Pain au chocolat : quelques rappels aux pleureuses hypocrites du CFCM

Le pain au chocolat de Copé n’en finit plus de lui rester sur l’estomac !

Entre Borloo qui réfute l’existence d’un racisme anti pain au chocolat blanc, Julien Dray qui s’interroge sur la préférence de certains pour le croissant, lesquels pourraient se sentir stigmatisés et victimes des méchants mangeurs de viennoiseries chocolatées, et N. Kosciusko-Morizet qui veut bien reconnaître que certains pains au chocolat peuvent effectivement poser problème mais qu’il serait plus prudent de ne pas en parler parce que, selon elle, les abus de certains d’entre eux ne seraient que marginaux, notre viennoiserie préférée fait décidément couler beaucoup d’encre.

Eric Ciotti, pour sa part, avoue préférer le chocolat fort en goût plutôt que fort en gueule, alors que Baroin admet craindre une altération de leur fraîcheur, déclarant certains petits pains « toxiques » et « dangereux ». Ne manquant pas d’une certaine audace créatrice, Juppé propose carrément de placer les barres de chocolat dans une autre direction, alors que notre grand psychanalyste Douillet diagnostique une pathologie moisie de M. Copé qui lui viendrait, selon lui, de sa « jeunesse mal maîtrisée », tandis qu’Ayrault préfère balayer tous ces propos nauséabonds en appelant au rassemblement national autour du pain au chocolat. Dans une grande envolée patriotique, Estrosi réclame le droit inaliénable au pain au chocolat pour tous les enfants de France, et enfin Jean-Christophe Lagarde envisagerait même de créer un parti pour lutter contre ce genre de dérives cacaotées et nauséabondes.

Seule contre tous, Nadine Morano en réclame avec ardeur, se souvenant avec une émotion toute proustienne d’un petit pain qu’elle aurait connu il y a quelques années.

On le voit, le pain au chocolat est LE sujet du moment, suite à cette phrase de Jean-François Copé se rappelant soudainement et fort à propos que des Français non désireux de subir la charia ont eux aussi le droit de vote : « Il est des quartiers où je peux comprendre l’exaspération de certains de nos compatriotes, père ou mère de famille rentrant du travail le soir, apprenant que leur fils s’est fait arracher son pain au chocolat par des voyous qui lui expliquent qu’on ne mange pas pendant le ramadan ».

Et comme si cela ne suffisait pas, le CFCM, qui n’en rate jamais une pour pleurnicher, a décidé de porter plainte contre JF Copé pour diffamation envers les « Français de confession musulmane »… Les étrangers de confession musulmane apprécieront sans doute de n’avoir pas été conviés à pleurer avec les autres.

Le CFCM dénonce les atteintes à la dignité et à l’honneur (aaah, le fameux « honneur » en islam… celui qui permet de violer, de tuer… mais religieusement, cela va de soi), il dénonce l’islamophobie, il dénonce, il dénonce, il dénonce… Les heures les plus sombres de notre Histoire sont à notre porte et la délation a encore de beaux jours devant elle.

En 2011 déjà, Xavier Lemoine, maire de Montfermeil évoquait le flicage pratiqué sur les musulmans par d’autres musulmans durant le mois du jeûne, afin de vérifier qu’ils respectaient bien l’interdiction de ne pas manger, en plus de la surveillance des poubelles le reste de l’année pour vérifier qu’elles ne contenaient pas de traces de porc. Si les espions de l’islam en trouvaient, ils dénonçaient les coupables.

Dans la vidéo ci-dessous, il affirmait l’impossibilité pour les élèves non musulmans (et donc ultra minoritaires dans de nombreuses écoles en France, notamment dans le 93) de consommer leur goûter durant cette période, sous peine de se le faire… piétiner ! M. Copé n’invente donc rien avec son histoire de pain au chocolat, cela existe bel et bien et c’est bien ça qui est gravissime et intolérable.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xu7hdm_xavier-lemoine-parlait-en-2011-des-gouters-pietines-par-les-musulmans-pendant-ramadan-version-courte_news[/dailymotion]

L’odieux islam n’a pas à imposer sa dictature à nos enfants ! Le monstrueux islam n’a pas le droit de stigmatiser nos enfants qui goûtent pendant une période qui n’a rien de sacrée dans nos contrées ! L’islam devient hors-la-loi dès lors qu’il sort de la sphère privée ! VOTRE CHARIA, MONSIEUR MOUSSAOUI, ON N’EN VEUT PAS !!!

Vous voulez appliquer vos préceptes et ne voulez plus vous sentir « stiiiiigmatiséééés » ? Et bien cassez-vous dans l’un des 57 pays islamiques pratiquant votre chère charia et cessez une fois pour toutes de venir nous emmerder ici avec votre idéologie totalitaire arriérée !!!

Pour en revenir à M. Copé, on aurait presque envie de lui dire que se faire arracher son pain au chocolat est finalement un moindre mal quand on voit qu’à Marseille, cet été, un restaurateur d’origine égyptienne – et non musulman de surcroit – s’est carrément fait frapper pour non respect du ramadan et qu’il a dû être hospitalisé. Dignité, honneur et stigmatisation Monsieur Moussaoui ?

A Brest en août dernier, une jeune fille a été tabassée à coups de poings et de balai par son oncle lors d’une fête parce qu’elle n’avait pas respecté le jeûne, les policiers ayant dû la mettre en sécurité dans un hôtel. Dignité, honneur et stigmatisation Monsieur Moussaoui ?

Au mois de juillet dans l’Aveyron cette fois, c’est une jeune femme originaire du Maroc qui s’est fait insulter puis rouer de coups à deux reprises par sept types lui reprochant d’être « une mauvaise musulmane » et d’être « la honte de l’islam » parce qu’elle avait osé faire la fête durant le mois sacré du ramadan. Dignité, honneur et stigmatisation Monsieur Moussaoui ?

Un Franco-Sénégalais s’est fait tabasser à Lyon en 2010 pour avoir bu un café ? Dignité, honneur et stigmatisation Monsieur Moussaoui ?

Et Mohammed Monzur Rahman, à Londres en 2011, frappé pour avoir fumé ? Dignité, honneur et stigmatisation Monsieur Moussaoui ?

En septembre 2009 c’est rue Alphonse Krienzler, dans le quartier des Coteaux à Mulhouse, que trois Yougoslaves qui buvaient une bière à une terrasse de café se sont fait agresser par deux musulmans irrespectueux de nos libertés qui les ont molestés « c’est ramadan, en buvant vous manquez de respect aux gens qui font le ramadan« . La situation s’envenimant, d’autres frères musulmans (dont l’un était déjà recherché) sont arrivés pour soutenir leurs coreligionnaires agresseurs des malheureux Yougoslaves, et ont frappé ces derniers à la tête à coups de battes de base-ball… Dignité, honneur et stigmatisation Monsieur Moussaoui ?

En 2010 à Fontaine-sur-Saône, c’est un garçon de 13 ans qui, simplement parce qu’il avait une sucette dans la bouche, a été battu à coups de pierres sur la tête alors qu’il n’était pas musulman. Il est tombé sans connaissance. Dignité, honneur et stigmatisation Monsieur Moussaoui ?

En Norvège en 2011, c’est Ali, un Afghan converti au christianisme qui là encore a été sauvagement tabassé et ébouillanté par des musulmans dans le foyer où il réside. S’il est renvoyé chez lui il risque la peine de mort par lapidation. Dignité, honneur et stigmatisation Monsieur Moussaoui ?

En 2011 toujours, en Belgique cette fois c’est un couple mixte, lui est belge et sa compagne marocaine. Elle raconte : « Ils m’ont traitée de salope, ils m’ont dit que c’était honteux de ma part d’être avec un Belge. Ils m’ont reproché de ne pas faire le ramadan. Mon mari se trouvait à mes côtés, mais il ne comprenait pas ce qu’ils disaient. Je leur ai répondu que c’est eux qui devraient avoir honte d’insulter les gens en plein ramadan et je leur ai demandé poliment de se calmer. Ils n’ont pas supporté. Ils nous ont alors suivis en rue tout en nous hurlant des insultes. Nous avons continué à marcher pour ne pas leur montrer l’endroit où on habite. Ils ont alors disparu et au moment où nous sommes rentrés chez nous, trente secondes plus tard, trois jeunes ont défoncé la porte de notre immeuble. L’un d’eux m’a giflée et m’a dit qu’il allait m’éduquer. Un autre m’a dit qu’il reviendrait nous frapper une fois qu’il serait l’heure de la rupture du jeûne. Ils ont alors arraché l’extincteur du couloir et voulaient nous frapper avec au moment où, heureusement, notre voisin nous a sauvés en sortant de son appartement. Ils ont alors pris la fuite ». Dignité, honneur et stigmatisation Monsieur Moussaoui ?

En Indonésie, doux pays musulman, ce sont des raids qui sont organisés à coups de sabre pour punir comme il se doit les fêtards qui s’amusent dans des lieux « impies ». Dignité, honneur et stigmatisation Monsieur Moussaoui ?

Au Maroc, doux pays musulman, l’article 222 du code pénal stipule que « tout individu notoirement connu pour son appartenance à l’Islam qui rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le Ramadan est passible de un à six mois d’emprisonnement et d’une amende ». La vérification est faite sur la base des prénoms puisqu’il est strictement interdit à tout musulman de donner un prénom non étiqueté « islam » sous peine de fatwa (condamnation à mort). Dignité, honneur et stigmatisation Monsieur Moussaoui ?

A Boumerdès en Algérie, doux pays musulman, la police se charge de remettre dans le droit chemin les non jeûneurs et les fumeurs. Ainsi en 2010, trois hommes ont été placés en détention pour avoir osé fumer durant le sacré mois du ramadan, tandis qu’à Tizi Ouzou c’était un malheureux surpris en train de boire de l’eau. Un Algérien avait même été condamné à deux ans de prison ferme et 100 000 dinars d’amende pour avoir osé manger, et deux chrétiens kabyles ont eux été condamnés à trois ans de prison ferme. Dignité, honneur et stigmatisation Monsieur Moussaoui ?

Le monde entier est rempli de gens qui se font frapper pour non respect du ramadan en raison de préceptes vieux de 1 400 ans dont la quête de spiritualité qu’ils sont censés contenir est désespérément absente. Le ramadan n’est certainement pas le mois de la purification, c’est le mois de la violence, de l’agressivité, de l’hypocrisie dans tout ce que ces négativités ont de dangereux et néfastes pour la société.

Dans nos pays occidentaux non encore complètement soumis à la charia, ces violences et ces interdictions divines n’ont pas lieu d’être et doivent être condamnées avec la plus grande fermeté.

Alors M. Moussaoui avec son CFCM, au lieu de coller une plainte sur le dos de M. Copé, ferait mieux d’apprendre à ses sbires islamistes que les lois de la République sont les seules en vigueur dans ce pays et que l’islam n’a pas à faire sa loi dans nos contrées, même si c’est le ramadan, et que les violences avérées perpétrées contre des personnes – musulmanes ou non -, et les piétinements de goûters de nos enfants par des petits djihadistes en herbe endoctrinés par des parents irresponsables sont inacceptables.

J’invite les musulmans désireux de vivre la laïcité que la France leur offre, de s’affranchir de la chape sociétale et familiale islamique qui les opprime et de rendre compte, à la société ignorante ou indifférente, de la pression à laquelle ils sont soumis.

Ici, c’est la démocratie, ici vous devez avoir le droit de manger pendant le ramadan sans vous cacher si vous le souhaitez. Ici vous avez le droit de fumer, de boire et de faire la fête pendant le ramadan sans vous faire insulter ou tabasser. Ici, les femmes ne doivent pas être contraintes de se cacher de ces hommes, si opprimés par leur idéologie qu’ils ne peuvent les regarder tête nue sans penser aussitôt à les violer.

Charge à la République et à ses dirigeants – pour l’instant gravement émasculés – de vous garantir cette sécurité et cette liberté, et de punir avec la plus grande fermeté ceux qui prétendraient vous en empêcher !

Désireux de montrer une jolie image séduisante d’amour, de tolérance et de paix à ceux qui ignorent encore tout de leur idéologie, des musulmans ont décidé (avec humour) de distribuer des pains au chocolat ce mercredi à la gare St Lazare (http://www.ajib.fr/2012/10/operation-pains-auchocolat/). Dommage que je n’ai pas eu vent de cette opération plus tôt, je leur aurais demandé ce qu’ils pensaient des « égorgez les juifs ! » clamés avec ardeur sur les Champs-Elysées…

Mais la vraie bonne idée serait qu’ils renouvellent l’opération durant le prochain ramadan, ce qui leur permettrait de tester leur capacité à la bienveillance envers autrui, ainsi que leur volonté de ne pas céder à l’agressivité propre à cette période exhibée pourtant comme étant… spirituelle. Amine.

Et puisque mon petit camarade Alain Dubos me souffle cette phrase de Marie-Antoinette, si les pleurnicheuses hypocrites du CFCM n’aiment pas les pains au chocolat, « qu’on leur donne des pains aux raisins !! ».

 Caroline Alamachère

image_pdf
0
0