Par hasard, ne serait-on pas en train de restaurer l'ancien régime ?

Combien de citoyens ont été interloqués du comportement du Président de la République Française lors de la venue du Pape en voyage privé en France ? Comment en est-on arrivé à ce stade de négation de notre laïcité ? Car, c’est franchement une restauration religieuse que souhaite notre Président : « le curé est plus apte que l’instituteur….. » C’est comme un coup de tonnerre qui nous surprendrait.
Peut-être pas ! Regardez l’évolution politique depuis 30 ans avec la « Pensée-Unique ». Pensée-Unique ??? Bizarre cette locution ! Quelle doctrine pouvait se cacher derrière cette appellation à odeur de marketing ? Grattez un peu, et vous découvrirez qu’il s’agit de la doctrine Monétariste, inventée par l’Ussanien Milton Friedman pour doper la notion de Liberté d’Entreprendre des USA, qui n’est rien d’autre qu’un ultralibéralisme. Avec ce Monétarisme, nous tombions dans le doctrinaire systématisé ; quelque chose comme l’antipode du collectivisme. Lors de son apparition, la droite française l’a fait sienne et n’a eu de cesse d’infiltrer le parti socialiste pour qu’il y adhère. Chose réussie en Mars 1983 par le très catholique Jacques Delors, qui plus est, s’est fait propulser à la Présidence de la Commission Européenne pour sacraliser cette doctrine par le traité de Maastricht. La Finance obtenait la Primauté absolue. Et ainsi, c’est toute l’Europe qui s’alignait sur les USA. La construction européenne et la mondialisation devenaient monétaristes sans s’en apercevoir, et c’est maintenant que nous en payons les conséquences.
La restauration du système où tout le pouvoir est concentré dans les mains d’une oligarchie, s’accompagne automatiquement d’une restauration de la religion. C’est ainsi depuis la nuit des temps. Les Pharaons ont été les premiers dans notre monde occidental à inventer la religion pour asseoir leur pouvoir absolu. Moïse, formé à la cour de Ramsès II, a tout simplement copié le procédé. La religion catholique qui est issue du judaïsme a fait de même : la religion d’état créée par Constantin au IVème siècle est liée au pouvoir temporel ; il en est un adjuvant. Au moment où la démocratie est réduite à un mythe par l’article 37 de la Révision de la Constitution de Juillet 2008*, n’est-il pas naturel que la restauration politique s’accompagne de la restauration religieuse. Toutes deux sont intimement liées. Pour tenir le peuple en dépendance, il faut lui donner du pain, des jeux et/ou de la religion.
Alors, que faire ? Il faut dénoncer les deux à la fois, et peut-être même commencer par dénoncer la restauration économique, c’est-à-dire le monétarisme. C’est la seule façon de rétablir la véritable démocratie qui doit couvrir autant le politique que l’économie. Et que deviendra la Finance alors ? Eh bien, nous découvrirons que la finance ne peut être que l’outil de fonctionnement du politique et de l’économie ; elle ne peut pas être une valeur en soi, et encore moins, avoir la Primauté. Quand le grand financier, Georges SOROS, vient nous dire sur France-Inter qu’il faut réguler la finance, quoi faire d’autre que de retirer à la finance la primauté que nous lui avons donnée et de la rendre au politique ? Dans le cadre de la mondialisation, ce n’est pas évident, mais il faudra bien y arriver. Qui aura le courage de le dire ?
Pierre Bellenger
Pierre.Bellenger@wanadoo.fr
* Le Président peut désormais dessaisir le parlement des sujets qui lui déplaisent.

image_pdf
0
0