Paris : les fascistes antifas appellent à manifester contre « l’extrême droite »

Le 27 novembre les fascistes de la gauche appellent à une manifestation contre ce qu’ils nomment l’extrême droite. Ce discours témoigne d’une certaine panique, si ce n’est une panique certaine.

Lisons le charabia de cette « horde« , dans sa bouillie en écriture inclusive si exclusif. Tout le monde a pu le constater : ces dernières semaines, l’extrême-droite est à l’offensive. Des médias jusqu’au sommet de l’État, les propos racistes augmentent, d’autant plus avec le début de campagne du RN ou du potentiel candidat Zemmour.

La forme est habituelle est souligne que ces gens sont incapables de comprendre ce dont ils parlent. Dire que BFMTV, Radio France, LCI, serait à la botte de « l’extrême droite » ne peut que faire sourire. Idem pour la presse écrite, même si on peut excepter des journaux gauchistes comme Liberation ou Le Monde.

Incapables de comprendre le malaise des Français. Incapables de ressentir cette révolte Française de tous les patriotes de droite et de gauche dans leur ensemble qui, au-delà des divergences politiques, se sentent dépossédés de l’essentiel, de leur identité nationale, de leur culture, leur langue, leur histoire et celle transmise par leurs parents à divers degrés.

Ils résument ce malaise par des idées de l’extrême droite (qui) se répandent dans toutes (sic) la société jusqu’au gouvernement de plus en plus liberticide.

Jusqu’au gouvernement disent-ils ! C’est faire trop d’honneur de considérer que le gouvernement d’Emmanuel Macron aurait des idées nationales, souverainistes, patriotes. Les discours de Macron depuis sa déclaration sur les « crimes contre l’humanité » qu’aurait commis la France en Algérie, devrait suffire à rendre ces propos pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire ceux d’idiots gauchistes, sans culture historique profonde.

Ce sont les mêmes qui considèrent que Pétain est l’ennemi, tout en oubliant qu’il fût nommé par le Front Populaire de gauche, et que Mitterrand, ami de Bousquet, auteur de la rafle du Vel-d’Hiv, fût décoré de la Francisque. Il faudrait qu’ils sachent lire, si ce n’est un livre d’un homme de gauche, Pierre Péan, sur Mitterrand, « Une jeunesse Française » ! Un homme qui aura été à l’Action Française, puis à la Cagoule, puis Pétainiste, puis résistant de la dernière heure en novembre 1943, et on connait la suite.

Dans la rue, leurs militants et groupuscules proches (de l’extrême-droite) multiplient les agressions et les tentatives d’intimidation, voire tentent de planifier des actes terroristes. Quelle ironie ce discours de minables.

Cette manifestation se propose de lutter contre les patriotes, les amoureux de la France, et elle les dénonce comme des proches qui seraient les auteurs d’agressions et d’intimidations.

On se demande vraiment s’ils ont les pieds sur terre quand on connait la nuisance des antifas et des black-blocs dans les manifestations. Leurs agressions contre les gilets jaunes, contre les magasins, les banques, les restaurants, etc. On peut d’ailleurs légitimement se poser la question sur les complicités que ces groupes de malveillants ont avec les responsables de la police qui, curieusement, ont laissé faire ces dégradations, ou tout au moins, n’ont pas fait d’arrestations.

Ce sont des décérébrés, des ignares, des adeptes du coup de poing. Ce sont les nouveaux SA dignes de Röhm, le Führer des Sections d’Assauts nazis des années 1930, ils se donnent un nouveau prétexte à tout casser.

(Nous) Collectifs et organisations antifascistes, syndicales, politiques, nous nous unissons pour appeler à une riposte ce samedi 27 novembre à Paris. Face à leurs divisions, soyons uni·e·s.

Ainsi donc, ceux qui se disent « antifascistes, syndicalistes et militants d’extrême gauche » veulent en découdre en manifestant. On connaît d’avance le résultat sur l’environnement. Sauve qui peut pour les propriétaire de magasins, etc.

Un appel à la violence et ils se disent démocrates

Leur logorrhée, leur discours, leur mentalité de soumis à l’immigration, leur islamophilie, leur anti racisme de pacotille, font le jeu de ceux qui nous gouvernent, les vrais maîtres du jeu, les élites financières, banquières, industrielles, ceux qui tiennent les ficelles et qui agitent les marionnettes médiatiques et celles dans les ministères.

Ils sont les bras armés de leur propre perte. Les collabos de leur propre déchéance. Ils seront jetés comme des mouchoirs usagés lorsque le vrai pouvoir n’aura plus besoin d’eux. Comme Hitler, en son temps, s’est débarrassé d’Ernest Röhm et des SA quand il fallut donner des gages à la finance pour assoir son pouvoir.

L’histoire devrait enseigner, mais l’expérience ne sert à rien. Chaque génération ouvre une page blanche, se moque du passé et donc, recommence toujours à quelques variantes près, les mêmes erreurs. « Un jour sans fin », c’est le roman qui oblige un héros à revivre en permanence, chaque matin à son réveil, la même journée. Jusqu’à la folie ?

Gérard Brazon

image_pdfimage_print
17

10 Commentaires

  1. le moteur de ces individus est de donner un prétexte à leur violence et leur psychopathie leucophobe et nihiliste. Pas difficile à comprendre.
    Le reste n’est qu’habillage.
    Raisonner dans ces conditions est absurde.
    J.c. Lagarde a trouvé la solution et vous l’a fait savoir.
    Reste le courage à utiliser le bulldozer pour nettoyer la voie
    le reste n’est que babillage

  2. Le réflexe pavlovien gôôôcho de RL de traiter de « fascistes » ses ennemis… l’hégémonie culturelle antifa imprègne même RL… lamentable.

    Les antifas sont des petits bourges, ARRÊTEZ d’INSULTER LES FASCISTES pitoyables souchiens dressés !

    Seig Heil

  3. Ils veulent organiser la violence et la chienlit pour faire réélire macron on l’a compris. Sans doute pour remercier la macronie de les laisser nuire contre les travailleurs, contre les Républicains, contre la France, pour leur illusoire altermondialisme de tribus?
    Inextricable contradiction originelle! Les fasciste de gôche se prétendent -ou se nomment antifascistes. Comment assumer cette position quand on envoie les black blocks et autres milices de casseurs pour « se faire un flic », tuer des policiers, mettre à feu et à sang les centre villes, interdire de parole les opposants comme le faisaient les SS hitlériens et les milices de darlan, encourager les hordes de migrants illégaux à venir détruire notre pays…?
    L’oxymore qui leur sert de slogan est un mensonge.
    Jusqu’à quand la violence anti républicaine et la lâcheté de l’islamo-gauchisme resteront-elles impunies?

  4. à chaque fois il faut leur rendre coup pour coup et organiser une contre manifestation « contre l’extreme gauche collabo islamo-facho » : si ils ne trouvent jamais personne en face ils continueront sur le boulevard qui leur est ainsi offert pour déverser leur haine et poursuivre la destruction du pays

  5. On se demande si ce genre d’antifas sait ce que fascisme et anti-fascisme veut dire. On se demande même s’ils connaissent le sens de l’expresion : « Appeler un chat un chat ».

  6. Ces crétins se mobilisent contre un fascisme imaginaire, sans se rendre compte que ce fascisme est déjà présent et qu’ils l’alimentent !

  7. tiens mais ces fachistes font du musolini : 1) baillonner les opposants, les agresser s’ils persévèrent, les éliminer enfin! on en est là avec ces milices socialomacronistes qui les tolèrent

  8. Les neveux de Rameau à l’oeuvre… et les merdia aux ordres de résonner (et surtout jamais raisonner !). Et nous nous laissons faire : nous méritons vraiment ce qui nous arrive !!!

  9. Antifa, c’est la BAC de Mélanchon. On peut voir déjà ce que donnerait sa présidence s’il était élu.

Les commentaires sont fermés.