Parler de l’éducation, c’est bien ! Mais que fait-on du Coran ?

Publié le 3 avril 2017 - par - 3 commentaires
Share

Il arrive que les candidats à l’élection présidentielle soulignent l’importance de l’éducation comme condition sine qua non d’une société pleinement épanouie et fraternelle. Quand ils le font, ils ont raison : la cohésion nationale passe par un ensemble de valeurs fondées sur les Droits de l’Hommesans oublier l’acquisition de la lecture, de l’écriture et du calcul, ainsi que les matières générales et scientifiques. L’éducation est donc à la fois familiale et scolaire, et c’est heureux.

Pourtant, ce bonheur ne fait pas le bonheur de la France d’aujourd’hui, car tous les petits Français ne reçoivent pas chez eux les mêmes fondamentaux. En effet, la plupart des familles musulmanes accordent plus d’importance au Coran qu’aux valeurs de la République. D’où le refus de l’enseignement laïque et républicain, qui représente pour elles comme pour leurs enfants une offense à leur culture d’origine.

S’est donc installée, au grand dam de nos enseignants, l’hostilité à l’égard de la langue française (puisqu’elle est « la langue des mécréants »), de la biologie humaine (puisque le corps est tabou), des disciplines sportives (en particulier de la natation, le corps étant une fois encore tabou), de la physique (dont telle ou telle loi infirme telle ou telle affirmation du Coran), de l’Histoire (la Shoah étant niée catégoriquement), et de la philosophie (qui ose mettre tout en question, y compris l’existence de Dieu) !

Les heures de soutien, les tutorats et les stages d’été n’y peuvent rien changer, car on ne peut rien contre le communautarisme dès lors que ce dernier revendique l’éducation familiale comme unique référence : « La vérité – déclarent ces élèves – c’est le Coran » !

Or, le Coran n’accorde pas la dignité à « tous les membres de la famille humaine » (1), pas plus qu’il ne leur confère des « droits égaux et inaliénables » (1). En outre, il n’est pas rédigé en français, et ne parle ni de démocratie, ni de laïcité, ni de la France. Par contre, il parle de la Charia, des châtiments réservés aux infidèles, et du djihad.

Si, avec tout ça (ou malgré tout ça), nous pensons bâtir une France harmonieuse, c’est que nous n’avons pas lu le Coran… ou que nous ne savons pas lire !

Maurice Vidal

(1) Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, 1948, Préambule.

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Ananar

Oui au problème que pose les familles arabo musulmanes rigoristes mais l’éducation familiale française qui abreuve sa progéniture de principes de soumission; respect du patron, de la loi, de la patrie, et autres « repères » hérités du folklore de sa région d’origine, avec un reste de religion, n’est donc pas très différente.

Sur l’éducation scolaire, faut il rappeler que l’école publique est républicaine, et comme tout système socio politique elle n’éduque en rien mais fabrique les idiots utiles patriotards, électeurs et travailleur soumis dont elle a besoin et en aucun cas n’enseigne la critique et tout ce qui est utile à la vie de l’individu libre .

Desvignes

L’école n’eduque en rien ?fabrique des idiots utiles patriotards ?électeurs, travailleurs soumis ?utile à l’individu ?
je vous laisse apprécier ces commentaires .

Guillemain

Cette photo, c’est la France de demain

Les poilus de Verdun, ils se sont sacrifiés pour quoi au juste ?