1

Pas question de les expulser, la France a trop besoin d’eux

 

Il n’est pas question de les expulser, nous avons besoin d’eux, ils sont une chance pour l’économie française.

Qui prétend le contraire ?

Hamza est un Marocain qui a eu 18 ans en mai 2019, donc aujourd’hui il est majeur. Il possède 17 identités différentes, qui dit mieux ? Également 12 condamnations sur son casier judiciaire (là on a vu mieux !). Il vient à nouveau d’être condamné à un an de prison, assorti de quatre mois de sursis, pour deux vols avec violence commis au cours de la même nuit du jeudi 29 au vendredi 30, en plein centre-ville d’Angers (Maine-et-Loire).

Peine bien légère due à son statut de mineur, qu’il n’est plus, et malgré la possession d’une arme à feu, avec mise à l’épreuve pour une durée de deux ans… mais pas d’expulsion !

Il avait arraché avec violence le portable d’un jeune homme et, le même jour, vers 21 h 30, rue de la Roë, il a arraché de force la chaîne et la médaille de baptême d’un autre homme.

Mais il avait une excuse, que l’on comprend parfaitement : « Hamza est un consommateur de produits stupéfiants. ».

*Toulouse (Haute-Garonne) – Un jeune homme d’une trentaine d’années a été blessé par balles et se trouve entre la vie et la mort, son pronostic vital est engagé, abattu mercredi soir, vers 19 h 45, dans le quartier de Bonnefoy, devant le petit immeuble où il réside, rue Pochon.

Les coups de feu ont été tirés d’une voiture à bord de laquelle se trouvait deux individus.

Il a été transporté aux urgences de l’hôpital Rangueil.

Bonningues-lès-Calais (62) – Il a séquestré et violé son ex-femme, âgée de 27 ans et enceinte de sept mois, parce qu’elle l’avait quitté pour « un bâtard de Français ».

En janvier 2017 il s‘était échappé d’un établissement psychiatrique de Liège, en Belgique.

Sa victime, mère de trois enfants, avait déposé 27 plaintes et mains courantes contre lui pour des viols répétitifs, quelquefois collectifs, car il l’a forcée à se prostituer, après un mariage arrangé.

Ce « Belge » de 37 ans, dont on ignore l’origine, était entré par effraction au domicile de son ex-épouse et avait inscrit au marqueur, sur son ventre, une injure avant d’être surpris en flagrant délit de viol, dénudé sur sa victime, par les gendarmes qu’elle avait réussi à alerter.

Pour sa défense il avait ajouté : « Je l’ai violée pour que l’enfant qu’elle attend soit de moi. Je ne voulais pas qu’il soit de l’autre ! »

Il a été condamné à dix ans de prison.

Asnières, périphérie parisienne, un jeune homme de 26 ans tué par balles dans la nuit de mardi à mercredi.

Il marchait dans la rue, vers 3 h du matin, lorsqu’il a été touché au thorax.

Il est décédé une heure plus tard.

Son tueur circulait en voiture.

*Dans l’agglomération tourangelle, le 27 août, au petit matin, vers 6 h, deux frères ont refusé une cigarette, car ils ne fumaient pas, à un individu qui, pour ne pas être appréhendé, les a lardés de coups de couteau.

Selon le procureur de la République, son âge est indéterminé car il serait âgé de 13 ans mais il déclare être né le 1er janvier 2019. « Il s’agit d’un menteur pathologique ! ».

Appréhendé quelques heures plus tard, place Jean-Jaurès, il a refusé de se soumettre à tout prélèvement biologique.

Condamné à sept mois de détention et interdit dans la région pour une durée de trois ans.

Depuis plusieurs mois de nombreux jeunes gens se sont fait agresser dans le secteur de la Place Plumereau.

À l’intérieur même de la prison de Fleury-Mérogis, un détenu, âgé de 20 ans, dont nous ignorons l’origine, et condamné à une peine de prison de trente mois pour tentative de viol sur une dame âgée, a agressé sexuellement une surveillante, le 9 juillet dernier.

Au moment de l’agression, la surveillante était accompagnée de deux collègues masculins. Elle a ouvert la porte de la cellule de ce voyou qu’elle ne connaissait pas, lorsqu’il s’est précipité sur elle posant ses mains sur sa poitrine, avant d’être maîtrisé.

Deux jours plus tard, il fait le tour de la table et plaque l’avocate, venue pour le défendre, contre le mur.

Une attaque rapide et violente qui n’a pris fin que grâce à l’intervention d’un surveillant présent près de la salle.

Robe d’avocat déchirée au niveau du col et de la poitrine, l’avocate, du barreau de l’Essonne, très traumatisée, n’a plus remis les pieds dans une maison d’arrêt depuis son agression, la peur au ventre.

Le tribunal correctionnel d’Évry l’a condamné à un an de prison ferme.

Quelle sera la prochaine femme agressée sexuellement dès sa sortie ?

À Sausset-les-Pins (Bouches-du-Rhône). Dans ce village d’apparence paisible, avec son petit port, ses commerçants sympas et sa petite vie tranquille, le sang a coulé, comme partout dans nos provinces.

En pleine nuit, dans une maison d’habitation, un jeune homme de 26 ans a été froidement poignardé à coups de couteau et son frère, âgé de 15 ans, blessé.

Un témoin a entendu des cris et vu des gens s’éparpiller.

Ce jeune homme, peu connu des services de police : il traînait un peu avec les jeunes du quartier.

Il s’agit peut être d’un tapage nocturne qui a dégénéré, un coup de sang par cette chaleur avec des individus importunés par le bruit ou alors d’un différend plus important ? L’enquête dirigée par la PJ nous en apprendra davantage.

Le drame a secoué le village car la personne interpellée est originaire du quartier et inconnue des services de police.

La création d’une parcelle de 700 m2 de surface cultivable a été décidée par le paysagiste de la ville de Paris et le projet devrait voir le jour à la fin du mois d’octobre, mais l’espace exposition et la plantation déjà installée, à proximité du métro « Chapelle », ressemble déjà à un squat, des bouteilles d’alcool par centaines et des déchets d’ordures sur la chaussée, près des bacs poubelles débordants, une odeur pestilentielle d’urine et de matières fécales, des matelas jetés à même le sol, etc.

Le quartier Barbès n’est pas prêt à retrouver un environnement, même identique à celui qui n’était déjà pas idyllique il y a quelques années.

Mais au moins il était « folklorique », aujourd’hui il est dégueulasse… et dangereux !

Manuel Gomez