1

Ont-ils décidé de sacrifier Fauci pour mieux accélérer la vaccination mondiale ?

EMAILS FAUCI ET EXPLOSION DE LA VÉRITÉ AU SÉNAT AMÉRICAIN

Dans une longue interview [1], le journaliste Brian Gerrish [2] raconte sa vue des choses [3] à Reiner Fuellmich et Viviane Fischer, avocats du Comité Corona créé en juillet 2020, et nous exposent la manipulation psychologique organisée par la programmation neuropsychique et son application lors la plandémie du coronacircus.

Pourquoi parler de Fauci maintenant ? Est-ce pour détourner l’attention de la grande manipulation vaccinale ?

L’attention s’est soudainement tournée vers Fauci car le grand public commencerait à poser les bonnes questions sur la politique de vaccination Covid-19.

Et pourquoi son grand associé Bill Gates n’apparaît-il plus sur les médias ?  Gates a été confronté à la mise au jour de son amitié avec Epstein. Ainsi, tout d’un coup, M. Bill Gates est « passé du statut d’homme d’affaires philanthropique, propre et bien élevé à celui d’homme d’affaires souillé par une amitié très douteuse avec [Jeffrey] Epstein ». Melinda Gates a maintenant déclaré qu’elle avait été avertie de cette relation il y a de nombreuses années. Elle a demandé le divorce. Le scandale Gates éclabousse-t-il Fauci et est-il temps de s’en débarrasser et de trouver un bouc émissaire, pour poursuivre la vaccination en parlant d’autre chose ? La chute du gourou de la peur et des vaccins pour nous occuper et que nous regardions ailleurs ?

Brian Gerrish répond à Reiner Fuellmich : « les gens contre qui nous nous battons sont des menteurs invétérés. Ils disent des mensonges {en permanence], et finissent par être piégés par leurs mensonges. Je pense que c’est ce qui a commencé à se produire ».

Brian traite ensuite de l’angoisse montante de la population et des élites devant l’apparition dans les médias de faits jusqu’ici expliqués seulement par les soi-disant complotistes. Il va falloir inventer de nouveaux complots, car la pseudo-réalité des élites se fissure.

Au Royaume-Uni, l’agence britannique responsable de la sécurité et de la réglementation des médicaments, la MHRA (Medicines and Healthcare products Regulatory Agency) a recueilli les données sur les effets indésirables des vaccins.

Lors de l’interview le 5 juin leurs derniers rapports indiquent 859 481 réactions indésirables et 1 213 décès. Et l’on sait au RU comme en France, en Allemagne ou aux USA, les effets secondaires sont toujours sous-estimés, car non reconnus, ou non déclarés etc.

Or la documentation de la MHRA a « déclaré en 2018 qu’à leur connaissance, pour tout médicament, y compris les vaccins, moins de 10% des effets indésirables graves ont jamais été enregistrés ».Et pour les effets indésirables plus mineurs des vaccins, le chiffre enregistré se situerait entre 2 % et 4 % [du total réel].

 Brian en conclut que « si l’on compare cette déclaration aux 859 000 effets indésirables et aux 1 213 décès enregistrés, on peut considérer que 12 000 personnes sont mortes ». « Sur le site ukcolumn.org, mon collègue, Mike Robinson, a mis en place un moteur de recherche qui permet de consulter les données de la MHRA. »

Brian revient ensuite sur la quasi-absence d’autopsies dans tous les pays touchés depuis février 2020, correspondant manifestement à une consigne de l’OMS et consorts. Au Royaume-Uni comme en Italie, en Allemagne ou en France, au cours des derniers mois les autopsies étaient oubliées, refusées, interdites de fait, quasiment jamais réalisées et les patients très rapidement incinérés, laissant peu de place à la recherche clinique que le bon sens aurait dû imposer si le sort des malades avait été le premier sujet.

On se souvient que les premiers à avoir pratiqué quelques autopsies quasi clandestines comme au Moyen Âge furent des médecins de Lombardie et d’Allemagne (Hambourg) qui du coup mirent le doigt sur la pathologie vasculaire du covid ouvrant d’autres voies thérapeutiques.

Actuellement avec les accidents du vaccin qui se multiplient, la tendance est la même selon Brian : « au Royaume-Uni, les autopsies ne sont pas effectuées. Nous avons même vu – c’est un fait, car nous avons interrogé la famille concernée – [un cas] où le père de famille est décédé d’une crise cardiaque très peu de temps après avoir reçu une injection, et l’hôpital n’a pas soumis de rapport.  Et plus tard, lorsque la famille a soumis ce « carton jaune » pour savoir, rien ne s’est passé. Six semaines et demie se sont écoulées ». Ils se sont alors tournés vers la MHRA et ont demandé, « que faites-vous pour enquêter sur la mort de notre proche ? ». Et la première chose que la MHRA leur a demandé : « y a-t-il eu une autopsie ? ». En Allemagne idem confirme Reiner F. et je peux ajouter qu’il en est de même en France avec des incinérations rapides.

Brian lève le problème des certificats de décès. II y a environ deux ans, à l’origine, les certificats de décès devaient être signés par deux médecins. « Or, au cours de la « pandémie », cela a été changé pour qu’il n’y ait qu’une seule signature. Constamment, sur les certificats de décès, « Covid » était enregistré même lorsque les membres de la famille déclaraient : « mais mon père, ma mère, mon frère sont morts du cancer ! » Mais comme ils avaient soi-disant été testés positifs au Covid-19, c’était en fait enregistré comme la cause du décès ».

Actuellement à Paris il est difficile de vérifier la cohérence entre le « récit » fait aux familles, les traitements appliqués (essai pour covid ?), le classement diagnostique T2A, et le diagnostic du certificat de décès. Actuellement vu le nombre important de décès liés au vaccin, on est dans la configuration inverse d’avant la campagne vaccinale. Rien n’est lié au vaccin, peu importe le tableau clinique. Certes la question posée reste celle de la complicité du personnel, mais les pressions sont telles qu’ils n’ont guère le choix sauf à démissionner, ce qu’ont fait certains. Les CHU s’inquiètent du manque de personnel soignant majeur actuellement.

Ainsi la falsification officielle des statistiques est mise en évidence comme elle l’a été déjà avec le CDC américain qui a montré déjà en aout 2020 que seulement 6 % des décès classés covid étaient vraiment en lien direct avec le virus. L’Italie a également revu très largement à la baisse la responsabilité du coronavirus dans l’épidémie de décès initiale en Lombardie, mais le mal était fait, la peur de la pseudo pandémie avait imprégnée les esprits. Et la France reste discrète sur ses décomptes de morts liés au covid, bien que les langues des familles, des employés des pompes funèbres, des ambulanciers et petit à petit des personnels soignants, se délient doucement.

Brian s’étend sur la manipulation dont est victime le peuple britannique en particulier

Le journaliste rapporte des faits importants : « le groupe consultatif scientifique du gouvernement, SAGE, avait eu une entrevue avec des membres de l’équipe Behavioural Insights du gouvernement. L’homme clé concerné par cette question est Dr David Halpern. Une fiche d’information a été publiée à l’issue de la réunion, datée du 22 mars 2020, il est admis que l’équipe SAGE et la politique du gouvernement sur le coronavirus allaient utiliser la psychologie appliquée afin d’accroître la peur dans la population, afin que celle-ci adhère plus étroitement à la politique du gouvernement en réponse au coronavirus ».

L’avocat Reiner Fuellmich fait le parallèle avec le « Panic Paper » allemand dont nous avons déjà parlé[4] dans les premiers articles sur le Nuremberg 2.

Le gouvernement britannique a tenu ces réunions secrètes avec des experts français en psychologie comportementale appliquée.

Dans le document du SAGE,  « outre le fait qu’ils allaient accroître la peur, il est dit [aux paragraphes 6-8 de la page 2] qu’au sein des communautés, les membres seront utilisés pour faire en sorte qu’on se dénonce les uns  les autres,  faire pression sur leurs voisins, par exemple, pour qu’ils portent un masque, pour qu’ils respectent la distanciation sociale. » rapporte Brian.

 Cela devait être fait avec une certaine prudence, car il est possible que cette situation devienne incontrôlable. En clair, ce qu’ils entendent, c’est qu’au lieu que quelqu’un dise à quelqu’un d’autre : « tu devrais porter un masque, cette exigence pourrait se traduire par de la violence ».

L’utilisation du changement perpétuel de règles

 « Cela fait partie de l’attaque psychologique. L’incertitude met immédiatement les gens dans une position de stress, d’anxiété et de confusion. Les personnes qui sont dans un état de détresse et de confusion sont très sensibles aux autres messages et instructions. S’il y un incendie dans un bâtiment et que les gens commencent à paniquer, la première personne qui commence à donner des ordres clairs aux gens, ces ordres seront suivis ».

Le désespoir des enseignants français et en conséquence des enfants

Cela évoque très fortement, à nous Français, l’application de ces principes dans les écoles primaires et maternelles : les enseignants ont expliqué qu’ils passaient leur week-end à étudier les nouvelles instructions qu’ils devaient appliquer dès le lundi matin. Cela explique peut-être en partie la compliance incroyable des personnels s’occupant d’enfants qui leur ont imposé le masque, la distanciation sociale, indépendamment des nombreux articles qui démontraient que les enfants ne transmettaient pas le virus ni aux enfants, ni aux adultes et ne faisaient quasiment jamais de formes graves en dehors de petits malades d’immunodépression avant de rencontrer le fameux virus. (14 décès de moins de 19 ans en France en 18 mois tous immunodéprimés.) Ils les ont pour un bon nombre terrorisés.

Le pire est que la peur instillée aux adultes pendant de longs mois a été reportée par ces adultes sur les enfants et au lieu de les rassurer, les ont aggravés. Des enfants de quatre ans ne voulant pas retirer le masque pour dormir, de six ans, sept ans se suicidant alors que des enfants de cet âge là ne savent pas vraiment ce qu’est la mort. De mémoire de pédiatre, nous n’avons jamais connu de suicides aussi jeunes en cinquante ans de pratique.

On peut imaginer les séquelles psychologiques dont vont souffrir cette génération. Et les psychologues français manifestaient le 10 juin pour leurs conditions de travail. On n’arrête pas le progrès appelé progressisme.

La pieuvre « Common Purpose »

Brian tente dans son interview de nous initier aux moyens mis en œuvre pour nous manipuler et ce depuis longtemps. « Nous nous sommes intéressés de près à une organisation caritative appelée Common Purpose. Qui déclarait avoir pour but de créer des « futurs leaders dans la société, en fait une sorte de pieuvre, qui, grâce à ses tentacules, s’est introduite dans le système hospitalier, dans la police, dans l’armée, dans les écoles, et une fois à l’intérieur de ces organisations, répand  une nouvelle philosophie  applicable dans de nombreux domaines ».[5]

Sa mission déclarée était de « choisir les futurs dirigeants » qui allaient « diriger au-delà de l’autorité ». Common Purpose leur inculque un nouvel ensemble de valeurs. »

L’utilisation de la neurolinguistique dans la politique gouvernementale est avérée.

Chaque discours prononcé, chaque document qui est diffusé, est susceptible de contenir un message psychologique de renforcement. »

Ce choix remonte à loin et en particulier à 2010 avec un document Mindspace et les premiers exercices de préparation à une pandémie dans l’année qui a suivi.

 

« Nous avons des preuves substantielles montrant que le gouvernement britannique utilise et utilisera la psychologie appliquée pour faire passer ses politiques, indiquant qu’ils vont aller jusqu’à rendre les gens craintifs (…) nous vivons maintenant dans un pays où il y a une énorme augmentation des dépressions et de suicides, dont la presse grand public ne parle pas,

 L’augmentation de ces effets négatifs sur la santé mentale a été si énorme depuis que les politiques de verrouillage ont été mises en place ; c’est un éléphant dans le salon au Royaume-Uni. »

 Une transparence qui n’existe pas encore en France, un réveil ?

La presse  – en particulier les journaux britanniques : le Daily Express, le Daily Mail, le Daily Telegraph et le Guardian – ont tous rapporté que des dizaines de milliers de personnes âgées étaient mortes inutilement.

« Aujourd’hui, les experts qui nous parlent à UK Column disent que le chiffre n’est pas de quelques dizaines de milliers, mais de centaines de milliers. »

Ce type d’informations sort peu à peu dans de nombreux pays (par encore la France) montrant un réveil populaire tardif mais réel.

 LA VACCINATION DES ENFANTS ENVISAGÉE AUX USA, EN GRANDE-BRETAGNE, ALLEMAGNE ET FRANCE

Maître Fuellmich évoque la situation en Allemagne où le gouvernement, comme en France, tente d’accélérer les choses à tout prix. Le gouvernement allemand a déclaré qu’à partir du 7 juin, les enfants devaient être vaccinés, et que tout devait être terminé avant la prochaine année scolaire.

Heureusement il semble y avoir une grande opposition à ce projet funeste, comme ici en France où des procédures sont en cours d’autant que la vaccination obligatoire, alors que les vaccins sont expérimentaux, toujours en essai, paraît contraire au droit international.[6]

Dans nos pays, l’intoxication est commune avec une vaccination théoriquement non obligatoire, mis une pression terrible par les pairs et avec le fait qu’ils disent que vous ne pouvez retourner à l’école qu’avec des tests ou la vaccination. De fait actuellement si vous avez des pressions au travail, ou pour vous faire opérer, n’hésitez pas à annoncer que vous revenez avec un avocat car ces pratiques sont contraires à la loi internationale signée par la France. Les exemples montrent que cette attitude auprès des cadres d’Ehpad ou d’hôpitaux ou d’établissements scolaires est actuellement très efficace, faisant cesser le harcèlement que vous pouvez dénoncer dans des plaintes très officielles et déjà partagées par des associations multiples. Demandez le décret ou la loi qui leur permet ce comportement, et comme il n’existe pas, la vaccination n’étant en aucun cas obligatoire (car expérimentale), le cadre harceleur se calme très vite et ses adjoints se mettent parfois en colère contre lui en découvrant qu’il leur fait jouer le rôle de kapo sans la moindre légitimité.

Un chirurgien qui refuserait de vous opérer en l’absence de vaccin dépasse ses prérogatives. Changez de crèmerie.

Question complémentaire de l’avocat au journaliste. À quoi correspond l’emballement actuel ?

Reiner Fuellmich se demande si vous pensez qu’ils accélèrent le processus parce qu’ils voient que les effets secondaires des vaccins deviennent de plus en plus évidents.

Brian : « le facteur peur est donc constant : la psychologie de contrôle est basée sur la peur. Nous devrions avoir peur, car la fin du monde est imminente à cause du changement climatique. Nous devrions avoir peur d’une pandémie. Nous dérivons avoir peur d’une guerre avec la Chine et la Russie. C’est de la psychologie délibérée et calculée ».

INFORMER SUR LES MENSONGES ET EN MÊME TEMPS SUR LES DANGERS DES VACCINS

« Et c’est pourquoi, si nous voulons lutter contre ce qui se passe avec la Covid et la vaccination, nous devons également aborder cette question.

Lorsque nous pouvons prouver que nos gouvernements mentent et font de la propagande, il faut frapper aussi fort et dire au public : « Nous pouvons vous montrer que les vaccins sont dangereux, en raison des statistiques sur les réactions indésirables ». « Nous devons faire les deux choses simultanément. »

Nous pouvons dire que les gens sont sous le charme, et la meilleure description, selon nous, est qu’ils ont été hypnotisés.

Selon Reiner Füllmich : L’information est la clé du problème la connaissance est ce qui tue l’illusion.

La vraie connaissance tue l’illusion qu’ils ont créée.

  • « Donc, en l’exposant et en diffusant nous-mêmes les informations correctes, nous brisons cette hypnose. Et, pour être positif, je pense que cela s’accélère. Le gouvernement britannique vient d’annoncer quil dépensait 1,6 milliard de livres pour l’interface avec les entreprises médiatiques ! 1,6 milliard de livres. Le budget de la BBC est de 5 milliards de livres à elle seule.
  • Ainsi, la BBC au budget de 5 milliards de livres est la plus grande machine de propagande que le monde n’ait jamais vue. C’est l’organisation la plus dangereuse. Vous ne devriez pas croire ce que dit la BBC sans le vérifier auprès d’une autre source. Je pourrais vous parler pendant une heure de ce qu’est réellement la BBC. »

Pour Reiner Fuellmich la prise de conscience progressive des professionnels de santé inquiète l’oligarchie, d’où l’accélération des décisions mal préparées.

En France, la position du Pr Delfraissy qui conseille d’un coté la vaccination des adolescents en tant que président du Conseil scientifique et de l’autre comme membre du Comité d’éthique fait savoir qu’elle est prématurée est typique du en même temps macronien mais aussi de la confusion de la gouvernance.

Brian pense que la vitesse à laquelle se produit « la prise de conscience est à l’origine de toutes ces « décisions étranges prises par l’establishment : le sacrifice de Fauci, l’empressement à faire vacciner les enfants alors même que le reste de la politique n’a pas encore été mis en œuvre – tout cela me semble indiquer qu’ils sont très effrayés ».

 Nous pouvons rajouter que le plafond de verre atteint par la vaccination en France comme aux USA malgré des campagnes publicitaires jamais connues même pour Coca Cola ou Mac Do, démontre aussi l’incapacité du pouvoir à convaincre et donc la volonté de passer en force avant que le « niet » se généralise, comme le refus d’une deuxième dose chez les primo-vaccinés qui entre-temps se sont renseignés et meurent de peur.

COMMENT RETOURNER LA SITUATION : TOUJOURS RENDRE L’ARGUMENT PERSONNEL

Brian termine l’interview avec un conseil (tiré du livre Rules for Radicals de Saul Alinsky de Chicago). Dans ce livre, il parle essentiellement de techniques pour renverser le gouvernement, mais l’une d’elles est de « toujours rendre l’argument personnel ». ”

« Il ne suffit pas de parler de « la BBC » ; nous devons parler de Tim Davie, le directeur général de la BBC. Il ne me suffit pas de parler de « la MHRA » ; je dois parler du Dr June Raine, le directeur général de la MHRA.  Nous en faisons une affaire personnelle. Nous nous attaquons à ces personnes personnellement, pas aux institutions. »

Nicole Delépine

[1] Témoignage de Brian Gerrish à Reiner Füllmich : La « pandémie » que l’on nous a lancée pour nous effrayer pourrait en fait être la chose qui nous fera redevenir plus humain – Children’s Health Defense Europe (childrenshealthdefense.eu)  5 juin 2021

[2] « militaire dans la Royal Navy pendant vingt et un ans. J’ai ensuite travaillé dans l’industrie essentiellement, et après quelques années, j’ai commencé à comprendre que les choses allaient mal au Royaume-Uni et à enquêter.

Cela m’a conduit à faire équipe avec Mike Robinson, pendant près de vingt ans, et depuis quatorze ans maintenant, nous dirigeons tous les deux un média appelé UK Column, où je suis ravi de dire que nous sommes en expansion, et il est clair que nos téléspectateurs et nos auditeurs ne sont plus seulement au Royaume-Uni, mais dans le monde entier ».

[3][ Originellement publié dans UK Column

[4] Vers la mise en place d’un Nuremberg du Covid (ripostelaique.com)

[5] Common Purpose Exposed (cpexposed.com)

[6] Il serait illégal de rendre obligatoire une substance expérimentale génique (appelée « vaccin anticovid ») – Nouveau Monde (nouveau-monde.ca)