Où ce vent de folie qui emporte la France va-t-il s’arrêter ?

Publié le 2 juillet 2020 - par - 16 commentaires - 1 399 vues
Traduire la page en :

La France est au bord du chaos, de l’anarchie, vu la pagaille indescriptible et la déliquescence de nos institutions. Jamais au cours de notre longue histoire nous n’avions assisté à un tel délabrement. Aujourd’hui, en juin 2020, quatre-vingts ans après l’appel à un sursaut de notre peuple, nous voilà plongés dans une profonde décomposition de notre pays. Il aura fallu la succession de six présidents de la République pour assister à la dégradation progressive de notre nation.

D’abandons en abandons, de fautes en erreurs, de laxismes en lâchetés, nos différents gouvernements nous ont plongés dans le désarroi le plus total. Depuis l’arrivée de notre « prestigieux » Président, les causes de notre déclin s’accumulent, se chevauchent et s’accélèrent. Après une tentative de réforme des retraites, l’irruption sur la scène politique et médiatique des Gilets jaunes, apparaissent soudain des mouvements de casseurs dans toutes les manifestations, dont le seul but est de se confronter aux forces de l’ordre, par bravache ou pour détruire tout système répressif : police, gendarmerie, pompiers. C’est d’ailleurs le vœu de certains élus (de gauche évidemment) : détruire tout le système répressif (police et justice) remplacé par des ectoplasmes populaires, et des révolutionnaires de salon.

Pour en rajouter une couche, voilà qu’apparaissent, par mimétisme, par effet de mode, des mouvements contestataires animant des entreprises de démolition. La révolution est en marche pour une république en panne. Si la police de New-York est musclée et raciste, la police française l’est aussi. Qu’importe si dans les rangs de nos policiers on compte beaucoup de personnes de couleur. Qu’importe si nos policiers se font, à longueur de temps et sur tout le territoire, insulter, vilipender, voire tabasser. Qu’importe si nos policiers se font applaudir un jour et haïr le lendemain.

On voit bien la manipulation, toute l’orchestration faite autour d’un petit noyau de voyous, issus d’une famille abonnée aux tribunaux, pour entraver nos institutions. Puis comme par enchantement dérive vers les problèmes de racisme, nés  curieusement spontanément. Une fois la mobilisation faite par quelque groupuscules écolo-socialo-gochos, il ne reste plus qu’à allumer la mèche et faire « péter » la République. D’où cette folle équipée pour salir, démolir, saccager tout ce qui peut se rapporter à, ou rappeler la colonisation, la traite des nègres. Tout est prétexte pour dénoncer les méfaits, les crimes, les fautes de la France. Tout y passe, les périodes coloniales, les écrits, les romans, les films.

Où ce vent de folie va-t-il s’arrêter ? Mais ces analphabètes, ces illettrés, qui n’ont de cesse de flétrir notre pays, ignorants tout de notre passé, de notre histoire, n’ont aucune idée de ce qui s’est passé dans le monde. La traite des nègres était bien connue des peuples africains et arabes, les colonisations britanniques, russes, espagnoles, chinoises, portugaises, ont par enchantement disparu des critiques et des « revendications révolutionnaires ». Seule la France est perpétuellement mise en accusation, traînée dans la boue, soumise à  une avalanche d’infamies, d’abominations. Il est vrai que nos gouvernements successifs ont fait preuve de bassesse, et de veulerie dégradante.

Qu’un président de la République dénonce les « crimes commis contre l’humanité » en Algérie, et voilà les portes ouvertes aux abus, aux outrances. C’est une invitation aux insultes. Rien ne pourra retenir et freiner la haine, les blâmes et les reproches qui nous sont assénés éternellement. Nous sommes condamnés et condamnables à perpétuité.

Nombreux sont les citoyens français qui souffrent en silence et qui estiment que la repentance permanente doit cesser. Il faut mettre un terme à cette contrition incessante, à cette repentance sempiternelle, que les partis de Gauche exploitent à l’infini, en déclinant sur tous les tons, nos cruautés, notre inhumanité. C’est un comble au pays des droits de l’homme. Qu’une troupe de refoulés, d’inhibés se comporte comme des révolutionnaires, des agitateurs semble tout à fait normal dans la sphère politique du moment, en France. Mais, cette insurrection larvée, cette agitation sans fondement réel est un foyer qu’exploitent à loisir les partis politiques de gauche, les syndicats de gauche, les mouvements de gauche, les groupuscules de gauche… en fait, depuis plus de 40 ou 50 ans nous sommes sous l’emprise la gauche. Tous les médias, journaux, télés, radios, pensent nettement à gauche. La vie intellectuelle est sous la domination de critiques, ou de conseillers de gauche, engendrant un fascisme de gauche. Paradoxal ?

Nos détracteurs, nos saboteurs, nos contempteurs sont tous à gauche et ne se rendent pas compte que le racisme et le fascisme ont changé de camp au grand dam de nos intellectuels (de gauche). Quand on constate la folie meurtrière de déboulonnement de statues, comme celle de Faidherbe, ou de Colbert et le souhait de Gérard Miller de voir une rue de Paris rebaptisé Adama Traoré, on est pas loin de la schizophrénie, même pour un psychanalyste.

La planète ne tourne plus rond, la France est prise de tourbillons délirants.

Les rares hommes encore debout et sensés, Philippe de Villiers, Éric Zemmour, Robert Ménard, Ivan Rioufol, Michel Onfray nous font espérer.

Yves Rectenwald

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Eric des Monteils

La France est devenue un cloaque putride à ciel ouvert, qui attend un rédempteur qui tarde trop ; oui, mais qui ? Ce ne peut être qu’un haut gradé militaire qui, sur un coup d’état virerait tous ces traitres destructeurs de la nation, pour enfin remettre de l’ordre dans cet immense bordel, que nous supportons depuis bien trop longtemps !

POLYEUCTE

LES HEROS SONT FATIGUES !
Ostracisés, Menacés, Injuriés… pas encore… Libérés !
L’Autorité est morte, la Chienlit prend le relais.
L’intelligence devient coupable, le Rap nous envahit….
Un amas de fleurs sur le Tombeau de la France !

Anton Bruckner

Je veux être tendance. A partir d’aujourd’hui je suis raciste et j’aime ça!

Paskal

La France est dans une dynamique de déclin. Ce vent ne s’arrêtera pas. Les empires finissent toujours par décliner.

robert lloveras

Vous avez oublié dans votre énumération des gens encore debout, MARINE le PEN au cas où vous l’auriez oublié ne vous en déplaise …

mordlaqueue

Marine Le Pen lèche les babouches comme les autres !

Emile

Robert, très bonne remarque ! Ce texte n’a que peu d’intérêt, car les guignols cités ne sont que des guignols, jamais il n’est fait mention des “tireurs de ficelles”, qui eux sont très dangereux et oeuvrent depuis des siècles !!!

BALTO

Marine à tellement mis d’eau dans son vin qu’elle est devenue transparente.
J’ai bien peur qu’elle ne finisse dans la bassine du politiquement correct.

François Desvignes

Quand MLP n’est pas couchée c’est qu’elle est à genoux
Et quand elle n’est pas à genoux c’est qu’elle est en levrette.

C’est son métier.

Anne Lauwaert

“Ne réveillez pas le chien qui dort” – c’est vrai: pour le moment nos jeunes sont hypnotisés par leur smartfon , mais il y aura une étincelle le jour où ils seront directement touchés et quand ils se réveilleront, ils auront encore plus de violence que les hooligans dans les stades de foot, mais alors ce sera la guerre annoncée par Collomb & Co.

Van Dunord

Ils seront directement touchés lorsqu’ils ne pourront plus payer la note de leur smartphones en 2040. Alors là, ça va barder.

meulien

le drame c’est que nos jeunes n’en ont pas conscience

BERNARD

On les lobotomise au berceau..pôvres gosses ! Heureusement qu’ils ont Gréta pour les défendre, mais on ne l’entend plus trop en ce moment,..

philpat

le drame c’est que les français se réfugient dans l’abstention

Le Chpountz

Le jour où une personne est capable d’avoir des convictions fermes, patriotiques et non variables selon l’air du temps, alors les français retrouveront le chemin des urnes. Marre de perdre du temps à voter pour des gens qui monopolisent la place et qui font immanquablement perdre les élections à coups de déclarations débiles et de débats de second tour surréalistes. Il est clair qu’entre un duel macron/ Le Pen, le choix est vite fait, mais l’on sait désormais que c’est perdu d’avance. D’où une lassitude pour ce système tronqué, c’est sans doute ce sur quoi compte l’oligarchie, mais le désespoir peut conduire le peuple à renverser la table!

Catiminie

Parce quils n’ont aucun moyen de comparaison. Ils n ont connu que cette mouvance de gauche à travers l’école, le lycée, la tele, la monnaie…Leur référentiel est unilatéral. Pour notre génération, ne avons connu les 30 glorieuses, la déchéance progressive de la France à travers les gvts successifs, le bon vieux franc.. nos enfants sont à plaindre car ns sommes responsables. D’ailleurs un certain nombre sont mal car ils sentent que qq chose ne tourne pas rond. Les divorces… le chômage… la violence quotidienne…

Lire Aussi