Pas d’accord avec Brigitte Lahaie, qui critique les féministes

Publié le 19 octobre 2018 - par - 53 commentaires
Share

Après avoir sévi pendant 15 ans sur RMC, Brigitte Lahaie anime une émission sur le sexe depuis deux ans sur Sud Radio dont le patron lui voue une admiration sans bornes. On le comprend, l’animatrice promeut la sexualité des hommes et invite les femmes à les imiter. Elle victimise ces hommes qui seraient castrés par les femmes, elle les plaint et les conforte dans leur douleur de ne plus pouvoir dominer les femmes comme la nature l’ordonnerait. Elle se victimise elle-même en se déclarant féministe incomprise, stigmatisée pour avoir joué dans des films pornographiques « féministes », selon elle, qui considère que prendre des amants pour compenser l’insuffisance sexuelle d’un mari  (le scénario qu’elle donne en exemple), c’est hautement féministe.

Brigitte Lahaie est sortie de son temple pour signer la pétition honteuse des cent femmes hostiles au mouvement #balancetonporc #metoo et se plaint d’avoir été lâchée par des signataires (qu’elle aurait recrutées) pour avoir affirmé qu’il est possible d’avoir un orgasme quand on est violée.

Cette affirmation réitérée, outre qu’elle conforte les violeurs dans leur crime, pourrait être acceptable si elle était contextualisée, mais dite de manière aussi péremptoire, c’est une incitation au viol.

Tout d’abord, Brigitte Lahaie milite pour l’orgasme obligatoire, à l’image de la sexualité mâle : excitation, bandaison, pénétration, éjaculation, roupillon. Outre le fait que la majorité des femmes n’éprouvent pas d’orgasme pendant le coït (sujet tabou), de nombreuses études démontrent que le principal organe sexuel de la femme est son cerveau et que son plaisir irradie la totalité de son corps et pas uniquement l’équivalent organique du pénis, le clitoris. Une femme peut avoir énormément de plaisir, de jouissance, de bonheur, d’extase sans la mécanique de l’orgasme au sens clinique. Or, dans le monde de Brigitte Lahaie, une femme anorgasmique – la majorité dans le coït – est une malade qui doit consulter un sexologue – mâle de préférence – et faire de nombreuses expériences sexuelles pour « se trouver » sexuellement, à savoir être « formée » par le mâle. Ce diktat culpabilise les femmes et renforce le sentiment de supériorité des mâles adorateurs de leur orgasme. Et tant pis pour les « pauvres » hommes, forcément à rééduquer, qui n’atteignent pas l’orgasme, qui ne bandent pas ou sont éjaculateurs précoces. Ils n’ont qu’à écouter Brigitte Lahaie pour résoudre leur problème. Na ! Ses copains sexologues apprécient qu’elle leur fournisse de la clientèle, alors, quand elle les invite, ils se gardent bien de ne pas respecter sa ligne de pensée, quand bien même ils n’approuveraient pas ses affirmations obséquieuses vis-à-vis des préjugés sexistes du grand public, femmes et hommes confondus.

Brigitte Lahaie se victimise également parce qu’on lui reprocherait d’être une ancienne star du porno. Mais Brigitte, c’est précisément parce que vous êtes une ex-star du porno que les gens imaginent que vous avez tout compris de la sexualité et c’est pour cela qu’ils vous écoutent et font le beurre des annonceurs des radios qui vous accueillent. On le sait, aujourd’hui le porno est l’éducateur sexuel des enfants dès 11 ans. À ce propos, oser affirmer comme vous le faites « et je n’entends pas beaucoup les féministes sur la question de la pornographie actuelle qui est d’une violence terrible pour les femmes » est un mensonge. Sur le plan des compétences, ce n’est pas parce que vous avez joué dans des scènes de sexe torrides que vous connaissez la sexualité des femmes et que votre propre expérience de la sexualité vous légitime pour causer de la sexualité féminine qui est tellement complexe qu’elle pose encore aujourd’hui des tas de questions non résolues et qu’elle demeure un mystère pour beaucoup d’experts, ce que vous n’êtes pas.

Quant à avoir un orgasme pendant un viol, savez-vous que la peur, quel que soit son objet, déclenche des réactions physiques étonnantes et incontrôlables ? En dehors du fait que l’on peut uriner et déféquer dans sa culotte, saigner du nez, de l’anus ou du vagin, transpirer excessivement, trembler de tout son corps, avoir un malaise, perdre la raison, perdre la mémoire, faire un pic d’hypertension, perdre la vue momentanément, être paralysée par sidération ou même déclencher un orgasme, puisque vous le dites. Il faut croire que cela vous est arrivé pour l’affirmer avec tant d’assurance. Je ne dis pas que cette dernière réaction soit impossible, je dis que l’affirmer comme vous le faites est une manière de rentrer dans le fantasme du violeur et de le conforter dans son crime, minimisant ce dernier puisque la victime en aurait tiré du plaisir. C’est irresponsable et criminel de votre part.

Brigitte Lahaie estime que la libération de la parole des femmes victimes de violences sexuelles est actuellement un féminisme qui « n’est pas pour la femme, mais contre l’homme ». À l’instar du magazine « Causeur », parangon de la chasse aux féministes, elle mélange séduction et harcèlement pour en déduire qu’aujourd’hui les hommes n’osent plus aborder les femmes. Elle ne doit pas beaucoup sortir seule de son studio, ou alors elle est aveugle, sourde et insensible à tout contact imposé. Quelle est donc l’économie de ce mensonge ? À qui ça profite ? Certainement pas aux femmes quotidiennement harcelées et violées toutes les 7 minutes en France aujourd’hui.

Faudrait-il expliquer à Brigitte Lahaie et aux hommes qui la vénèrent qu’il y a un monde entre la séduction et le harcèlement, le charme et la prédation ?

Heureusement, quelques hommes ne tombent pas dans la mare boueuse de Brigitte Lahaie et de ses admirateurs, comme ce lecteur du Point qui commente son interview :

Par Papageno42 le 15/10/2018 à 12:10

Non, non et non

Non, Mme Lahaie, les films pornographiques ne sont pas « féministes ». Ils font partie de la culture du viol dont vous êtes une des porte-parole, et je vous invite à lire « Pour en finir avec la culture du viol », de Noémie Renard pour mieux le comprendre.

Non, moi qui suis un homme, je n’ai pas peur d’offrir un café ou de déjeuner avec mes collègues féminines. Je me réjouis d’un monde post-MeToo qui commence à se dessiner et où les femmes sont plus libres car mieux respectées. Où les victimes de violences sexuelles qui sont aux 2/3 des enfants (et parmi ces enfants 1/4 de garçons) sont davantage écoutées, entendues, prises en charge. Je ne vois nullement mes possibilités d’aventures sentimentales et érotiques limitées par le respect du consentement.

Mme Lahaie véhicule dans cette interview une culture sexiste, malsaine et violente dont j’espère bien qu’elle va continuer à régresser et à se ringardiser. Et je pense que les hommes ont tout à gagner dans les transformations que le « MeToo » provoque : liberté et sécurité pour toutes et tous, et meilleure protection des enfants contre les prédateurs sexuels.

https://www.lepoint.fr/societe/brigitte-lahaie-le-feminisme-actuel-n-est-pas-pour-la-femme-mais-contre-l-homme-15-10-2018-2262992_23.php

Alice Braitberg

Print Friendly, PDF & Email
Share

53 réponses à “Pas d’accord avec Brigitte Lahaie, qui critique les féministes”

  1. Clamp dit :

    « à savoir être « formée » par le mâle. Ce diktat culpabilise les femmes et renforce le sentiment de supériorité des mâles adorateurs de leur orgasme » : j’ai été profondément choqué par ce passage extrêmement misandre. Tout d’abord explorer sa sexualité ne signifie en rien être formée par les mâles, il s’agit ici d’un cri de haine à l’égard des hommes qui serait même coupables de faire jouir les femmes, de quoi ne le seraient-ils pas aux yeux de certaines ?! Ensuite, imaginer que les hommes ont un sentiment de supériorité, c’est vivre très en dehors de son époque, aujourd’hui les hommes sont traités comme des jouets par le girl power qui ne trouvera jamais de limites de lui-même et ils endurent sans broncher tentation et frustration à longueur de journée. Pour leur malheur, les hommes sont infiniment plus les adorateurs des femmes, dans leur facette la plus plastique, que de leur orgasme, qui est surtout la libération d’un emprisonnement imposé par la nature qui s’appelle libido, même s’il est aussi très bon pour la santé ( irrigation du cerveau, qualité du sommeil, équilibre psychologique etc… ) et que c’est le roi des plaisirs sans conteste. Mais les hommes rêvent de femmes, pas d’orgasmes.

    Quant au fait qu’on puisse avoir un orgasme pendant un viol, ça n’a strictement rien d’étonnant, le viol étant un acte sexuel, mais ça pourra rester d’autant plus un effroyable et traumatisant souvenir qu’on aura eu cet orgasme non désiré, qui peut pousser à se haïr soi-même et vouloir se laver à l’infini de l’affect qu’on a subi pendant ce viol où on a joui d’un acte qui vous a été imposé par la force. Par contre, il n’y aucune chance que ça provoque une incitation au viol car une fois encore, le viol par les hommes n’est pas motivé par le désir de faire jouir les femmes, mais par l’attirance par les femmes (dans le cas général, pas celui de certains musulmans qui opèrent des viols malveillant, punitifs, butinier ou autre) et le besoin de connaître une expérience inaccessi

  2. Bertrand dit :

    Laissons le féminisme hystérique aux gauchistes, c’est leur marque de fabrique préférée grâce à laquelle elles peuvent mettre tous les maux de la terre sur les méchants hommes blancs européens. Ces mêmes féministes de gauche qui ne cessent de dénoncer le harcèlement de rue tout en oubliant hypocritement de dénoncer que 99% de celui-ci provient des allochtones. Pas un seul mot non plus de ces donneuses de leçons concernant les quartiers déjà islamisés dans lesquels les femmes ne peuvent même plus sortir de chez elles sans être accompagnées. Tout cela ne choque curieusement pas les féministes subsidiées de gauche qui préfèrent s’acharner sur des peccadilles sans importance pour autant que celles-ci concernent, bien entendu, le méchant homme blanc européen…

  3. Bertrand dit :

    Même si certaines personnes essayent de la caricaturer maladroitement, Brigitte Lahaie est une femme remarquable, très intelligente et avec des propos plein de bon sens. Evidemment, elle déplait aux féministes pures et dures qui voudraient réduire les hommes à un simple statut d’objets voire de pompes à fric.

    • Alice Braitberg dit :

      Vous croyez vraiment que BL a été embauchée par Sud radio/Fiducial médias pour le plaisir de son patron Didier Maïsto et pas pour le fric qu’elle ramène ?

  4. Alice Braitberg dit :

    Je vous remercie. Quant à la « maladresse » de BL, elle est permanente. Je l’ai écoutée et je suis consternée par son succès, indication bien triste du niveau d’ignorance de ses fans. Elle fait du mal aux hommes comme aux femmes.

    • Boadicea dit :

      Et vous ! A qui faites vous du mal en disant que l’orgasme féminin n’a aucun importance et qu’il n’est pas naturel ? Écartez les cuisses mesdames c’est votre cerveau qui s’enrichit !

      • Alice Braitberg dit :

        Et voilà le fond de vôtre pensée, c’est pas joli joli et donne une idée de la mentalité des admirateurs de BL

        • Boadicea dit :

          Alice ce qui n’est pas joli c’est que vous prenez les femmes pour un vide couilles ! Vous êtes méprisable !

  5. Montségur dit :

    J’ai connu sa belle soeur, une famille d’intellectuelle.
    Brigitte Lahaie, est arrivée dans cette famille avec son c…. au grand désespoir de ces membres…

  6. Jacques Ménard dit :

    Pour régler ce type de conflits les femmes doivent adopter la position d’Andromaque et éviter la « soumission » du « missionnaire ». J’adore le franc parlé de Brigitte Lahaie.

  7. P.Bleven dit :

    Tout à fait d’accord acec Lahaye dont on sent immédiatement que vous ne pouvez pas la piffrer ce qui donne l’objectivité qui suit.
    C’est vrai que vous parlez sexualité à tort et à travers .. assez loin de la réalité

  8. Boadicea dit :

    La majorité des femmes n’ont pas d’orgasme pendant le coït dites vous ? Je vous plains de n’avoir eu que votre cerveau pour jouir. Vous êtes l’alter ego de B.L. mais à l’inverse. Vous parlez au nom des femmes en en donnant un portrait qui fait froid dans le dos.

    • Alice Braitberg dit :

      Et pourquoi ça vous fait froid dans le dos? parce que vous êtes un intégriste de l’orgasme comme BL ?

      • Boadicea dit :

        Alice en parlant d’intégrisme de l’orgasme vous ravalez les femmes et aussi les hommes à des moins que rien. Le plaisir partagé vous connaissez ? Votre frigidité n’est certainement pas un exemple et surtout pas une généralité. Comme dit précédemment : je vous plains.

        • Alice Braitberg dit :

          Ah bon, l’orgasme c’est pour les « moins que rien » ? Et il n’y a que les machos pour qualifier les femmes de « frigides » quand elles ne fonctionnent pas comme eux

    • Christine L dit :

      Personnellement, je ne fais pas partie de cette « majorité ». J’ai eu un orgasme à chaque coït.

  9. Emile ROUX dit :

    comme le féminisme tel qu’il est pratiqué par les gauchiasses consiste à s’employer à déviriliser les mâles,je suis d’accord avec Lahaie ne vous en déplaise

  10. Conophobique dit :

    Le jour où vous aurez autant de lucidité sur ces féministes qui sont davantage des suprémacistes féminines que des féministes vous pourrez pondre une diarrhée contre B. Lahaie. En attendant ses conseils sont très avisés et toujours très mesurés contrairement à vous.

    • Alice Braitberg dit :

      « Suprématistes féminines », dites vous ? Vous n’avez pas dû voir beaucoup de photos des directeurs d’entreprises, des ministres régaliens, des présidents de la République, des participants à Davos, des directeurs de médias, des dirigeants du CAC40 et de la majorité des « experts » invités sur les plateaux de TV.

      • Fifi dit :

        Toutes ces pseudo féministes qui ne s’attaquent qu’aux hommes blancs, occidentaux qui sont les plus respectueux envers les femmes, sont juste des idiotes utiles à l’islamisme et à l’idéologie pro immigration de masse qui vient de pays où il est considéré comme normal que les femmes soient maltraitées (battues etc…), autant des hommes que des femmes de ces pays, et dont leur culture vient s’imposer en France par l’idéologie multiculturaliste, par la non assimilation en France.

        Une culture crée des normes dont toute la population (enfin, la majorité des gens) dans un pays, adhère, hommes comme femmes.

        « Près de 60% des femmes algériennes estiment que le mari a le droit de frapper son épouse » https://www.huffpostmaghreb.com/2015/06/10/violence-conjugale-algeri_n_7552472.html

        Selon les dernières statistiques, 51 % des Africaines considèrent que leurs maris ont raison de les battre quand elles sortent sans leur autorisation, ne s’occupent pas bien des enfants, argumentent, refusent d’avoir un rapport sexuel ou laissent brûler le repas. http://blogs.worldbank.org/africacan/fr/violences-domestiques-et-pauvrete-en-afrique-quand-les-coups-du-mari-ont-la-douceur-du-miel

        Tunisie : « Ici, la violence, c’est le quotidien des femmes »
        La violence est un problème endémique qui touche une Tunisienne sur deux.
        https://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Tunisie-Ici-violence-cest-quotidien-femmes-2017-10-25-1200886926

        « A Dubaï, frapper sa femme, oui, mais sans lui briser les os… » https://www.liberation.fr/planete/2002/04/01/a-dubai-frapper-sa-femme-oui-mais-sans-lui-briser-les-os_398824

        « C’est en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est qu’on trouve les pourcentages les plus élevés de violence conjugale. Dans ces régions, ce sont environ 37 % des femmes qui subissent de la violence aux mains de leur conjoint, avec des sommets atteignant 78 % dans certains pays d’Afrique centrale. »

        • Alice Braitberg dit :

          Merci pour cet épouvantable rappel dont j’ai parlé souvent ici. Ce n’est pas parce qu’il y a pire que les machos blancs sont parfaits. Un macho rouge, blanc, noir, jaune marron reste un macho.

          • Fifi dit :

            Vous détournez un peu ce que j’essaie de faire comprendre car j’ai l’impression que vous essayez de faire dans le « pas d’amalgame », je parle de cultures différentes qui font que dans ces cultures, les femmes sont considérées comme des moins que rien alors que dans d’autres, elles sont respectées, et ce, même si on peut toujours trouver des hommes ou des femmes (les femmes aussi !) « mauvais », qui rabaissent/méprisent car on en trouve des deux côtés (il n’y a pas d’un côté, les femmes qui sont des « saintes », et de l’autre, les hommes, « méchants »). Les féministes d’aujourd’hui font de l’attaque sur l’homme blanc occidental, rien d’autre, elles ne sont que les idiotes utiles du système pro immigration massive.
            Comme a dit A. Sterrone sur sa théorie de « L’échelle des discriminations », les féministes ne s’attaquent qu’à l’homme blanc parce qu’elles voient les hommes non blancs comme des intouchables à cause qu’ils sont considérés selon l’idéologie de gauche comme au-dessus dans l’échelle des discriminations, alors qu’on ne peut pas comparer la culture occidentale qui prend particulièrement en compte les femmes, et d’autres cultures qui voient les femmes, comme des moins que rien, donc où il est considéré normal que les hommes les maltraitent, et même les femmes de ces cultures trouvent ça normal car c’est toute la société qui trouve ça normal.
            https://www.youtube.com/watch?v=hhtHJR_wUYU
            Si dans les pays occidentaux, aucune femme de culture occidentale n’admet qu’un homme a le droit de battre sa femme, c’est parce que ça n’est pas admis non plus chez les hommes de culture occidentale, ce n’est pas considéré normal dans toute la société, et ce, même si on peut en trouver. Les normes dans une société, c’est ce qui fait que certains (mauvais) comportements de certaines cultures vont se voir plus que dans d’autres. Dans certaines cultures, battre sa femme est admis donc on y voit cela énormément, idem pour les viols.

    • polin dit :

      Imbécile.

    • liliane dit :

      tout à fait d’accord

  11. Favre dit :

    Brigitte Lahaie a trouver ,après sa carrière d actrice porno , un job idéal pour continuer a exister , et faire son beurre et celui des stations de radios qui l emploie , en se présentant comme une spécialiste de la sexualité féminine , alors que ce n est que la sienne , ( ce qui n est même pas sur ) . Pour moi , les choses ne s amélioreront pas ( dans tous les domaines ) , sans une refondation morale et spirituelle de notre nation, sans une mise en place de nouveaux paramètres culturels et moraux.Sans établir de nouveaux gardes fous.

  12. Carole dit :

    Brigitte Lahaie a tout à fait raison, Madame et je crois que vous ne la connaissez pas bien. La « libération de la parole (euphémisme pour délation) des femmes » qui se disent – sans preuves – victimes de violences sexuelles est actuellement un féminisme qui « n’est pas pour la femme, mais contre l’homme ». Je vous recommande la lecture de son livre « L’amour et le couple », plein de sagesse, c’est celui d’une femme qui connaît bien les hommes et les femmes et oeuvre à leur bonne entente..

    • Fit dit :

      Oui elle connait bien les hommes, surtout en dessous de la ceinture.

      • liliane dit :

        et alors !cela lui donne une certaine expérience qui lui permet de conseiller
        et rassurer beaucoup de personnes qui manquent de confiance dans leur
        pratique sexuelle.Je trouve ses émissions très instructive. Il est vrai que beaucoup se prennent pour des bêtes de sex

        • Fit dit :

          Depuis que le premier homme et la première femme sont apparus sur la terre on baise, rien d’extraordinaire, même les animaux font de même, si il vous faut des «professeurs» de cul pour vous conseiller et vous rassurer, je pense que vous avez un problème.
          Au lieu de vous préoccuper de votre manière de jouir vous feriez mieux de vous soucier de l’avenir de vos enfants dans une société en pleine déliquescence à laquelle des p.tes telles que brigitte lahaie ont largement contribué.

          • Carole dit :

            @Fit Ce qu’a fait Brigitte Lahaye dans sa jeunesse ne regarde qu’elle. Elle était une actrice dont personne n’était obligé de voir les films, pas un influent personnage politique. A l’heure actuelle et grâce à l’expérience humaine qu’elle a ainsi acquise, son rôle est bien plus positif que celui de ces féministes misandres haineuses et vindicatives engagées dans une guerre déloyale (basée sur une délation publique et sans preuves) qui ne nous promet rien de bon.

    • Conophobique dit :

      Je vous rejoins Carole.

    • Alice Braitberg dit :

      Curieux comme l’accusation de prédateurs sexuels est pour vous de la délation par contre la dénonciation des autres délinquants et criminels ce serait légitimes ? J’espère que l’idéologie de BL vous rend heureuse. Moi quand je l’entends, ça me dégoûte

      • Boadicea dit :

        C’est pas grave Alice remettez vous. Nous les vraies femmes nous demandons l’application de la loi sans nous cacher derrière une pseudo cause féministe qui en fin de compte font passer les femmes pour de pauvres victimes gémissantes des affreux mâles blancs. Nous sommes des battantes jouissant de la vie pas des brebis bêlantes.

      • liliane dit :

        seriez vous frigide ??

      • Carole dit :

        @Alice Braitberg Je doute fortement de la sincérité de ces ‘féministes » que vous soutenez qui pratiquent le deux poids deux mesures en ce qui concerne leur jugement des auteurs de viol selon leur origine et dont la chef de file politique, Schiappa, semble en fait considérer les femmes comme des objets sexuels dans ses écrits. Cf « Osez l’amour des rondes » (de bonnes affaires au lit selon Schiappa et « les filles bien n’avalent pas ».) C’est édifiant. Et les mêmes jouent les donneuses de leçon !

  13. Fifi dit :

    « Brigitte Lahaie estime que la libération de la parole des femmes victimes de violences sexuelles est actuellement un féminisme qui « n’est pas pour la femme, mais contre l’homme » »
    Et elle a raison, mais je rajouterais que le féminisme actuel est juste contre l’homme BLANC, OCCIDENTAL, donc contre celui qui est de part sa culture, le plus respectueux des femmes, d’une manière générale.

    • Alice Braitberg dit :

      L’homme blanc vraiment respectueux des femmes comme JF Kahn qui disait à propos de la prédation de DSK « ce n’est qu’un troussage de domestique »

      • Boadicea dit :

        Alice il est évident que vous avez été mal « troussée »dans votre vie n’en faites une généralité !

  14. Allonzenfan dit :

    Qu’une vie dissolue ait mis un peu le bordel dans ses neurones est parfaitement possible. Cela dit, elle a parfaitement le droit de ne pas aimer les féministes dont la santé mentale de certaines d’entre elles peut tout aussi bien être mise en doute vu leur haine des hommes…

  15. Fifi dit :

    La culture du viol n’existe pas dans les pays occidentaux car le viol y est considéré comme un crime donc elle n’existe pas chez les gens de culture occidentale, qu’ils soient hommes ou femmes. Il y a des viols par des occidentaux, mais il n’y a pas de culture du viol, c’est pour cela qu’il a nettement moins de viols par des occidentaux en comparaison des viols venant d’hommes issus d’autres cultures. La culture du viol n’existe que dans les pays où toute la société entière considère les femmes comme des moins que rien, elle n’existe donc que dans les pays où les violences faites aux femmes sont considérées comme normales pour toute la société, c’est ce qui fait la culture dans un pays, d’où que nombre d’hommes venant de pays où les femmes sont maltraitées et qui ont été accueillis dans les pays occidentaux, violent.
    Par exemple, en Afghanistan, une femme qui est violée, se retrouve en prison car elle est considérée responsable du viol qu’elle a subit, c’est ça la culture du viol.
    Quant à Brigitte Lahaie, c’est juste une femme intelligente et sensible.

    • katarina prokovich dit :

      merci de bien rappeler et préciser les choses! vous avez bien remis les choses à leurs places!

      • Alice Braitberg dit :

        Vous écrivez « vous avez bien remis les choses à leurs places! » (au pluriel)
        Or si les choses ont plusieurs places, c’est qu’elles n’en ont aucune et qu’elles cherchent leur place (au singulier)