traître à la patrie, ose, en tant que soi-disant président, parler de « partition » de la France ! nos millions de soldats morts pour la France à 20 ans, lors de deux dernières guerres, ne méritent pas que la République née au 18è siècle au prix de tant de souffrances soit remplacée par l’islam et la Liberté par la Charia. Depuis 50 ans l’islamisation de la France a commencé. En 4 ans, depuis Hollande, ce mouvement s’est accéléré à vitesse grand V. Aucun candidat à la présidentielle n’évoque l’islam ni les clandestins. Une bombe, l’ islam, menace de nous exterminer. Un cauchemar.

    • Merci, je comptais l’acheter mais de voir cette vidéo permet d’avoir déjà une première approche.
      Si je comprends bien, les racailles se servent des outils qu’ils ont à disposition dans leurs caves comme les pays se servent de la bombe atomique à savoir la dissuasion.

  7. Tout est Exact pour les dizaines d’agressions d’enseignants de violences entres élèves et membres de l’administration et de plusieurs meurtres à l’école mais les médias par refus de compassion ont équilibré ces violences iniques en dénonçant l’indignation des parents d’élèves devant les absences répétées des enseignants. Balle au centre. Tout se vaut. Circulez y’a rien à voir. Dormez bien braves gens.

Les commentaires sont fermés.