Orban ne reste dans l’UE que pour l’argent et c’est la France qui paie !

Résultat de recherche d

La Commission européenne, par l’intermédiaire de la mafieuse qui se trouve à sa tête, von der Leyen, a décidé de déclarer la guerre à la Hongrie de Viktor Orban, en bloquant 7,5 milliards d’euros de fonds structurels européens, soit près de 20 % de ce que la Hongrie espère toucher en totalité, entre fonds structurels et autres plans de relance. Visiblement, la Commission n’est plus satisfaite de la façon dont ces fonds sont utilisés par le gouvernement hongrois qui, selon elle, ne correspond pas aux standards de transparence en vigueur au sein de l’Union européenne. Cette exigence de transparence ne semble bien entendu pas s’appliquer à von der Leyen elle-même, qui s’est toujours refusée à rendre public le contenu des SMS qu’elle a échangés avec le CEO de Pfizer, aboutissant ainsi à une commande de vaccins qui dépasse en nombre d’un facteur 10 la population européenne.

Bien entendu, ceci n’est qu’une mesure punitive visant à déstabiliser Orban, car ce dernier a toujours refusé de se soumettre au diktat de l’Union européenne, en rejetant le quota d’immigrés qu’on voulait lui imposer, ainsi que les mesures sociétales wokistes concernant les minorités sexuelles, qui ne correspondent pas à ce que veulent les Hongrois. Le soutien à Orban semble s’imposer de lui-même dans cette affaire, car nous n’avons rien à gagner à ce qu’il perde ce combat essentiel pour nous.

L’élection de Biden, et la diplomatie wokiste qui l’accompagne, ont malheureusement tenté de s’immiscer dans la vie politique intérieure hongroise, en tentant d’infléchir la position du gouvernement sur le traitement des LGBT et autres balivernes. Avec leur finesse habituelle, les Américains ont cru opportun d’envoyer le chargé d’affaire de leur ambassade rencontrer des juges hongrois afin de les convaincre d’influer sur la position du gouvernement  sur des problèmes sociétaux. Orban, à juste titre, s’est rebiffé contre cette tentative d’ingérence inadmissible, et a eu des déclarations fort désagréables à l’encontre de l’Oncle Sam.

Du point de vue américain, la ligne rouge a été franchie lorsque Orban a tout simplement refusé d’appliquer les sanctions contre la Russie, qui ont été décidées par l’Union européenne et les États-Unis. La réticence de la Hongrie à se priver du gaz russe, le refus de faire transiter des armes à destination de l’Ukraine par son territoire, ainsi que le veto contre l’entrée de la Suède et de la Finlande dans l’OTAN apparaissent aux yeux des Occidentaux comme un camouflet inacceptable. La pseudo-transparence dans l’usage des fonds structurels européens, l’indépendance de la justice et la liberté de la presse ne sont que des prétextes afin de le faire plier, et éventuellement de se débarrasser de lui en le faisant remplacer par un dirigeant à l’échine plus souple.

C’est la même technique qui a été utilisée à l’encontre de Meloni qui, immédiatement après son élection, s’est précipitée à Bruxelles afin de rassurer tout le monde sur la volonté de l’Italie de rester au sein de l’Union européenne, et de sa fidélité à l’OTAN. En guise de lutte à mort contre l’immigration, l’Italie n’acceptera plus que 3 bateaux sur 4 à partir de maintenant, et on la laissera faire illusion quelques mois auprès de ses électeurs en détournant de temps en temps un navire vers la France ou l’Espagne.

J’imagine qu’en prenant connaissance des détails exacts de la situation financière de son pays, et de sa dépendance totale vis-à-vis de la Banque centrale européenne (30 % de la dette italienne détenue directement par la BCE), Meloni est revenue très vite à la raison.

La question qui mérite d’être posée à la Hongrie est la suivante : pourquoi rester au sein d’une structure (l’Union européenne) qui n’a de cesse de tenter par tous les moyens de lui imposer des valeurs qu’elle ne partage pas ? Pourquoi la Hongrie, qui n’est pas dans la zone euro, ne fait-elle pas comme le Royaume-Uni, reprenant ainsi une liberté totale quant à ses orientations diplomatiques et sociétales ?

La réponse à cette question n’est malheureusement que trop évidente : pour l’argent. Les derniers arrivés dans l’Union européenne ne sont nullement entrés par conviction, mais uniquement afin de soutirer le maximum de fonds structurels et de subventions de la part des pays contributeurs nets au budget européen. La folie européenne de l’élargissement perpétuel bénéficie d’abord à l’Allemagne, lui permettant ainsi d’installer des usines dans des pays dans lesquels la main-d’œuvre est bon marché, et aux États-Unis (le « fédérateur extérieur »), qui utilisent l’Union européenne pour agrandir l’OTAN. Tout le monde semble y trouver son compte, apparemment. L’Union européenne est une grande putain aux mamelles généreuses, et les anciens pays communistes auraient tort de se priver de cette manne.

En réalité, ce qui me hérisse le poil dans cette affaire, ce n’est pas que la Hongrie s’en mette plein les fouilles, que sa conception des Droits de l’Homme ou de l’État de droit soit différente des nôtres ou que les fonds européens soient engloutis de façon obscure. Les Hongrois ont voté pour Orban ; j’en déduis donc que la situation leur convient. Ce qui m’est insupportable, c’est de savoir que la France, et par conséquent les contribuables français, payent depuis des années entre 20 et 25 % du montant des fonds structurels versés à ce pays, tout comme ils verseront ou garantiront 25 % des 35 milliards que touchera la Pologne dans les mois qui viennent. Rappelons que la Roumanie avait également reçu plusieurs dizaines de milliards d’euros pour s’occuper de ses Roms. Personne ne sait ce que sont devenus ces fonds. Par contre, leurs Roms sont toujours à Paris, occupés à détrousser les passagers du métro.

Depuis des décennies, nous gavons de subventions et de fonds structurels des pays qui, pour nous remercier, se liguent entre eux (club de Visegrad) afin de nous soutirer toujours plus d’argent, et ce sans aucune contrepartie. La Hongrie, la Pologne, la Slovaquie, la République Tchèque et la Roumanie ne sont pour nous, d’un point de vue strictement économique, que des parasites dont il faudrait se débarrasser au plus vite. Nous n’avons rien à gagner à continuer à les subventionner.

Il est parfaitement inacceptable de verser 13 milliards d’euros par an à ces tænias, à garantir des dizaines de milliards d’euros de prêts qui mettent en danger nos comptes publics, au bénéfice de pays qui n’ont aucune reconnaissance, pratiquent à notre encontre une concurrence fiscale et sociale déloyale, alors que nos factures d’électricité vont exploser, et que soi-disant, le budget de l’État est à l’euro près.

Alain Falento

 

image_pdfimage_print
25
6

51 Commentaires

  1. C’est tout à fait exact. La france n’a aucun retour sur investissement puique nous perdons 9 à 10 milliards par an pour financer, via l’UE, des pays à la traîne qui nous font une concurrence déloyale dans tous les domaines. Ce qui n’est pas ma conception d’une saine solidarité.

  2. Monsieur FALENTO, votre article a suscité de nombreuses interrogations car il parait condamner ORBAN en raison de la distance qu’il prend à l’égard des Ukases de l’U.E. En vérité il convient plutôt de féliciter ce leader nationaliste pour son courage compte tenu de la disproportion de ses moyens d’action par rapport à ceux qu’utilise abusivement Mme UVDLE, simple Secrétaire qui se prend pour la Présidente des peuples de l’Europe, et a décidé d’écraser cet opposant gênant…
    Notre devoir est de soutenir au contraire Mr ORBAN dans ce duel.

    • Je ne condamne pas Orban pour son attitude vis à vis de l’UE, je condamne le gouvernement français qui dépense notre argent pour financer l’UE, et à travers l’UE des pays qui nous font une concurrence déloyale.

  3. Il arrivera un moment où la France n’aura plus un kopeck, sera déclarée en faillite ou mise sous tutelle et sera bien obligée d’arrêter de distribuer de l’argent à l’Europe (sans contrepartie), à l’Afrique, aux chances pour la France, aux multiples aides sociales. À moins que Macron ne nous achève en bloquant nos comptes, nos assurances vie (loi Sapin). Alors la France sera considérée comme un pays du Tiers Monde ; les pays riches aideront-ils la France à ce moment-là, à moins qu’il ne la dépèce ?

  4. orban, le seul homme politique valable en européie, il défend les siens et donc est le petit satan après poutine!

  5. ce dont il faut se débarrasser c’est de L’UE et de sa présidente corrompue : ne vous trompez pas d’ennemi

  6. TB q les franchouillards payent pour Orban, plutôt q pour beaucoup beaucoup de saloperies

  7. Il risque quoi Orban s’il invite Ursula dans son pays et lui mets une balle dans la tête en direct ? Il a l’immunité présidentielle et l’UE ne peut pas traiter la Hongrie plus mal que maintenant.

    • Désolée, mon cher Ami, mais on ne peut pas régler les problèmes politiques par un crime aussi justifié soit il. il est urgent d’éduquer les électeurs, les citoyens de ces pays même en prenant quelques risques. c’est urgent !!! notre civilisation s’effondre.

  8. Il n’y aurait pas plus utile et vigoureux à faire que de s’en prendre à Orban ?
    Orban, c’est le ver dans le fruit par qui le fruit va pourrir plus vite et nous libérer.

  9. si je paie Orban m’en fous. 1% pour lui au vu et au su de tous pendant qu’on casque 99% pour les autres dont la finalité cachée vise à détourner ce fric vers des intérêts strictement perso et anti Peuple. on s’est payé un hold-up magistral avec la fameuse fuite du …et toujours rien ; si ! punir le « coup » du 6 janvier au capitole dont Trump est l’accusé. c’est comme une perquise sans raison ; il faut trouver chez l’agressé un motif du pourquoi on le poursuit, mme si on est prêts à fabriquer nous-mmes le motif pour sauver la face.

  10. grâce à la présence de la Hongrie(récalcitrante) dans l’UE, Vender (la hyenne )est bloquée dans certaines décisions qu’elle souhaite imposer aux adhérents de l’UE, puisque le vote doit être à l’unanimité .

  11. Ne blâmez pas le groupe de Visegrad si nous sommes dans la mer.. !
    Blâmez les vrais responsables, l’Europe de l’Ouest et ses politiciens débiles…

  12. Moi j’dis faut prendre le fric là où il est.
    Z’ont bien raison d’en profiter puisqu’on est assez stupide pour en donner.
    Et pendant ce temps on bloque le pétrole russe, vivement le SP95 à 5€ qu’on rigole un petit peu…

  13. s’attaquer à Orban est plus facile que de s’attaquer à l’Allemagne qui nous ruine…..Orban a raison de prendre l’argent qu’on lui donne et de vouloir rester maître chez lui……la plus conne , c’est bien la France, qui ne touche rien des intérêts de l’UE …..

  14. Patriote ou pas, il est vrai qu’il bouffe à tous les râteliers, sans honneur aucun. Quand on est de droite, de la vraie droite, on doit être probe, et ne pas accepter d’argent de pays qu’on méprise. Idem pour Bolloré, qui se dit opposé à l’immigration, mais dévalise les Camerounais, faisant naître chez eux une rancœur que nous payons par l’immigration. Un peu de cohérence et de moralité, messieurs.

  15. Et voilà comment la mafieuse ursula hyène essaie de cacher ses scandaleuses corruptions avec l’industrie pharmaceutique !
    La politique de Viktor ORBAN permettra en tout cas à son peuple d’être, cet hiver, à l’abri du froid, de la faim et de l’insécurité pendant que des couillons de français adeptes du pd et de son travelo regarderont vers l’est.

    • bien dit! la guerre en ukraine,ce n’est pas notre guerre, c’est celle du clown de Kiev.

        • d’accord , mais Zelensky n’est pas seulement « un connard » mais un type parfaitement corrompu (comme beaucoup d’hommes politiques sans scrupules et sans véritables convictions). donc, très dangereux.

  16. Vous semblez donner raison à Ursula, Macron et toute la clique des va-t’en guerre européens. Ce petit pays nommé Hongrie qui résiste à la déferlante a toute mon admiration.

  17. Aucun problème: nous préférons et de loin aider les Hongrois, frères européens, (comme nous l’avons fait en 1956) qu’aider des pays incapables de se sortir les pouces pour avancer dans leur autonomie (suivez mon regard). Ce ne sont pas des ressortissants de Hongrie qui volent, violent ou tuent les nôtres !

  18. Allons passer des vacances chez Orban, outre le plaisir de visiter un beau pays droit dans ses bottes, nous participerons un peu à son économie.

  19. Je préfère que la Hongrie aient les moyens de contrôler ses frontières plutôt que donner de l’ argent au passeurs ONG

  20. Votre raisonnement est drôle. Plutôt que condamner en bloc l’UE, vous prenez le problème par le petit bout de la lorgnette. Orban a évidemment raison d’essayer de gratter du fric. La France a évidemment tort de contribuer à financer cette pétaudière d’Union européenne dans laquelle elle a tout à perdre.

      • C’est aussi ce que j avais compris Alain . Les pays d Europe centrale sont accrochés comme des wagons vides au train de l UE , omnibus qui va vers un déraillement annoncé. On leur avait tellement dit que l UE allait régler tous leurs problèmes….empruntez, empruntez les petits, endettez vous, entrez dans la soumission et la doxa, vivez sous perfusion….en fait ces pays là ne rembourseront jamais, tout le monde le sait . Orban, entre autres, a anticipé pour le gaz et le pétrole avec la Russie. Et comme vous dites,nous casquons. Mais il vrai qu entre  » l afwik et lui  » pas d hésitation. À bientôt.

    • Non Swiss, c’est à nous de dégager de l’Europe et de retrouver la souveraineté qui nous permettra de ne plus financer une immigration délirante ni les projets contre nature de la hyène et sa clique

  21. Viktor est un revelateur.. notre revelateur de la mafia europeenne une sorte de covid hongrois.

    • Je pense que tous les dirigeants du monde sont corrompus en fait. Mais ce qui agace c’est que les vertus annoncées de l UE sont devenues des camouflets. Le passage de l état de grâce à l état de glace, ça fait mal ou je pense. En 92, avec le FN je militais contre le traité de Maastricht. Je disais que cette tambouille nous amènerait un jour la guerre et qu on ne construit pas une forteresse sur du sable…💥💥💥💥💥💥

  22. Bravo Orban qui détrousse le b.c.on de peuple franconnais à coup de dizaines de milliards d’€.
    Mais bon, lorsqu’on a un Mozart de la finance au pouvoir qui distribue des milliards à qui veut (dernièrement 1G€ supplémentaire à l’Afwik alors que le c.b.on peuple franconnais va être privé d’énergie !)

    Mais comme avait dit le Grollandais : « ça coûte rien c’est l’Etat qui paye ..hein..hiienn.. »

    Les GB ont compris =>Brexit ! (Ancien contributeur net à l’UErss, le Frankistan prendra un pourcentage important pour compenser ce que payait la GB, nous sommes toujours les meilleurs dans ce cas. L’UE, c’est la merde, c’est pourquoi il nous en faut encore plus.

    • L’U.E. a été un beau rêve et une réalité qui a tenu 60 ans, mais c’est devenu ce que vous dîtes. Je suis effondrée surtout que la plupart de mes compatriotes adhèrent à cette folie.

  23. Et alors , je dis bravo ! Il ne joue pas le jeu, et grâce à lui de nombreuses mesures débiles ne seront pas appliquées. Enfin un qui est payé et qui nous évite de couler trop vite.

  24. Parfaitement, les fonds économisés pourraient ainsi servir à financer l’immigration en France avec quelques millions de nouvelles pépites !

  25. J espère qu à l avenir, l Europe ne versera plus 1 seul centime à l à Hongrie. Trop facile de prendre l argent et de la jouer solo. Orban ne veut pas de l Europe, alors qu il dégage !

    • Tu n’as rien compris. Informe toi. Orban defends sa patrie.son peuple.
      Si tu apprecies riposte laïque
      Tu es patriote, souverainiste.
      Tu dis stop à l’immigration sauvage et au wokisme. Programme de la Hongrie comme de la Pologne et aussi de l’Italie
      Union des patriotes pour gagner
      Eric Zemmour ouvre le chemin
      L’Europe c’est toi, c’est nous. Arrêtons les escrocs de Bruxelles

      Alors

    • Bien d’accord avec vous ! Et qu’il dégage de l’OTAN aussi puisque sa politique ne lui convient pas.

  26. Toujours la même chose
    Le sexe l’argent et le pouvoir mène le monde surlle doit la religion la couleur

  27. pourquoi Orban n’a pas encore proposé un référendum a son peuple pour sortir de l’UE ??

    • Les fonds européens représentent 8% du PIB du pays. Ça ferait un trou dans la caisse.

    • C’est l’Etat froncais le ténia, c’est l’Etat froncais qui ruine la France, pas les pays « Visegrad ».
      Le but de cette diatribe contre ces pays semble être dicté par des motifs de politique étrangère (même si Orban est placé en tête de gondole pour détourner les soupçons).

  28. Perso je veux bien payer pour viktor.
    La hongrie l italie et la suede :mes prochaines vacances.

Les commentaires sont fermés.