1

Paris : 500 clandestins évacués, et Darmanin accuse… ses policiers !

L'association Utopia 56 a installé, lundi 23 novembre 2020, un camp de plusieurs dizaines de tentes sur la place de la République à Paris.

Quand ce ne sont pas les Tchétchènes qui rafalent un quartier de Dijon à coups de kalachnikov, ce sont des centaines de clandestins, des Afghans pour la plupart, qui montent  un campement sauvage au cœur de Paris.

https://francais.rt.com/france/81015-place-republique-forces-ordre-tentent-deloger-migrants-etabli-camp

Et que dit l’inénarrable Darmanin ? Que l’évacuation de ce campement illégal le choque ! Ce monsieur  veut sans doute encourager les 500 clandestins à s’installer définitivement !

Quand clandestins et leurs soutiens s’opposent à une évacuation en douceur, que préconise Darmanin ? Une solution miracle ou le laisser-faire ?

Que policiers et gendarmes plient bagages et on verra vite ce qu’en pensent les bobos du quartier…

Ce qu’attendent les associations, c’est l’épreuve de force et la bavure. Un grand classique qui paie toujours, avec des politiques aussi lâches que timorés.

Il n’y a jamais de bavure quand on obéit tout simplement aux injonctions d’un policier.

Gérald DARMANIN
@GDarmanin
Certaines images de la dispersion du campement illicite de migrants place de la République sont choquantes. Je viens de demander un rapport circonstancié sur la réalité des faits au préfet de police d’ici demain midi. Je prendrai des décisions dès sa réception.

Encore un ministre de l’Intérieur anti-flics, incapable de soutenir les forces de l’ordre républicaines, qui sont dans leur rôle en faisant respecter la loi. Ce pitoyable ministre n’aura pas fait illusion bien longtemps.

On sait de quel bord il est ! Les flics, éternels coupables !

Entre les clandestins hors-la-loi et les forces de police, ce sont ses propres troupes que le premier flic de France abandonne en les culpabilisant. Quelle bassesse, quelle trahison, quelle lâcheté ! Ce ministre est indigne de sa fonction.

Jamais un chef militaire ne trahirait ses propres troupes.

Un ministre de l’Intérieur qui prend parti pour les hors-la-loi contre les gendarmes et policiers qui font respecter l’ordre républicain, c’est tout simplement hallucinant !

https://twitter.com/GDarmanin/status/1331009117230686208

Qu’il démissionne et qu’il aille servir dans une association immigrationniste où il pourra s’épanouir en toute sérénité ! Pas besoin d’un traître place Beauvau !

Ce pays est véritablement en train de s’effondrer, avec le soutien des associations politisées à outrance, qui sévissent sous couvert d’humanitaire.

Qu’attend Macron pour en finir avec les subventions ruineuses, accordées à des associations qui enfreignent nos lois et agissent contre la République ?

Sans parler des politiques, des gens du spectacle, des avocats, des journalistes et autres bobos, toujours prêts à dénoncer les violences policières en défendant l’indéfendable.

Qui est hors-la-loi dans ce pays ? Les policiers ou les clandestins ? On se le demande.

Va-t-on accueillir encore des millions de migrants, alors que nous sommes ruinés, que le chômage explose et que l’insécurité se généralise dans tout le pays ?

Non, Monsieur Brossat, si 500 clandestins tentent un coup de force place de la République, ce n’est pas parce que l’État défaillant ne les loge pas.

Si ces clandestins sont là, c’est avant tout parce qu’ils sont entrés illégalement sur le territoire français et qu’ils sont (in)expulsables. N’inversons pas les causes du problème.

La vérité n’est pas celle que nous livrent les islamo-gauchistes de service, avec leurs éternels trémolos dans la voix pour soutenir les malheureux migrants.

Primo, ces migrants, ce sont avant tout des clandestins hors-la-loi qui n’ont pas leur place en France et doivent être reconduits à la frontière. Dans la plupart des pays du tiers-monde, ces clandestins seraient expulsés manu militari, avec un soutien massif de la population aux forces de police locales.

Secundo, ce sont des associations politisées, financées par nos impôts, qui enfreignent la loi délibérément. Coupons-leur les vivres.

Tertio, c’est l’immigration qui est devenue le défi majeur du pays, après 40 années d’aveuglement, de mensonges et de trahisons en tous genres.

À raison de 500 000 immigrés par an, légaux et clandestins, il faut s’attendre à un effondrement total du pays. Tout s’accélère et aucun politique ne pourra faire l’impasse sur le sujet qui devient un problème existentiel.

L’immigration, c’est aujourd’hui le cancer de la France que personne ne veut traiter, par peur d’être taxé de racisme et d’islamophobie.

Coût démentiel, insécurité exponentielle, islamisation conquérante, menace terroriste omniprésente, l’immigration n’en finit pas d’entraîner le pays par le fond.

Même les bobos immigrationnistes les plus acharnés commencent à ouvrir les yeux, mais c’est un peu tard.

Que pense la réalisatrice Jeanne Labrune de ce coup de force place de la République ?

Celle qui fait partie du « collectif des cinéastes pour les sans-papiers », et qui a milité pendant des années pour la régularisation des clandestins, vient de lancer une pétition « pour le rétablissement de l’état de droit à Barbès » ! On croit rêver.

Serait-ce le retour du boomerang qui lui apporte un soupçon de bon sens ?

https://www.valeursactuelles.com/societe/apres-des-films-et-des-appels-favorables-aux-clandestins-la-realisatrice-jeanne-labrune-denonce-lhorreur-de-barbes-125857

Il est vrai que pour un bobo bien-pensant, tant qu’on n’a pas de migrants sous sa fenêtre, le petit peuple franchouillard à l’esprit étroit peut très bien accepter les vicissitudes de la promiscuité. Mais tout change dès que ces mêmes migrants ont l’audace de venir s’installer dans les beaux quartiers.

Les Français doivent comprendre que leur pays part dans le tout-à- l’égout, avec la bénédiction de ses élites.

40 années de vote anti-FN et de diabolisation de JMLP ont eu raison d’une nation millénaire. Le face-à-face annoncé par Gérard Collomb ne devrait plus tarder.

Plus rien n’empêchera le naufrage identitaire et la confrontation violente entre communautés, car les lois européennes sont au-dessus des lois nationales et la CEDH ou la Cour de justice européenne nous interdisent de mener une politique de fermeté salvatrice.

De toute façon, à droite comme à gauche, courage et volonté politique font défaut.

En France, ce sont les associations immigrationnistes qui font la loi, assurées du soutien des instances européennes.

C’est donc le chaos racial que nous allons léguer aux générations futures, inutile de se bercer d’illusions.

Jacques Guillemain