Patrick et Martine Binder s’opposent au financement de l’abattage rituel halal par la Région Alsace

C’est une lettre particulièrement longue et argumentée qu’ont adressée le 1er septembre Patrick Binder (interviewé récemment par Riposte laïque) et Martine Binder, tous deux conseillers régionaux d’Alsace, au Conseil général et à d’autres personnalités :

http://ripostelaique.com/wp-content/uploads/2012/09/LettreHallal.pdf

Cette lettre se situe dans le cadre du statut particulier du Concordat Alsace-Moselle, concernant les communautés catholique, protestante et juive mais jamais étendu officiellement à l’islam. Ce qui permet toutes les dérives, comme le financement par le contribuable de la grande mosquée de Strasbourg.

Patrick et Martine Binder s’insurgent notamment contre l’aide publique pour des sites d’abattages temporaires à l’occasion de l’Aïd-el-kebir. Ils condamnent cette atteinte à la laïcité républicaine : « séparation totale du pouvoir civil et du pouvoir religieux. » Ils dénoncent l’utilisation du mot « halal » qui « n’a aucune signification et ne saurait faire l’objet d’une quelconque réglementation et encore moins de subvention publique ».

Les auteurs soulignent la contradiction entre le récent décret sur de nouvelles conditions draconiennes de l’abattage rituel, et ces « abattoirs temporaires » qui échapperaient à cette procédure longue et contraignante, et aux impératifs du décret (contention mécanique, etc.). Ils dénoncent également la subvention par la région Alsace de ces « abattoirs temporaires ».

Patrick et Martine Binder évoquent aussi le « cauchemar » des cantines scolaires. Ils rappellent que le candidat François Hollande a promis que « sous ma présidence, rien ne sera toléré en termes de présence de viande halal dans les cantines de nos écoles ». Or contrairement aux affirmation de Manuel Valls, la mairie de Strasbourg distribue de la viande halal dans les cantines scolaires.

Les auteurs de la lettre reviennent également sur le fait que l’abattage est « une tromperie du consommateur et une souffrance des animaux » et sur le fait que de la viande halal est vendue au consommateur moyen à l’insu de son plein gré. Sujets que nous avons déjà largement traités dans Riposte laïque et sur lesquels je ne reviendrais pas. Patrick et Martine Binder réclament comme nous l’information du consommateur, au nom du « respect de la liberté de conscience et de religion ».

Les auteurs de cette lettre promettent de lancer « sur internet d’ici quelques jours une campagne contre l’horreur de l’abattage rituel halal ». Naturellement, nous les soutiendrons.

Roger Heurtebise

image_pdfimage_print