Pas besoin de bosser, il y a l’Unef, Sos Racisme…

Publié le 28 mai 2015 - par
Share

Valls-CambadelisA propos des réformes scolaires, il est bon de se souvenir que les socialistes ne manquent pas toujours de suite dans les idées, surtout lorsqu’il s’agit d’idées malveillantes qui deviendront des actions malfaisantes : qu’on se souvienne en effet que fin 2013, Vincent Peillon (fils très légitime du banquier communiste directeur général de la célèbre “Banque commerciale pour l’Europe du Nord” qui abritait les comptes bien approvisionnés de toute la nomenklatura française ; cf. notamment Jean Montaldo et Jean-François Revel) avait voulu s’en prendre aux classes préparatoires aux grandes écoles, bien évidemment et comme d’habitude au nom de l’égalité, de la solidarité, de la justice, etc. Ne s’agissait-il pas déjà, à l’époque, de s’attaquer aux privilégiés,… M. Peillon ne s’était évidemment pas avisé (à moins qu’il ne s’en soit que trop avisé, au contraire, allez savoir) que ces cursus qui relevaient de ce qu’on qualifiait “d’ascenseur social” avaient permis à des centaines de jeunes, issus des classes populaires et des classes moyennes d’accéder, par leur mérite et leur travail acharné, à des emplois pas forcément parmi les plus lucratifs, mais socialement valorisants.

Quel intérêt devait se dire le fils du banquier, ces filières universitaires, puisque pour accéder à des fonctions fort juteuses, à l’utilité discutable et ne demandant pas en tout état de cause un fort quotient intellectuel, il existe une filière typiquement socialiste, commode et très empruntée, pour ne pas dire largement encombrée, celle, d’abord des syndicats lycéens (NB : sont acquis, dans les projets “agit-prop” du PS en vue de la présidentielle, les syndicats collégiens et écoliers ; la discussion porte encore sur les maternelles et les crèches) puis des syndicats étudiants (avec les mutuelles médicales qui vont avec et qui peuvent verser de belles rémunérations) puis la gouvernance des associations multiples et variées (qui savent elles aussi gratifier généreusement ceux qui font l’effort de s’y investir pour le plus grand bien de tous) puis l’assistanat parlementaire qui ouvre assez vite la voie des cabinets, avec en perspective la gouvernance du pays, sans avoir jamais exercé le moindre “métier” au sens noble et combien valorisant que ce mot avait naguère dans l’esprit et le cœur des gens du peuple, Français de souche ou immigrés. (*)

Et n’allez surtout pas imaginer que le schéma ci-dessus est applicable, avec parfois des variantes, à qui que ce soit des actuels apparatchiks menteurs et/ou malhonnêtes et/ou incompétents qui ont pris la Nation en otage.

Jean-Pierre Dupont

(*) on relira à ce sujet avec intérêt “Les Ritals” de François Cavanna, ce grand honnête homme (un des rares de l’infernale équipe de Hara Kiri et de Charlie ?) dont on se dit presque soulagé qu’il soit parti avant que les actuels détenteurs du titre ne deviennent riches, très riches, lui qui est mort comme il a vécu, génialement, et modestement.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.