1

Jean-François Copé est désormais sous protection policière : l'étau islamique se resserre !

Jean-François Copé est désormais placé sous protection policière ! Telle est la réponse de la République aux menaces islamistes proférées à l’encontre du président de l’UMP, dont l’unique grief est d’avoir demandé l’interdiction de la burqa dans l’espace public.
Cette réponse, apparemment logique, est préoccupante.
Elle signifie, d’abord, que l’Etat n’a plus les moyens d’assurer la sécurité physique de ses propres représentants, comme de l’ensemble des Français !
Elle signifie, ensuite, que ce même Etat admet sur son territoire des prêcheurs susceptibles de menacer de mort qui bon leur semble.
Elle signifie, en outre, que la liberté d’expression n’existe plus, car cette liberté ne saurait être sans les libertés de procédure et de culture. En effet, tandis que la liberté de procédure permet l’expression de chacun dans un contexte de non-intimidation – ce qui, pour un Etat démocratique, est la moindre des choses – la liberté de culture permet à qui s’est exprimé de se sentir à la fois reconnu et protégé, ce qui n’est pas une chose moindre, puisque c’est la marque de l’intériorisation de règles pacifiques d’existence sans lesquelles la liberté d’expression ne saurait être libre ! Or, nous sommes d’autant plus éloignés de la liberté de culture que nous ne savons plus satisfaire à la liberté de procédure. L’intimidation est devenue l’arme des islamistes, c’est-à-dire de ceux qui ne veulent que l’islam, y compris en terre non islamique. Cette arme est redoutable, bien entendu, car l’intolérance dont elle fait preuve à l’égard de la pensée non musulmane se targue d’une tolérance purificatrice d’inspiration divine – et l’on ne peut rien objecter au divin, puisqu’il est divin !

Elle signifie, par ailleurs, que l’Etat tremble sur lui-même, et que derrière l’énergie d’un Jean-François Copé, d’un André Gérin ou d’un Jacques Myard défendant courageusement nos valeurs contre les prétentions anti-laïques et anti-républicaines de l’islam, s’abritent de nombreux dhimmis, à commencer par Martine Aubry, qui se couche devant les fondamentalistes avec ses piscines lilloises à horaire islamique, Bertrand Delanoë, qui l’imite en autorisant les prières musulmanes dans les rues de la capitale, ou encore François Hollande, qui préfère invoquer la «fraternité» et le «refus des discriminations» plutôt que de se prononcer contre le port de la burqa !
Elle signifie, enfin, que l’Etat se trouve face à lui-même, c’est-à-dire face à ses propres contradictions. Trop d’immigration tue l’intégration : ne le sait-il pas ? Toutes les cultures ne sont pas miscibles : ne le sait-il pas davantage ? Toutes les valeurs sont valables. Ah bon ? Même celles qui nient l’intégralité des Droits de l’Homme ? Que peut bien valoir une démocratie qui accepte en son sein pareille négation ? Toute religion est théocratique. Mais comment en serait-il autrement ? Et quelles en sont les conséquences, sinon que Dieu seul commande, et non les hommes, autrement dit que les lois humaines doivent être subordonnées aux lois de Dieu ? Aucune religion n’est laïque, et moins encore l’islam, qui exige – pour l’Etat français lui-même ! – soumission inconditionnelle aux préceptes coraniques.
Ce n’est donc pas en faisant la part belle à l’islam que l’on créera les conditions d’une France unie. L’unité nationale n’est possible que si la fameuse diversité va dans le sens des valeurs laïques et républicaines. Or, comment cela se pourrait-il s’il est vrai que de plus en plus d’immigrés de confession musulmane récusent notre législation ?
Mon seul espoir est dans l’évidence à venir, car les menaces qui obligent aujourd’hui Jean-François Copé à être protégé en permanence dans ses déplacements entre l’Assemblée nationale, son domicile, et l’Hôtel de ville de Meaux dont il a la charge, vont se multiplier à grande vitesse, jusqu’au jour où, même pour une France éprise d’accueil, le point de non-retour sera atteint. Alors ?
Alors, si l’on ne veut pas atteindre ce point de non-retour, il importe de se saisir sur l’heure de nos fondamentaux, et, par suite, de proscrire sans plus attendre non seulement la burqa, mais tout voile dans la sphère publique ; de mettre un terme aux prières sauvages dans la rue, sur les parkings, sur le parvis de nos églises et de nos mairies ou dans quelque domaine public que ce soit ; de stopper l’immigration musulmane ; de supprimer les passe-droits à caractère religieux, et ce, dans tous les secteurs, qu’il s’agisse de la finance, du travail, de l’école, de la santé, de l’alimentation, des transports, des sports, des loisirs… Bref, il s’agit d’en finir avec nos lâchetés, ce qui exige de renouer avec le respect que nous nous devons, et que nous devons aussi aux générations futures !
Maurice Vidal




Burqa, polygamie : L'incroyable discours, suicidaire, de l'ensemble de la gauche

C’est incroyable, ce discours quasiment unanime de la gauche, de ses sympathisants et de ceux qui se prétendent « progressistes »: la question de la burka serait une manipulation du gouvernement pour détourner l’attention des vrais problèmes, les français n’y seraient en réalité pas sensibles.
Cet argument vient encore d’être repris par Bernard Thibaud ce matin sur France Inter. Comme si la question de la burka n’était pas un problème grave, comme si le citoyen moyen était stupide au point de se laisser berner par un leurre qu’on agiterait devant lui pour lui faire oublier, par exemple, les questions du chômage, du pouvoir d’achat en baisse et des retraites! Comme tous les autres, Bernard Thibaud s’est dit contre la burka, mais contre son interdiction, autrement dit, on est contre, mais surtout on ne fait rien contre. Pour nombre de citoyens de ce pays, s’agissant de la burka, il n’y a pas de mais…! Au début de cette affaire de la burka, on estimait leur nombre à 200 environ. On parle maintenant de 2000 à 3000 femmes! Et demain?

Et si on écoutait un peu plus les femmes d’origine musumane comme Fadela Amara, Sihem Habchi, Malika Sorel ou Chahdortt Djavann plutôt que les élucubrations de l’inénarrable Marc Blondel qui continue à comparer la burka à la mini jupe sous le régime des colonels en Grèce?
S’agissant du cas de Nantes,on affecte de découvrir que des cas de polygamie existent en France, même en dehors de Mayotte! Comme si on ne savait pas que les concubines, non mariées officiellement en France, (bien sûr!) percevaient des allocations familiales conséquentes et des aides de toutes sortes en tant que mères célibataires. Comme si des municipalités n’étaient pas obligées de fournir à ces ménages multiples des logements à la taille des 10, 12, 15 enfants qu’ils comptent! Comme si on ne savait pas que ces personnes savent parfaitement utiliser à leur profit les lois sociales françaises! Avec quatre femmes et douze enfants, pas besoin de travailler!
Au fait, « Anne » ne sait-elle pas que dans les pays où les femmes sont obligées de porter nikab pou burka, elles n’ont pas le droit de conduire?
Daniel Carturan




Assez d'impuissance face aux voyous racistes et aux fascistes islamistes !

Notre dernier édito, intitulé « La France est en état de guerre civile, c’est un fait », nous a valu, trois jours durant, des records de lecture sur notre site, et ce en pleine période de vacances scolaires. Un ancien député européen nous a appelés, pour nous dire qu’il avait longtemps hésité à utiliser le mot « guerre civile », et qu’aujourd’hui, il pense avoir eu tort de ne pas l’avoir fait. Un député UMP nous a écrit, pour parler de « ratonnades anti-françaises », terme qui nous paraît adapté à la situation. Nous avons bien sûr reçu notre lot d’insultes habituels, de la part de bobos de gauche qui continuent à pratiquer le déni de réalité.
Comment ne pas être révolté par le cauchemar subi par cette famille perpignanaise, qui doit aujourd’hui quitter cette ville pour pouvoir continuer à vivre en sécurité ? (1)
« Une quinzaine de jeunes se précipitèrent alors dans leur immeuble et commencèrent à défoncer la porte de leur appartement à coups de pieds. Ils les menaçaient de les tuer et de violer la femme. Petit à petit, le mur se fendait et la porte se dégondait.
Réfugiée aux toilettes avec le bébé, la femme a téléphoné à la police. Celle-ci, arrivée rapidement sur les lieux, mit en fuite le groupe de jeunes agglutinés devant l’immeuble. C’était moins une. Quelques secondes après, la porte aurait cédé et le couple y serait passé. »

Comment ne pas être révolté par le témoignage de Myriam, la mère de famille, chercheuse, qui, pendant 20 minutes, sur Radio Courtoisie, explique les circonstances tragiques qui ont failli lui coûter la vie, ainsi quà son bébé et son mari. Ecoutez le quotidien qu’elle décrit, dans le centre-ville de Perpignan, et le cauchemar que font subir aux commerçants et aux habitants des bandes qui terrorisent la population. Du Riposte Laïque pur sucre !
http://blip.tv/file/3533914/
Comment qualifier ce caillassage particulièrement révoltant, subi par un retraité de Narbonne, âgé de 67 ans, à qui des jeunes racistes ont dit : « Aujourd’hui c’est ton tour ! », en lui jetant, sans raison, des pierres ? Aujourd’hui, cet homme est entre la vie et la mort. (2)
Comment qualifier cette agression de quatre contrôleurs de bus, à Montpellier ? (3) Leur crime : avoir osé demandé leur ticket à des « djeunes ».
A Nice, on poursuit un chauffeur de bus avec un sabre, rien de moins ! (4)
Hélas, des anecdotes semblables, racontées dans notre dernier édito, ne sont pas l’exception, elles sont légion. Bien sûr, nous n’englobons pas l’ensemble des populations issues de la diversité dans ces comportements criminels. Nous savons que nombre d’entre eux travaillent durement pour réussir, dans des conditions sociales difficiles, à trouver du travail, à fonder une famille, à la faire vivre, en donnant une bonne éducation aux enfants.
Mais hélas, nous pourrions ajouter des dizaines d’anecdotes semblables, où le scenario est le même : ce sont presque toujours des jeunes de la diversité qui agressent, gratuitement, des personnes qui ont le tort d’avoir un physique de Français de souche. Cela s’appelle des agressions racistes, ou des ratonnades anti-françaises, pour reprendre l’expression du député.
Cela démontre que Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, puis président de la République, n’a pas réussi, au-delà des mots, à lutter efficacement contre ce cancer, qui gangrène la société française, et est porteur d’une logique de guerre civile.

Notre amie Malika Sorel écrivait, il y a quelques jours, suite à ces multiples agressions : « Pour cela, il ne faut pas hésiter à recourir à de vraies sanctions contre ceux qui sèment la terreur et le chaos, mus par leur haine de la France et leur inaptitude à respecter les normes collectives de la société française. Une sanction est réputée efficace lorsqu’elle dissuade de passer à l’acte. Dans le cas contraire, elle ne l’est pas. Nous pouvons donc en déduire que celles qui sont actuellement appliquées sont totalement inefficaces ».
Aujourd’hui, ce que les Français attendent de Nicolas Sarkozy, ce sont des résultats. Nous savons que de nombreux juges sont guidés par une idéologie bobo droit-de-l’hommiste, et sont souvent des obstacles à une politique répressive dissuasive. A cause d’eux, de nombreux jeunes délinquants multirécidivistes sont en liberté. Que Sarkozy règle, c’est le chef de l’Etat !
Nous savons que cette gauche compassionnelle, qui, pour nous, n’est plus la gauche, va crier au racisme, et reprendre son discours victimaire habituel. Elle n’a que l’excuse sociale à la bouche, pour mieux masquer sa lâcheté sur les trop nombreuses agressions que subissent nos concitoyens. Son absence de réaction, voire parfois sa complaisance avec les voyous racistes, est tout simplement criminelle.
Nous invitons cette gauche dégénérée par sa bobocratie à relire ses grands ancêtres :
« Le lumpenproletariat – cette lie d’individus déchus de toutes les classes qui a son quartier général dans les grandes villes – est, de tous les alliés possibles, le pire. Cette racaille est parfaitement vénale et tout à fait importune. Lorsque les ouvriers français portèrent sur les maisons, pendant les révolutions, l’inscription : « Mort aux voleurs ! », et qu’ils en fusillèrent même certains, ce n’était certes pas par enthousiasme pour la propriété, mais bien avec la conscience qu’il fallait avant tout se débarrasser de cette engeance. Tout chef ouvrier qui emploie cette racaille comme garde ou s’appuie sur elle, démontre par là qu’il n’est qu’un traître. » (Marx/Engels : « La social-démocratie allemande »)
Nous savons que les associations anti-racistes vont ruer dans les brancards. Là encore, écoutons Malika Sorel : « S’il fallait une mesure pour commencer, ce serait de couper les subventions à toutes les associations qui ont largement participé à nourrir haine et ressentiment envers la France et les Français, et qui continuent d’ailleurs à le faire ». Le silence des associations anti-racistes sur la montée du racisme anti-Français et anti-blancs est, lui aussi, criminel. C’est tellement plus facile de se farcir Fanny Truchelut ou Eric Zemmour ! Qu’on arrête de dilapider l’argent du contribuable en le donnant à des imposteurs qui passent leur temps, avec l’alibi anti-raciste, à saper les édifices de la République.
Comment les Français peuvent-ils admettre cette impuissance de l’Etat, devant ces petits racistes fascisants, quand dans le même temps, les honnêtes citoyens, au volant de leur voiture, sont rackettés sans vergogne ? Ecoutons le député UMP Philippe Mariani : « Les Français trouvent ces radars insupportables, ils ont l’impression d’être pénalisés quand ils roulent à 53 kilomètres-heure, alors qu’ils assistent dans le même temps à la libération de vrais délinquants. L’administration donne le sentiment de s’acharner sur les citoyens honnêtes ».
Pour étayer le propos, l’auteur de ces lignes s’est vu, en deux semaines, verbaliser de 135 euros, avec 3 points en moins, pour ne pas avoir encore attaché sa ceinture, sur une route peu fréquentée, alors qu’il ne roulait que depuis 50 mètres ! 15 jours plus tard, à 23 h 56, sur une 2 voies, il était flashé à 56 km/h, dans les 200 mètres limités à 50 km/h, où il y avait un radar, bien sûr ! 90 euros d’amende, et encore un point de moins ! En quinze jours, l’équivalent de trois jours de salaire d’amende, des mois d’économie envolés, et 4 points de perdus qu’il faudra au minimum 4 années pour récupérer ! Sans avoir fait courir le moindre risque à autrui ! Mais il est ravi, grâce à cet argent, l’Etat pourra payer deux nuits d’hôtel aux clandestins, et les allocations familiales du polygame de Nantes ! Merci à l’ineffable Georges Sarre, l’inventeur du permis à points, en 1990, merci à Sarkozy, l’homme qui nous pourrit la vie avec ses radars, merci à l’UMPS !
Un de mes amis, commissaire de police, me disait, avec un truculent accent toulousain : « Si Sarkozy nous laissait carte blanche, et si, au lieu de faire chier les Français avec nos PV, on utilisait nos moyens pour ramener l’ordre dans les quartiers, en quelques mois, il faudrait importer de nouveaux délinquants ! Car, pour le moment, les chars, c’est nous qui les avons, pas eux ! »
Mais à quel Nicolas Sarkozy avons-nous affaire ? Celui qui lit des discours d’Henri Guaino, ou celui qui nous dit que le métissage est obligatoire, et qui nous impose Yazid Sabeg ? Nouveau pas de deux Cyrano-Malika Sorel :
« En ce qui concerne le Président de la République, je dois avouer que je suis très perplexe. Il existe en effet à mes yeux deux Nicolas Sarkozy, celui qui prononce des discours respectueux de l’identité française, et celui qui met en œuvre des politiques qui viennent heurter violemment des marqueurs essentiels de cette identité. En a-t-il conscience ? Je forme le vœu que le premier Nicolas Sarkozy triomphe du deuxième ».
Eric Zemmour, sur RTL, posait la vraie question, sur les banlieues. A cause du syndrome Malek Oussekine, jeune Parisien décédé après les manifestations étudiantes de 1986, chaque gouvernement craint un mort. Résultat, on laisse, pendant trois semaines, des émeutiers incendier des écoles, ou bien on interdit aux policiers de répondre, quand on leur tire dessus à balles réelles. Pourra-t-on ramener l’ordre un jour, si ces racistes savent qu’ils ont affaire à des policiers eunuques, qui n’ont pas le droit de se servir de leur arme, même quand on les prend pour cibles ?
Concernant la burqa, le gouvernement a décidé de proposer un texte de loi interdisant le voile intégral sur l’ensemble du territoire français. Nous ne pouvons que nous féliciter de cette mesure, malgré les cris ce cette gauche définitivement perdue pour la cause laïque et féministe, et les propos scandaleux d’un Villepin, qui pense que la burqa est acceptable dans la rue, et doit seulement être interdite dans les services publics. Décidément, celui qui se voudrait une alternative à Sarkozy nous prouve qu’il est pire en s’opposant à une des rares mesures de bon sens prises par le Président de la République. Que le gouvernement tienne bon, et surtout qu’il ne se contente pas de la burqa, mais mette fin aux accommodements raisonnables exigés quotidiennement par les militants musulmans.
Nous ne pouvons terminer cet édito sans évoquer la sympathique niqabée, qui s’est vu dresser une amende de 22 euros pour avoir conduit avec son déguisement. Bien sûr, conférence de presse, protestations indignées de la voilée – complaisamment relayées par les médias, sans que l’on puisse entendre la partie adverse – jusqu’à ce qu’on apprenne que cette jeune femme serait la quatrième épouse d’un intégriste islamiste, père de douze enfants, qui a obtenu la nationalité française en 1999. (5)

Cette affaire pose quand même un ensemble de questions : qui a donné la nationalité française à un tel personnage, et à combien d’autres ? N’est-ce pas l’Elysée qui, sous la pression de la Halde, a sermonné un Préfet qui refusait de donner sa carte d’identité française à une femme voilée ? Peut-on continuer à accepter, sur notre territoire, des fascistes pareils, et de telles tenues vestimentaires ? Que signifie cette tenue de djihadiste ? C’est un message politique clair : je suis en France pour militer ouvertement pour l’islamisation d’un pays qui a été assez stupide pour me donner la nationalité française ! De même qu’on a interdit la croix gammée, il faudra bien un jour se pencher sur l’interdiction de ces tenues, qui, comme le voile et la burqa, sont l’uniforme d’un fascisme politico-religieux qui nous a déclaré la guerre.
Ce gouvernement ne va tout de même pas se laisser intimider par un Tariq Ramadan, qui, à Nantes, suite à l’affaire de la niqabée, ose donner des leçons de valeurs françaises à Hortefeux ! (6)
Hortefeux paraît découvrir, à cette occasion, l’ampleur de la polygamie en France. De qui se moque-t-on ? Depuis des années, les gouvernements laissent faire, et les juges ferment les yeux. Comment peut-on continuer, en France, à tolérer cela, et à donner des allocations familiales à ces familles ? Quand on sait que le célèbre imam Bouziane, polygame, père de seize enfants avec deux femmes, touchait, par femmes interposées, des revenus qui feraient pâlir d’envie nos rmistes ou nos smicards, n’est-il pas temps de revoir ces principes d’allocations ? N’est-il pas temps surtout de revenir sur les conditions d’accès à la nationalité française, donnée, sans condition, à des personnes qui en combattent les valeurs ? N’est-il pas enfin temps, en pleine période de chômage de masse, de mettre fin à l’immigration, tant que les problèmes graves d’intégration que connaît notre pays ne sont pas résolus ? N’est-il pas temps que ceux qui ont entamé un bras de fer avec nos valeurs, et qui le gagnent depuis trente ans, comprennent que les règles vont changer ? N’est-il pas enfin temps que la République montre qu’elle est la plus forte ? N’est-il pas temps d’exclure de France un personnage comme le mari de la niqabée nantaise ?
Les citoyens de ce pays, déjà frappés de plein fouet par la crise et le chômage de masse, en ont marre de voir l’argent de leurs impôts et de leurs cotisations sociales dilapidé, quand on leur raconte qu’il va falloir se serrer la ceinture pour les retraites. Ils ne supportent plus de vivre dans un pays où leur sécurité quotidienne n’est plus assurée par l’Etat.
S’il veut vraiment reconquérir l’opinion, Nicolas Sarkozy et ce gouvernement devront se montrer enfin capables, au-delà des mots, de mener un combat sans concession contre deux types de fascisme : les islamistes, qui sont partis à la conquête de la France et de l’Europe, et les voyous racistes, qui, nourris dans le discours de haine de notre pays, se croient autorisés à cracher sur la France, et à massacrer impunément ses habitants. Mais est-ce vraiment leur conviction, ou ne sont-ils guidés, de manière politicienne, que par l’échéance de 2012, et le besoin de reconquérir un électorat sensible à ces thèmes ?
Ce discours, laïque et républicain, nos conférenciers, le tiennent partout où ils sont invités. Ce mardi, Pierre Cassen sera à la mairie du 16e arrondissement parisien, à l’invitation de plusieurs loges du Bnai Brith. Ce mercredi, Alain Rubin et Pierre Cassen seront invités par Paul-Marie Couteaux, sur Radio Courtoisie. Et ce vendredi, Maurice Vidal sera invité par le Comité de Défense Laïque (CDL) de Saint-Jean-de-Védas (voir agenda).
Nous aimons la diversité des puissances invitantes. C’est ainsi que se construit, lentement, l’indispensable résistance républicaine que nous appelons de nos voeux.
(1) PERPIGNAN-Refugiee-aux-toilettes-avec-le-bebe-ma-femme-a-telephone-a-la-police-1196759.php5
(2) Un-retraite-narbonnais-lapide-par-des-jeunes-1200858.php5
(3) Deux-mises-en-examen-apres-les-agressions-de-Montpellier,136120/
(4) nice-les-conducteurs-arretent-bus-et-tramway-apres-des-menaces_887297.html
(5) conductrice-voilee-verbalisee-hortefeux-ecrit-a-besson-.php
http://www.youtube.com/watch?v=KA-YMunqfvQ
(6) je-m-etouffe-ramadan-pretend-donner-des-lecons-a-brise-hortefeux-a-propos-des-valeurs-francaise-s-49261225.html
—————-

2 LIVRES, 1 BROCHURE, 1 DVD A COMMANDER A RIPOSTE LAIQUE

Les Dessous du voile, livre écrit par Cyrano et toute l’équipe de Riposte Laïque. 380 pages – 19 euros, frais de port compris.

La colère d’un Français, livre écrit par Maurice Vidal. 220 pages – 19 euros, frais de port compris.

Vérités sur l’islam, brochure de David Vaucher, 19 euros, frais de port compris.
Brochure de 70 pages, en trois parties, expliquant de manière très argumentée ce que les militants doivent connaître de l’islam, et de la réalité de son offensive mondiale.

Laïcité et Droits des Femmes, DVD réalisé par Véronique Decrop, 15 euros, frais de port compris. 42’45 »
Interventions de Catherine Marand-Fouquet, Anne Zelensky, Philippe Val, Marc Dolez, Nawal el Saadaoui, Philippe Dehay, Cherifa Kheddar, Wassyla Tamzali, Jean-François Kahn.

Réduction de 10 % pour l’achat de deux produits (frais de port réduits).
Chèques à adresser à Riposte Laïque, BP 82035, 13201 Marseille
————-

LES CONFERENCES RIPOSTE LAIQUE

Mardi 27 avril
20h 15 (accueil à partir de 19H30)
Dans les Salons de la Mairie du XVIe Arrondissement
71, avenue Henri Martin – 75116 Paris – (métro POMPE)
Les associations B’nai B’rith
Ben Gourion, Hatikva et Déborah-Sam-Hoffenberg
vous invitent à une conférence-débat
avec Pierre Cassen, rédacteur de Riposte laïque
sur le thème du livre de Maurice Vidal :
 » La colère d’un français face à l’islamisation de la France  »
à 20h 15 (accueil à partir de 19H30)
Dans les Salons de la Mairie du XVIe Arrondissement
71, avenue Henri Martin – 75116 Paris – (métro POMPE)
Entrée libre
Mercredi 28 avril
21 h 30
Alain Rubin et Pierre Cassen en direct sur Radio Courtoisie, à l’invitation de Paul-Marie Couteaux.
http://fr.delicast.com/radio/politique/Radio_Courtoisie
Vendredi 30 avril
Conférence de Maurice Vidal, autour du livre « La colère d’un Français ».
à 18h30 dans la salle Rabelais au château du Terral, à St Jean de
Védas (près de Montpellier).
————-

MIEUX CONNAITRE RIPOSTE LAIQUE

Une savoureuse vidéo de 18 minutes…

Riposte Laïque: entretien video avec Pierre Cassen
envoyé par prechi-precha. – L’info internationale vidéo.
Interview sur la symbolique du voile d’Annie Sugier et Pascal Hilout, par Jean Robin (10 minutes)
http://tatamis.blogspot.com/2010/03/liberte-voilee.html
Audition de Pascal Hilout, à la mission parlementaire sur le voile intégral, le 2 décembre 2009.
http://www.assemblee-nationale.fr/13/commissions/voile-integral/voile-integral-20091202-3.asp
Journée du 8 mars 2010 : Claude Reichman interviewe Pierre Cassen (30 minutes)
http://www.reichmantv.com/media/F38.wmv
Identité nationale, votation suisse, mission parlementaire sur le voile intégral, débouché politique : entretien de 1 heure avec Pierre Cassen par Radio La Luette.
http://luette.free.fr/spip/spip.php?article271
http://fr.sevenload.com/videos/Cr8ztj1-Pierre-Cassen
Interview donnée à Radio Libertaire par nos deux collaborateurs, Anne Zelensky et Pierre Cassen, qui expliquent fort bien la philosophie de notre journal (aller sur notre site, à droite, sous la présentation du livre « Les dessous du voile ».
Conférence Pierre Cassen à Saint-Leu

CONFERENCE 1ERE PARTIE VERSION COURTE
Uploaded by JFORUM-fr. – News videos from around the world.
2e partie
3e partie
Débat Pierre Cassen – Marc Blondel sur RFI : faut-il légiférer contre la burqa ?
http://www.ripostelaique.com/IMG/mp3/RFI_-_26_01_2010_a_18h14_-_18h31_TU_Debat_Cassen_Blondel.mp3
—————-

LES CONFERENCES PROPOSEES PAR RIPOSTE LAIQUE

Comment défendre la laïcité en 2010 ?
La laïcité, un rempart contre le communautarisme
La laïcité et le féminisme, alliés naturels
Identité nationale, République laïque et Nation
Faut-il interdire le voile islamique en France ?
Pourquoi ont-ils cassé l’école de la République ?
La votation suisse est-elle raciste ?
L’islam est-il compatible avec la laïcité ?
La laïcité est-elle une spécificité française ?
Laïcité et athéisme
République et immigration

PETITION CONTRE LE VOILE ET LA BURQA

http://www.ripostelaique.com/Halte-a-la-burqa-et-au-voile.html

VIDEOS DE RIPOSTE LAIQUE

http://www.youtube.com/user/ciceropicas

PEUPLE DE FRANCE, UNE CHANSON QUI RESUME LE COMBAT DE RL

http://www.youtube.com/watch?v=x7VoTjOmsHA




Burqa : enfin ! La République doit être de nouveau chez elle partout !

Il en aura fallu des discussions, pour arriver à ce qu’un accord se dégage autour d’une interdiction générale de la burqa sur le territoire national. Comme toujours, des querelles de pouvoir se sont produites, et elles auraient pu emporter avec elles cet impératif de traduire, dans le monde réel, ce que signifient concrètement les principes républicains.
Pour justifier l’inaction et surtout l’impuissance du politique, nous aurons entendu tous les prétextes : elles ne sont pas si nombreuses que cela à porter la burqa ; il sera impossible de faire appliquer cette loi sur le terrain ; cette loi va stigmatiser ; la burqa, ce n’est finalement qu’un bout de tissu (je l’ai entendu de mes propres oreilles lors d’une réunion)… La France se trouve à un moment de son histoire où elle n’a nul besoin d’impuissants dans le monde politique. Loin d’être neutres, ces derniers sont bien au contraire hautement nuisibles, car ils jouent le rôle d’idiots utiles.
Pourquoi des élus, ou encore des responsables politiques, se permettent-ils de relayer dans les médias l’idée que l’interdiction de comportements contraires à notre socle de principes aboutirait à stigmatiser ? Pourquoi et dans quel but cachent-ils la vérité ? À savoir que ce sont bien ceux qui adoptent des comportements contraires aux normes collectives françaises qui se placent délibérément en marge de notre société, et qui œuvrent à leur propre stigmatisation. Concernant l’interdiction générale de la burqa, Malek Boutih est même allé jusqu’à parler de race. (1) Calmez-vous, Monsieur Boutih, vous semblez perdre un peu les pédales !

Le Premier ministre a dit que le gouvernement était prêt à prendre des risques juridiques. Oui, il le faut ; et il faut également faire évoluer des lois qui ont certes contribué à émanciper à une époque, mais qui enchaînent aujourd’hui, et jouent surtout le rôle d’un nœud coulant se resserrant chaque jour davantage autour du cou de notre société.
Abdelwahab Meddeb: « En plus, avec la burqa, nous sommes confrontés à une stratégie du grignotage. Au-delà des rares cas d’adhésion religieuse authentique, il ne faut jamais perdre de vue que des islamistes mais aussi de pieux salafistes appliquent les recommandations du Conseil européen de la fatwa. Dans cette instance, les militants sont exhortés à agir dans la légalité afin de gagner, en Europe, des parcelles de visibilité en faveur de la loi islamique. «  Je vous recommande vivement la lecture de l’intégralité de l’article de Monsieur Meddeb. (2)
Dans le discours qu’il a prononcé hier lors de son déplacement en Seine-Saint-Denis, le Président de la République a promis que la République ne reculerait pas. Comme je l’écris dans Le puzzle de l’intégration, ce n’est pas elle qui a fauté, mais l’État, qui lui a fait perdre des territoires entiers. Les citoyens attendent désormais du pouvoir politique que la République soit de nouveau chez elle partout sur le territoire français. Il y faudra du courage, de la persévérance, et une détermination de chaque instant.
Malika Sorel
(1) boutih-accuse-cope.php
(2) la-burqa-et-le-cercle-des-idiots_1285142_3232.html
http://puzzledelintegration.blogspirit.com/archive.html




Loi burqa : J'ai honte des propos de François Hollande et de toute cette gauche compassionnelle

Fin mars, j’ai interpellé, par un long courrier, Mesdames Aubry, Royal et Monsieur Hollande les trois candidats potentiels du parti socialiste aux élections de 2012. Je leur demandais le positionnement du PS sur une loi contre le voile intégral. Je m’inquiétais de la montée du fondamentalisme islamiste qui se manifeste de façon visible et agressive, dans nos espaces partagés. En leur signalant la violence contenue dans le Coran, je faisais part aussi de mon scepticisme quant à la solubilité de l’islam dans nos valeurs républicaines, rappelant, au passage, les récents incidents de la mosquée de Drancy.
Le premier à me répondre est Monsieur Hollande. Son avis sur la laïcité : « Le principe de laïcité est à la fois fondamental et ambigu. Evolutif, il aura dû s’adapter aux changements profonds de la société française à travers le siècle. Aujourd’hui il semble en effet nécessaire de la réaffirmer face aux intégrismes de tout bord. » Si Monsieur Hollande parle d’intégrisme, l’idée de principe évolutif rappelle étrangement la notion de laïcité positive chère à notre Président de la république. Ensuite François Hollande termine par ce long paragraphe :
« Je ne pense pas qu’il soit judicieux ni même moral pour la gauche de s’aligner sur l’interprétation radicale que font les actuels dirigeants de l’UMP de cette notion ( la laïcité)chère aux socialistes et dont ils sont les inspirateurs. Une telle interprétation tend à se focaliser sur la question de l’islam et sur son incompatibilité prétendue avec la laïcité et parfois même avec l’Etat. Or j’y vois une tentative, parfois inconsciente, de renforcer les tensions identitaires au sein de notre pays. Les conséquences d’un tel mouvement me semblent particulièrement contre- productives pour la paix sociale et le respect de chacun. C’est pourquoi j’aimerais que la gauche, et particulièrement les féministes dont je soutiens le combat, comprennent l’importance de ne pas adopter de position figée et défensive sur cette question. Notre responsabilité est de redonner à la notion de laïcité ses valeurs de fraternité et de refus des discriminations »
Donc gens de gauche, pour Monsieur Hollande, il ne faut pas d’une loi contre le voile car il ne faut pas focaliser sur l’islam. Mais qui porte le voile intégral ? Quand il parle du respect de chacun ? De quoi parle-t-il exactement ? Du respect que nous devons aux femmes qui nous présentent leurs visages masqués ? Ou est l’échange et qui ne respecte pas l’autre dans ce cas ? Peut-être que Monsieur Hollande ne s’est jamais préoccupé de la sensibilité des Français non musulmans. Amis salafistes vous pouvez dormir tranquilles, il vous prépare un avenir radieux, il ne veut pas discriminer les femmes aux masques noirs. Petites musulmanes que les imams et les mamans envisagent déjà de mettre sous le voile intégral à 12 ou 13 ans ne comptez pas sur Monsieur Hollande pour vous défendre. Il aimerait bien d’ailleurs que les féministes se calment : « voyons Mesdames vous n’êtes pas raisonnables !» c’est ça que sa phrase veut dire ! Femmes et hommes de gauche que cette tenue bouleverse et choque trouvez vite un autre parti !….
Concernant les féministes, Monsieur Hollande, je crois que vous vous trompez. Les femmes ne se tairont pas à propos du voile intégral, c’est un sujet trop grave et elles ont de la mémoire. Elles ont le souvenir de l’Algérie des années terribles : « le voile ou la mort », elles ont en tête les femmes soumises par les ayatollahs d’Iran, elles savent ce qu’est le « fascisme vert ». Alors, même si cette loi est proposée par un parti dont elles n’approuvent pas la politique générale, elles appuieront ce vote et remercieront ceux qui à droite au centre ou à gauche, car il y en aura, la voteront….
Mais là, j’ai mal et j’ai honte, qu’un représentant de ma famille politique n’assume pas avec fermeté le difficile combat contre l’intégrisme islamique, et qu’il le laisse à l’autre camp. Qu’il ne pense pas à sa responsabilité d’élu de notre République de protéger les nombreuses petites filles victimes des voiles ( on ne voile pas les garçons). Si l’on ne met pas fin à cette ignominie par une loi, en France, on les enfermera demain, tels des clones de leurs mamans, sous un voile intégral, comme on le fait au Yémen ou en Arabie Saoudite. Ne pas voir cela, ne pas empêcher cela, pour des raisons bassement politiciennes c’est un manque de courage, de lucidité et ça n’est pas digne d’un homme de gauche qui pourrait briguer un poste aux plus hautes fonctions de l’Etat.
Chantal Crabère




La dernière histoire belge : ils ont sabordé la loi anti-burka !

Incroyable, ils ont réussi le tour de force de faire tomber leur gouvernement (1) le jour où ils devaient voter la première loi anti-burka d’Europe !
Une occasion historique manquée à cause des sempiternelles querelles entre Flamands et Wallons (qui montrent parfaitement, au passage, ce qui se passerait si l’Europe des régions que nos antirépublicains, de gauche essentiellement, mais pas seulement, appellent de leurs vœux se réalisait…) !
C’est une histoire belge de plus, mais, celle-ci, elle n’est vraiment pas drôle ! Nous attendions tous ce coup d’envoi, ce premier coup de couteau donné dans le contrat implicite qui lie, de plus en plus étroitement, les élites politiques nationales et européennes au respect du Coran et des coutumes tribales aux dépens de la femme et de la laïcité. La France et la Hollande devaient suivre, entraînant sans aucun doute, peu à peu, le reste des 27… On sait bien que seul le premier pas coûte et que l’union fait la force ! Rêvons un peu, quid des pressions énergétiques d’un Bouteflika ou de l’Arabie Saoudite sur nos gouvernants quand c’est tout un continent qui fait bloc ? Quid des menaces d’Al Quïda ou des fanatiques de tout poil (comme celles qui pèsent sur le courageux Jean-François Copé (2) quand c’est tout un continent qui fait bloc ?

Il faut bien reconnaître que les élites européennes se font toutes petites quand le Moyen Orient gronde et qu’elles reconnaissent aux dictatures islamiques d’outre-Méditerranée le droit de mettre leur grain de sel sur notre façon d’être laïques, c’est-à-dire sur nos lois. C’est pourquoi ce vent de révolte et de contestation emmené par les députés belges qui, comme un seul homme, sans se poser la question de commission parlementaire ni du Conseil d’Etat, étaient prêts à voter était un souffle de liberté extraordinaire… Hélas, un vent contraire, celui du régionalisme, c’est-à-dire des querelles de clocher et de la haine de l’autre, les a emportés…
Et voilà, patatras, un rêve passe… Certes, on peut se consoler en pensant que la France ne sera pas le deuxième mais le premier pays à voter la loi anti-burka, à tout seigneur laïque tout honneur, puisque notre cher Président vient de déclarer que la burka portait atteinte à la dignité de la femme et n’était pas acceptable pour la société française.
Certes, on peut se consoler en se disant qu’avec un peu de chance (au point où on en est) le Parlement belge sera dissous et que la députée voilée (celle qui compare les laïques à des nazis) ne sera pas réélue. Ce qui vérifierait l’adage qui veut qu’à quelque chose malheur soit bon… et je dois avouer que nous ne bouderions pas notre plaisir de voir la voilée de service retourner à ses casseroles, juste place de celles qui acceptent de se marquer au fer rouge de l’ignominie du voile.
Néanmoins, on tremble. Certes, on sait que la proposition de loi sera votée en France, mais de quels accommodements déraisonnables sera-t-elle accompagnée pour ne pas aboutir à « ce que nul ne se sente stigmatisé pour sa foi et ses pratiques religieuses » comme l’a précisé le communiqué du gouvernement ? Et quel sera l’effet de la consultation des partis politiques et des  » autorités morales et religieuses »(sic!) prévue ? Si on ajoute à cela que celle qui sera chargée de la rédaction de la loi est Michèle Alliot-Marie, prête à tous les compromis avec l’islam comme le montre bien la réponse de Brigitte Bardot à la quatrième question posée par Riposte Laïque dans son interview(2) on doute, un peu, mais, tout de même, on espère beaucoup malgré la dernière histoire belge car, enfin, si cette loi était votée, malgré la levée de boucliers de la gauche traîtresse ou les revirements du censeur Raoult (celui qui voulait une loi antiblasphème…) qui, après avoir lutté contre la loi, la défend, qu’est- ce qui empêcherait qu’elle ne soit pas applicable comme voudraient nous le faire croire tous ces infâmes ?
Rien, sauf une volonté politique. L’exemple de l’interdiction de la cigarette dans les lieux publics en est la preuve. Quand on veut, on peut. Quand on veut interdire la cigarette à des millions de gens dans des milliers de lieux publics, on y parvient mais on ne pourrait pas interdire à 3000 femmes (quelques centaines pour les opposants à la loi… ) de porter la burka ??? Vous dites ça à un cheval de bois, il vous donne un coup de pied.
Christine Tasin
http://christinetasin.over-blog.fr
(1) [http://www.la-croix.com/afp.static/pages/100422155941.t1qc6ewn.htm->http://www.la-croix.com/afp.static/pages/100422155941.t1qc6ewn.htm]
(2) [http://www.leparisien.fr/politique/cope-a-recu-des-menaces-23-04-2010-896659.php
->http://www.leparisien.fr/politique/cope-a-recu-des-menaces-23-04-2010-896659.php]
(3) [http://www.ripostelaique.com/Brigitte-Bardot-Mon-combat-est.html->http://www.ripostelaique.com/Brigitte-Bardot-Mon-combat-est.html




Loi burqa : Tolérance zéro pour l'islam liberticide et communautariste

Le Président de la République a décidé de proposer l’interdiction de la burqa non seulement dans les services publics tel que cela avait été préconisé par la mission parlementaire sur le voile intégral dite mission Gerin, mais partout! Beaucoup de militants laïques l’attendaient et l’espéraient, dans le prolongement de la pétition en faveur de cette interdiction que nous avons été les premiers à demander à Riposte Laïque. Il est passé outre l’avis du Conseil d’Etat qui s’est déclaré défavorable à une loi d’interdiction. Il était temps d’envoyer un message aussi clair que possible par cette décision en direction d’un fondamentalisme qui à travers la burqa favorisait un islam de rejet et de haine.
Malheureusement, la présentation qui en est faite est immédiatement apparue en dessous des attentes, les représentants du gouvernement présentant cette décision du Chef de l’Etat sous un discours insistant sur le caractère non religieux du port de la burqa mais relevant d’une tradition qui serait étrangère à l’islam. On veut ainsi éluder l’affrontement idéologique et politique avec un islam agressif et conquérant dont la burqa n’est que la partie émergée de l’iceberg, qui ne cesse de s’attaquer aux principes fondamentaux de modernité et de progrès de la société française.

Les pratiquants de l’islam dénoncent évidemment une nouvelle attaque contre la liberté religieuse

Une musulmane pratiquante sur France–infos qui dit porter le hijab explique que l’islam serait ici encore une fois attaqué : « après l’interdiction du voile à l’école, les minarets en Suisse, les « Quick halal » ça continue… l’islam est attaqué. Les femmes avec l’interdiction de la burqa ne pourront plus sortir de chez elles… » Précisément, elles ne doivent plus avoir le droit sur le territoire des Droits de l’homme et de l’égalité homme-femme qui n’existe pas dans aucun pays musulmans, de se promener sans être inquiétées, car laisser faire cela c’est accepter une pratique religieuse qui aliène de façon publique la femme en la dégradant.
Qu’elle le souhaite ou non est secondaire car le fait est bien là. Les musulmanes endoctrinées qui portent la burqa doivent être mise au pas de la même façon que leurs intégristes de maris en djellaba !
Oui, la société française réagit de plus en plus face à l’affirmation d’un islam pratiquant qui lui pose des problèmes croissants qui sont le fait d’une religion qui entend imposer sa façon de voir en la mettant au-dessus des valeurs et des lois de la République. Elle remet en cause à coups de revendications communautaires notre vivre ensemble, les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, en poussant à une séparation de la population ayant pour origine des pays musulmans au nom du respect de la tradition et de la croyance. L’islam se manifeste aujourd’hui publiquement par un mouvement de revoilement, d’extension de la burqa à l’appui d’un retour à la tradition par une lecture littérale du coran contraire à tous les idéaux de progrès !
L’islam officiel de l’UOIF et du Conseil Français du Culte Musulman sont des complices actifs de ces faits qui ne représentent aucunement des interlocuteurs viables pour la République, à moins de vouloir laisser entrer le loup dans la bergerie. La burqa n’est que le reflet de la montée d’un fondamentalisme identitaire contraire à l’esprit du progrès qui a façonné la France où l’émancipation de la femme a joué un rôle formidable d’avancer de l’émancipation de l’ensemble de la société que cette religion rejette par son archaïsme, port du voile inclus.

Burqa et hijab même combat !

La burqa est le vecteur par lequel aujourd’hui, après l’échec du voile à l’école, on entend faire progresser un islam du passé tourné vers des pratiques moyenâgeuses qui relèvent d’une soumission totale de l’individu au sacré. Interdire la burqa, c’est ainsi mettre en garde le voile, symptôme d’une religion qui divise et n’accepte pas les règles communes, ne respecte pas le pays qui a accueilli ceux qui s’en revendiquent !

Pour Dounia Bouznar, sociologue, interrogée sur l’interdiction de la burqa, il ne faut pas que ce problème stigmatise l’islam. Comme si ce phénomène n’auto-stigmatisait pas cette religion, ne provenait pas d’elle, dans le droit fil du gouvernement qui dit à travers la voix du Premier ministre qu’il faudrait ici absolument éviter les confusions qui risquerait de conduire à s’en prendre à l’islam.
En réalité, ce sont les mêmes passages du coran qui servent la justification de la prescription religieuse du voile et de la burqa : Deux versets coraniques évoquent de manière relativement explicite l’exigence religieuse du voile mais sans s’attarder sur sa forme exacte : «Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Dieu est Pardonneur et Miséricordieux.» (sourate 33, verset 59) ; et «Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes..» (sourate 24, verset 31) Ne pas vouloir le voir, c’est véritablement se faire aveugle !
Mais quelle organisation représentant les musulmans a condamné la burqa ? Aucune ! Montrant par-là combien la burqa est solidaire de cette religion. Comme quoi les musulmans pratiquants se reconnaissent de plus en plus dans une radicalisation qui correspond fondamentalement à la logique de cette religion conquérante, tournée contre les libertés dont celles des femmes, le hijab n’étant qu’une étape vers une généralisation de la burqa. Si le voile ne s’était pas répandu en France il n’y aurait jamais eu de burqa. Le voile est porteur de la même logique de séparation, d’auto-stigmatisation, qui vise par cette visibilité communautaire à peser sur le vivre ensemble et sur les décisions politiques, les choix des citoyens Français qui ne le supportent plus de façon majoritaire et légitime.
Le salafisme qui préconise le port de la burqa et est fortement installé au cœur de nombreux quartiers est une des grandes tendances fondamentalistes qui influence l’islam dans le monde et s’implante dans les pays occidentaux à coups du financement occulte des pays musulmans par pétrodollars interposés. Combien de mosquées et d’imams y appointent, faisant des prêches anti-France ! Soixante-dix pour cent d’entre-eux ne parlent pas le français tel une cinquième colonne montrant un danger venu de l’étranger qui n’a rien ici d’un fantasme mais est organisée et planifiée. Des mosquées qui sont des lieux politiques autant que religieux qui militent pour que, port du voile puis burqa ainsi que djellaba deviennent systématiques chez les musulmans pour marquer leur volonté de fracture avec la France et ses principes fondamentaux, sa modernité.
Comment prétendre que la burqa ne serait pas à caractère religieux, comme on veut le faire croire à propos du hijab, alors que ceux-ci sont des attributs marquants de l’islam dans la plupart des pays musulmans ? C’est vouloir se cacher derrière son petit doigt en faisant courir par cette reculade un péril mortel à tout ce qui a de la valeur pour les citoyens que nous sommes à ne pas nous mettre en alerte en regard du danger qui provient de ce phénomène politico-religieux.

Burqa, rejet de l’intégration et délinquance dans les banlieues

Mais le port du voile et de la burqa vont bien plus loin que la question religieuse. Cette pratique stigmatisante de l’islam rejetant l’intégration donne un exemple aux jeunes issus de l’immigration venue de pays musulmans qui va dans le sens, qu’ils soient croyants ou non d’ailleurs, d’un rejet pur et simple de la France, le pays où ils vivent et qui les a accueillis, comme les violences contre les transports publics que l’on connait en ce moment même dans certaines de nos banlieues le montrent. Pour trop de jeune issus de l’immigration être délinquant, c’est légitime en regard d‘une France qu’ils piétinent accusée d’une discrimination qui n’a pour fondement que ses résistances à se laisser dominer par cette religion conquérante et liberticide.
Au lieu de s’attaquer à la France, ils devraient plutôt s’emparer de l’exemple qu’elle montre par son histoire de conquête de libertés nouvelles par l’action collective visant le bien commun en dehors de l’influence de la religion, y compris parfois contre elle et ses complicités avec des pouvoirs corrompus et arbitraires. L’enjeu de l’intégration est pour ces jeunes du côté de la lutte pour une économie faite pour l’homme et non au service de l’intérêt privé qui joue sur la spéculation contre les sociétés humaines et leur développement, du côté de la justice sociale pour tous. La séparation que le hijab et la burqa crée entre ceux qui se réclament de l’islam et la France, sert les intérêts d’un capitalisme qui voit dans le communautarisme un allié de division qui ne sert personne (celui qui croit au ciel ou celui qui n’y croit pas) en dehors de la logique de la loi du plus fort qui est toujours au final au service des plus riches contre les peuples.
Ces jeunes de certaines banlieues parfois devenues des ghettos se trompent de colère et sont encouragés dans ce sens par cette dynamique identitaire anti-France qui est derrière l’islam qui rejette fondamentalement les Droits de l’homme, la démocratie. Pour les musulmans, l’idée que le peuple fasse l’histoire à travers la démocratie est un sacrilège car dieu seul indique son chemin à l’homme, selon cette religion qui ne sépare pas le temporel du spirituel et n’accepte aucune autonomie de l’homme en regard des affaires terrestres comme les autres religions monothéistes à travers leur modernisation ont été amenées à le faire.

Tolérance zéro pour l’islam liberticide et communautariste

Certains posent la question de savoir si on ne va pas encourager par cette interdiction le communautarisme. C’est ne rien faire qui aurait été suicidaire pour la société française, laissant se développer une pratique moyenâgeuse par des « fous de dieu » qui ne connaissent de limites que celles qu’on leurs impose. La burqa en réalité n’aurait jamais du être tolérée un seul jour dans la moindre des démocraties, encore moins en France, terre des Droits de l’homme en regard desquels les femmes ont conquis de hautes luttes un droit à l’égalité bafoué par cet islam.
Le port du foulard est aussi en cause ici, car il joue sur la même logique de sacralisation de la tradition et de la religion en regard de la loi commune. Il accompagne un discours de remise en cause systématique de la séparation entre religion et politique mis au service d’un lobbysme religieux qui rejette le mélange, l’intégration au nom de la pureté qui rappelle les pages les plus sombres de notre histoire et derrière quoi le fascisme n’est jamais bien loin.

Pour que les musulmans de France fassent peuple un jour avec elle

Le voile n’est pas en dehors du débat sur l’interdiction de la burqa, il en est partie prenante comme même symptôme d’une religion liberticide et conquérante qui sépare les individus en les opposant au nom du sacré entre purs et impurs. Cet islam crée un rapport litigieux croissant entre musulmans et citoyenneté française et par là-même un trouble à l’ordre public de plus en plus grave et visible pour notre paix sociale et les libertés individuelles et collectives. La laïcité et la République, voilà le salut des musulmans et le respect de la loi, de l’esprit de nos valeurs, pour leur en indiquer la voie vers lui, si on veut qu’un jour, ils fassent peuple avec la France.
Guylain Chevrier
historien




J'ai infiltré le Salon de l'UOIF

Du vendredi 2 avril au lundi 5 avril inclus, l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France) tenait son Salon dans le Parc des Expositions Paris-Le Bourget. (1)
Le thème de ce salon était, pour cette année : « Être musulman aujourd’hui – Foi Témoignage Responsabilité ».
Sur les 7 halls du Parc des Expositions, 5 d’entre eux étaient occupés par ce salon.
Dans le hall 2B (20.000 m2) se trouvait le salon d’exposition, avec une zone pour la restauration (strictement halal, on s’en doute), un « Pôle jeunesse » pour les enfants et les adolescents, un « Forum associatif », et l’inévitable « Exposition du Prophète ». Le hall 2A servait de salle de conférence, et le hall 2C d’ « Espace VIP ». Enfin, la moitié du hall 3 était transformée en salle de prière pour les hommes, et le hall 1 en salle de prière pour les femmes (et pour les éventuels hommes portant la burqa).
Ce salon a attiré à Paris des musulmans venus de toute la France, et même de Suisse et de Belgique. Par exemple, des voyages en bus étaient organisés depuis Montpellier, Grenoble, Valence, Toulouse, Orléans, Lille, Lyon, Saint-Etienne, Bonneville (Haute-Savoie), etc. (2)
D’autres musulmans étaient même venus en avion de pays plus lointains (des pays du Maghreb, mais aussi des pétro-dictatures du Golfe), et avaient atterri à l’aéroport international de Roissy, à seulement 12 kilomètres de là.
—————-
Après avoir rencontré une vaillante résistante dans l’enclave musulmane du Bourget, (3) l’enquêteur reprend sa marche, et arrive devant le Parc des Expositions Paris-Le Bourget.

Immédiatement, et bien que l’enquêteur eût tâché de se préparer psychologiquement à cette épreuve, c’est le choc : une foule de femmes majoritairement voilées se presse devant les grilles, certaines portant un hijab, d’autres un jilbab, d’autres encore un tchador voire un niqab.

Le Figaro, Enquête sur l’islam radical en France, 6/11/2009
Accompagnant ces femmes, des hommes dont certains portent le kamis (robe blanche plus ou moins longue des intégristes musulmans), et des enfants, dont quelques petites filles elles aussi voilées.

Après avoir passé les grilles et les guichets, l’enquêteur arrive dans la cour, et aperçoit, devant le hall 2B, une tente sur laquelle une grande banderole annonce : « Concours National de Mémorisation du Saint Coran ». Rien qui puisse susciter l’étonnement des personnes informées, puisque, pour les fondamentalistes musulmans, il n’y a qu’un seul livre à lire au monde – non, même pas à lire, seulement à apprendre par cœur pour le recracher automatiquement : le Coran.
D’un pas décidé, l’enquêteur pénètre alors dans le hall 2B.

Les femmes

Là aussi, la densité de femmes voilées au mètre carré est impressionnante. Car, il faut le dire, la majorité des personnes présentes dans ce Salon sont des femmes (environ 60% du public) – et la majorité d’entre elles sont voilées (selon le comptage que nous avons effectué en visionnant la vidéo que nous avons tournée dans ce Salon, ce sont environ 75% des femmes présentes qui portaient un voile).
Cette abondance de femmes prouve que ces intégristes sont des militantes volontaires et actives de l’islam le plus rétrograde, et non des « pauvres victimes » comme le prétendent les naïfs et certaines féministes (et peu importe que ces femmes aient été endoctrinées : le libre arbitre, cela existe !). Pour ces femmes extrémistes, le voile est une arme religieuse. Et c’est bien ainsi qu’elles le portent.

Les stands

Dans le salon d’exposition, d’innombrables stands, occupant chacun un carré de l’immense hall.
Des stands de vêtements islamiques, qui permettent d’admirer la grande variété de la mode musulmane : robes pour femmes et robes pour hommes (le kamis des intégristes musulmans n’est rien d’autre qu’une robe blanche) ; voiles courts pour femmes, et voiles mi-longs pour femmes, et voiles longs pour femmes.
Des stands de livres islamiques, remplis de commentaires du Coran, de livres de conseils pour les femmes musulmanes, de livres pour enfants, et autres livres islamiques promouvant une vision exclusivement musulmane de la vie et du monde.

Des stands d’objets indispensables pour tout intégriste qui se respecte, tels des versets enluminés ou gravés du Coran, des horloges avec un emplacement pour indiquer les heures des prières, ou des « Genouillères de confort » pour prier à genoux sans se faire bobo aux ligaments.
Des stands d’écoles islamiques aux noms plus ronflants les uns que les autres, comme cet « Institut International de la Pensée islamique » ou cet « Institut Français des Études et Sciences Islamiques », qui n’a de français que son nom, puisque les prétendues « sciences islamiques » n’ont rien de français.
Des stands sur lesquels les intégristes coquettes peuvent se faire faire un tatouage au henné sur l’avant-bras.
Des stands de publicités pour la finance islamique.
Des stands tenus par des représentants de mosquées, actuellement en construction à travers toute la France, sur lesquels trônent de grandes urnes translucides pour les dons des « fidèles ».
Des stands de vêtements « communautaires », comme celui de « Maghreb Shirt », qui propose des tee-shirts ornés de slogans tels que « Original muslim », « Algérie mon pays », « Algérie for life » ; ou celui de « Maghreb United », avec des slogans du même nom, aux couleurs de l’Algérie ; autant de slogans s’opposant à l’intégration, pourtant autorisés par les autorités, alors même que l’affiche du Front National, qui dénonce l’image de la France couverte d’un drapeau algérien est, par contre, interdite !

Des stands d’organisations humanitaires musulmanes, qui proposent d’aider des pays pauvres (mais les seuls pays mentionnés sur leurs affiches sont des pays musulmans, comme le Soudan, l’Irak, l’Indonésie, la Somalie…) ou des familles nécessiteuses (mais uniquement des familles dont la femme est voilée…). (4)
Enfin, quelques stands de pâtisseries arabes, blocs de sucre concentré dont la consommation régulière favorise l’apparition du diabète.
Bref, des stands proposant tout l’attirail nécessaire aux musulmans qui ne veulent surtout pas s’intégrer en France.

L’obsession de la « Palestine »

Partout, la propagande pro-palestinienne bat son plein : ventes de « keffiehs » (cette sorte de torchon de cuisine que portent à leur cou les terroristes du Hamas et leurs admirateurs gauchistes d’Occident), affiches anti-israéliennes, drapeaux de l’État inexistant (et n’ayant jamais existé) de « Palestine », stands prétendument humanitaires surplombés par de grands panneaux « Gaza soyons solidaires ! » (rappelons que dans la bande de Gaza se trouve l’une des plus grandes concentrations de terroristes du monde), rien n’est oublié de ce qui peut mobiliser et exciter les musulmans contre Israël, donc contre les Juifs (car la haine anti-israélienne comporte toujours en elle la vieille haine anti-juive, comme le prouvent de façon magistrale les travaux de Pierre-André Taguieff), et, ultimement, contre l’Occident. (5)

Pas de Français « de souche »

Pendant toute son enquête dans le Salon, l’enquêteur n’a vu que deux hommes blancs (sur le stand d’une prétendue organisation humanitaire musulmane), et guère plus de femmes blanches, ce qui le pousse à penser que les histoires ressassées par des médias islamophiles sur la « conversion » de Français de souche à l’islam sont très exagérées, et relèvent d’une propagande grossière fabriquée par les musulmans et relayée par des journalistes crédules et dénués de déontologie.

La langue

Des sons qui n’existent pas en français retentissent autour de l’enquêteur, dans toutes les directions – car, dans ce Salon, la langue dominante est l’arabe, à tel point que même les enfants qui distribuent des prospectus s’adressent à l’enquêteur dans cette langue, débutant par un « As-salam aleïkoum » (formule hypocrite signifiant : « Que la paix soit avec vous »).
Une preuve de plus de la volonté de non-intégration, et donc de rejet de la France, qui règne dans ce Salon : car la première étape d’une intégration dans un pays passe par l’apprentissage de la langue de ce pays.

Un Salon de séparation d’avec la France

L’UOIF est sensée être l’Union des Organisations Islamiques « de France », mais ce que ce Salon révèle à l’enquêteur, de façon flagrante, c’est qu’il s’agit d’un Salon de séparation d’avec la France, et non d’adhésion à la France. Car les musulmans qui sont venus dans ce Salon y trouvent la confirmation voire le renforcement de leur intégrisme, et non des raisons d’aimer et de respecter la France, qui leur accorde pourtant avec magnanimité l’autorisation d’organiser ce salon sur son territoire.
Même pour un enquêteur chevronné comme Maxime Lépante, habitué à se mêler incognito à toutes sortes de groupes, l’atmosphère est pesante, oppressante, glauque, voire cauchemardesque : ces groupes de femmes voilées sorties du plus arriéré moyen-âge (déféminisées, désexualisées, enlaidies le plus possible), ces visages butés entr’aperçus dans les entrebâillement des tissus, ces barbus aux airs revêches, ces non-barbus guère plus souriants, ces paroles et ces cris majoritairement en arabe, tout cet intégrisme en action, voilà qui finirait par donner la nausée à bien des gens.
Est-ce cela, la France que nos dirigeants politiques veulent, eux qui laissent l’islam se développer massivement en France ? Est-ce une France transformée en région sous-développée du Tiers-Monde, et soumise à l’obscurantisme d’une religion médiévale, dont rêvent nos dirigeants, eux qui continuent à laisser entrer sur notre territoire des masses de musulmans intégristes, dont le but à peine caché est de conquérir notre pays et de le détruire pour le remplacer par un « califat », c’est-à-dire par une dictature musulmane ?
Combien de temps faudra-t-il avant que les dirigeants de la France mettent enfin le holà à cette invasion d’un nouveau type ?
Maxime Lépante
(1) Le nom exact du Salon de l’UOIF était : 27ème Rencontre Annuelle des Musulmans de France.
(2) Organisation voyage pour la 27ème rencontre annuelle des musulmans de France
27eme-rencontre-annuelle-des-musulmans-de-france/
(3) Rencontre avec une résistante dans l’enclave musulmane du Bourget
Rencontre-avec-une-resistante-dans.html
(4) Rappelons que les pays musulmans sont ceux qui consacrent le moins d’argent à l’aide humanitaire. Par exemple, dans une brochure vantant les mérites de leur pétro-dictature, les Émirats Arabes Unis se targuent de consacrer chaque année 500.000 dollars à l’aide humanitaire, c’est-à-dire une broutille pour un pays dont le PIB frise les 200 milliards de dollars !
(5) Car, de même que les musulmans intégristes ont pour but de prendre le contrôle de la terre des Juifs, ils ont aussi pour but de prendre le contrôle des pays européens (et leurs perpétuelles revendications – voiles, nourriture halal, piscines, cimetières, mosquées, etc. – n’en sont que le prodrome), afin d’instaurer, à l’échelon mondial, le califat musulman dont ils rêvent depuis l’invention de leur religion par Mahomet.




Vidéo : Le 27e Salon de l'UOIF comme si vous y étiez

En mission top-secrète pour Riposte Laïque, Maxime Lépante, déguisé tel un agent secret chevronné, s’est glissé subrepticement dans le 27e Salon de l’UOIF, et y a tourné une vidéo, en ce lundi 5 avril 2010.
Vous ne vous êtes pas rendu au Salon de l’UOIF pendant le week-end pascal ? Vous avez eu raison ! Voici ce à quoi vous avez échappé…
Attention : risques de nausée !
J’ai infiltré le Salon de l’UOIF [5:19]

http://www.youtube.com/watch?v=aV_hpvHV6Os
Le Salon de l’UOIF, c’est ça : des masses d’intégristes qui affirment clairement, par leurs tenues, qu’ils refusent toute intégration.
Maxime Lépante




Rencontre avec une résistante dans l'enclave musulmane du Bourget

En ce lundi 5 avril, après s’être restauré tant bien que mal dans l’enclave musulmane du Bourget (1), l’enquêteur pénètre dans une librairie sise près du carrefour de l’avenue Jean-Jaurès et de l’avenue de la Division-Leclerc, et y rencontre la dernière Française « de souche » du quartier, une femme courageuse et héroïque, qui résiste vaillamment telle un petit village gaulois à elle toute seule : Marie-Neige Sardin.
Marie-Neige Sardin est la dernière non-musulmane dans son immeuble, et même dans tout ce quartier. Depuis 1978, elle dirige cette librairie, et, depuis cette époque, elle a vu de nombreuses familles de Bourgetins déménager, quitter cette ville et émigrer vers une vie meilleure, souvent dans le Sud-Ouest.
Sa boutique est un îlot de culture française dans l’enclave musulmane du Bourget, îlot que visitent chaque semaine les derniers Français « de souche » de la région, parcourant souvent plusieurs kilomètres pour s’y rendre. Ces clients, eux aussi soumis à la pression permanente de l’islamisation et de la défrancisation qui fait rage dans cette ville, lui achètent, en plus de la presse habituelle, des figurines de croisés en armure d’une quarantaine de centimètres de haut, des petits tasers à 45 euros, et des modèles réduits d’avions militaires utilisés par les Alliés lors de la Deuxième Guerre Mondiale.
En divers endroit de cette librairie, l’enquêteur aperçoit des images de la Vierge, des chapelets et des petites croix qu’elle a disposés pour bien faire comprendre aux clients qu’elle est chrétienne et non musulmane, ce qui semble être un objet de scandale pour un nombre non négligeable d’immigrés musulmans installés au Bourget.
En souriant, Marie-Neige confie à l’enquêteur qu’afin d’afficher son identité, que les bien-pensants médiateux et politicards lui dénient (comme ils la dénient à tous les Français, sommés par ces néo-racistes de renier leurs racines et l’Histoire de leur pays), elle met parfois de la musique militaire française pour faire fuir les anti-Français qui pénètrent dans sa boutique.
Avec un grand courage, malgré les menaces, malgré les innombrables agressions (plus d’une vingtaine, dont des braquages, un viol, une brûlure à l’acide, une séquestration avec violences aggravées), malgré l’inaction délibérée des autorités qui semblent avoir décidé de l’abandonner à son sort (le maire du Bourget, M. Vincent Capo-Canellas, persiste à ne prendre aucune mesure pour la faire protéger, et la justice française se refuse à faire condamner ses agresseurs…), Marie-Neige Sardin s’obstine à demeurer dans ce quartier islamisé, dernier vestige à elle seule d’une France en voie de disparition… (2) (3)
Nous ne saurions trop vous recommander la lecture des textes de Marie-Neige Sardin publiés par Riposte Laïque depuis deux ans, qui décrivent de façon frappante et bouleversante la situation dramatique qui prévaut dans ce quartier, et son existence de résistante française dans un environnement devenu hostile. (4)
N’hésitez pas à envoyer vos messages de soutien à cette courageuse résistante française, sur son blog :
[http://le-bourget.over-blog.com/->http://le-bourget.over-blog.com/]
Maxime Lépante
(1) Voir le premier épisode de cette visite au Bourget :
Voyage dans la France musulmane : troisième étape, Le Bourget (93)
[http://www.ripostelaique.com/Voyage-dans-la-France-musulmane,4069.html->http://www.ripostelaique.com/Voyage-dans-la-France-musulmane,4069.html
(2) Sur son blog, Marie-Neige Sardin raconte « en direct » l’existence qui est la sienne dans cette enclave musulmane qu’est devenue Le Bourget :
[http://le-bourget.over-blog.com/->http://le-bourget.over-blog.com/]
(3) Marie-Neige Sardin est une sympathisante active de Riposte Laïque. À l’occasion du 27e Salon de l’UOIF, qui avait lieu du 2 au 5 avril 2010 dans le Parc des Expositions Paris-Le Bourget, elle a tourné une vidéo montrant des musulmans passant par la gare RER du Bourget pour s’y rendre. Cette vidéo vient de lui valoir des insultes et des menaces par messagerie électronique et par téléphone :
Joyeuses Pâques musulmanes au Bourget
[http://www.youtube.com/watch?v=IJad7VJMxXE->http://www.youtube.com/watch?v=IJad7VJMxXE]
Avec l’accord de Marie-Neige Sardin, l’auteur a remonté ces images pour en fournir une version plus courte, disponible sur la chaîne YouTube de Riposte Laïque :
Intégristes musulmans au Bourget pour le 27e Salon de l’UOIF [2:06]
[http://www.youtube.com/watch?v=pqHJRUOxNiQ->http://www.youtube.com/watch?v=pqHJRUOxNiQ]
(4) Je suis libraire au Bourget, et voilà ce que je subis depuis 2004
http://www.ripostelaique.com/Je-suis-libraire-au-Bourget-93-et.html
Je suis libraire au Bourget (suite)
[http://www.ripostelaique.com/Je-suis-libraire-au-Bourget-suite.html->http://www.ripostelaique.com/Je-suis-libraire-au-Bourget-suite.html
Au nom d’une liberté, prénommée France !
[http://www.ripostelaique.com/Au-nom-d-une-liberte-prenommee.html->http://www.ripostelaique.com/Au-nom-d-une-liberte-prenommee.html
Que devient la libraire du Bourget ?
[http://www.ripostelaique.com/Que-devient-la-libraire-du-Bourget.html->http://www.ripostelaique.com/Que-devient-la-libraire-du-Bourget.html
Libraire au Bourget, victime d’agressions fréquentes, mes plaintes sont régulièrement classées sans suite…
[http://www.ripostelaique.com/Libraire-au-Bourget-victime-d.html->http://www.ripostelaique.com/Libraire-au-Bourget-victime-d.html
Témoignage : La vie quotidienne d’une libraire dans l’enclave musulmane du Bourget
[http://www.ripostelaique.com/Quelques-anecdotes-du-quotidien-d.html->http://www.ripostelaique.com/Quelques-anecdotes-du-quotidien-d.html