Pandémie : la faillite de la haute administration française

34e jour de confinement.
J’ai commencé ma journée en écoutant Nel blu dipinto di blu sur de magnifiques images de l’Italie. Une vidéo envoyée par une amie calédonienne.

Notre emprisonnement moyenâgeux est le symbole de la faillite de la haute administration française. Cet État profond empêtré dans ses dérives néo-libérales, ces dirigeants faisant l’apologie de la réforme, du mouvement, de l’économie, ont manipulé, jusque-là, les citoyens avec un certain succès.
Pourtant, ces derniers mois, les révoltes n’ont pas manqué. Les Gilets jaunes, les « blouses blanches », les pompiers, les policiers ont battu le pavé sans convaincre la majorité des Français qui les ont soutenus comme la corde soutient le pendu.

Cela changera-t-il lorsque nous sortirons de la stase du confinement ?

La haute administration a aujourd’hui une allégorie : Christophe Lannelongue, ex-directeur de l’ARS (Agence régionale de santé) du Grand Est. L’homme qui, s’étant confiné hors du champ de bataille, osa annoncer que le plan de destruction de l’hôpital (en l’occurrence celui de Nancy) gardait sa trajectoire.

À travers Lannelongue, la France malade du virus chinois laisse apparaître son visage le plus laid, celui d’un pays gouverné par une haute administration qui a transformé l’Hexagone en Titanic ivre face à l’épidémie venue de Chine. Une haute administration sclérosée incapable de s’adapter à l’urgence.
Macron et son gouvernement font parfois semblant – du moins quand ils ne se défaussent pas sur un quelconque comité Théodule d’experts – de prendre des décisions. En réalité, depuis des semaines, il n’y a personne à la tête du pays, aucun cap donné. Les figurants paraissent vivants, ils ne sont que des pantins remplis de paille.

L’administration française a un air de lapin myxomateux pris dans les phares d’un camion chinois.
Ses directives ont mis en charpie nos systèmes de santé, d’éducation, de défense, de retraite ; ses options libérales ont abouti à emprisonner nos aînés dans des mouroirs baptisés Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ; sa philosophie économique a remplacé le temps de travail réel des infirmières, des médecins, des enseignants, des militaires par des tableaux Excel à remplir, des recherches pour optimiser l’utilisation d’une feuille de papier et d’un stylo à bille ; ses partis-pris ont interdit de prévoir parce qu’il ne fallait pas stocker – la philosophe Barbara Stiegler parle « de phobie irrationnelle des stocks » – ne pas laisser des lits inoccupés dans les hôpitaux, pas de masques ni de médicament (ils viendraient de Chine au premier appel). Les audits à répétition ont remplacé le temps long de la formation à un métier, la vocation a disparu derrière la précarité. Le néo-libéralisme n’apprécie que les êtres adaptables ou jetables.
La haute administration bien relayée par ses petits chefs de service a organisé la pénurie en la faisant passer pour le progrès.

« La pénurie n’est pas involontaire, elle a été sciemment orchestrée par les dirigeants des entreprises pour s’adapter à la compétition mondiale », dit Barbara Stiegler.

Mais cette pénurie est encore plus terrible quand elle concerne la vie quotidienne des Français. La santé, l’éducation, la défense ne sont pas des entreprises, ne peuvent pas faire des bénéfices.

« Il faut s’adapter » a été pendant des décennies le leitmotiv des bureaucrates qui, s’ils avaient changé d’apparence, n’en étaient pas moins toujours aussi tatillons et invasifs, incompétents et bornés. Ces hommes et femmes ne dépareilleraient pas dans un État totalitaire.

La pandémie nous montre que l’apologie du flux permanent, du liquide, de la performance sont des idioties criminelles. La start-up nation est en guerre contre la Nation.
Le camp du Mouvement est le camp du Mal.
La manière dont la haute administration a géré la crise du virus chinois nous laisse craindre le pire si elle devait faire face à d’autres imprévus comme un soulèvement muzz de grande ampleur.
Crainte d’un futur de soumis. Espérance en l’homme révolté.
Saurons-nous choisir et reprendre nos destins en main ?

Marcus Graven

image_pdf
0
0

10 Commentaires

  1. Ils en sont restés à la méthode KANBAN d’il y a 50 ans… et qui n’a jamais fonctionné.

  2. « La santé, l’éducation, la défense ne sont pas des entreprises, ne peuvent pas faire des bénéfices. »
    Sauf que certains hauts-fonctionnaires ont décidé que si, d’où la déflation permanente du service public en effectif et en matériel.
    Et ça ne date pas d’aujourd’hui (voir LOLF et RGPP).

  3. Sans compter que l’administration haute ou pas est gangrenée par des muzz, et des bobosocialos, Police, gendarmerie, armée corps préfectoral, impôts, éducation nationale, justice, sécurité sociale etc etc….Le grand remplacement est une évidence il a été orchestré par une élite mondialiste revancharde des faits qui on été commis en 40, mais surtout obnubilée par l’idée d’installer une gouvernance mondiale. L’invasion musulmane est un moyen pour accélérer le processus du chaos (entre autres). Le peuple français aura du mal à reprendre son destin en main!

    • je suis bien d’accord avec vous sur la mentalité des hauts fonctionnaires ; il faut être ouvert, tolérant, dire les choses de manière édulcorée, ; il ne faut surtout pas avoir des discours directs et francs ; c’est une question de style il convient de se différencier des extrêmes

  4. la pénurie … mais ils continuent à commander tout en chine, les usines qui fabriquaient des masques en france n’ont pas reçu beaucoup de commande, une pétition la semaine dernière d’une ouvrière au chomage en bretagne l’attestait

  5. Ce confinement de malheur est fait pour imposer une baisse du niveau de vie des français et les mettre en compétition avec les fournées de clandestins. Plus besoin de faire fabriquer à l’estranger par les « mechants » chinois puisque nous devenons le tiers monde.

  6. 40 ans d’ENRICHISSEMENT muzz et afwicain, soit environ 16 millions de prix NOBEL en puissance, un jour ou l’autre quand même il faut payer le prix de ces diamants.. Je pense que ce jour est proche, tant mieux. Comment la fRance va-t-elle continuer à payer les allocs de tout ce petit monde sans rentrée fiscale..elle va demander à Ursula (3615 Ulla pour les intimes).. Mais les putes, ça se paye , et l’UErss en est une grosse..

    Le pire c’est que nous sommes encore une puissance nucléaire, et là ça craint, faut qu’on refile nos ASMP, nos SNLE et notre siège à l’ONU à Merkel, faute de mieux. Un débile comme micron au bouton, ça fait vraiment peur.. et quand Mouchammerde prendra le pouvoir dans 7 ans encore plus ! (référence à Houellebecq « Soumission » évidemment)

  7. Oui, c’est un peu triste tout ça.. mais il fallait quand même qu’un jour ça se voie, cette crise du virus a fait « peut-être » ouvrir les yeux à « certains » français (sans F)

    Philippe a enfin reconnu que la fRance faisait partie du tiers monde.

    Bah c’est sûr qu’en important 450000 parasites par an pendant 40 ans
    on commence aussi à ressembler au monde afwicain. incapable de quoique ce soit.

    Plussss +++d’un mois après commande pour NE PAS ENCORE disposer des masques !! BRAVO !

    Quand je passe commande, elle arrive deux jours après

    Nous avons vraiment un état pourri de toute part avec pourtant

    le taux de fonctionnaires le plus important du monde

    Et encore heureux que ce soit « les meilleurs du monde » car qu’en serait-il sinon ?

    Aux Guignols il y a 30 ans Jospin disait « PAYS DE MERDE » !

    • Si, si ! Les commandes ont été passées. Le hic, c’est qu’il faut au moins 80 signatures de services « responsables ». Supprimez les intermédiaires et ça ira beaucoup mieux. En pleine épidémie, c’est le circuit court qui devrait avoir force de loi : État –> Bercy –> Entreprise.

      • +10000000000000000000000000000
        Mais les intermédiaires parasites vont faire la gueule (mdr)

Les commentaires sont fermés.