Ozar Hatorah : dix ans déjà et toujours le même déni de l’islam réel

 

Chacun se souvient de l’endroit où il se trouvait le 11 septembre 2001. Un tel événement – dont on pouvait sans mal deviner le retentissement à venir en voyant brûler, puis s’effondrer les Twin Towers de New York – s’est comme tatoué dans nos mémoires.

C’est un peu la même chose pour moi – et beaucoup d’autres, j’en suis convaincu – en ce qui concerne le 19 mars 2012. Ce jour-là, j’étais à Dieppe, agréable petite ville portuaire de Seine-Maritime, avec notamment son atemporelle promenade de front de mer, surveillée par la solide silhouette d’un château-fort planté sur le rebord d’une falaise et abritant une remarquable collection d’œuvres d’art et d’objets rares en ivoire.

Je sortais donc de l’hôtel où nous logions, ma compagne et moi, lorsque, dans l’un des salons de l’établissement, une télévision allumée attira mon attention. Une chaîne d’information en continu diffusait des images abondamment commentées. Apparemment, une école de confession juive venait d’être attaquée à Toulouse. Mais, suivant le déni du pire dont j’étais encore un adepte à l’époque, je me disais qu’il devait s’agir là d’une énième agression sans gravité.



Quelques heures plus tard, le doute n’était plus permis : un tueur abject avait abattu de sang-froid – et avec délectation, puisqu’on apprendrait plus tard qu’il avait filmé sa « prouesse » – des enfants et un adulte.

La suite, nous la connaissons. À commencer par un Jean-Luc Mélenchon hurlant à un attentat d’extrême droite, sans doute parce qu’il savait au fond de lui que l’attentat en question était signé et que cela dérangeait ses plans électoraux, lui qui, désormais, participe à des manifestations de littéralistes musulmans – que, par un souci d’euphémisme honteux, on appelle des « extrémistes ». Le même Mélenchon qui se sera gardé d’assister aux commémorations de ce massacre, préférant organiser une balade dans les rues de Paris avec sa cour et ses sujets. « C’était comme si la honte dût lui survivre », pour reprendre une phrase de Franz Kafka dans son chef-d’œuvre Le Procès.

Bientôt, on connaîtrait l’identité du terroriste, que, plus tard, quelques ordures appelleraient un « preux chevalier de l’islam » ; auquel Houria Bouteldja s’identifierait en affirmant : « Mohamed Merah c’est moi. »

https://www.fdesouche.com/2012/04/09/houria-bouteldja-pir-mohamed-merah-cest-moi/

On apprendrait aussi que Merah était responsable de la mort de trois soldats français, un quatrième étant paralysé à vie. On assisterait enfin, en direct, au siège puis à l’assaut, par le RAID, de l’appartement dans lequel Merah s’était retranché. Siège et assaut qui furent, il faut bien l’admettre, un véritable fiasco, de l’aveu même de Christian Prouteau, fondateur du GIGN : « En fait, je pense que cette opération a été menée sans schéma tactique précis. » En espérant que cela n’ait pas été le fait d’une décision politique de vouloir récupérer vivant Merah et espérer ainsi éviter des émeutes dans les banlieues de la diversité, sait-on jamais ?

https://www.lejdd.fr/Societe/Faits-divers/Le-patron-du-GIGN-est-solidaire-avec-le-Raid-496834-3274094

Ces événements se déroulaient pendant la campagne présidentielle de 2012, qui devait sacrer François Hollande, ce bon vieux gauchiste dont les piètres traits d’esprit lui auraient valu d’être exclu sans ménagement par la duchesse de Guermantes de son salon !

Hollande nomma la rébarbative Christiane Taubira garde des Sceaux, laquelle fit adopter la désastreuse loi « relative à l’individualisation des peines et renforçant l’efficacité des sanctions pénales », prônant entre autres la fin des peines planchers et dont on peut mesurer chaque jour les « bienfaits ».

Hollande, pour plaire à sa copine Angela Merkel, fit aussi abondamment entrer les migrants sur le sol français, dont certains terroristes qui allaient bientôt exprimer tout leur « potentiel » dévastateur. Le quinquennat peut d’ailleurs afficher un bilan terroriste inégalé, faute, peut-être, d’avoir pris la mesure de l’islam guerrier : 7 janvier 2015 (attentat dans les locaux de Charlie Hebdo) ; 9 janvier 2015 (attentat de l’Hyper Casher de la Porte de Vincennes) ; 13 novembre 2015 (attentats aux Stade de France, terrasses et Bataclan) ; 13 juin 2016 (massacre de deux fonctionnaires de police à leur domicile de Magnanville, dans les Yvelines) ; 14 juillet 2016 (attentat de Nice) ; 26 juillet 2016 (égorgement dans une église du père Jacques Hamel, par deux individus islamiques, dont l’un portant un bracelet électronique, suivant la logique anticarcérale du pouvoir en place !).
J’en oublie et je m’en excuse auprès des familles et proches des victimes, ainsi que des survivants meurtris à jamais…

On fera l’impasse sur le fait que l’actuel Garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, a été l’avocat du frère et mentor de Mohamed Merah, Abdelkader Merah, et qu’il s’en est dit honoré, ajoutant qu’il aurait défendu Klaus Barbie !

Mais l’attentat de l’école Ozar Hatorah revêt une signification particulière pour moi. Je dirai même qu’il est l’acte fondateur de ma prise de conscience de l’islam et ses ravages. Ce serait même mon chemin de Damas lorsque, soudain, la réalité m’est apparue dans toute son horreur. Quelque mois plus tard, j’écrivais mes premiers articles à Riposte laïque.

Récemment, j’ai eu la chance de rencontrer et d’avoir un échange très fructueux avec Guy Sorel, auteur de Psychanalyse d’Allah ou la religion intouchable. En introduction de son livre, l’auteur écrit ceci : « Mais alors que les terroristes affirment haut et fort accomplir leurs attentats au nom du dieu Allah, ils ne sont pas entendus. La plupart des gouvernants du monde décident que cette “religion” n’est jamais en cause dans ces horreurs, qu’elle est “intouchable”, sous peine d’accusation de  “racisme” », d’“amalgame”, de  “stigmatisation” » et d’appartenance à l’ultra-droite nazifiée. Une insistance dans la relation de cause à effet entre le mobile religieux et ces crimes peut même valoir une condamnation devant certains tribunaux pour “incitation à la haine raciale”. »

L’auteur ajoute : « Et si, bien entendu, tous les musulmans ne sont pas terroristes, tous les terroristes actuels se revendiquent de l’islam. »

Je dédie cet article aux victimes de l’école Ozar Hatorah de Toulouse, et particulièrement ces trois petits enfants qui n’avaient commis que le « crime » d’être juifs. C’était il y a dix ans…

Charles Demassieux

(PS : j’écris cet article au matin du dimanche 20 mars 2022. Je ne sais donc rien des commémorations du massacre perpétré par Merah. Et cela ne m’intéresse pas car ils ont tous une part de responsabilité, les politiciens qui vont y assister avec leur mine contrite !)


image_pdfimage_print
18

11 Commentaires

  1. les photos de ces enfants martyrs devraient être dans tous les manuels d’histoire et dans toutes les salles de classes : ce sont les « enfants » d’anne franck, des victimes de l’antisémitisme viscéral islamiste qu’en france les bien pensants occultent et étouffent – imaginons que l’inverse se soit produit : qu’un individu de droite (tant détesté dans ce merveilleux pays) aille tuer des enfants dans une école coranique : cela aurait été le déclenchement de la 3ème guerre mondiale et tous les medias aux ordres en parleraient tous les jours – alors que le silence a régné sur cet odieux massacre impensable dans notre pays au 21ème siècle qui signait pourtant l’avènement incontestable de l’islamisme en france : à combattre par tous les moyens

  2. Vous devriez cesser de mettre la photo de ce salopard… c’est lui faire trop d’honneur à cette raclure! que ses os pourrissent pour l’éternité et qu’il disparaisse à tout jamais de la mémoire des hommes! Vive ma ville Rose, vive Toulouse!

  3. « TOUT le MONDE  » se souvient aussi du 15 avril 2019.Notre dame de Paris incendiée!
    Hier, à la télé, pas un mot sur le auteurs de cet acte criminel, ni sur « l »enquète » aux oubliettes.
    Un hommage mérité aux pompiers héroïques. C’était beaucoup, mais si peu au regard de la machination macroniste, qui a récupéré, pour mieux le faire oublier cet acte odieux.
    24h après l’incendie, Mr Mouton, autorité majeure sur la conservation des monuments historiques, répondait à pujadas: » Non! Ce ne peut pas être un « accident de chantier. Il faut un déclencheur pour incendier quasi instantanément pareille charpente. »
    Une 1/2 heure entre l’allumage du pot thermique par l’incendiaire que l’on voit sur le toit de la cathédrale, 1ère alarme ignorée, et la 2nde alarme… et le feu hors contrôle.
    « Ce n’est pas un attentat! » disait, bien avant Mérah, le proc de Toulouse
    10 minutes après l’incendie et l’explosion du stock d’engrais de l’usine AZF!

  4. Et Marine Le Pen qui continue de nous dire  »qu’il ne faut pas confondre islam et islamisme » (Terme qui a été inventé de toutes pièces par nos adversairs islamofellateurs pour museler toutes nos critiques envers l’islam)… Elle est pathétique !

  5. Heureusement que cette sous merde de muzz a été transformé en passoire…

  6. la tête de cet individu est à vomir : le pire c’est que rien n’a été fait depuis 10 ans pour éradiquer ce genre de cloporte, bien au contraire – et que dire de la famille de cet individu qui n’a pas été expulsée, comme cela devrait être pour chaque famille de terroriste, et continue à percevoir allocations diverses en france

  7. Ma prise de conscience date de 2001, peu après le 11 septembre j’ai décidé de lire le coran pour savoir ce qui s’y trouve vraiment… J’ai été fixée !

  8. Vous êtes suivi médicalement ?… Vous racontez vraiment n’importe quoi, et n’oubliez pas que « tu ne tueras pas » vient de l’Ancien Testament ! Ce n’est pas pour rien que l’on dit « civilisation judéo-chrétienne » et pas seulement chrétienne.

  9. J ai 50 ans….depuis mes 15 ans je vomi l islam et ses adeptes…pas par racisme puisqu une religion n est pas une race, et qu il y a des adeptes de cette secte aussi blanc qu un frigo, et de toutes les nationalités, non j ai détesté cette secte quand j ai lu le Coran, puis plus tard la sunna…tout est dis dans ces écrits….et ceux qui suivent ce dogme sont des tares, mysogines, frustrés, imbéciles, pervers et névrosés…et ils n ont rien à faire dans MON pays.

  10. J’écoutais hier le discours israélien lors de la cérémonie commémorative du massacre perpétré par la saloperie de muzz Merah, et à trois reprises dans le discours de cet Israélien, il vomissait et s’en prenait à l’extrême droite Française, et à aucun moment, je ne l’ai entendu parler musulmans ou islamiste!
    Comme si c’était les souverainistes et les patriotes Français qui étaient responsables de ce massacre!
    Ces gens marchent sur la tête et n’ont toujours pas compris la leçon!
    Les attentats en France sont loin d’êtres terminé, il est affligeant d’être dirigé par de tels individus abrutis!

Les commentaires sont fermés.