Parti Radical : le coup d’état du 10 juillet 2021 a échoué

Seule, la presse politique confidentielle en a parlé pour éviter que d’autres prétendants ne sortent de leur maison de retraite pour prendre le pouvoir dans différentes instances….

L’évènement a été dissimulé par l’ensemble des médias. Le 10 juillet 2021, la Ve République a failli vaciller. Un putsch a été fomenté à Paris par la jeune garde du Parti Radical, plus vieille formation politique de France. La jeunesse du Parti Radical, conduite par l’ancien ministre et maire de Nancy André Rossinot (82 ans), Didier Bariani (77 ans) et Emile Zuccarelli (80 ans) ont tenté, à l’aide d’une motion, de renverser le président du parti Laurent Hénart (53 ans). La motion était intitulée « Pour un renouveau » et précisait aux militants qu’il convenait « de rejoindre le mouvement d’Emmanuel Macron » en prévision des prochaines élections présidentielles. Comme si le Parti Radical pouvait avoir un réel impact en 2022.

Mais c’est toujours très chouette de voir que les personnes âgées du parti sont toujours au top du Mouvement Radical et que ça reste une histoire d’hommes.

Pour mémoire, le bon docteur André Rossinot, qui pressentait un nouveau destin ministériel si Emmanuel Macron est réélu président de la République en 2022, a été  président du Parti radical à plusieurs reprises : de 1983 à 1988, de 1993 à 1997 et de 2003 à 2007 (en tandem avec Jean-Louis Borloo à partir de 2005). L’hypothèse d’une candidature d’André Rossinot à l’élection présidentielle de 1988, sous l’étiquette du Parti républicain, fut évoquée.

Également membre de l’UMP, le bon docteur Rossinot, qui avait épousé une jeune journaliste de l’Est Républicain, la blonde Françoise Cordelier, s’était illustré en 2007 et 2012 en apportant son soutien à Nicolas Sarkozy aux élections présidentielle, sans obtenir de « maroquin » en retour.

Déjà, En avril 2018, le bon docteur Rossinot avait annoncé « qu’il apportait son soutien au président de la République, Emmanuel Macron. Avec un train de retard, un an après l’élection présidentielle de 2017 !

Heureusement que les trois vieillards n’ont pas souhaité, dans leur motion, apporter un large soutien à Eric Zemmour, car la crédibilité croissante de ce dernier aurait été considérablement entamée. Avec des « parrains » pareils.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

image_pdfimage_print

8 Commentaires

  1. Ne dites pas de mal du Parti Radical !
    C’est notre reine d’Angleterre à nous, ça ne sert plus à rien mais on aime bien.

  2. Un bel exemple de ces politicards professionnels qui ne se lassent pas d’aller à la soupe en retournant leur veste à tour de bras (si je puis dire). A FUIR !

    • Oui Patrick Verro. Et ils sont présents dans tous les partis politiques traditionnels

Les commentaires sont fermés.