One, two, three, viva l’Algérie : descendez, on vous demande!

Ce n’est pratiquement qu’à l’occasion de rencontre sportives, et le plus souvent footballistiques, que les intéressés ont l’opportunité d’entonner ce slogan franglaispagnol débile et fort peu identitaire.

La dernière fois, c’était il y a quelques semaines, en remportant la coupe arabe de la FIFA.

Ben oui, parce que les Arabes peuvent avoir leur coupe pour eux tous seuls, sans que crissent les molaires de toute la galaxie bien- pensante.

Certes, les mauvaises langues diront que ce n’est que comme ça qu’ils peuvent gagner quelque chose, mais glissons. Cela n’a en rien entaché l’exubérance des supporters, ici ou sur la rive sud, donnant lieu à ce qu’il est convenu de désigner par « quelques débordements ».

Là, il s’agissait de la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations, avec des participants d’une autre pointure que Bahreïn ou le Qatar.

Tenante du titre, l’Algérie se présentait légitimement comme un des favoris. Reconnaissons que la sélection a une sacrée gueule, physique, technique et rapide. Quand tout va bien.

Sur ce coup, ça a foiré. Ryad Mahrez, patron de l’équipe, nous a joué l’étoile plus stagnante que filante, allant jusqu’à manquer un penalty dans le match de la dernière chance face à la Côte d’Ivoire, qui s’est finalement imposée 3 buts à 1.

Les Éléphants ont écrasé les Fennecs.
Mais maintenant que j’y pense : Mahrez, vedette du club de Manchester City, est très légèrement né à Sarcelles, dans le Val-d’Oise, donc de ce fait français comme vouzémoi, non ?

D’ailleurs, la moitié de l’effectif algérien est dans la même situation, et ce n’est pas le sélectionneur Djamel Belmadi, né à Champigny-sur-Marne, qui me contredira.
Au demeurant, quelques 200 jeunes joueurs « Français d’origine algérienne » (version française) ou « Algériens nés en France » (version d’en face) figurent en bonne place sur les tablettes des dirigeants Fennecs, qui manifestement trouvent plus économique et rentable d’aller faire leur marché de l’autre côté plutôt que de former eux-mêmes leurs futurs représentants.
Ben cela semble insuffisant.

Dites, les gars, et que ce soit au pied comme ailleurs, si vous vous décidiez à vous prendre en main ?

Jacques Vinent

L’Algérie, battue par la Côte d’Ivoire, est éliminée de la CAN (pressafrik.com)

image_pdfimage_print

2 Commentaires

  1. Que les footeux algeriens aillent jouer chez eux ;Ça ne nous privera pas. Malheureusement Benzema ne peut plus porter le maillot de son pays qu’il aime tant.

Les commentaires sont fermés.