Pauvre Omar Sy, réduit à tourner pour Netflix

Pauvre Omar ! Il en est réduit à tourner pour des productions Netflix.
Omar Sy continue de s’enfoncer dans la haine de la France.
Pourtant ce sont bien les Français qui lui ont permis de se payer une villa à Los Angeles, bien loin de sa banlieue.
Après des vols et agressions en banlieue de Nanterre pour la série Lupin où l’équipe a jugé bon de ne pas faire appel à la police pour les protéger.

Voici qu’aujourd’hui est paru la bande annonce du nouveau chef-d’œuvre de Omar Sy.
« Loin du Périph’ » se veut la suite de « L’autre côté du Périph » sortie il y a dix ans.

https://www.youtube.com/watch?v=JDddrz4xp_A

Eh oui, pour se refaire, Omar se met à renouveler ses vieux succès.
À quand une suite à « Intouchables »? Bon, revenons à notre sujet.
« Loin du Périph’ » est un pur produit de propagande anti-France dont seul Netflix a le secret.
D’ailleurs, c’est la même personne qui est derrière la série Lupin.
Rien que le début de la bande annonce annonce la couleur sans mauvais jeux de mot.
L’inspecteur Omar Sy débarque dans une salle de sport où il n’y a que de mauvais méchants blancs qui se nomment « Les fils de Clovis ».

Leur style caricature les néo-nazis. Mais là où le malaise s’installe,  ce n’est pas que le gentil Omar apparaisse souriant et décontracté face à des brutes,  c’est plutôt qu’il fait preuve d’un racisme totalement décomplexé en cherchant les nuances de blanc entre les différents protagonistes.
Et disons, dès que l’on voit cette scène, on a bien compris le message du film.
Pas besoin de s’étaler sur le reste de la bande annonce qui n’est qu’un dédale de scènes d’actions et gags à gogo.

Quoique que ce soit censé être une comédie, mais on a bien du mal à rire.
Omar Sy me rappelle le bonheur que c’est de ne pas être abonné à Netflix.
Rien que pour ça, je te dis « Merci » !

Quentin Journeaux

image_pdfimage_print
17

18 Commentaires

  1. ah ca y est ! nos réalisateurs,metteurs en scénes ont enfin compris que ce pseudo « acteur » été trés limité dans le talent ? n’est pas Jean Gabin ou Lino Ventura qui veut.

  2. Netflix est a interdire.
    J’ai aussi le bonheur de n’être jamais allé visionner une de ces merdes dont la couronne est la lunette des chiottes.

  3. Dommage pour toi. J ai Netflix, et j en suis ravi. Au lieu de regarder des propagandes de Rt ou autre salade russe, tu devrais essayer, ignare.

  4. Le raciste anti blancs récidive avec une nouvelle merde qui se contente de traverser le périf parisien dans l’autre sens cette fois! Quel talent !!!

  5. Il ne faut pas oublier que son « talent » s’est longtemps limité à des sketchs de kermesse surjoués avec son copain Fred sur Canal.
    Pour beaucoup, le rôle endossé dans « intouchables » avait surpris. Jusqu’à ce qu’on apprenne que les scènes et dialogues avec Omar étaient découpés, recollés et mis bout à bout pour leur donner une cohérence apparente, vu qu’il était incapable de jouer des prises en continu comme un véritable acteur.
    Mais c’est comme avec les trucages et personnages numériques (également utilisés) l’important est que le spectateur ne se rende compte de rien.
    Après Arsène l’Africain, je suggère à Netflix un biopic sur la vie de Marilyn avec Mimie Mathy dans les rôle de la vamp 🙂 ça sera encore plus crédible !

  6. Le premier volet m’avait laissé un bon souvenir. C’est le truc : même si on remarque la propagande, il y a un savoir-faire qui peut plaire.

  7. En ce qui me concerne dès que je vois son nom à l’affiche, c’est réglé, je zappe.Faites comme moi et ce guignol retournera faire des pitreries comme celles qu’il faisait dans le S.A.V. des émissions.

    • La roue tourne. Ses millions ou milliards, ça fait tourner la tête et le revers de la médaille arrive on ne sait quand ni comment, parce que la haine a un prix…

  8. éviter net flix spécialisé dans les « têtes d’affiche » beaucoup moins bankables, ou en perte de vitesse.
    Parfois le grand écran ne veut plus investir sur eux malgré la pub forcenée qui ne change rien à la désaffection du public.
    soyons des consommateurs capables de se passer de ces ersatz de cinéma…

  9. « Loin du Périph’ » se veut la suite de « L’autre côté du Périph »
    Il a raison car, dès qu’il essaie de changer de registre, c’est le bide assuré (cf Knock).
    Il incarne tout à fait une certaine minorité et une certaine jeunesse mais cela s’arrête là. Il n’est pas assez bon acteur pour aller au-delà. Ses possibilités en tant qu’acteur sont limitées.
    Et puis, il vieillit. Les rôles de jeune ne seront bientôt plus pour lui.

Les commentaires sont fermés.