Paris Plage : une importation débile de conflits venus d’ailleurs

Publié le 16 août 2015 - par - 8 commentaires - 1 971 vues
Share

hidalgo-parapluieA propos du  » buzz  » provoqué par Paris plage et son importation débile de conflits venus d’ailleurs sur notre propre territoire, je trouve vraiment dommage ce souci – qui devient pathologique chez les Français – de rendre en toutes occasions hommage appuyé aux  » autres  » (autres cultures, autres couleurs, autres ethnies, autres religions etc., etc.), souci qui n’a rien d’altruiste, bien au contraire. Qui est pur contentement de soi, pure tentative de remédiation à un sentiment de culpabilité diffus et infusé par une bien pensance fondamentalement haineuse de l’Occident. Donc forcément perverse. Car au fond, profondément raciste: Valoriser la différence pour éviter de regarder en face son propre sentiment de supériorité sur cet autre exotique, étrange, redouté et adulé à la fois.

Comme aurait dit Jankélévitch (je le cite de mémoire)  » Le pur qui se sait pur devient immédiatement impur « . La gauche bébête qui courbe l’échine devant le Hamas et devant l’islam ne sait qu’obéir à sa haine d’Israël; haine dont elle ignore où nichent les racines. Elle, qui voudrait dicter au pays la manière de bien penser, obéit encore aujourd’hui sans s’en douter aux diktats de Claude Bourdet, confondateur de ce qui deviendra le Nouvel Observateur https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Bourdet , lequel disait: « C’est la conquête par le Sionisme d’une région primitivement habitée majoritairement par les Arabes [qui explique] l’antagonisme actuel ».

Cette affirmation est une faute contre l’histoire : La région en question (Palestine) fut primitivement occupée par les Juifs et les Philistins. https://fr.wikipedia.org/wiki/Philistins Et peut être bien que les plus légitimes à l’occuper seraient encore aujourd’hui des descendants des premiers peuples d’Israël, les Samaritains, de confession juive.

http://www.anthrobase.com/Txt/I/Ireton_S_01.htm
Les arabo-musulmans n’y furent  que des migrants tardifs:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Palestine .

Donc sur des bases historiques, théoriques, doctrinales fausses, on nous inculque qu’il faut haïr Israël et bénir Gaza…

On aurait pu, au lieu de faire l’apologie de Tel Aviv, ce qui a mécaniquement entrainé la vindicte de toute une frange de population pour laquelle Israël est la bête à abattre, contenter tout le monde en ne parlant que … de la France.

Pourquoi diable ne pas s’en tenir à un Paris plage de sable, comme le sont les civilisations? Ou bien transformer cette fête du soleil en retour aux sources de notre propre culture? Après tout, les Celtes, les Goths, les Wisigoths, les Gaulois, les Romains… Cela vaut bien la Palestine, non?

Viviane Lamarlère

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Spipou

Tel Aviv est la plus grande ville d’un état souverain qui a un siège à l’ONU.

Dans le cas présent, QUI importe le conflit ?

montecristo

Je trouve lamentable … la tenue débraillée du porte parapluie !
La grande classe socialiste !
Quand on pète plus haut que son cul, on s’en donne les moyens !

montecristo

 » Et peut être bien que les plus légitimes à l’occuper seraient encore aujourd’hui des descendants des premiers peuples d’Israël, les Samaritains, de confession juive »
Avec ce raisonnement … il faudrait revoir à peu près toutes les frontières du monde.
Peut-être que l’Amérique reviendrait même aux norvégiens ! Ou aux sibériens !

Ceci dit … il est évident que la France serait mieux avisée de se préoccuper de ses affaires, de s’inquiéter de son manque de patriotisme, de sa perte d’identité, plutôt que d’importer chez elle les soucis des autres !

Noway

Encore une qui ne peut pas tenir son parapluie toute seule !

dédé

Le porte-parapluie c’ est pas cher, c’ est le con-tribuable qui paye.
Cette écervelée se croit supérieure à Sa Majesté Élisabeth II qui porte le sien toute seule comme une grande.

pikachu

D’accord sur le fond, je pense (je peux me tromper) que le but de cette manifestation n’était pas une célébration de l’Autre, mais de soi. Paris cherchait un autre Paris et voyait en Tel-Aviv, ville active, tolérante, de gauche et très bobo, un autre lui-même. Ça aurait pu être Prague, Boston mais plus Istanbul ni Alexandrie. L’élément décisif aura été la « plage ». Peut-être aussi était-ce un témoignage d’amitié pour tous ces français qui sont partis cet été pour entamer une nouvelle vie en Israël, laissant derrière eux une menace devenue permanente pour les leurs. Pas un culte de l’Autre non, une reconnaissance de soi à travers son jumeau.

Malheureusement, en France aujourd’hui, on ne peut plus désormais parler d’Israel si c’est de manière neutre ou positive. Les chiens de garde sont montés au créneau pour le rappeler.

isa

Bravo. Vous avez bien mis le doigt sur le mal français.: les autres avant les nôtres, l’altérophilie.
Et très juste de rappeler que les civilisations sont de sable et que la notre s’éffrite.

jan

le sirocco souffle sur le sable et le fait voler, s’éparpiller….