Patriotes, sortons du gauchisme mental

Publié le 11 novembre 2017 - par - 36 commentaires
Share

Le camp national a certes gagné le combat des idées, mais il connaît une cuisante défaite sur le terrain culturel et politique, cantonné au simple rôle d’opposant factice et de repoussoir électoral. Certains s’en accommodent : ils ont la gueulante facile et savent au fond d’eux qu’arrivés au  pouvoir, ils ne seraient pas meilleurs que ceux qu’ils dénoncent. « Le pouvoir ? Que Dieu nous en garde ! » répétait souvent Jean-Marie Le Pen…

D’autres refusent ce rôle de braillards et voudraient réellement prendre le pouvoir pour (disent-ils) « changer les choses ». Ils s’étonnent dès lors que, nonobstant la décrépitude de la gauche, la droitisation des esprits et un contexte plus que favorable, leurs idées soient à la traîne et peinent à séduire le peuple.

Parmi les nombreuses embûches qui obstruent la voie élyséenne, on cite pêle-mêle : les médias, les lobbys, l’intelligentsia, le système électoral, la propagande, la finance, l’oligarchie, etc. Chacun de ces éléments concourt sans doute à priver les patriotes du pouvoir. Mais ce qui plombe réellement le camp national, c’est… lui-même.

Le nationalisme français souffre, depuis ses débuts dans les années 1880, d’un mal qui le ronge et lui ôte toute crédibilité, tout avenir politique sérieux : le gauchisme mental. Si pour le camarade Lénine, le gauchisme était « la maladie infantile du communisme », il est, un siècle plus tard, une maladie sénile du nationalisme. Le nationalisme est au XXIe siècle ce que le communisme fut au siècle précédent : un éternel épouvantail que l’on agite, que l’on utilise, que l’on combat (sans jamais l’achever) mais auquel on donne l’illusion qu’il pèse lourd et peut « renverser la table ». Au final, chacun y trouve son compte.

En effet, même la droite la plus radicale verse dans le gauchisme mental. Par ce terme, entendons non pas la gauche sur l’échiquier politique (qui a toute sa place dans le combat patriotique – par essence transpartisan) mais un certain nombre d’attitudes et de réflexes pavloviens que les patriotes dénoncent chez leurs adversaires et dont ils sont hélas les premiers thuriféraires. Pour un patriotisme crédible, apaisé et d’avant-garde, il est impératif d’identifier ces travers et de s’en départir.

Le pire des fléaux est sans doute la division. Comme les communistes des années 70-80, le camp national est fracturé en quantité de groupuscules, de mouvances et de clubs qui se font mutuellement une guéguerre des plus viles. « Mettez deux communistes ensemble, ils feront une tendance. Mettez-en trois, l’un d’eux fera une scission« . Cette blague s’applique parfaitement aux patriotes. Du royalisme au philippisme, en passant par le gaullisme, l’identitarisme et le national-paganisme, le camp national est plus morcelé que jamais. Il est salutaire que chacun développe son analyse et propose son propre angle de réflexion. Il n’y a pas de mauvais patriotisme, tous les avis sont bienvenus et méritent d’être étudiés. La chose devient plus problématique quand ces mouvances, au lieu de s’unir, se combattent entre elles. La division est donc le symptôme le plus grave du gauchisme mental.

Vient ensuite l’incapacité à se remettre en question. Le gauchiste, à court d’argument, conclut par un tonitruant « facho ! » pour couper court au débat. Le natio, lui, crie au bobo dès qu’un désaccord surgit, dès qu’un contradicteur le met face à ses incohérences ou dès qu’il juge son interlocuteur « trop mou » (entendez par là : quelqu’un qui est contre le port d’arme et la peine capitale). « Bobo » contre « Facho », donc… Un duel plus burlesque qu’épique, les deux adversaires ayant plus en commun qu’ils ne sauraient l’imaginer. A l’instar de la gauche qui se fracasse souvent sur les récifs du réel, les patriotes sont hélas incapables de voir la réalité au-delà de leur prisme idéologique. Le manichéisme dénoncé chez l’adversaire n’est que le pendant de leur propre manichéisme. On a pu le constater dans l’acharnement dont certains ont fait preuve envers Me Dupond-Moretti. Les mêmes seront pourtant heureux d’avoir un avocat de cette trempe s’ils se retrouvent au prétoire pour avoir contesté la réalité d’un génocide ou frappé un élu de la République… Le manque de réciprocité et d’impartialité est un des traits les plus caractéristiques du gauchisme mental.

Citons aussi le discours antisystème. Dans un monde relativiste, individualiste, globaliste, consumériste et sans âme, il est évident qu’un patriote digne de ce nom est contre le Système. Faut-il encore que cette opposition soit mesurée et non pavlovienne, sous peine de tomber dans les travers de ceux-là mêmes qu’on prétend combattre. Il suffit qu’un journaliste ou une personnalité « en vue » dise quelque chose, pour que la patriosphère crie au « fake news » et clame le contraire… Vaccins, retraite, sondages, sécurité, météo, tous les sujets y passent : « ils nous mentent, ma bonne dame… » Là encore, on est face à un sectarisme digne des gauchistes les plus obtus. Pour eux, il vaut mieux avoir tort contre un patriote que d’avoir raison avec lui. Pour nous, c’est le contraire. Dans les deux cas, l’émotionnel sort gagnant : la Raison est aux abonnés absents.

L’émotionnel est justement un des traits que je tenais à citer ici. S’il est normal d’être passionné, il l’est moins de devenir hystérique et indigne. Par exemple, je ne saurais vous dire ma tristesse et mon dégoût lorsque je lis : « Cinquante migrants se sont noyés en mer, chouette! Sabrons le champagne ! » ou (lorsqu’une personne de gauche décède) : « Qu’il brûle en enfer, pet à son âme!« … Ces paroles, expression d’une colère certes explicable, sont d’autant plus abjectes quand elles émanent de personnes qui se disent défenseurs des valeurs chevaleresques et se prétendent chrétiens ou païens. Celui qui se réjouit de la mort de Pierre Bergé sera le premier à s’outrer des commentaires euphoriques des gauchistes lorsqu’il sera question de Jean-Marie Le Pen ou d’une autre « figure » nationaliste. Leur maxime est : « Les gauchistes nous méprisent, alors méprisons-les ». Or, ce n’est pas par la bassesse qu’on vainc la bassesse mais par la grandeur. En outre, de tels propos orduriers discréditent le mouvement national et le font passer pour un ramassis de haineux sans cœur et vulgaires.

Enfin, on ne peut évoquer le gauchisme mental sans parler de la « culture de contestation » qui en est le ciment. A l’instar des ados anars qui dénoncent tout (« résister c’est exister ») mais sont incapables de proposer quoi que ce soit, certains patriotes se murent dans une posture d’arrière-garde consistant uniquement et exclusivement à vilipender : immigration, chômage, insécurité, islam, niveau de vie, mensonges médiatiques, mondialisation, etc. Que diable proposent-ils ? Rien. Ce néant intellectuel a été étalé au grand jour lors du débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Quoi qu’on en pense, ce dernier est dans une culture de gouvernement, d’innovation, de proposition, quand sa malheureuse adversaire se mure dans une bulle d’où elle se contente de lancer des anathèmes. Les nationalistes n’ont visiblement tiré aucune leçon de cette déculottée électorale.

« A lutter avec les armes de ton ennemi, tu deviendras comme  lui« , disait Friedrich Nietzsche. Avis aux patriotes qui tombent dans cette plaie de l’esprit qu’est le gauchisme mental, nullement exclusif à la gauche politique. Pour devenir une force d’avant-garde, le camp national doit passer de la division à l’unité, de l’émotion à la Raison, de l’hystérie à l’apaisement, d’une culture de contestation à une culture de gouvernement.

Nicolas Kirkitadze

Print Friendly, PDF & Email
Share

36 réponses à “Patriotes, sortons du gauchisme mental”

  1. Rudolph dit :

    Bonne ( auto) critique de la droite qui devrait porter dans son ADN la responsabilité individuelle et donc une certaine maturité existentielle , ce qu’elle n’affiche pas toujours, surtout lorsqu’elle cède aux appels du pied des pseudo-rebelles patriotes habités par le ressentiment et non par un attachement profond à leur pays.

  2. UltraLucide dit :

    Balayer devant sa porte, éliminer patiemment les inévitables scories de pensée marxiste que nous avons tous plus ou moins en nous après des décennies de propagande plus ou moins masquée et pervasive. Redéfinir ce que doit contenir une proposition patriotique acceptable pour une grosse minorité suffisamment importante de français. Pas un chemin facile, mais c’est indispensable, au vu de l’invisibilité patente de cette pensée dans le champ politique français actuel. Et qu’on ne limite pas le débat « pour ou contre la sarl Le Pen », ou pour ou contre untel ou une telle, ce sont des impasses. Même si pas mal de contestataires s’en délectent, car notre horizon devient trop sombre pour s’en contenter. Pas de souveraineté sans identité et réciproquement.

  3. dufaitrez dit :

    Bien long pour dire que la Cohérence de Pensée n’est pas le fort du Mouvement national !
    Ni Droite, ni Gauche, lui aussi !

  4. lopeJino dit :

    De qui tu parles banane ?

  5. Schos jean-luc dit :

    J’ai trouvé votre article excellent jusqu’à ce que j’arrive à ce paragraphe :
    Que diable proposent-ils ? Rien. Ce néant intellectuel a été étalé au grand jour lors du débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Quoi qu’on en pense, ce dernier est dans une culture de gouvernement, d’innovation, de proposition, quand sa malheureuse adversaire se mure dans une bulle d’où elle se contente de lancer des anathèmes. Les nationalistes n’ont visiblement tiré aucune leçon de cette déculottée électorale.

    Ce n’est pas de la malhonnêteté , c’est pire, à ce niveau-là il faut inventer un nouveau mot.

  6. Guy dit :

    Bof..si ca peut vous rassurer, ils se tirent autant dans les pattes à droite (cf LR) et chez les soces, mais ca se voit moins car leurs partis sont très structurés.
    Les Gaulois étaient paraît-il très divisés. Rien de nouveau sous le soleil.

  7. peplum dit :

    Y’a du vrai ; en particulier je suis d’accord sur l’usage parfois excessif de « bobo ». Il y a du bon bobo, qui par ex. mouille sa chemise, ou se met en danger, ou rêvasse simplement, et du bobo très cynique.
    Comme quand on parle de CSP +, ça sent le fourre-tout (niveau éventail de revenus par ex.).
    Et puis fô distinguer le bourgeois-bohème du bohème-bourgeois, non ?

  8. monrose dit :

    En politique , si on ne s’oppose pas totalement, on n’existe pas. Même l’adversaire ne comprend pas qu’on puisse le soutenir. Par exemple voter un budget sous prétexte qu’il est raisonnable, vous rend complice et 10 ans après , on vous dira:  » Mais vous avez approuvé le budget, donc vous étiez d’accord avec notre politique ».
    De Gaulle l’avait intégré au RPR où il rejetait tout vote avec le système, avant sa prise de pouvoir en 1958.Pour lui, le pouvoir de janvier 1946 à mai 58 était usurpateur donc illégal. Il a tenu le même raisonnement avec Vichy , pourtant élu légalement en 1940.
    Conclusion: en politique, pour accéder au pouvoir, il faut diaboliser l’adversaire: « Chasser les sortants ! » C’est l’essence même de la démocratie: « diviser au lieu d’unir ».

    c

  9. Patrick Granville dit :

    Magnifique et pertinente analyse dont l’objectivité est vraiment incontestable. Très belle leçon de conduite également donnée à tous les protagonistes qui constituent et qui conspuent le système dans lequel ils essayent de vivre et de comprendre le fonctionnement de son moteur. Merci Nicolas de nous avoir empêcher de mourir idiots.

  10. Georges dit :

    Ca alors! Un peu d’esprit critique et d’honnêteté intellectuelle!

  11. montecristo dit :

    Antigone ! Reviens !

  12. La_Soupape dit :

    Mouais. Nicolas, j’essaie de comprendre ce que vous dites dites mais soit c’est trop complexe pour les bourrins comme moi, soit c’est vous qui pédalez dans la plus totale utopie ! Moi je regrette, cher Nicolas, et ce malgré toute l’estime que je vous porte, mais quand une ordure genre berger crève ou quand un rafiot de pourritures qui vont venir égorger votre soeur et violer votre nièce coule et qu’ils crèvent tous, eh bien même si ça vous fait du mal, moi ça me rempli de joie. L’explication doit tenir dans le fait que je ne suis pas chrétien et que je conchie les religions quelles qu’elles soient ! Et puisque vous parlez d’intelligence, moi je vous répond brièvement dans les 800 caractères qui me sont impartis que la totalité du bordel planétaire vient des religions et de la gauche…

    • PR1 dit :

      C’est sûr la droite c’est tellement mieux.

      • La_Soupape dit :

        Tien encore là prin ? Je croyais vous avoir conseillé d’aller chez les zantifas fatrain…

        • PR1 dit :

          Je mets les pieds ou je veux et c’est souvent dans la g…..e.

          • La_Soupape dit :

            Oui bien sûr mon petit prin en moins bon. Tu ne devrais pas menacer comme ça sans savoir à qui tu causes, tu risquerais de te faire torgnoler très fort :)

          • PR1 dit :

            Les lâches détestent et calomnient les gens de cœur. Ils sont semblables à ces chiens de cuisine, qui, dès qu’ils voient un chien de chasse, ne manquent jamais d’aboyer contre lui, mais n’osent sortir pour le combattre.

          • La_Soupape dit :

            Ah bon, pass’que ces saloperies de chiens de chasse savent combattre ? C’est nouveau ça ? Tu dois pas bien savoir ce que c’est que des clébards de merde qui cavalent après un pauvre chevreuil terrorisé et n’ayant plus de souffle ! Tes bâtards se comportent exactement comme les muzz que tu sembles tant aimer : ils l’encerclent et le mordent par derrière en attendant que le connard au bout du fusil tire ses trois bastos en rafale, des fois que, on sait jamais hein !

            Tes bâtards de chasse (de chiottes) se trissent comme des péteux devant mes trois beaucerons qui ont un humour très limité eux aussi quand on leur casse les paouettes, t’was ?

          • PR1 dit :

            Vous pouvez évitez dutiliser votre patois local. J’ai un peu de mal à comprendre xe que vous dites.

          • La_Soupape dit :

            Mon patois local ça s’appelle jaspiner l’jarre mais forcément on ne l’apprend pas dans les souks où t’entraverais que dalle eh bouillon de gelée !

          • PR1 dit :

            Pas que dans les souks. A l’école non plus . Et heureusement.

      • TourN dit :

        PR1,
        Vous deviez aller vous promener dans les parcs à Berlin, un Syrien vient de sodomiser un poney. Vu le nombre de muzzs que grosse merkel a accueilli, il devrait être en panne de sodomisés volontaires car à priori vous êtes demandeurs. N’oubliez la vaseline, vous pourrez satisfaire plus de monde. Quand on aime …. on ne compte pas!

    • lopeJino dit :

      Sauf que la chrétienté a façonné la France que j’aime et qu’elle est une vraie religion de paix et de fraternité contrairement à la religion satanique du pédo-criminel de masse de la mecque, … ce qui ne m’empêche pas d’être aussi rempli de joie lors du naufrage bienfaiteur des égorgeurs-envahisseurs de Momo !
      Mais on est d’accord sur la gauchiasserie …

      • La_Soupape dit :

        C’est exact ce que vous dîtes lopeJino (au passage, moi qui lis RL depuis 8 ou 9 ans, j’ai raté l’épisode avec Jino et je sais pas pourquoi vous lui en voulez à ce point, et vu les km de textes et l’absence de moteur de recherche par pseudo, c’est mission impossible à trouver, mais bref) et je ne conteste pas et aime même beaucoup le patrimoine de l’église dans notre magnifique pays, mais cette attitude de pute menée par les franmacs qui l’ont maquée me provoque un profond dégoût de cette institution à tel point que le seul pape qui était réaliste et respectable, Benoît XVI à été contraint de démissionner devant cette pourriture verte à qui il faisait fermer sa sale gueule pour être remplacé par un suceur de gnoules, ben c’est pas avec ça qu’elle va gagner mon respect, l’église…

        • lopeJino dit :

          Cher La_Soupape, …
          L’Eglise actuelle semble en effet infiltrée par les maçons et ce ne sont pas les comportements de dhimmi de son chef qui nous feront penser le contraire, mais l’Eglise et la France ont une glorieuse histoire commune qui ne doit pas s’arrêter au « suceur de nioules » et à la « République » !!!
          Pour moi 1789 c’était déjà le début de la Fin, un jour de deuil pour la France Eternelle ! le « gauchisme mental » était déjà là !!!
          D’autre part concernant « l’épisode jino » que vous avez raté, c’est normal il a passé son temps à troller sous de multiples pseudos pour venir faire joujou et me faire chier, moi j’ai juste relevé son défi de guignol mais il n’a pas du apprécier plus que ça ma répartie puisqu’il a disparu (en apparence lol) malheureusement, et c’est bien dommage !

          • La_Soupape dit :

            Merci pour l’explication cher LopeJino, c’est vrai que des fouteurs de merde, c’est pas c’qui manque.
            pour ce qui de l’histoire de France profondément mêlée à l’église, faut être une tâche comme belkacem ou con bandit pour le nier et il est bien évident que les croisades ne servaient à rien d’autre qu’à foutre ces racailles ottomanes ou muzz (c’est la même merde) dehors et, bien évidemment, si l’on peut parler « librement » aujourd’hui, c’est sans doute grâce à ces courageux combattants.
            Ce que je reproche à l’église en fait, et ça n’a rien a voir avec ma non-croyance, est d’avoir lâché l’affaire sur tout, ce qui a engendré une société de sous cons tarés. Il est certain que les valeurs chrétiennes sont bonnes mais dévoyées en soumission, elle en deviennent détestables…

          • La_Soupape dit :

            PS: je pense exactement la même chose que vous au sujet de la révolution, des vrais cinglés qui ont tout cassé de ceux qui ne voulaient pas de leur pensée unique (déjà !) et en particulier les oeuvres d’art des églises,sans que cela ne leur effleure une seule seconde l’esprit que c’était leurs oncles ou leurs grand-pères qui les avaient créées.

            Maintenant on a plus de roi de France mais un roi di flonce qui nous nique 1000 fois plus, mais les cerfs sont contents, ils ont la tévé pour s’infuser poubelle la vie et ils peuvent se faire péter la aodi pas ça à chrome pour le plus grand bonheur de folksvaguène. Pauvres de nous en vérité :(

            Finalement, les clampins de l’état islamique sont largement aussi cons, mais les notres avaient plus de 200 piges d’avance…

          • lopeJino dit :

            Les croisades étaient légitimes car il s’agissait de délivrer la Terre Sainte des envahisseurs barbaresques (toujours les mêmes merdes) et ceci d’ailleurs dans un esprit contraire au message christique de paix, …. et de ce point de vue elles n’étaient pas vraiment « chrétiennes » ! .. contrairement aux agissements criminels conformes au coran des adeptes de Momo qui n’outrepassent en rien la barbarie de ce fumier maléfique !

  13. Martial Gaulard dit :

    Quelles solutions proposer, alors ?

    • Yves ESSYLU dit :

      se battre pour que cesse le formatage marxiste en rappelant sans cesse l’échec systématique de cette idéologie aussi débile que l’islam

  14. lopeJino dit :

    Je connais une très célèbre « bourrique » qui n’est toujours pas sortie du « gauchisme mental » et qui n’est pas prête de le faire après un formatage de père en fils depuis de très nombreuses générations de crétins …