1

Pécresse : faire payer mes dettes aux Français, c’est la démocratie

La démocratie, pour Pécresse, c’est de faire payer aux Français 7 millions d’euros parce que l’orgueilleuse s’est vue plus belle qu’elle n’est !

Et que je pleure, et que je réclame à tort et à travers quelques piécettes …7 millions d’euros.

7 millions d’euros. J’imagine qu’il y a bien peu de lecteurs et/ou d’adhérents de RR qui ont jamais eu 1 million d’euros sur leur compte en banque. Moi non plus, je n’ai jamais eu 500 000 euros sur mon compte, ni même 100 000, ni même 50 000…  Alors je reste coite de voir les sommes astronomiques dépensées pour une campagne électorale par des gens qui trouvent normal que l’État leur rembourse ces fortunes.

Heureusement, la loi a mis quelques limites à la démesure, au narcissisme, à la folie de nombre des candidats qui, bien que n’ayant aucune chance d’être élus, se présentent et se contentent de leurs 0,2%, leurs 2%. Pourquoi pas, s’ils financent le leurs deniers ou de ceux de leur parti une petite campagne, minimaliste, qui leur permet juste de faire connaître leur existence, leur programme… Vous imaginez le délire et la gabegie pour le couillon de contribuable si, sur 12 candidats, il y en avait 8 qui, bien que faisant moins de 5%, dépensaient des millions et des millions que ledit contribuable devrait lui rembourser ?

Tout le monde connaît les règles du jeu, sauf Pécresse. Pécresse qui, sur la foi des sondages  qui l’avaient placée  très vite en deuxième ou troisième position derrière Macron s’y est vue, y a cru et a dépensé allègrement… 10 millions d’euros ! Tout ça pour 2 pauvres meetings, dont un qui l’a ridiculisée à jamais…

Ces gens-là ne vivent pas dans notre monde, mais ça ne les dérange pas de nous dire doctement que nous devons nous serrer la ceinture, baisser la température de nos maisons, nous passer de voiture, d’eau, j’en passe et des meilleures ! Il paraît que le mari de Pécresse gagne entre 1 et 2 millions d’euros annuels… pourquoi ne lui mendie-t-elle pas quelque millions ?

Pécresse la petite bourgeoise qui pète dans la soie… Bien qu’elle ait déclaré un patrimoine de 9,7 millions, elle voudrait que la charité publique lui payât ses frais de bouche… 9,7 millions moins 7 : il lui resterait 2,7 millions, de quoi vivre sans travailler en se nourrissant de caviar jusqu’à la fin de ses jours, mais non. Chez ces gens-là on n’en a jamais assez…

Naturellement, jamais cette bonne femme n’a eu l’idée d’aller emprunter les 7 millions et de les rembourser consciencieusement chaque année, comme avait fait Marine en 2017. Marine rembourse encore, chaque mois, les sommes empruntées à une banque russe pour la présidentielle de 2017 puisque aucune banque française n’avait accepté de lui avancer de quoi faire sa campagne…

Mais la Bourgeoise a si peu de sens du bien commun qu’elle en arrive à considérer que faire payer le Français moyen pour que Madame garde ses 2 villas à La Baule, sa villa à Marseille et toutes ses actions, c’est la démocratie…  « Démocratie » : pouvoir du peuple, non pas pouvoir de la caste, pouvoir des bourgeois, pouvoir de ceux qui ont été un jour élus… Et c’est la démocratie, aussi, de passer son temps pendant des mois à casser du sucre sur le dos de Macron mais d’appeler à voter pour lui au second tour ???

L’usage abusif qui est fait des mots République et démocratie, aux fondamentaux de notre histoire, de notre contrat social montre bien qu’il y a beau temps que nous sommes dans un pays gouverné par des menteurs, des manipulateurs, des voleurs.

La démocratie a un coût : Pécresse relance un appel aux dons après avoir reçu 2 millions d’euros.

La candidate LR a lancé un nouvel appel aux dons pour couvrir les dépenses de campagne de son parti, non remboursées en raison de son faible score au premier tour. Elle appelle les Français à sauvegarder le « pluralisme et la confrontation des idées ».

Balayée au premier tour de la présidentielle (4,8% des suffrages exprimés), la candidate de Les Républicains (LR) Valérie Pécresse – qui s’est personnellement endettée pour la campagne – a lancé un nouvel appel aux dons ce 25 avril.

«Avant de livrer ce combat des Législatives, nous avons une urgence financière à régler», lance-t-elle ainsi dans une vidéo, jugeant « crucial pour notre démocratie et pour notre pays que la droite républicaine soit vivante et influente ».

«Le résultat du premier tour ne nous permet pas d’obtenir remboursement de nos dépenses de campagne. C’est à titre personnel que je me suis endettée pour défendre mes convictions à hauteur de 5 millions d’euros », rappelle la candidate malheureuse LR.

Remerciant les Français qui ont répondu à son premier appel de dons, grâce auquel elle dit avoir récolté deux millions d’euros, Valérie Pécresse fait donc de nouveau appel à la générosité des Français qui lui ont apporté leur confiance mais aussi à « tous ceux qui partagent [ses] convictions, mais qui par peur des extrêmes, ont choisi le vote utile dès le premier tour », et enfin à tous « ceux qui ont à cœur de faire vivre la démocratie ».

En effet, à en croire Valérie Pécresse, « la démocratie a un coût ». « Mais croyez moi, ce coût est moins élevé que l’absence de pluralisme et de confrontation des idées », soutient encore la présidente du conseil régional d’Île-de-France, qui a pourtant eu bien du mal à se démarquer politiquement d’Emmanuel Macron pendant la campagne.

N’étant pas parvenue à obtenir les 5% de suffrages exprimés pour obtenir le remboursement de sa campagne, la candidate Les Républicains avait lancé un premier appel aux dons dans la matinée du 11 avril, afin d’obtenir 7 millions d’euros « pour boucler le budget de la campagne », son parti ne pouvant « pas faire face à ces dépenses ».

https://francais.rt.com/france/98107-democratie-a-cout-pecresse-relance-appel-dons-apres-avoir-recolte-deux-millions-euros

Christine Tasin

https://resistancerepublicaine.com/2022/04/26/pecresse-faire-payer-aux-francais-les-7-millions-deuros-que-jai-depenses-cest-la-democratie/