Parlons du racisme supposé de ceux qui, comme RL, s’attaquent à l’offensive de l’islam

Publié le 4 janvier 2010 - par
Share

Halte aux amalgames !

Nous serions racistes parce que nous n’aimons pas l’Islam tel qu’il se pratique majoritairement aujourd’hui en France ! Nous serions un nid de fascistes masqués parce que les fascistes sont racistes par nature ! Où va-t-on avec des raisonnements comme ça ?

Beaucoup de laïques français sont des anticléricaux et anti-catho tenaces, dénonçant chaque semaine le moindre cadeau de l’État à l’enseignement privé, se scandalisant de la moindre apparition d’un officiel dans une cérémonie religieuse, de la moindre disposition mettant en cause la loi de 1905 concernant les rapports de l’État, des communes, et de l’église catholique, et ils ont raison. Est-ce pour autant qu’on les accuse d’être forcément antireligieux, anti-Vatican, donc anti-italien, donc xénophobes ?

Est-ce être antisémite, donc raciste, de dénoncer les abus et les anachronismes de la religion israélite et les risques de communautarisme sous-jacent ? C’est vrai que là, les critiques sont très prudents, vu le passé, mais il ne devrait pas y avoir deux poids, deux mesures.

Un racisme de mépris

L’Islam est la religion de nombreux peuples, de l’Arabie au Maroc, mais aussi jusqu’en Chine en passant par l’Inde et, surtout, l’Indonésie. Comment parler de racisme, quand on conteste l’Islam qui concerne tant de peuples? Le racisme, comme je l’ai déjà écrit, est d’abord un prétexte à la spoliation et à l’exploitation et fut un des traits caractéristiques des milieux économiques coloniaux et même des milieux populaires de l’Algérie français. Qu’il ait déteint sur les populations métropolitaines est indéniable, avec une réaction à la forte poussée de l’immigration maghrébine et l’influence des rapatriés. Il s’agit d’un racisme de mépris, de celui des lâches qui cherchent à humilier de plus faibles qu’eux.

Un racisme de rejet

Mais ce racisme-là est en voie de disparition, sauf dans les milieux rapatriés ou fascisants. Il suffit de voir comment le « politiquement correct » a progressé. Les signes affichés de racisme de ce type se font rares. Mais, parallèlement, s’est développé un malaise devant l’arrogance, le manque de respect, les provocations vestimentaires, musicales, langagières des jeunes français issus de l’immigration (de façon de plus en plus lointaine.) Ce phénomène est assez typique des milieux ex-maghrébins, dans une moindre mesure des milieux africains.

Il n’existe pas dans les autres milieux (asiatiques, yougoslaves, etc.). Il serait stupide de nier la progression spécifique de la délinquance dans ces milieux, qui pénalise tout le reste de la population, surtout celle des quartiers populaires. Certes, il ne faut pas pour autant généraliser, mais les milieux policiers et judiciaires le vérifient tous les jours. Malgré les filtres médiatiques, les gens ne sont pas dupes. Il faut beaucoup de sang froid pour ne pas se laisser entraîner dans la spirale de la stigmatisation.

Ajoutons le manque de civisme de certains adultes, de plus en plus nombreux, qui pratiquent jusqu’au racisme à rebours, affichant et revendiquant avec éclat leur différence, dont leur religion. Là aussi, je suis persuadé que la majorité de ces français voudraient passer inaperçus et réussir enfin une véritable intégration débutée par leur ancêtres. Il suffit de voir comment, dans les ghettos (il n’y en a pas que dans les banlieues) des familles issues de l’immigration, beaucoup plus qu’on ne le croit, pratiquent l’évitement scolaire en utilisant elles aussi l’enseignement privé. Ce qui, en passant, remet en cause l’image traditionnelle du recrutement de cet enseignement. C’est à nous d’aider ceux qui veulent s’en sortir. Mais, et c’est une autre facette du problème, la pression communautaire de l’Islam se fait de plus en plus pressante. Les familles sont infiltrées, déchirées, les filles et les femmes sont agressées, etc. Comment résister à ça, sauf à se sauver, rompre avec tous ses liens ? Très difficile pour la plupart. De plus, on y risque sa vie.

Nous confondrions Islam et islamisme

C’est le troisième volet : Pourtant, un minimum de connaissances sur l’histoire de cette religion devrait faire vite comprendre la différence avec les deux autres religions monothéistes. L’Islam est verrouillé. Les textes fondateurs sont intangibles. Certes, la civilisation islamique fut brillante, en particulier à Bagdad (Omeyades), à Séville, Cordoue, les envahisseurs Mogols en Inde, Mongols en Perse et Syrie, Ottoman en Turquie, etc., ont laissé de magnifiques témoignages dans l’histoire de l’humanité. Mais, depuis la reconquista dans la péninsule ibérique, ce sont les mouvements fondamentalistes et intégristes qui ont repris le dessus. Même les grands savants musulmans de l’époque en ont été victimes. La conquête au XIXe siècle des lieux saints de l’Islam par la dynastie saoudienne alliée à la confrérie des wahhabites (ancêtre des frères musulmans et autres salafistes) fut et reste un barrage à toute évolution moderne de l’Islam. Là aussi, cette reprise en main avait été prévue dans les textes fondateurs (commandeur des croyants dans le Coran et Sunna.)

Qui aujourd’hui menace les fondements de la République en pratiquant la désobéissance civile? Les catholiques ? Il y a longtemps que les ligues sont dissoutes. Les protestants ? Ils ont été la cheville ouvrière des droits de l’homme. Les Israélites ? Leur discrétion est connue, même si l’on voit réapparaître les kippas et les costumes religieux dans certaines rue de Paris et s’ouvrir de nouvelles écoles confessionnelles. Il est probable que le communautarisme des uns donne de mauvaises idées aux autres. Comment d’ailleurs ne pas faire le parallèle entre islamisme et antisémitisme ? Il suffit de lire la prose des premiers pour s’en persuader.

C’est bien l’Islam qui s’attaque aux fondements de la République en sapant ses principes laïques. Pourquoi faudrait-il l’épargner ? Par anti-impérialisme ? Parce que l’impérialisme musulman n’existerait pas ? Aller le demander aux Tamuls. Parce que ce serait la religion des pauvres ? Allez voir à Dubaï et à Ryad. Donc, le combat de Riposte Laïque est un combat juste.

Daniel Cabuzel

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.