Paris : ce n'est pas sur les flics du 19e qu'il faut compter !

CazeneuveCazejuve2Ce matin j’ai appelé le commissariat de Paris XIXème pour leur signaler un lieu qui me semblait suspect. Je précisais que je n’avais aucune preuve, aucun élément précis mais que j’avais trouvé suspect le rassemblement d’une dizaine d’Africains et d’Arabes dans le petit local d’un point-relais où j’étais allée chercher un colis. J’ai ajouté que je les laissais vérifier mes doutes.
Outre le fait que le lieu était fermé aux heures d’ouverture affichées et que les commerçants voisins avaient paru accablés lorsque je leur ai demandé quand le local était réellement ouvert, j’ai été surprise de devoir franchir une barrière de quelques personnes qui n’étaient pas des clients.
Le premier fonctionnaire m’a répondu aimablement et m’a transférée vers un autre service. Là, j’ai eu affaire à une harpie, une femme agressive qui m’a demandé à plusieurs reprises : ils vous ont interdit de rentrer ? Vous avez été agressée ? Les gens ont le droit de se réunir dans un local commercial. Ce faisant, elle avait terminé son enquête selon ses propres convictions.
Oui, c’est bien connu, tous les commerces du quartier rassemblent des dizaines d’Africains et d’Arabes qui y discutent et y mangent. Mon colis m’a été remis à côté d’un Africain qui trempait son kebab dans de la sauce grasse.
Il se peut que ce point-relais ne soit qu’un innocent rendez-vous de joueurs de foot, de parieurs du PMU ou d’une troupe de théâtre.
Après l’appel homérique à la vigilance lancé par le Président et ses ministres, je pensais que  je serais bien accueillie auprès de la police en faisant gentiment mon travail de citoyenne.
J’ai raccroché, écœurée, car ce n’est pas la première fois que je suis traitée en coupable lorsque je m’adresse au commissariat du XIXème. D’autres riverains font la même constatation que moi.
On ne s’étonnera pas, devant un tel manque de professionnalisme, que les citoyens évitent de lancer des alertes pour aider les forces de l’ordre à faire leur travail dans l’intérêt de tout le monde.
Et après cela, on critique et on juge les citoyens qui prennent leur sécurité en main, comme les membres de la Ligue de défense juive qui veillent sur les nombreux commerces et habitants du XIXème quotidiennement menacés,  et qui sont souvent agressés verbalement ou physiquement. La  population se sent abandonnée par la police de l’arrondissement.
Rose Martin

image_pdfimage_print

8 Commentaires

  1. Parce que vous croyez qu’on peut compter sur les flics de Montpellier et Marseille???!!!
    Leur priorité va même jusqu’à contrôler que les travailleurs handicapés manchots ne mangent pas avec un couteau au cas où ils pourraient s’en servir contre les terroristes qui tentent de les assassiner comme la branche montpelliéraine des BAGDHADI/MAVADDAT/LALLEMENT et de perquisitionner leurs ordinateurs à la recherche de propos islamophobes (depuis 2 ans en ce qui me concerne). (Même si cette semaine est celle où j’ai été le moins contrôlé depuis 18 ans que je suis handicapé et persécuté par le parquet!!!).

  2. Alors Géronimo, faut aller faire un tour du côté du XIX et nous raconter comment vos « collègues » réagissent , les pauvres sur qui on tombe toujours à bras raccourcis. Je suis pro-flics , mais il y en a quand même un bon paquet qui seraient mieux à leur place en train de planter des choux……

    • il n’est pas certain qu’ils connaissent <> bref ce ne sont pas des lumières pour servir mais pour téléphoner aux potes qu’un chargement de portables prend tel destination ou autres ? là ils sont à la hauteur ! ! c’est le drame de cette société qui veut prendre tout et n’importe qui dans la police l’armée en bref dans toutes nos administration ce qui fait que nous sommes à leur merci etc..etc.. et si on s’en sort le travail sera difficile de séparer le grain de l’ivraie ! !
      .

  3. Tres chere Rose,
    sachez tout d’abord que la majorité des flics de Paris sont recrutés par le sgap de versailles, où ils passent leur « concours »…pour y être allé une fois, histoire de vérifier certains echos qui m’avaient été rapportés, j’ai pu constater de visu, que les postulants avaient pour la trop grande majorité d’entre eux, des degaines de racailles de banlieue, et ne savaient pas parler autrement que le « wech »…je n’ose imaginer la rédaction, et encore moins le degré possible de reflexion de tels individus….qui bien entendu sont notés sous la cote des autres sgap, car Paris et sa banlieue sont de grands consommateurs de flics….et oui, garder des portes fermées depuis des années, faire le pot de fleur devant les amabassades et hautes instances, poser les barrieres de sécurité, etc etc, ça demande du monde….bref, tout ça pour dire que lors de mes passages à Paname, j’ai été sidéré de voir le degré de connerie des policiers (pas tous evidemment) digne de la simple pervenche…..malpolis, agressifs, arrogants, incompétents…et surtout dans les arrondisssements du nord de la capitale….Alors je vous comprends, et effectivement avec ce genre de guignols on n’est pas sorti de l’auberge…..

  4. @l’auteur,
    mais qu’est-ce que vous faites encore dans les médinas du 18e 19e 20e ?
    même nous les provinciaux savons qu’il ne faut pas y mettre les pieds.

  5. Ils doivent recevoir des dizaines de coups de fil comme le vôtre; Vous n’avez fourni aucun élément significatif, même pas une conversation.la prochaine fois appuyez votre signalement par des faits précis., Les vols divers, les agressions, les trafics, les occupent bien suffisamment..

Les commentaires sont fermés.