1

Un musulman à couteau, « déséquilibré », agresse un « Sentinelle » à Paris : classique !

« Un homme armé d’un couteau a attaqué un militaire de l’opération Sentinelle, vendredi matin, à la station de métro Châtelet, à Paris. L’agression n’a pas fait de blessé. Le suspect a été maîtrisé par le soldat. »
(http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/paris/paris-militaire-operation-sentinelle-agresse-au-couteau-station-chatelet-1328237.html)

On serait presque tenté de dire : « La routine habituelle, quoi ! »
Sauf que je pense, entre autres, aux femmes de militaires en colère, que j’ai eu l’insigne honneur de rencontrer à l’occasion de leur rassemblement en août dernier, et que cette nouvelle ne fera que renforcer dans leur résolution d’agiter les pouvoirs publics afin qu’ils se décident enfin à prendre des mesures drastiques pour en finir avec cette plaie d’Égypte islamique !
Je disais la routine, ce n’est pas tout à fait le cas. En effet, les fidèles agités coraniques apprennent vite leurs leçons – pas celles, évidemment, qui les aideraient à trouver d’autres occupations qu’égorger les mécréants ! –, et ce séide d’Allah, heureusement maîtrisé sans faire de victime, aurait, selon LCI, déclaré, après son arrestation, qu’il prenait des médicaments.

Comme ça, l’enquête sera plus rapide : il a toutes les chances d’être classé déséquilibré, donc irresponsable de ses actes ! Minimum syndical : le parquet antiterroriste a tout de même été saisi.
Notons toutefois que l’intéressé « aurait tenu des propos faisant référence à Allah, a précisé une source policière. »
(http://www.sudouest.fr/2017/09/15/un-militaire-attaque-a-paris-par-un-homme-arme-d-un-couteau-pas-de-blesse-3778906-7.php)

Gageons que ladite référence n’était pas : « Allah vous aime tous ! »
Passé les félicitations d’usage de Florence Parly sur Europe 1 – « L’homme a été maîtrisé, c’est la preuve du professionnalisme et de l’efficacité des soldats de Sentinelle dans cette mission de protection » –, la question de la légitimité des décideurs politiques, qui laissent forces de l’ordre et militaires aller à la mort sans le droit de se défendre sans restriction, se pose. Combien de temps ces hommes et ces femmes vont-ils être assignés au rôle de boucliers passifs ? Car imaginez un instant que l’un des soldats présents ait ouvert le feu ! Dans ce cas, la horde antiraciste se serait déchaînée, dans l’attente d’une comparution devant un magistrat-Judas qui n’aurait pas manqué d’accabler ledit soldat.

La réponse doit être exclusivement répressive et surtout : impitoyable. Ces individus-là ne comprennent que le langage de la force, incapables d’assimiler les us et coutumes de la démocratie.

Et que fait Emmanuel MAcron pendant ce temps ?
« “Le Président de la République a dès ce matin immédiatement réuni autour de lui l’ensemble des spécialistes mobilisés sur ce sujet pour faire un point. Le parquet antiterroriste a été immédiatement saisi”, a déclaré Christophe Castaner lors d’un point-presse sur la signature des lois de moralisation de la vie politique, en présence de la ministre de la Justice Nicole Belloubet. »
(http://www.liberation.fr/france/2017/09/15/agression-d-un-militaire-de-sentinelle-a-paris-le-parquet-antiterroriste-saisi_1596511)

En essayant d’être le plus convenable possible, on s’en tape de vos résolutions, monsieur le président : présidez enfin et ordonnez d’abattre ces ennemis mortels de la France. Montrez-leur qu’il y a un chef au sommet de l’État et que ce chef entend éradiquer ce fléau par tous les moyens !
Vœu pieux, je sais…

Charles Demassieux