Oskar Freysinger aurait-il dû refuser l'invitation d'un parlementaire belge classé à l'extrême droite ?

Vous verrez, sur cette vidéo de 2 h 15 du site « Enquête et Débats », un fait étonnant, dans les 20 premières minutes.
http://www.enquete-debat.fr/archives/oskar-freysinger-chez-les-belges-9-10-2010
A la suite d’une campagne lancée par le journal de gauche belge « Le Soir », la conférence d’Oskar Freysinger, intitulée « L’islam est-il un danger ? » a été, par deux fois annulée, et, ce samedi matin, le député suisse et ceux qui l’avaient invité n’avaient plus de local pour débattre avec les personnes présentes.
Oskar faisait d’ailleurs remarquer que les pressions n’étaient pas venues des musulmans, mais des milieux socialistes belges !
C’est alors que Filip de Winter, représentant du Vlaams Belang, parti belge classé à l’extrême droite, lui propose une salle, dans le Parlement flamand. Sans hésiter une seule seconde, le député suisse dit oui, et remercie le député belge de l’accueillir, et de permettre la liberté d’expression. Cela va sans doute lui valoir, de la part de Nadia Geerts et de toute la bien-pensance belge, des qualificatifs égaux à ceux que subit Riposte Laïque, depuis le 18 juin et l’apéro saucisson pinard.
Bravo donc à Oskar Freysinger pour ce périple belge, bravo à Jean Robin et à son site « Enquête et Débats » de nous avoir restitué cette aventure, et nous espérons voir le talentueux député suisse bientôt en France…

Oskar a-t-il bien fait, ou bien aurait-il dû refuser cette proposition ? Sans aucune hésitation, il a eu raison, devant une telle situation, où le débat démocratique devient impossible à cause de ceux qui, au nom des valeurs progressistes dont ils se targuent, interdisent toute critique de l’islamisation de leur pays.
Imaginez, en France, que Riposte Laïque, privé de salle, à Paris, accepte l’invitation d’un élu classé à la droite extrême qui lui ouvrirait ses portes… On imagine les cris qui accueilleraient cette décision… Eh bien, il y a longtemps que Riposte Laïque s’est affranchie de ce genre de dictature de la bien-pensance. Il y a longtemps que nous acceptons de débattre avec les organisations qui nous invitent, et que nous sommes sortis de ce manichéisme des gentils et des méchants.
Quand Pierre Cassen a accepté de débattre de la laïcité au 21e siècle, à l’invitation du cercle Aristote, au Local, à Paris (amalgamé à Serge Ayoub), nous savions que nous allions nous exposer. Nous l’avons fait quand même, sans la moindre hésitation.
Quand nous avons voulu monter l’apéro saucisson pinard, le 18 juin, et que nous avons accepté de travailler avec 25 associations, dont le Bloc Identitaire, nous savions le lynchage médiatique auquel nous allions nous exposer. Nous l’avons fait quand même, sans la moindre hésitation.
Quand Christine Tasin a lu le livre « Contes barbares », de Serge Ayoub, jugé infréquentable, au lieu d’écrire des horreurs, elle a trouvé que ce livre était passionnant, et fort bien écrit – tout comme Fabrice Lucchini est capable de dire qu’il adore Céline sans partager les thèses du-dit Céline sur les Juifs.
Quand Paul-Marie Couteaux a invité à débattre, à Radio Courtoisie, Christine Tasin, Pierre Cassen, Radu Stoenescu ou Alain Rubin, nous avons accepté, sans la moindre hésitation.
Et bien sûr, nous préférerions qu’au lieu d’organiser des manifestations contre les rassemblements de Riposte Laïque, certaines forces de gauche ou d’extrême gauche montrent leur capacité d’accepter un débat démocratique…
Nous considérons que l’attitude d’Oskar, comme celle de Riposte Laïque, est saine. Nous préférons cela à celle des Sifaoui, qui veut interdire Zemmour d’antenne, à celle des associations « anti-racistes » qui criminalisent le débat démocratique, et vivent des procès qu’ils font, à celle de ces journalistes qui multiplient les lynchages médiatiques pour intimider les mal-pensants…
Caroline Fourest, autre grande prêtresse des exécutions médiatiques, avait qualifié les électeurs suisses, au lendemain de la votation, de « talibans ». Il suffit d’écouter le discours d’Oskar Freysinger, ils respirent la défense de nos libertés et de nos valeurs démocratiques.
Nous espérons, en France, contribuer aussi efficacement que lui à retrouver cette capacité de débattre avec des forces dont nous ne partageons pas toutes les idées… Mais à quoi bon débattre avec des gens avec qui on est d’accord sur l’essentiel ?
Oskar Freysinger a montré ce qu’il était vraiment : un homme libre, un véritable esprit libre. Nous espérons l’accueillir au plus vite en France, nous sommes certains que son discours ferait un malheur… et donnerait des boutons aux bonnes âmes qui montrerait leur attachement à la démocratie en faisant tout pour le faire interdire, comme leurs amis socialistes belges…
Lucette Jeanpierre

image_pdf
0
0