Paxlovid : vers une fin « soft » de la dictature sanitaire ?

***

Effrayé par la situation insurrectionnelle qui secoue le Canada et qui pourrait se généraliser à d’autres pays, le gouvernement français vient de commander en toute hâte 5000 packs de Paxlovid (de Pfizer…), un « anticovid » à simple prise orale qui sera disponible dès le début de ce mois de février dans les pharmacies françaises. Une commande certes modeste mais qui devrait très rapidement être suivie par d’autres, beaucoup plus substantielles…

***

Le Paxlovid est administré par voie orale à raison de trois comprimés par jour pendant cinq jours. Le traitement doit débuter au maximum dans les cinq jours suivant l’apparition des symptômes, ou dès qu’un diagnostic positif au Covid-19 a été établi. Ce n’est qu’en février 2021 – il y a donc tout juste un an – que Pfizer a commencé son premier essai de phase I. Le Paxlovid n’a donc pour l’instant reçu qu’une AMM temporaire. Objection futile : aucun des « vaccins » anticovid n’a d’AMM définitive, étant tous en phase expérimentale

La liste des contre-indications et des risques d’interaction médicamenteuse est semble-t-il est assez longue. La Haute autorité de santé (HAS) relève entre autres que le Ritonavir (la composante antirétrovirale du Paxlovid) est contre-indiqué chez les personnes souffrant d’une insuffisance hépatique et/ou rénale et/ou cardiaque. Les conséquences sanitaires du Paxlovid risquent d’être à terme tout aussi désastreuses que celles des pseudo-vaccins. Mais ce n’est pas le problème : il s’agit d’abord pour les gouvernements de sortir d’une situation de crise politique déclarée ou imminente.

***

La HAS a déjà précisé le protocole d’administration du Paxlovid. Après avoir enregistré vos données sur un site gouvernemental dédié, votre généraliste vous délivrera une ordonnance spécifique, dotée d’un QR code. Vous pourrez alors aller chercher les précieux cachets de Paxlovid chez votre pharmacien. Au bout de cinq jours, une fois le traitement « officiellement » terminé, votre médecin validera ou confirmera votre passe vaccinal…

***

Un protocole dans les faits facilement contournable. Le Paxlovid n’est finalement qu’un médicament Potemkine… Ne le prendront que ceux qui le voudront bien.

Le Paxlovid, médicament que Pfizer présente comme curatif mais aussi comme prophylactique, pourrait rapidement supplanter les « vaccins » anticovid sur l’ensemble de la planète. Une manière pour les gouvernements de sortir dignement de la dictature sanitaire qu’ils ont mis en place depuis deux ans, et dont ils s’aperçoivent qu’elle risque de les balayer, tant les peuples sont à bout :

 

 

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni

image_pdfimage_print
11

4 Commentaires

  1. Tout ce qui sort maintenant comme « médicaments » pour combattre le Sars-Cov-2 est une supercherie purement commerciale et expérimentale, donc potentiellement très dangereuse pour votre santé ! Ne prenez rien qui vienne de ces multinationales pharmaceutiques et surtout pas du criminel multirécidiviste Pfizer. Les injections géniques expérimentales et potentiellement létales, c’est encore et plus que jamais non et le reste c’est non aussi. Virons le félon criminel qui nous sert de président. Plus que 80 nuits à dormir. Je suis impatient de présenter ma facture au chien pouilleux et galeux qui squatte l’Élysée depuis 5 trop longues années ! Indigne salopard !

    • « une supercherie purement commerciale et expérimentale, donc potentiellement très dangereuse pour votre santé ! » Vous avez totalement raison. Mais lisez bien mon texte : le Paxlovid est en comprimés à prendre CHEZ SOI. Qu’est-ce qui vous oblige à les prendre ? A la fin du « traitement », le médecin valide votre passe vaccinal, qui deviendra une formalité et tombera de lui-même…

  2. paxlovid est le résultat de la contraction des mots paix (pax) lo (love/amour) et vid (covid)

    Cette contraction me fait penser à un placebo! Placebo comme les vaccins qui n’en sont pas!

Les commentaires sont fermés.