Panique à Bruxelles : les Polonais entendent rester maîtres chez eux

Publié le 9 octobre 2021 - par - 93 commentaires - 3 075 vues
Traduire la page en :

Le président polonais, Andrzej Duda, lors d’une conférence de presse le 20 décembre 2017, à Varsovie. PHOTO / GRZEGOR BANASZAK / CROWDSPARK

Varsovie défie Bruxelles. Panique chez les ayatollahs de l’UE

Jeudi 7 octobre 2021, le Tribunal constitutionnel polonais a tranché : le droit communautaire ne peut en aucun cas se substituer à la loi fondamentale du pays. Trop de textes sont contraires au droit polonais.

“Le Tribunal constitutionnel a reconnu que la tentative d’ingérence de la CJUE dans le système judiciaire polonais remet en cause les principes de l’État de droit, de la primauté de la Constitution polonaise ainsi que le principe de sauvegarde de la souveraineté dans le processus d’intégration européenne”, a déclaré la présidente de la plus haute instance juridique de la Pologne.

La Pologne se déclare un “État souverain et démocratique qui ne saurait perdre sa souveraineté juridique”.

Aussitôt, les plus alarmistes voient dans cette sortie juridique de l’UE, les prémices à un futur Polexit à l’anglaise.

https://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2022/article/2021/10/08/soutien-gravissime-logique-reactions-en-cascade-apres-la-decision-de-la-pologne-de-contester-la-primaute-du-droit-europeen_6097645_6059010.html

Bien entendu, c’est un soutien inconditionnel à Varsovie du côté des souverainistes gaulois.

De Zemmour à Marine, en passant par Poisson, Montebourg, Dupont-Aignan et quelques autres, on applaudit.

Pour Éric Zemmour : « Il est temps de rendre au droit français sa primauté sur le droit européen. La Commission européenne mène un violent assaut juridique contre les peuples qui refusent sa ligne idéologique. Il est urgent que la France rejoigne ces nations dans leur combat pour la liberté »

Pour Marine « En affirmant la primauté de son droit constitutionnel sur la législation européenne, la Pologne exerce son droit légitime et inaliénable à la souveraineté… la Pologne est venue rappeler à une Union européenne tentée par l’établissement d’une dictature jacobine que chaque peuple est fondé à définir ses lois »

Pour Dupont-Aignan : « À peine les Polonais affirment-ils leur souveraineté que Clément Beaune menace de sanctions financières. Honteux chantage au plan de relance qui révèle la nature de ces petits agents de l’UE : des ennemis de la démocratie qui servent leur machin supranational contre les peuples »

Pour Montebourg : « Le retour de la souveraineté de la France passera par la supériorité de la loi française sur les décisions européennes » « Les intrusions permanentes de la Commission européenne dans nos choix sont devenues inacceptables », dénonçant « la destruction méthodique par Bruxelles de nos services publics nationaux, l’explosion des prix de l’énergie, ou l’organisation inadmissible du dumping social à domicile par la directive des travailleurs détachés »

Pour Julien Aubert : «  La décision de la Pologne est  “logique”. Elle vient du fait qu’on a, depuis Mitterrand et dans le dos des peuples, transformé l’objet de l’UE, d’une coopération d’États nations à un super État fédéral. Combien de “xit” [en référence au Brexit] faudra-t-il pour revenir à sa vocation originelle ? »

Et Poisson n’est pas en reste :

https://www.youtube.com/watch?v=TsBUa2suPo0

Évidemment, du côté de Bruxelles et de ses valets, c’est la consternation et la colère.

Le chantage devient l’arme fatale. Ursula Von der Leyen menace de bloquer les fonds du plan de relance européen. 53 milliards dont 23 de subventions et 30 milliards de prêts.

Pour le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères “Le gouvernement polonais joue avec le feu”.

Son homologue allemand enfonce le clou. “Quand on décide d’adhérer à l’UE, on en respecte les règles”.

Côté français, “C’est gravissime… cela s’inscrit dans une longue liste de provocations envers l’UE” assène Clément Beaune, le ministre des Affaires européennes.

Ce qui gêne les dictateurs de Bruxelles, c’est la mise au grand jour par la Pologne des intolérables méthodes antidémocratiques de Bruxelles.

Les Polonais viennent de signifier à l’UE et ses valets qu’ils faisaient le choix de la démocratie au nom du peuple polonais, le choix de la nation de leurs ancêtres, en opposition frontale avec les dictateurs non élus de la Commission européenne, qui se comportent en despotes dans tous les domaines, sans jamais accorder le moindre intérêt aux peuples de l’Union.

Ce qui fait peur aux despotes de Bruxelles, c’est que tous les peuples décident de recouvrer leur souveraineté afin de décider eux-mêmes de leur propre avenir. Ce serait la dislocation totale de l’attelage bancal européen.

Le coup d’éclat légitime de Varsovie, c’est un appel au retour de la démocratie et de la nation.

C’est donc la remise en cause de tout l’édifice européen bâti sans l’avis des peuples. Après le Brexit, c’est un nouveau coup de semonce qui fait trembler l’échafaudage branlant de l’édifice européen.

On comprend donc que de Bruxelles à Berlin, en passant par Paris, la panique soit de mise. Un seul pilier qui lâche et tout peut s’écrouler.

Les dictateurs de l’UE, qui vivent aux crochets des peuples uniquement pour les asservir et donner libre cours à leurs délires mondialistes, seraient bien avisés de moins mépriser leurs sujets.

On a déjà renversé des rois pour moins que ça.

Jacques Guillemain 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi