Onfray fait le procès de Mitterrand, mais préserve la gauche

Publié le 18 novembre 2020 - par - 24 commentaires - 1 188 vues
Traduire la page en :

Onfray a du talent ; il écrit bien et d’abondance ; il travaille beaucoup. Ces qualités apparaissent nettement dans le parallèle qu’il établit entre de Gaulle et Mitterrand. Le parallèle est un très ancien exercice rhétorique qui consiste à comparer des chefs de guerre, des écrivains, des héros ou des hommes d’État, à condition, bien entendu, que ceux-ci soient comparables, afin de montrer ce qui les rapproche ou ce qui les oppose : Corneille et Racine, Voltaire et Rousseau, Bayard et Condé, Mazarin et Richelieu.

Un parallèle entre un éléphant et le ciron de Pascal n’aurait pas de sens. D’ailleurs, Pascal ne s’est pas aventuré à un tel parallèle. Que peut être un parallèle entre l’être et le néant ou entre le Diable et le Bon Dieu ? Rien. Plutarque, un des maîtres de cet exercice, a dressé un parallèle entre Alexandre (Alexandre le Grand, pas Jardin) et César. Un des rares historiens français, Patrice Gueniffey, qui n’ait pas fait de la déconstruction de l’histoire et de la France son pré carré, a récemment publié un bel ouvrage qu’il a intitulé Napoléon et de Gaulle, deux héros français. Dans ce cas, le parallèle a un sens. Il n’est pas destiné à abuser, mais à éclairer. Mais mettre en parallèle la vie et les œuvres de De Gaulle et celles de Mitterrand sur la Résistance, la famille, la Constitution, la culture, l’Europe, la sépulture et sur douze autres points de comparaison, c’est aligner un nabot sur un géant. De Gaulle est vainqueur en tout ;  Mitterrand est vaincu sur toutes les lignes. Dans ce livre, à l’éloge de De Gaulle, Onfray oppose une charge féroce, impitoyable, inflexible contre Mitterrand, ce qui, objectivement, est assez facile, vu que toutes les vilenies et autres saloperies que Mitterrand s’est efforcé de dissimuler de son vivant sont aujourd’hui connues. “À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire”, disait Corneille. Le problème est qu’Onfray, sans le vouloir, rabaisse de Gaulle en le comparant à ce ciron.

Jadis, Boris Vian a publié un roman insolent : J’irai cracher sur vos tombes ; Onfray crache – et même plus – sur le tombeau de l’homme de Jarnac, qu’il condamne à un enfer éternel. Mitterrand est désormais « M. le Maudit », comme dirait Lang (Fritz, pas l’autre, thuriféraire de l’arabe et de l’islam). Il a détruit la France, il a méprisé le peuple à qui il a retiré sa souveraineté, il s’est prosterné devant les puissants de l’Europe. Et au même enfer mémoriel sont condamnés tous ses compagnons de route, qu’ils soient radicaux, socialos, cocos, gauchos, qu’ils ne nomment Mauroy, Bergé, Lang, Saint-Laurent, Dray, Badinter, Fabius, Jospin, Mermaz, Charasse, Védrine, Hollande, Royal, Attali, Chevènement, Hue, Buffet, Besancenot, Mélenchon, Hamon, etc. etc. etc. Aucun n’échappe à la damnation mémorielle et tous les lieux baptisés du nom Mitterrand vont devenir des souillures, même la Bibliothèque nationale.

Pourtant, il y a un point aveugle dans ce livre. La rhétorique a été inventée il y a près de 25 siècles. En langage politiquement correct, elle est définie comme la technique grâce à laquelle on trouve, dans tout sujet, des arguments propres à convaincre les lecteurs (auditeurs, téléspectateurs) de la justesse de la thèse que l’on défend. En réalité, elle sert aussi et surtout à abuser, à séduire, à tromper, à égarer. Or, ce parallèle, sans véritable raison d’être, est une ruse de la raison rhétorique. Ce dont Onfray, l’homme de gauche, est persuadé, ce qu’il montre ou croit démontrer dans ce livre, c’est que Mitterrand est de droite et que, toute sa vie durant, il s’est acoquiné avec l’extrême-droite, celle de la collaboration, de Vichy, de l’empire colonial, de l’Algérie française. L’objectif poursuivi est de sauver la gauche du désastre et de l’exonérer de tous les crimes commis ou voulus par Mitterrand. En fait, Onfray joue un air de serinette parfaitement connu : la gauche, la vraie gauche, la gauche éternelle et de toujours, ce n’est pas ça ! Ce n’est pas Mitterrand, ça ne peut pas être Mitterrand et ses compagnons de route, puisque Mitterrand est de droite. Cela ne vous rappelle-t-il pas ce que l’on ânonne depuis quarante ans ou plus : l’islam, ce n’est pas ça ; ou ça, ce n’est pas l’islam. Eh bien, si, ça (les égorgements, le racisme, le massacre des innocents, le djihad, etc.), c’est l’islam, le vrai, le bon, le pur islam. Ou encore, c’est le petit air de serinette qu’entonnent encore Badiou, Autain, Mélenchon : le communisme, ce n’est pas ce qui a façonné la Russie, la Pologne, la Chine, Cuba, le Vietnam, le Cambodge, etc. etc. etc.

Onfray dresse dix-huit parallèles, mais il en oublie deux – et cet oubli, volontaire évidemment, résume assez bien son entreprise rhétorique : ce sont l’école (école de la République et l’instruction publique) et l’islam. C’est la gauche, la vraie gauche, la bonne gauche, qui, en moins de 40 ans, a détruit l’école et rendu impossible l’instruction publique des enfants du peuple : projet Legrand, loi Jospin, lois Peillon, Lang, Belkacem, pédagogos à la Meirieu, à la Dubet, à la Bourdieu. C’est la gauche, la bonne gauche, la vraie gauche qui a toujours fait preuve d’une extrême bienveillance pour l’islam, les imams, les moudjahidine, les milliardaires saoudiens, comme, jadis, c’était la gauche, la bonne gauche, la vraie gauche qui, par pacifisme, a sombré dans la collaboration (Laval, Déat, Jospin père, Védrine père, Marion, Doriot, etc. etc. etc.). C’est la gauche, la bonne gauche, la vraie gauche qui a fait l’empire et les guerres coloniales. Le parallèle entre de Gaulle et Mitterrand n’a pour finalité que de sauver la gauche du désastre dans lequel elle a sombré. Mais qui a porté Mitterrand au pouvoir ? Les partis, les syndicats, le peuple de gauche. Qui l’a soutenu ? Qui a approuvé sa politique ? Qui s’est réjoui de la destruction de la France, de la réduction de son peuple aux fers, du lent discrédit de la démocratie ? Qui se prosterne devant l’islam et l’Europe ? La gauche, c’est Mitterrand, inversement aussi, n’en déplaise à Onfray.

Onfray a du talent, mais pas suffisamment pour masquer les ressorts de sa rhétorique.

Étienne Dolet

Michel Onfray, Vies parallèles De Gaulle – Mitterrand, Robert Laffont, 2020, 400 p

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Million

Qui a lu : les : cadavres exquis de mitterrand, (5 personnalités connus ont été tué) qui a lu : quand la politique tue sous les mandats de Mitterrand, il est certain que de comparer un géant a un renard rusé menteur qui a été aussi dans la politique de J M LePen a ses débuts, il est vrai, il est vrai que les français ont la mémoire courte disait le Général.

bernard

Bien vu. Onfray par ailleurs est un médiocre philosophe bien qu’il lise beaucoup…L’un ne va pas nécessairement avec l’autre…N’oubliez pas qu’il fut anti Le Pen jadis et qu’il
parle aujourd’hui comme Le Pen sans même lui reconnaître la préséance…Cf. ‘Le Front
Populaire’ N°1. Pareil pour Villiers d’ailleurs. Ils oublient tous JMLP et jouent les héros et les prophètes (même Chevènement ce vieux schnock)!!!!!

Gabriel

Ton Christ était circoncis en tant que juif et rabbin.

Marnie

Chasser le naturel il revient au galop. Onfray n’y échappe pas.

mhollandouillelafripouille

onfray il est comme tout ces pseudos philosophes de gôooche au début qui se sont tellement fait mettre pas la gôoooche qu’ils en peuvent plus mais ne veulent pas vraiment le reconnaître !!!! alors ça fait bien de critiquer le miteux en oubliant que c’est le bon peuple qui l’a élu bien couillonné par les merdias anti Giscard eh oui déjà la presse de gôooche bien pensante pour le résultat que l’on voit aujourd’hui …un peuple envahi soumis et ruiné massacré jusqu’à l’intérieur des ses églises …..pitoyable pays de pleutres à bougies dans le fion …mais c’est vrai aussi que maintenant tout ce que touche macron se transforme en merde quand on voit le résultat depuis qu’il a été élu par les mêmes de gôooche ……ça c’est du réel aussi ….

andre

Très bon texte, qui remet les “pendules à l’heure” ! merci.

zéphyrin

mais oui ce n’est qu’un humain, assez brillant je trouve…il peut se tromper, il peut avoir raison avant les autres. il faut se calmer sur les origines politiques…
dicton populaire: mon fils on n’est jamais assez rouge à 20 ans….car à 40 tu seras rose clair et à 60 tu seras blanc ….c’est pareil si on part du bleu foncé (sourire)

Système

Onfray est le Zemmour de gauche : tous deux travaillent, tel le joueur de flûte de Hamelin, à endoctriner le peuple français et à le mener vers des voies de garage. A le faire tourner en rond les moutons et ainsi, à neutraliser le mécontentement général…

Rems

M Onfray a toujours fantasmé sur une gauche qui n’a jamais existé ! ” La gauche est une maladie mentale ” ça c’est un livre vrai, honnête !

FRANCE PILLEE

article bien écrit
onfray a du talent ; comme zemmour il n’a pas toujours raison : surtout quand il justifie les revendications islamistes en raison de la déliquescence morale de l’occident

Les Français n’ont pas à s’autoflageller ; même si les moeurs sont en décrépitude, ce sont quand même les Français qui paient aux envahisseurs les allocations, subventions, l’enseignement de leurs enfants, les soins médicaux, etc…

Pierre Régnier

Mais non, justement, ce n’est pas la vraie Gauche qui a trahi le peuple, la France et la République, et qui continue de militer pour l’islamisation du pays, de l’Europe et du monde.

Jill

C’est quoi, c’est qui la vraie gauche ?
Un rassemblement de faux culs ;et ce n’est pas nouveau ;leur saint patron Jaures en est le meilleur exemple.

Enrico

Tout a fait JAURES ETAIT COMME LA GAUCHE ACTUELLE UNE GROSSE MERDE DE FAUX CUL AVEC EN TETE L’IGNOBLE MITTERRAND ANCIEN DES CROIX DE FEUX AVANT 1940 !!!!!

Garde Suisse

Excellent texte M. Dolet. Nous savons tous que Mitterrand n’est ni de droite ni de gauche, C’est un pur arriviste du genre qui se mettrait une plume dans le cul si les papous étaient à la mode.
Mitterrand commeChurac, Sarkozy ou Macron sont le summum de ce que nous donne la république comme hommes d’état, c est à dire des petits épiciers aitosatisfaits installés dans les palais construits par des rois qui avaient la conscience de n’être que les humbles serviteurs de Dieu.

Jill

Mitterrand était plus rusé et plus cultivé que ses successeurs ;il ne fût jamais ridicule sur le plan international. Chirac fût une catastrophe,
Sarkozy avait du potentiel mais il se perdit,
Hollande avait le niveau d’un chef de bureau de sous-préfecture ;quant à Macron, pas idiot sans doute, mais entouré d’une bande de nuls.

Garde Suisse

@Jill
Mitterrand a été ridicule au moins sur la chute du mur de Berlin et la réunification allemande à laquelle il était opposé.
L’affaire du Rainbow Warrior C’est également sous sa gouvernance. Je crois qu’il a été ridicule aussi.
Et je ne parle pas des gamelles intérieures, du genre des écoutes illégales d’actrices etc…..
Un minable !

Christophe L

Bravo belle démonstration rien à rajouter 👋

patphil

onfray préserve SA gauche!
nuance, la gauche honnête qui défend les travailleurs (il faut dire que c’est devenu une rareté)

François Desvignes

De Gaullie et Miterrand avaient un point commun, ils étaient polydéistes :

De Gaulle pensait qu’il y avait deux dieux dans le Monde, le Christ et lui.

Et Mitterrand pensait aussi qu’il y avait deux dieux dans le monde, un Dieu du Bien et un Dieu du Mal qu’il servait également , la fidélité (conjugale) n’étant pas son fort.

Mantalo

…d’où il vient…. (si vous préférez)

Mantalo

Je ne pense pas que Michel Onfray ait étè un jour soutien de Lang ou Belkacem.
Quant à laisser croire qu’il ait fermé les yeux devant lisse-lame je ne partage pas.
Onfray est un homme de gauche “humaine”, celle qui souhaite le bonheur du “petit peuple” dont il vient.
Il est de gauche… vous l’ignoriez ?

Mantalo, électeur FN de 1985 à avril 2017 (avec un petit passage au MNR). Fils d’un socialiste anti-coco qui ne rêvait que du bonheur des autres, décédé en 1979.

Jill

Être de gauche, çà veut dire quoi ? C’est purement conventionnel ;on ne peut pas exercer certaines professions sans s’affirmer de gauche… comédien par exemple ;Luchini peut se démarquer car il a beaucoup de talent,mais les autres sont obligés de faire allégeance.

Mantalo

@Jill
A la différence de beaucoup de comédiens ou de journaliste, Onfray est “NÉ” de gauche de par ses origines. Il ne faut pas chercher plus loin. Ni l’en blamer.
Luchini, “pas” de gauche. . 1 jour sur 2 oui. Par contre son frère qui habitait mon ancien quartier (le 9ème) était un VRAI PAS DE GAUCHE.

Rochefort

Mitterrand voulait le pouvoir pour le pouvoir. De Gaulle le voulait pour la France.

Lire Aussi