Passe sanitaire : le peuple de France présente sa démission

Paris au mois d’août comme autrefois, dans la chanson d’Aznavour. Les rues sont vides. Les gens ne sont pas remontés après le 15 août. De toute façon, il n’y a pas eu de pont du 15 août, qui tombait exprès le dimanche. Il n’y a plus de pont du 15 août, il n’y a plus rien. Chacun est resté loin, dans son jardin, là où les képis, jusqu’à présent du moins, ne viennent pas vous ordonner de mettre un masque ou d’ajuster votre pantalon.

Les gens restent loin, sur un lopin de terre, ou dans un van planqué derrière un buisson, ou dans une grange pas encore retapée et qui sent toujours la paille et le foin. Ou au bord de la mer, à la rigueur, dans les rochers avec les crabes.
Eh bien voilà, voilà la nouvelle : le peuple de France présente sa démission. Ceux qui croient au Ciel et ceux qui n’y croient pas, ceux qui ont le passe sanitaire et ceux qui ne l’ont pas – et qui souvent s’en foutent comme de leur premier vaccin. Le peuple de France présente sa démission. Et même, la donne, au diable l’avarice. Avec ou sans passe. Un passe « sanitaire », du reste, pour quoi faire ?

Un passe sanitaire pour avoir le droit d’entrer dans un bâtiment hideux et de gagner un bureau tristouille où accomplir des tâches rebutantes et idiotes ? Un passe sanitaire pour avoir le droit d’entrer dans des grandes surfaces où acheter des tas d’objets et ustensiles inutiles et de la bouffe plus ou moins… mangeable (pour ne pas dire pire) ?

Un passe sanitaire pour accéder à un marchand de journaux afin de lire des nouvelles trafiquées, le journalisme ne consistant plus, semble-t-il, à dire ce qui se passe mais à le cacher ? Un passe sanitaire pour aller au cinéma voir des films français minables de propagande « sociétale » ou des productions américaines monstrueuses par le budget et la connerie ?

Un passe sanitaire pour avoir le droit de prendre un café dans un boui-boui ou de manger des frites surgelées à la terrasse dans une rue à la chaussée défoncée et aux trottoirs jonchés d’immondices ? Un passe sanitaire pour pouvoir aller à la messe écouter un prélat parler comme un député servile et niais de la majorité gouvernementale ?

Et enfin, apothéose, un passe sanitaire pour pouvoir aller à l’hôpital se faire soigner quand on est malade, à supposer que le service approprié ne soit pas fermé momentanément, voire définitivement.

Alors voilà, le passe sanitaire, le peuple de France a décidé qu’il s’en passe. Chacun chez soi, dans son jardin ou son cabinet ministériel ou non, et les vaches seront bien gardées (ainsi que les peaux de vaches, on l’espère). Le peuple de France, belles dames et beaux messieurs, vous donne sa démission avec ses compliments (et quelques noms d’oiseaux en prime). Il serait tout à fait déplacé d’y voir on ne sait quel complotisme ou quel abominable populisme. Car le peuple n’a pas besoin d’être populiste, il est le peuple et c’est assez, que cela vous plaise ou non.

À présent, que les cheffes et chefs se retroussent les manches et se démerdent. Il paraît qu’il y a encore un peu de boulot sur les chantiers et dans les quelques usines qui ont survécu de loin en loin.

Didier Blonay

P.S. Pour ceux qui reprocheraient à ce texte un manque de réalisme, on précisera qu’il peut se lire à la manière d’une fable inspirée de notre bon Jean de La Fontaine.

image_pdf
0
0

15 Commentaires

  1. Faut-il être une sous-merde pour accepter d’arborer un bracelet dans son propre pays, EN FRANCE et se dire : moi, j’ai le droit d’aller dans ce bar, dans ce restaurant, car j’ai obéi à des inconnus comme un clébard (dites moi que ces ordures ne sont pas des inconnus venus d’on ne sait où). Comme les clients d’hôtels all inclusive à qui on donne un bracelet pour bénéficier des prestations de l’hôtel, ce qui serait dans ce cas acceptable.

  2. Merci, Monsieur, vous m’avez fait rire, et ça c’est inestimable.

    Je fais partie des foules populaires qui manifestent depuis 5 ou 6 semaines. J’étais même venue à une ou deux manifs modestes qui s’étaient tenues à la Rotonde (Aix en Provence) en mars et avril. Nous n’étions alors que 40 ou 50 personnes, mais nous étions contents d’être ensemble.

    Alors le samedi matin je prends mon bâton de pèlerin et je pars « à la manif ». C’est très chaleureux, sympathique. Je ne suis plus très jeune, et beaucoup de participants me félicitent d’être là, s’en étonnent peut être. Certains m’ont demandé de me prendre en photo.
    Pour conclure je me suis fait « jeter » d’un cinéma et d’un café parce qu’on me demandait mon passe, et que je ne veux pas être ainsi contrôlée.

  3. Ausweiss. Ségrégation et apartheid.. Voilà le projet mis en place par macron. Merci à ceux qui ont voté cette crapule

  4. Ami Didier,
    Ne commettez pas la même erreur que la majorité des rédacteurs de RL!
    Les provocations quotidiennes de Macron visent précisément à détourner l’attention du petit peuple abruti de télé et à le diviser. DIVISER!
    La dernière provoc en date est en effet sa menace de licenciement pour les soignantes non vaccinées et le laissez-passer pour les 20% de la population pas (encore ?) vaccinés.
    La prochaine provoc sera l’entrée de la saltimbanque Joséphine Baker au panthéon, avec sa ceinture de bananes.
    Les manifs anti-pass sont un argument pour Macron, libre de ses mouvements puisque les centriste des LR le laissent faire ce qu’eux voulaient faire, sans jamais l’oser.
    Et les 175.503 manifestants officiels -pas 502 ou 504- sont une cerise-provocation sur la galette mondialiste.

  5. Ne soyons pas aveugles ! Le passe sanitaire est une invention machiavélique pour que le peuple soit coincé et aille se faire inoculer une saloperie mortelle à plus ou moins long terme alors que cette injection est encore à u stade expérimentale.
    Lutter contre l’imposition d’un « très-passe-port », c’est bien. Mais lutter pour l’interdiction de l’inoculation d’un poison létal, c’est mieux.

  6. Merci pour cette carte postale envoyee par le peuple francais,de la ou il puise la force de resistance ,faite d’inertie positive et volontaire,en ces coins tranquilles, au sein de la France , sa mere-patrie eternelle.

    • Quand Macron et sa bande de crasseux ne seront plus au pouvoir, j’espère une sanction immédiate en les privant de manger et de tout ce que cela sera leur vie de merde ensuite.

      • Vous êtes naïf nicolachaos ! macron est là pour longtemps encore , il ne lâchera le pouvoir que par la force ! Et pour le moment la force est inexistante !

      • Seul problème, c’est que les gouvernants qui suivent, quelques soient leurs orientations, n’abolisent JAMAIS les lois précédantes de ceux qui les précédaient. Par exemple : Loi Gayssot, le regroupement familial de Giscard, Loi Simone Veil, Taubira, et bien d’autres qui nous empoisonnent la vie et que personne n’envisage de modifier ou d’abroger purement et simplement. A commencer par la sortie de l’EU qui est un boulet pour notre indépendance.

        • c’est normal…. »les belles envolées lyriques, les commissions avec des sous commissions, chacune avec des règles bien précises. »..(sourire) ne peuvent commettre d’erreurs ni pour le présent, ni surtout pour l’avenir…si on commence à y réfléchir avec les connaissances actuelles …on va déchirer de belles illusions de politiques , donc très humains finalement…

Les commentaires sont fermés.