Ostracisme : la Grèce antique savait se défendre contre l’ennemi intérieur

Dans la Grèce du VIe siècle avant Jésus-Christ, des individus dont on craignait l’ambition ou la puissance pouvaient être frappés d’ostracisme : ils étaient alors bannis de la cité par décision des citoyens (1), pour une durée maximale de dix ans. A leur retour (2), ils avaient tout à recommencer, qu’il s’agisse de leur vie politique ou de leur vie privée.

Il y a 27 siècles, les Grecs avaient donc compris ce que nos gouvernants s’obstinent à ne pas comprendre, à savoir qu’il faut impérativement préserver la cité de ses éléments dangereux, quitte à prendre des mesures draconiennes contre ces derniers. En effet, dans la France d’aujourd’hui, plus personne n’est à l’abri des djihadistes qui, bien qu’appelant au djihad contre la France, vont et viennent librement en France !

Si encore les attentats que nous avons subis depuis Charlie Hebdo (sans oublier ceux qui ont frappé l’Espagne, l’Angleterre, la Belgique, l’Allemagne, les États-Unis, et encore tout récemment le quartier de Manhattan, à New York) pouvaient être le point de départ d’une politique de salut public applicable à tout l’Occident !

Hélas ! il n’en est rien, comme d’habitude… jusqu’à ce jour où l’attentat sera tel que l’Occident tout entier basculera dans la guerre contre l’islam !

Car l’islam pose problème dès lors qu’il s’installe en terre non islamique avec la ferme intention d’en faire une terre islamique, conformément à ce qu’ordonne le Coran.

Voilà pourquoi il est impératif de signifier à tous les musulmans désirant convertir le pays d’accueil en terre d’Islam qu’ils font fausse route et, qu’en conséquence, le seul chemin qui s’ouvre à eux est celui qu’offrent les 57 pays musulmans de la planète.

Maurice Vidal

(1) Pour être validée, la décision devait être approuvée par 6 000 citoyens.

(2) Dans le cas des djihadistes, envisager leur retour est une ineptie !

image_pdfimage_print

7 Commentaires

  1. Une façon d’appliquer la méthode grecque c’est de marquer le refus et la différence dans le langage quotidien. Exemples si vous parlez d’allah cela semble dire l’allah de tout le monde. Que ceux qui n’en veulent pas le marquent en disant « leur/votre allah » « leur/votre islam » etc. insistez sur le fait que leur allah n’a rien à voir avec les autres dieux, des chrétiens, hindouistes, bouddhistes etc Il n’y a aucune raison pour que les croyances d’1,5 milliards d’individus priment sur les idées des 6 autres milliards.

    • Quand vous parlez des chrétiens ou à un chrétien vous dites « leur Dieu » et « votre Dieu »?

      Honnêtement, Anne??

  2. « (2) Dans le cas des djihadistes, envisager leur retour est une ineptie ! »

    Donc la référence à l’ostracisme n’a ici aucun sens.

  3. Au contraire ! je trouve que notre « démocratie » d’aujourd’hui, entièrement teintée, par ailleurs, d’idéologie communiste, a parfaitement compris la leçon de l’ostracisme des Grecs !
    Les opposants, tels que Jallamion pour ne citer que lui, ne sont-ils pas désignés comme dangereux et ostracisés illico ? Et puis … les Grecs ne connaissaient pas encore « les droits de l’homme » qui tuent les démocraties et les droits des peuples.

  4. C’est pour ça qu’on veut nous faire oublier les origines de notre civilisation pour ne pas pouvoir ostraciser nos politicards et autres journalistes.

  5. Quand nous partirons une main derrière une main devant ça ne sera pas pour une durée maximale de dix ans, soyez-en sur.

  6. « Va t’faire voir chez les Grecs » ! disent les muzz ! Tous des PD !
    Civilisations Grecques et Romaines sont disparues du fait des Envahisseurs…
    Il en sera de même de l’Europe vieille de 2.000 ans !
    La Soumission judéo-chrétienne historique aura fait son oeuvre !

Les commentaires sont fermés.