1

Patrie et Nation : fondements de tous les Peuples de la Terre

De mes multiples sélections en Équipe de France d’Athlétisme, j’ai gardé une image primordiale et marquante : sur le podium, il n’y a que trois places… et une seule de premier. À l’instar de tous mes concurrents, et sans prétention aucune, je dois dire que, moi aussi, comme tous les autres, c’est celle-là que je préférais… Bah oui !… Ce qui, en clair, signifie que les meilleurs sont toujours les moins nombreux. Et cela vaut dans tous les domaines…

Rapportée au Patriotisme (l’Amour de sa Patrie et non la détestation des autres) ainsi qu’au Nationalisme (l’Amour de sa Nation et non la haine des autres), il importe donc que chacun d’entre nous s’évertue à être le meilleur en ces domaines. Car là aussi, comme en sport, il s’agit d’une saine compétition.

Ce qui sous-entend surtout une « course au bien » dénuée de tout préjugé ou jugement de valeur quant à ceux appartenant à d’autres races, à d’autres patries ou à d’autres nations.

Aujourd’hui, les imbéciles professent que « Patrie » et « Nation » sont les deux mamelles de l’exclusion. Pauvres idiots : c’est exactement le contraire.

Qu’il soit blanc, noir, jaune ou oouge, l’Homme ne fait que défendre ce qu’il est et d’où il vient… en espérant savoir où il va. En cela, où est le mal ?… Si ce n’est dans la tête des malades mentaux qui considèrent leurs pauvres idées débiles comme étant universelles. Donc supérieures aux autres. Forcément, selon eux.

Or, n’en déplaise à tous ces atrophiés du bulbe, chaque peuple ou chaque race a droit à sa propre Histoire, à ses propres pensées, à ses propres aspirations. Là aussi, où est le mal ?… Si ce n’est dans les mêmes cerveaux malades qui voudraient que tout le monde pense la même chose… à condition que ce soit comme eux. Bien évidemment ! C’est justement ce qu’ils appellent la liberté d’expression… de penser comme eux.

Aujourd’hui, le monde souffre, non pas de ses différences naturelles, mais de cette lamentable tendance à vouloir que pour le monde ressemble à tout le monde… alors que les peuples du monde entier ne désirent que la reconnaissance de ce qu’ils sont… et de ce qu’ils espèrent. Ce qui les différencie précisément des autres… et qui ne signifie surtout pas « hostilité » envers les autres. Point barre.

Ici, le grand métissage généralisé, prôné par quelques « idiots utiles » à la solde souvent ignorée du capitalisme apatride, ne peut que déboucher sur l’indifférenciation de tous. Et, donc, sur la disparition de toute différence. En quelque sorte : un vaste univers de producteurs-consommateurs (homo economicus) où le seul intérêt consisterait à goinfrer les Conseils d’Administration des multinationales.

Dans cet univers blafard, où se trouve donc le respect des différences et des particularismes ?… À quel moment y reconnait-on cette fameuse « richesse de la diversité » ?… Nulle part !

Un bel avenir, n’est-il pas !

Alors non !… Non à tout ce mélange des genres !… Non à cette vaste mixture de peuples qui, en fait, ne souhaitent tout simplement que leur propre reconnaissance !… Au grand dam des Conseils d’Administration des multinationales. Et finalement oui : il importe donc que chacun d’entre nous aspire à monter sur la première marche du podium pour devenir meilleur patriote et meilleur nationaliste.

Ces deux notions « Patriotisme » et « Nationalisme » n’ont jamais été synonymes de rejet, de mépris ou d’exclusion… comme le prétendent malhonnêtement les abrutis qui s’y opposent.

Bien sûr, elles n’ont pas non plus la prétention de dire que, grâce à elles, tout irait pour le mieux dans le « meilleur des mondes ». Malheureusement.

Mais, au moins, la prise en considération de ces deux notions permettrait-elle de foutre la paix à tous les peuples de la Terre !… en les laissant au moins libres de leur pensée.■

Reproduction autorisée avec la mention suivante :
Marc Noé pour http://francepresseinfos.blogspot.fr/
Ancien Maire-Conseiller Général de Seine-et-Marne
International d’Athlétisme