Ordre de tirer sur les trafiquants de drogue… en Indonésie

« Le président a donné l’ordre à la police de tirer systématiquement sur les trafiquants de drogue présumés, même étrangers, s’ils résistent à une arrestation.  Il a dit aux policiers le week-end dernier : soyez fermes, s’ils résistent même un tout petit peu, tirez !… »

Quoi, le président de la République française, M. Emmanuel Macron a donné à la police l’ordre d’être ferme, de tirer ?… Ah non, non hélas, il ne s’agit pas de Macron mais du président indonésien Joko Widodo :

http://www.lexpressiondz.com/linformation_en_continue/271860-ordre-du-pr%C3%A9sident-indon%C3%A9sien-%3A-%C2%AB-tirez-sur-les-trafiquants-de-drogue-%21.html

Une telle sévérité mérite d’être saluée. Le Président Widodo prend la menace de la drogue très au sérieux. Il y a six millions d’usagers de la drogue en Indonésie, pour 255 millions d’habitants et la situation est jugée très préoccupante. De plus la confiance qu’il a dans la police fait vraiment plaisir. Ce n’est pas le cas dans tous les pays, dont le nôtre, malheureusement…

Naturellement les associations droits de l’hommistes, toujours elles, sont immédiatement montées au créneau, disant que c’était un feu vert pour tirer sans respecter les procédures. Il faut dire que le trafic de drogue est très sévèrement réprimé en Indonésie : la sanction est la peine de mort pour tout passeur ayant cinq grammes de drogue. Ces associations se sont déjà battues dans les Philippines pour la même raison. Elles ne voient pas le problème du deal. Au nom des droits de l’homme, il faut laisser se développer le danger. La mafia des dealers se félicite d’avoir trouvé ces défenseurs inattendus.

Le peine de mort c’est peut-être un peu trop, mais ces passeurs mettent en danger de mort les consommateurs, non ?

Comme on apprécierait qu’en France les sanctions, sans peut-être atteindre la peine de mort, soient durcies. Car on ne peut pas accepter qu’une partie des jeunes et moins jeunes se shoote, compromettant ainsi leur avenir et aussi le nôtre. On ne peut pas continuer à accepter cet énorme problème de santé publique.

Comme on aimerait en particulier que soient mis hors d’état de nuire les petites frappes qui dealent dans les halls d’immeubles, dans lesquels ils n’habitent pas forcément. Car le nouveau « must » pour les dealers c’est de dealer dans des communes où on ne les connaît pas. Ils squattent les cages d’escaliers 7 jours sur 7, 24 h sur 24, empêchant une vie normale, demandant un droit de passage, (oui : payer pour rentrer chez soi !) questionnant les gens pour savoir qui ils sont, où ils vont, qui ils vont voir, les accompagnant même, faisant du bruit jusqu’à pas d’heure et empêchant les gens de dormir, allant jusqu’à frapper, cogner, susciter des bagarres avec ceux qui se plaignent.

Mais au lieu de mettre de l’ordre la police ferme les yeux et tolère tout. On a même créé des salles de shoot, dénommées « salles de consommation à moindre risque ». C’est joli comme nom, n’est-ce-pas ?… La novlangue a de ces délicatesses.

Mais le risque est… pour les voisins. Car ces salles empoisonnent non seulement ceux qui y ont recours mais tout simplement le voisinage en raison des débordements qui se produisent. Non seulement ces salles reçoivent jusqu’à 200 personnes par jour mais encore des gens trouvent le moyen de se piquer sur le trottoir devant l’entrée, (on se demande alors pourquoi ces salles existent), abandonnant sur place seringues usagées et autres objets douteux n’importe où. Ils urinent devant tout le monde et se bagarrent… Ils se montrent agressifs et font fuir les clients des commerces, les commerçants ne se sentent plus tranquilles. La sécurité est compromise.

La semaine dernière un drogué a agonisé de longues heures puis est mort dans la rue juste devant l’hôpital Lariboisière et la salle de shoot sans que l’association qui la gère ne semble s’en émouvoir.

Il est vrai que les gens qui vont dans les salles de shoot ne sont pas trafiquants, juste consommateurs, même si on dit que les deux vont ensemble. Mais dans ces salles, n’est ce pas l’Etat qui devient dealer ?…

Qu’attend-on pour remettre de l’ordre et coffrer les trafiquants ? Pour lutter contre ce fléau ? On attend que la drogue soit complètement banalisée dès la maternelle ? Que toute la France soit addict ? On en prend le chemin. Alors, bravo au président indonésien.

Sophie Durand

image_pdf
0
0

16 Commentaires

  1. Si Widodo a dit cela, c’est qu’il est musulman. Les musulmans ne se laissent pas intimider.

  2. Indonésie excessive, France laxiste et permissive « en même temps » !
    Les salles de shoot sont le pied dans la porte, en attendant la suite…
    L’autorisation, prévue, du cannabis, est la porte ouverte aux drogues dures.
    Comme pour l’islam, ON NE FAIT RIEN !

  3. Les gros boss qui organisent tout ce traffic,
    eux ne se feront jamais tirer dessus, ils arrosent de frics les politicarts.

  4. L’INDONESIE, voici quelques informations :
    http://www.routard.com/guide/indonesie/69/carte_d_identite.htm – article de 2016

    En 2015 – article paru fin 2015 – ce qu’il en est :
    https://www.dreuz.info/2015/12/21/chretiens-dindonesie-et-de-malaisie-aux-prises-avec-lextremisme-islamique/

    Le président de ce pays semble vraiment vouloir prendre le taureau par les cornes, comme on dit chez nous…

    Une chose est sûre cependant, pour ceux qui auraient encore des oeillères en peaux de saucisson : tout PARTOUT ou le NAZISLAM se développe, la VIOLENCES, les VIOLS, les MEURTRES les suivent …

    • Et il en est ainsi depuis quatorze siècles ! Mais ‘est pas ça l’islam !

  5. en voyant la photo, je me suis dit « tiens Obama c’est mis au régime » et affiche la couleur!!

  6. Et pourquoi ne pas tirer sur les trafiquants de drogue et les dealers en France ???…….

  7. Ah si on pouvait faire pareil avec les islamistes, les agresseurs de papys/mamies et d’enfants, tous les branleurs qui agressent les flics/pompiers/médecins…..!

  8. Joko Widodo a raison de faire buter ceux qui tuent son pays et son peuple à petit feu.
    En France on laisse faire le trafic, on ne va pas stigmatiser les tueurs « chances pour la France ». (merci le Maroc muz )

    En Occident on fait l’inverse, les services de l’état alimentent les caisses noires avec l’argent de la drogue.

    On n’hésite pas à trahir ceux qu’on envoie, qualifiés « d’aviseurs ».
    Les types balancent le réseau au risque de leur vie, renseignent en interne et se retrouvent à l’ombre pour un paquet d’années.
    Dans la tête de certains idéalistes chez les gens biens on a de la morale.
    (c’est tout l’inverse et souvent inversement-proportionnel à la hauteur de la fonction)
    A la sortie ils paye une amende douanière ir-remboursable et finit RMIstes à vie sans aucune protection.

  9. Ah tiens le président indonésien porte une chéchia. Je savais pas . J’aime : ))

    • Avec les Magrébins qui se prennent pour des Arabes : On mettrai un keffieh, un chéchia ou un niqab à un porc et ils l’adoreraient !

      Ha ha ha, Les attardés du désert nous font mourir de rire bouana !

      • Non je n’aime pas le nikab par contre j’adore la chéchia et non le chéchia mdr .salut papy !

  10. En voilà un qui ne prend pas la sécurité et la santé de ses concitoyens à la légère…
    Et il n’a pas eu besoin d’aller demander la permission à maman Brigitte ! 😀

  11. Le président philippin Rodrigo Duterte fait des émules , semble-t-il . Il est malheureux de prendre la vie à autrui , mais avec le nombre de toxicomanes présents en Indonésie et aux Philippines , qui détruisent eux-mêmes autrui , il faut les terroriser par la possibilité de la sanction définitive .

    • De toutes façons, les dealers sont toxico eux-mêmes, et risquent de crever prématurément avec une longue agonie : abréger leur vie, c’est leur rendre service .

Les commentaires sont fermés.