Pascal Hilout : l’islam n’a pas sa place en France

Publié le 21 décembre 2010 - par - 548 vues
Traduire la page en :

http://www.dailymotion.com/swf/video/xg6h5r</a&gt

Mesdames et Messieurs,
chers amis,

C’est un honneur pour moi de participer à cette journée parisienne pour dire NON à l’islamisation de l’Europe. NON à l’islam partout où il prend le pouvoir sur les êtres humains. Il leur impose la soumission ; inscrite dans le corps, dans l’espace et dans le temps. NON à la soumission, signification première, confirmée par la pratique, du mot islam !

L’islam n’a pas sa place en France. Il n’a pas sa place en Europe et il n’a pas sa place dans aucune société humaine qui aspire à la démocratie, à la Liberté et à la Fraternité. L’islam est un fascisme, un Diktat, dictée en allemand. Le Coran se définit comme une dictée d’Allah à prendre de force ou à laisser sous peine des pires châtiments, ici-bas et dans l’au-delà. La peur, la menace et l’intimidation font partie intégrante du message coranique, confirmé par la pratique de Mahomet. Mahomet est l’islamiste, est l’extrémiste par excellence, vénéré par TOUS les musulmans. Mahomet a pratiqué le qitâl, la guerre (du verbe qatala, c’est à dire tuer). La guerre, le qitâl, est une prescription du Coran . Sabre en main, Mahomet a conquis non seulement la Mecque, sa ville natale, mais aussi presque toute la péninsule arabique. Pourtant, Allah était vénéré par les tribus arabes à côté d’autres divinités, féminines et masculines. Nous savons donc que, dès le début, l’islam a été un totalitarisme qui supporte mal la concurrence, il supporte mal le débat et choisit l’épreuve du combat. L’islam s’est imposé par la terreur, par le sabre et il continue de s’imposer par la poigne et par la terreur de ses dictateurs, partout dans le monde musulman ; par l’intimidation, par le chantage, par la menace, par la pression sociale et par les exécutions, dès que les fidèles aux pratiques de Mahomet en ont la capacité.

L’islam est un ensemble d’idées totalitaires. Il n’a rien de moins comme ambition que de régenter tous les aspects de la vie des croyants. Ils les invite à user de tous les moyens de persuasion et de coercition pour convertir la terre entière à la seule religion qui vaille : à l’islam. Cette pensée totalitaire et cette pratique expansionniste doivent être combattues avec la même force et avec la même détermination que toutes les idées fascistes et que toutes les idéologies totalitaires. Là où l’islam s’installe dans la société, la Liberté, l’Egalité et la Fraternité sont grignotées, vidées de leurs sens. Par petits bouts. Sous couvert de pratique religieuse, ces trois principes de notre démocratie et de notre République subissent des restrictions. Et c’est ainsi que la Laïcité se transforme en cadre tout à fait creux où l’islam prospère et réduit au quotidien nos autres valeurs encore plus fondamentales. Il profite de la neutralité bienveillante, cynique ou tout simplement calculatrice des politiciens pour faire sa loi dans les cités. Les musulmans de France et d’Europe savent pertinemment que la loi du nombre leur est favorable et que cette loi du nombre fera en sorte que les prescriptions islamiques auxquelles ils obéissent et les pratiques quotidiennes qui en découlent finiront par s’imposer, d’elles-mêmes, à toute la Cité. Ce n’est qu’une question de temps, de quelques générations.

C’est cette trajectoire que nous devons infléchir. Maintenant ; surtout pas demain ! Il faut être aveugle pour ne pas voir ce qui se passe en France, en Europe et partout ailleurs dans le monde. Il faut être lâche pour ne pas dénoncer l’islam partout où il impose sa loi liberticide, misogyne, sectaire et intimidante. Les musulmanes et les musulmans sont ses premières victimes transformés en vecteurs-reproducteurs. Pour contribuer à l’émancipation de nos concitoyens et de nos voisins musulmans, il nous faut à tout prix combattre le fascisme qu’est l’islam, c’est à dire les prescriptions coraniques, mises en pratique par Mahomet et par ceux qui sont fidèles à ses pratiques.

Aux Champs Elysées, en brandissant et en savourant de simples saucissons il y a six mois, nous étions convaincus que nous avions déjà là une arme contre les préceptes liberticides et séparatistes du Coran. Préceptes mis en pratique dans nos cités, y compris par l’enseigne Quick convertie au halal pour exclure toute nourriture réputée impure de ses grils, afin de ne pas contaminer la nourriture des musulmans. C’est une ségrégation territoriale à l’envers. Cet interdit alimentaire engendre non seulement l’auto-exclusion, mais aussi l’exclusion et le bannissement des mangeurs de porc. Manger ce que mangent mes compatriotes, goûter à tous les produits du terroir et sabrer le champagne avec eux, voilà la vraie Fraternité, le vrai partage et le vrai vivre-ensemble qu’il nous faut rétablir en place et lieu des ghettos religieux. L’histoire nous fournit des preuves facilement vérifiables : les religions érigent des murs de séparation et de lamentation entre les êtres humains. Il faut être aveugle pour ne pas voir cette réalité.

D’autres ghettos religieux sont déjà là, parmi nous, institués par la prescription de l’endogamie. On se reproduit dans l’entre soi communautaire. A la deuxième et à la troisième génération, l’interdit islamique de s’allier à des juifs, à des chrétiens ou à des non-musulmans, génère une immigration de peuplement par simple mariage dans les pays d’origine de ses parents ou grands-parents. Cet interdit islamique est ouvertement séparatiste et ségrégationniste. Aucune Fraternité humaine n’est possible tant que cet interdit est en vigueur.

Je vous invite à lire « Les Yeux grand fermés », livre écrit par la démographe Michèle Tribalat. Page 42, je cite :
“En la matière, les stratégies matrimoniales des familles jouent un rôle déterminant. …L’enquête sur le parcours des migrants menée par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), en 2006-2007, indique que 63% des personnes entrées comme conjoints de Français rejoignent une personne d’origine étrangère (c’est à dire qui a au moins un parent immigré). Cette proportion atteint 63% chez les conjoints de Français tunisiens, 66% chez les Marocains et 81% chez les Algériens. C’est également le cas de plus de 80% des conjoints de Français turcs.” fin de citation. Il s’agit là d’une filière d’immigration dont le moteur tourne tout seul une fois la réaction en chaîne mise en route.

Mais pendant longtemps, notre Haut Conseil à l’Intégration et nos politiques ne voulaient pas qu’on laissent parler les chiffres, les statistiques et les démographes politiquement incorrects. Ce sont nos propres responsables, totalement irresponsables, qui mettent un voile sur notre entendement pour ne pas voir la réalité. Ils manquent de courage politique. Nous vivons dans une République de lâches, comme l’a si bien écrit Rachid Kaci. Le livre de Thilo Sarrazin, que j’ai ici, démontre que cette cécité volontaire, cette dissimulation de la réalité est aussi endémique chez nos voisins Allemands.

Nous savons pertinemment que l’islam est liberticide. Il y est interdit, sous peine d’exécution, de critiquer le Coran et Mahomet. Salman Rushdie, Theo van Gogh, Ayan Hirsi Ali, Robert Redeker, Wafa Sultan, Charlie Hebdo, Geert Wilders, les caricaturistes danois et bien d’autres en savent quelque chose !
Il est claire pour moi que l’islam, de par ses interdits, ses restrictions et ses pratiques les plus élémentaires est tout à fait contraire à notre désir de rester libres, de faire société, de vivre-ensemble, de réaliser l’intégration et l’assimilation, de perpétuer le creuset de fusion que la France a toujours été. L’islam est facteur de dés-intégration, de séparation et de régression en matière de civilisation. Les interdits islamiques consolident des ghettos vestimentaires, alimentaires, sexuels, matrimoniaux, esthétiques, sportifs, médicaux, bancaires, commerciaux, sépulcraux : de la conception à la mort en y passant toute la vie. Pour l’amour des générations futures, nous devons dire NON A L’ISLAM, à ses prescriptions et à ses pratiques.
Merci pour votre attention !

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi