Oskar Freysinger sera à Paris le 3 février, pour témoigner en faveur de Pierre Cassen et Pascal Hilout

Publié le 23 janvier 2012 - par - 1 940 vues
Share

Le procès intenté par la LDH à nos deux amis, Pierre Cassen et Pascal Hilout, aura donc lieu le 3 février, à 13 heures 30, au Palais de Justice, 4, boulevard du Palais, à Paris. Suite à cette plainte, le Mrap, la Licra et le CCIF se sont portés partie civile, et, à l’heure où nous rédigeons cet article, nous ignorons si d’autres les imiteront d’ici le procès.

L’avocat de Pierre et Pascal, Maître Joseph Scipilliti, a fait citer sept témoins, dont Oskar Freysinger, qui se déplacera spécialement de Suisse pour soutenir les deux accusés. Cela fait maintenant deux ans qu’Oskar est devenu une personnalité reconnue, suite à la votation suisse contre les minarets, qui lui a valu une haine ahurissante de toute la presse bobo, l’inévitable Fourest en tête…  

Une année plus tard, Oskar mesurait pleinement l’impact de cette votation, par l’ovation qui salua son arrivée à l’espace Charenton, le 18 décembre 2010. C’est à cette occasion que nous avons eu la confirmation que cet homme, par ailleurs poète, guitariste, chanteur, était surtout fidèle en parole et en amitié. En effet, dès que son invitation à ces assises fut connue, en Suisse, il dut faire face à une campagne violente des médias, qui parlèrent de « ses mauvaises fréquentations ». Il reçut même des pressions amicales de la part de son parti, en pleine période électorale, pour se décommander. Il sut résister à tout cela, disant avec humour : « Depuis tout petit, dès qu’on m’interdit d’aller quelque part, je ne peux qu’y aller ! ». L’inévitable stalino-mélenchonien Corbière, tout marri de ne pas avoir réussi à faire interdire les Assises, eructera dans un micro contre Oskar, accusé d’être « un hippie fasciste venu directement de Woodstock ».  Il faut vraiment ne rien connaître à l’extrême droite pour classer dans ce camp cet humaniste, amoureux de la liberté d’expression et du débat.

Depuis, Oskar est fréquemment invité à l’étranger, il a participé à des débats très riches avec Geert Wilders, ou avec René Stadtkiewicz, président du Parti des Libertés, en Allemagne. Il était encore présent le 18 juin 2011, aux Champs-Elysées, pour célébrer, autour de l’amour de la chanson française, le premier anniversaire de l’apéro saucisson-pinard.

Il montrera sa liberté d’esprit et son amour du débat, lors de la sortie de son livre « Antifa », aux éditions Tatamis, en acceptant une confrontation sur l’avortement avec Christine Tasin, où, pendant 40 minutes, les deux intervenants, pourtant totalement en désaccord sur cette question, échangeront des arguments de qualité, avec un total respect l’un pour l’autre. Une culture du débat que toute une partie de la gauche paraît avoir totalement abandonnée, préférant poursuivre leurs opposants devant les tribunaux, quand elle ne joue pas les petits fascistes en agressant physiquement ceux qui osent penser différemment.

http://www.dailymotion.com/video/xmqb96_oskar-freysinger-et-christine-tasin-debattent-de-l-avortement_news

Nul doute que le témoignage d’Oskar, sa liberté de ton et ses qualités d’orateur seront un précieux appui pour Pierre et Pascal. Qu’il en soit remercié d’avance.

Jeanne Bourdillon

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.