1

Patrick Buisson a-t-il tort, quand il relativise le danger de l’islam ?

Je crains que bon nombre de téléspectateurs aient mal interprété les déclarations de Patrick Buisson, face à Apolline de Malherbe, qui ne cessait, hélas, de l’interrompre afin de tenter, mais en vain, de lui faire expliquer d’une autre manière ce qu’il s’efforçait à expliquer avec justesse.

Ainsi quand Patrick Buisson affirme que, selon lui et contrairement à d’autres analystes, que « ce n’est pas l’islam le danger qui menace la France mais avant tout l’immigration incontrôlée », nombreux sont les commentaires qui témoignent de l’incompréhension d’une grande partie de « ses » partisans.

« L’islam n’est que le miroir de nos insuffisances et de nos démissions. L’islam nous renvoie à l’image de notre déclin, de notre décadence. » (A-t-il tort ?).

Le sujet n’est pas que l’on pratique sa religion, musulmane ou chrétienne, mais que, d’une part on ne cherche pas à l’imposer et que, d’autre part, « sa » religion se pratique avec discrétion.

C’est apparemment sur ce point que semblent s’opposer Patrick Buisson et Éric Zemmour par exemple.

Les propos de Patrick Buisson me paraissent cependant suffisamment lumineux : pour lui, l’islam est une religion forte, engagée, politique et, en France, il ne trouve face à lui qu’un peuple sans religion, sans patriotisme, sans engagement. Un peuple qui ne lui propose non seulement aucun exemple, ni aucun patriotisme, mais qui, bien au contraire, ne s’oppose à lui que très faiblement et cela lui permet de pénétrer en force.

Jusqu’à ces dernières années, l’islam n’avait provoqué aucun problème majeur dans notre pays et c’est l’arrivée massive d’une immigration musulmane incontrôlée qui permet à l’islam d’émettre des droits afin de tenter d’imposer ses lois, ses mœurs, ses coutumes.

L’islam ne changera pas, l’islam ne s’assimilera jamais, il n’y aura jamais « un islam de France », c’est donc au peuple de France de retrouver son patriotisme, ses valeurs républicaines et judéo-chrétiennes.

Il n’y a qu’un pouvoir fort qui peut lui permettre de se rassembler face à la menace d’une religion qui, elle, n’abdiquera jamais devant des « mollassons » !

Voilà, en résumé, ce qu’a voulu expliquer Patrick Buisson. La seule contradiction qui semble l’opposer à Éric Zemmour : pour Éric, l’islam est le sujet majeur « importé » par l’immigration. Pour Patrick, l’immigration incontrôlée introduit en force l’islam dans notre pays.

Je vais les mettre d’accord tous les deux car, j’en suis persuadé, les deux ont raison : « L’immigration incontrôlée et l’islam sont les deux dangers qui menacent notre civilisation républicaine et judéo-chrétienne. » 

Il y a tout de même un point sur lequel je ne suis pas d’accord avec Patrick Buisson, sur lequel je ne peux pas le suivre : c’est sur le port du voile en France.

Jamais le voile n’a posé problème pour moi en Algérie, lors de ma jeunesse, mais quand j’ai pu assister aux pressions, aux persécutions, même, subies par les jeunes femmes qui souhaitaient s’en débarrasser, quand je sais qu’en Algérie les femmes doivent se rassembler sur les réseaux sociaux afin de pouvoir se rendre sur des plages pour s’y baigner en maillot deux pièces sans y être insultées, et même quelquefois agressées physiquement, il m’est difficile de comprendre qu’elles s’en coiffent en France si ce n’est par contrainte religieuse ou provocation politique.

À quand un débat entre nos deux amis afin qu’ils puissent s’expliquer longuement et clairement, qu’ils nous instruisent et que finalement, et j’en suis persuadé, ils se rejoignent dans un accord total ?

Personne ne doit douter un seul instant de l’engagement total d’un Patrick Buisson et d’un Éric Zemmour. En ces moments difficiles et dangereux pour notre civilisation occidentale, nous avons un urgent besoin de toutes « nos lumières » pour nous éclairer !

Manuel Gomez